Didier Ottinger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ottinger.
Didier Ottinger
Description de l'image defaut.svg.
Naissance (62 ans)
Nancy
Nationalité Français
Profession
Activité principale
directeur adjoint chargé de la programmation culturelle du MNAM/CCI à Beaubourg
Autres activités
Distinctions

Didier Ottinger (1957-), est un Conservateur général du patrimoine français, spécialiste de la peinture moderne et contemporaine

Il est directeur adjoint chargé de la programmation culturelle du Musée national d'Art moderne-Centre de création industrielle (MNAM/CCI), qui est un département du Centre national d'art et de culture Georges-Pompidou à Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Didier Ottinger, né le [1] à Nancy, passe son enfance à La Courneuve en Seine-Saint-Denis. Son père, originaire de Lorraine où il a été salarié dans la sidérurgie, enseigne à l'École des arts et métiers et sa mère est assistante dans un cabinet dentaire[2].

Après ses études secondaires, Didier Ottinger, suit l'avis de ses parents en s'inscrivant en mathématiques supérieures, puis en école d'architecture[2]. Mais la découverte, inopiné de l'art contemporain lors d'un stage va avoir un impact fort sur son parcours[3]. Il s'engage résolument dans cette voie en opposition avec l'avis de sa famille. Pour donner corps à ce choix personnel, il s'éloigne de la région parisienne en allant s'inscrire, à l'université d'Aix-en-Provence, en histoire de l'art, et trouve les moyens de financer seul ses études. Il en sort avec un DEA et une première expérience professionnelle acquise lors de stages dans des musées de Marseille et de Saint-Étienne[2].

Plus tard, Didier Ottinger saisit l'opportunité de la création de l'École du patrimoine pour finaliser son cursus avec l'obtention du diplôme de conservateur du patrimoine[2].

Parcours[modifier | modifier le code]

En 1985, Didier Ottinger participe à la création de la revue Noise[2]. Pour le numéro 1, déposé en mai 1985, le directeur de la publication est Adrien Maeght[a] et les rédacteurs sont Pierre Antonuicci, Aki Kuroda et Didier Ottinger. Il participe également aux n° 2, paru en 1985, et au n° 3, paru en janvier 1986[b]. Cette même année il rencontre Didier Semin, qui dirige le musée de l'abbaye Sainte-Croix des Sables-d'Olonne, et devient son ami[2]. En 1988, Didier Ottinger prend la suite de Didier Semin en prenant la direction du musée des Sables-d'Olonne. Son passage est remarqué, il y montre un gout certain pour la peinture et monte ses premières expositions comme Pictographes : l'esthétique de l'icône au XXe siècle ou celle dédiée à un artiste comme Georg Baselitz[4]. C'est également pour lui l'occasion de souligner son intérêt pour des artistes moins consensuels, comme en mai-juin 1991 : Georges Bataille : une autre histoire de l'œil, et en 1995 : Philip Guston (1913-1980) : œuvres sur papier[2].

Didier Ottinger, par le décret est intégré dans le corps des conservateurs du patrimoine[5] et le , un autre décret le nomme au grade de conservateur général du patrimoine[6].

En 2018, Didier Ottinger est directeur adjoint chargé de la programmation culturelle du Musée national d'Art moderne-Centre de création industrielle (MNAM/CCI), qui est un département du Centre national d'art et de culture Georges-Pompidou à Paris[7].

Commissariats d'expositions[modifier | modifier le code]

Musée de l'abbaye Sainte-Croix des Sables-d'Olonne[modifier | modifier le code]

Catalogues, des expositions réalisées par Didier Ottinger au Musée de l'abbaye Sainte-Croix des Sables-d'Olonne, et édités par le musée de 1989 à 1995 :

Suite[modifier | modifier le code]

  • 1995 : Identity and Altérity : Figures of the Body 1895/1995 », centenaire de la Biennale de Venise, commissaire associé, direction de la publication : Jean Clair.
  • 1996 : Magritte - Musée des beaux-arts de Montréal.
  • 1996-1997 : Les Péchés capitaux, sept expositions, Paris, Musée national d'Art moderne, Centre Pompidou.
  • 1997 : Biennale de São Paulo, commissaire associé.
  • 1999 : David Hockney. Espace/Paysage », Musée national d’art moderne, Centre Pompidou, Paris.
  • 1999 : David Hockney. Dialogue avec Picasso, Musée Picasso, Paris.
  • 1999 : Primitive Passion, Palais des papes d'Avignon.
  • 1999 : La Collection du Centre Pompidou. Un parcours au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, Musée d'Art moderne de la ville de Paris.
  • 1999-2000 : Cosmos. Du romantisme à l’avant-garde, commissaire associé : Montréal, Musée des Beaux-Arts ; Barcelone, Centre de Cultura contemporània ; Venise, Palazzo Grassi. Direction de la publication : Jean Clair.
  • 2000 : Richard Hamilton-Marcel Duchamp. Eau et gaz à tous les étages, Paris, Musée national d’art moderne, Centre Pompidou.
  • 2000 : Philip Guston. Peintures 1947-1979, Paris, Musée national d’art moderne, Centre Pompidou.
  • 2001 : Primitive Passion », Avignon, Palais des Papes, 21 mai- 1er novembre ; « Gilles Aillaud : la jungle des villes », Monaco, Salle du quai Antoine.
  • 2002-2003 : Beckmann, Paris, Musée national d’art moderne, Centre Pompidou, Galerie 1 ; Londres, Tate Modern ; New York, MoMAQNS.
  • 2003-2004 : Chimères, monstres et merveilles. De la mythologie aux biotechnologies, Monaco, Salle du quai Antoine.
  • 2004 : La Grande Parade. Portraits de l’artiste en clown, commissaire associé, Paris, Galeries Nationales du Grand Palais ; Ottawa, Musée des Beaux-Arts du Canada. Direction de la publication : Jean Clair.
  • 2004-2005 ; Jean Hélion, Paris, Musée national d’art moderne, Centre Pompidou ; Barcelone, Museu Picasso ; New York, National Academy Museum.
  • 2008 : Les Années 1930 : la fabrique de « l’homme nouveau », membre du comité scientifique, Ottawa, Musée des Beaux-Arts du Canada.
  • 2008-2009 : Le Futurisme à Paris, une avant-garde explosive, Paris, Musée national d’art moderne, Centre Pompidou, Galerie 1 ; Rome, Scuderie del Quirinale ; Londres, Tate Modern.
  • 2009 : La Force de l’art 2 (situation de l’art contemporain en France), Paris, Nef du Grand Palais
  • 2009 : Arcadie, Séoul (Corée), Musée d’Art modernede Séoul ; Taïpei (Taïwan), Musée d’Art moderne de Taïpei.
  • 2010 : Dreamlands, Paris, Musée national d’art moderne, Centre Pompidou, Paris, Galerie 1.
  • 2011 : Le Surréalisme, Tokyo (Japon), The National Art Center ; « Surrealism. The Poetry of Dreams », Brisbane (Australie).
  • 2012 : Le Surréalisme et l’objet. La sculpture au défi, Paris, Musée national d’art moderne, Centre Pompidou, Galerie 1 ; Washington, Hirshhorn Museum of Sculpture Garden ;
  • 2013 : Edward Hopper , Paris, Galeries Nationales du Grand Palais.
  • 2017 : Rétrospective David Hockney, Centre Pompidou.

Publications[modifier | modifier le code]

Préfacier et autres[modifier | modifier le code]

Auteur ouvrages[modifier | modifier le code]

Ordre chronologique :

Auteur articles[modifier | modifier le code]

Ordre chronologique :

  • avec : A. Maeght (dir.), P. Antonuicci, A. Kuroda et al., « Textes » (Textes et lithographies originales), Noise (revue), nos 1, 2 et 3,‎ mai 1985, 1985 et janvier 1986.
  • « Portrait, Mask, Hood. Otto Dix, Jean Hélion, Philip Guston », Identity and Alterity. Figures of theBody 1895/1995 (centenaire de la Biennale de Venise), Venise, Edizioni La Biennale, 1995, p. 53-57.
  • « Apocalyspe now ? », Robert Morris 1961-1964 (cat. d’exposition), Paris, Éditions du Centre Pompidou, 1995, p. 329-339
  • « Spirales », Les Cahiers du Musée national d'art moderne, Paris, no 58, hiver 1996, p. 131-137.
  • « Les Péchés capitaux. Essai frivole de transmutation des valeurs », Les Péchés capitaux, Paris, Éditions du Centre Pompidou, 1996, p. 12-39.
  • « Les exercices spirituels de René Magritte », Magritte (cat. d’exposition), Montréal, Musée des Beaux-Arts, 1996, p. 13-29.
  • « Artistes en exil et intégration culturelle », Beaux-Arts, Paris, no 158, juillet 1996.
  • « Raysse ou le désenchantement du monde », Martial Raysse : chemin faisant, frère Crayon et sainte Gomme (cat. d’exposition), Paris, Éditions du Centre Pompidou, 1997.
  • « Isolateur et coupe-circuit. Documents ou l’apprentissage surréaliste de la dialectique », Les Temps modernes, Paris, no 602, décembre 1998-janvier 1999.
  • « Polarités », La Collection du Centre Pompidou : un parcours au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris (cat. d’exposition), Paris, Éditions du Centre Pompidou/Paris-Musées, 1998, p. 10-15.
  • « Narrativa i misteri », Magritte, Barcelone, Fundació Joan Miró, 1998.
  • « Kitaj, la vie en bleu », La Revue des Musées de France. Revue du Louvre, Paris, no 1, 1997.
  • « Revoir le cubisme », David Hockney, Dialogue avec Picasso (cat. d’exposition), Paris, Éditions de la Réunion des Musées Nationaux, 1999, p. 11-22.
  • « Peindre contre un ravin », Philip Guston. Peintures 1947-1979 (cat. d’exposition), Paris, Éditions du Centre Pompidou, 1999, p. 11-17.
  • « Cosmologies contemporaines », Cosmos. Du romantisme à l’avant-garde (cat. d’exposition), Paris, Éditions Gallimard, 1999, p. 282-287.
  • « Masson, Bataille: in the Night of the Labyrinth », André Masson: the 1930’s (Floride), Salvador Dalí Museum, 1999.
  • « De la profanation moderne des images », Primitive Passion (cat. d’exposition), Avignon, Palais des Papes, 1999, p. 22-27.
  • « Éros perspectiviste. La perspective inversée dans la peinture de David Hockney », David Hockney.
  • Espace/Paysage (cat. d’exposition), Paris, Éditions du Centre Pompidou, 1999, p. 15-28 // David Hockney : Exciting Times are Ahead (cat. d’exposition), Kunst- und Ausstellungshalle der Bundesrepublik Deutschland, 1er juin-23 septembre 2001, p. 11-20.
  • « Isolateur et court-circuit : “Documents” ou L'apprentissage surréaliste de la dialectique », dans « Georges Bataille », Les Temps Modernes, no 602, Paris, Gallimard, décembre 1998 - janvier-février 1999.
  • « Marcel Duchamp. Neuf moules malics », La Revue des Musées Nationaux. Revue du Louvre, Paris, no 1, 2000.
  • « Otto Dix. Erinnerung an die Spiegelsäle von Brüssel », La Revue des Musées Nationaux. Revue du Louvre, Paris, no 1, 2000.
  • « Le Stropiat de René Magritte ou la peinture avec un grand pet », Les Cahiers du Musée national d'art moderne, Paris, no 71, printemps 2000, p. 94-103.
  • « Dresseur d’animaux (1923) de Francis Picabia », Les Cahiers du Musée national d'art moderne, Paris, no 72, été 2000, p. 94-103.
  • « Le secret de la Section d’or. Maurice Princet au pays de la quatrième dimension », La Section d’or, 1912, 1920, 1925 (cat. d’exposition), Paris, Éditions du Cercle d’art, 2000.
  • « Dresseur d’animaux (1923) de Francis Picabia », Les Cahiers du Musée national d'art moderne, Paris, no 72, été 2000, p. 94-103.
  • « Jean-Michel Sanejouand ou l’éloge de l’irréductibilité », Jean-Michel Sanejouand (cat. d’exposition), Tours, École supérieure des Beaux-Arts, 2000.
  • « Les secrets de famille de Philippe Perrot », Artpress, Paris, no 254.
  • « Il faut rendre grâce à la photographie », Artpress, Paris, no 258.
  • « Masson et Bataille dans la nuit espagnole », Paris-Barcelone. De Gaudí à Miró (cat. d’exposition), Paris, Éditions de la Réunion des Musées nationaux, 2001, p. 444-457.
  • « Comme un poisson (rouge ?) dans l’eau. Gilles Aillaud ou la dialectique de l’image », Gilles Aillaud : la jungle des villes (cat. d’exposition), Arles, Actes Sud, 2001, p. 7-18.
  • « Le somnambulisme lucide de Max Beckmann », Beckmann (cat. d’exposition), Paris, Éditions du Centre Pompidou, 2002, p. 17-29.
  • « Comment New York vola l’idée surréaliste du mythe moderne (et retour) », La Révolution Surréaliste (cat. d’exposition), Paris, Éditions du Centre Pompidou, 2002, p. 412-419.
  • « Guillaume Tell : la fabrique du mythe par Salvador Dalí », Les Cahiers du Musée national d'art moderne, Paris, no 83, printemps 2003, p. 80-89.
  • « Chimères », Chimères (cat. d’exposition), Arles, Actes Sud, 2003, p. 9-13.
  • « Quand reverdit l’acacia (surréalisme et inspiration chimérique », Chimères (cat. d’exposition), Arles, Actes Sud, 2003, p. 59-63.
  • « Le Grand jeu et le surréalisme français », Grand Jeu et surréalisme. Reims Paris Prague (cat. d’exposition), Musée des Beaux-Arts de Reims/Éditions Ludion, 2003, p. 54-69.
  • « Hélion ou l’art de l’éloquence », Jean Hélion (cat. d’exposition), Paris, Éditions du Centre Pompidou, 2004, p. 16-27.
  • « André Masson en el filo de la navaja », André Masson, 1896-1987 (cat. d’exposition), Madrid, Museo nacional de Arte Reina Sofia, 2004, p. 61-76.
  • « Le cirque de la cruauté. Portrait du clown contemporain en Sisyphe », La Grande Parade. Portraits de l’artiste en clown (cat. d’exposition), Paris, Éditions Gallimard/Musée des Beaux-Arts d’Ottawa, 2004, p. 35-45.
  • «The Cosmologies of André Masson », André Masson : a Mythology of Nature (cat. d’exposition), Künzelsau, Museum Würth, 2004.
  • « Salvinio ou la métaphysique joyeuse », L’Art italien de la Metafisica (cat. d’exposition), Arles, Actes Sud/Musée de Grenoble, 2005.
  • « Dada est-il soluble dans le surréalisme ? Breton/Tzara », Les Cahiers du Musée national d'art moderne, Paris, no 102, hiver 2007-2008, p. 64-77.
  • « Le sourire du chat de Schoninger », Philippe Mayaux, Éditions du Centre Pompidou, 2007, p. 34-44.
  • « Cubisme + futurisme = cubofuturisme », Le Futurisme à Paris, une avant-garde explosive (cat. d’exposition), Paris, Éditions du Centre Pompidou, 2008, p. 20-41.
  • « La vie déformante », Les Années 1930 : la fabrique de « l’homme nouveau » (cat. d’exposition), Paris, Éditions Gallimard, 2008, p. 92-99.
  • « L’Adoration du veau de Francis Picabia entre au Musée national d’art moderne », La Revue des Musées de France. Revue du Louvre, Paris, juin 2008, p. 100-103.
  • « Mutations de l’art contemporain en zone de climat tempéré », La Force de l’art (cat. d’exposition), Paris, 2009, p. 10-17.
  • «Le communisme esthétique d’Andy Warhol », Le Grand Monde d’Andy Warhol (cat. d’exposition), Paris, Éditions de la Réunion des Musées Nationaux, 2009, p. 39-47.
  • « Jeu de massacre, Picasso chez les pieds nickelés », George Condo. La civilisation perdue (cat. d’exposition), Paris, Éditions de la Réunion des Musées Nationaux, 2009, p. 21-29.
  • « Arcadie : ligne de partage du temps », Arcadie, Séoul, Musée d’art moderne // Taïpei (Taïwan).
  • « Der surrealismus vor den toren Moskaus », Surrealism – Prag,  (cat. d’exposition), am Rhein, 2009, p. 24-31.
  • « Tragédies urbaines », Un nomade à Paris, André Masson (cat. d’exposition), Paris, Musée du Montparnasse, 2010-2011, p. 44-45.
  • « Dreamlands », Dreamlands (cat. d’exposition), Paris, Éditions du Centre Pompidou, 2010, p. 17-35.
  • « Le chaman et l’ingénieur, Carsten Höller et la mycologie sacrée », Les Cahiers du Musée national d'art moderne, Paris, no 118, hiver 2011-2012.
  • « Le surréalisme », Surréalisme (cat. d’exposition), Tokyo, National Art Center, 2011, p. 269-273.
  • « Gradiva, un chef-d’œuvre d’André Masson entre au Musée national d’art moderne », La Revue des Musées de France. Revue du Louvre, Paris, no 4, oct. 2011, p. 97-104.
  • « Le Surréalisme dans les collections du Musée national d’art moderne », Surrealism. The Poetry of Dreams (cat. d’exposition), 2011, p. 37-41.
  • « Le Mur d’André Breton », Surrealism. The Poetry of Dreams, Brisbane, Queensland Art Gallery, 2011, p. 29-35.
  • « Le réalisme transcendantal d’Edward Hopper », Hopper (cat. d’exposition), Paris, Éditions de la Réunion des Musées Nationaux, 2012, p. 20-51.
  • « Surrealismo », Surrealismo. Vasos communicantes (cat. d’exposition), Mexico, Museo nacional del Arte, 2012, p. 69-95.
  • « Le triomphe paradoxal du futurisme à l’“Armory Show” » (catalogue de l’exposition centennale), New York, Historical Society, 2013.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Adrien Maeght est un fils d'Aimé Maeght de la Galerie Maeght.
  2. Didier Ottinger est rédacteur dans les trois premiers numéros de la revue Noise (indications présente dans les sommaires), parus : n°1 en mai 1985, n°2 en 1985, et n°3 en janvier 1986.

Références[modifier | modifier le code]

  1. BnF 2014, p. Notice personne.
  2. a b c d e f et g Gignoux 2013, article.
  3. France Inter 2012, p. web.
  4. Le Bourhis 2018, p. web.
  5. République française 2013, texte n°59.
  6. République française 2015, texte n°15.
  7. Médiation Centre Pompidou 2018, p. web.
  8. Mitterrand 2012, p. web.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Catherine Millet, L'art contemporain, Flammarion, coll. « Dominos », (ISBN 978-2-08-130579-3, lire en ligne), « Des œuvres toujours fraîches », p. 34.
  • Roxana Azimi, « Didier Ottinger conservateur », Le Journal des arts, no 257,‎ (lire en ligne).
  • Sabine Gignoux, « Didier Ottinger, dans l'ombre de Hopper », La Croix,‎ (lire en ligne, consulté le 23 décembre 2018).
  • Frédéric Mitterrand, « Nomination ou promotion dans l'ordre des Arts et des Lettres janvier 2012 » (Arrêté du 15 décembre 2011 - République française - Ministère de la culture et de la communication), Journal Officiel,‎ (lire en ligne, consulté le 23 décembre 2018).
  • République française, « Décret du 10 avril 2013 portant intégration directe dans le corps des conservateurs du patrimoine », Journal Officiel de la République française, no 0086,‎ , texte 59 (lire en ligne, consulté le 13 janvier 2019).
  • République française, « Décret du 6 juillet 2015 portant nomination au titre de l'année 2015 dans le grade de conservateur général du patrimoine », Journal Officiel de la République française, no 0156,‎ , p. 57 (lire en ligne, consulté le 13 janvier 2019).

Webographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]