Rencontres de la photographie d'Arles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Rencontres d'Arles)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les Rencontres de la photographie, Arles
Doisneau et Kertész aux 6e Rencontres en 1975.
Doisneau et Kertész aux 6e Rencontres en 1975.
Type photographie
Pays Drapeau de la France France
Localisation Arles
Coordonnées 43° 40′ 42″ nord, 4° 37′ 33″ est
Date de la première édition 1970
Prix d'entrée http://www.rencontres-arles.com/fr/tarifs-horaires/
Site web rencontres-arles.com

Les Rencontres de la photographie d'Arles (anciennement nommées Rencontres internationales de la photographie d'Arles) sont un festival estival annuel de photographie, fondé en 1970[1] par le photographe arlésien Lucien Clergue, l'écrivain Michel Tournier et l'historien Jean-Maurice Rouquette.

Avec une programmation composée essentiellement de productions inédites, les Rencontres d’Arles ont acquis une envergure internationale. En 2019, pour sa 50e édition, 145 000 visiteurs se sont rendus au festival pour plus de 1 400 000 visites d'expositions.

En raison de l’épidémie de Covid-19 les rencontres de l’année 2020 sont annulées[2].

Le festival[modifier | modifier le code]

Présentation et historique[modifier | modifier le code]

Souvent produites en collaboration avec des musées et des institutions françaises et étrangères, les expositions présentées dans différents lieux patrimoniaux de la ville font l’objet d’une scénographie. Certains sites, tels que des chapelles du XIIe ou des bâtiments industriels du XIXe, sont ouverts au public pendant la durée du festival. En 2019, 26 lieux ont été investis pour les expositions, 7 pour des manifestations publiques et des performances pluridisciplinaires.

De nombreux photographes ont été révélés grâce aux Rencontres d’Arles, ce qui confirme l’importance du festival dans son rôle de tremplin pour la photographie et la création contemporaine. 210 artistes ont été exposés lors de la 50e édition.

Depuis 2014, le festival invite de nombreux commissaires d'exposition : 43 étaient invités à l'occasion de la 50e édition. Certaines éditions ont vu une partie de leur programmation confiée à des personnalités comme Martin Parr, Raymond Depardon, le couturier originaire d'Arles Christian Lacroix, ou encore Nan Goldin.

Être à l’affût des basculements de l’image photographiée, du renouvellement des démarches, de l’approche au sujet photographié et des formes plastiques; Être au fait de l’usage des nouvelles techniques, proposer à tous les publics une autre conception de l’exposition photographique et un vrai rapport à l’image; telles sont les missions des Rencontres d’Arles.

Il est reproché aux Rencontres de n'intégrer aucune exposition de photographe africain dans les 50 expositions de photographes prévues en pour le cinquantenaire. Si les Rencontres avaient su en 2016 mettre à l'honneur le Malien Malick Sidibé, l’artiste éthiopienne Aida Muluneh et l’Ougandaise Sarah Waiswa (qui avait décroché le prix Découverte), la présence d'artistes africains s'inscrit de manière discontinue, amenant les Rencontres à prendre des mesures pour favoriser une exposition plus régulière[3].

Le festival a généré plus de 30 millions d'euros de retombées économiques directes et indirectes sur le territoire en 2018.

Conseil d’administration[modifier | modifier le code]

Bureau

Directeurs artistiques[modifier | modifier le code]

Semaine d'ouverture des Rencontres d'Arles et évènements[modifier | modifier le code]

La semaine d’ouverture des Rencontres d’Arles propose des événements axés sur la photographie (projections nocturnes, visites d’expositions, débats, colloques, soirées, signatures de livres, etc.) au sein des lieux historiques de la ville dont certains sont spécialement ouverts pour l’occasion. En 2019, elle a rassemblé 19 000 professionnels.

Parmi les moments les plus marquants des dernières Rencontres, on peut citer : la Nuit de l’Europe (2008), qui a présenté un large panorama des identités photographiques européennes ; le défilé spectacle créé par Christian Lacroix pour la soirée de clôture du festival (2008); et le concert de Patti Smith à l’occasion de l’anniversaire des 20 ans de l’agence Vu (2006).

Soirées au Théâtre Antique[modifier | modifier le code]

Les projections nocturnes en plein air au Théâtre Antique d’Arles présentent le travail d’un photographe ou un spécialiste de la photographie accompagné par concerts et performances. Chaque soirée est l’objet d’une création unique.

Lors de l'édition 2009 du festival, 8 500 spectateurs ont assisté aux soirées au Théâtre Antique, soit une moyenne de 2 000 spectateurs par soir et 2500 pour la soirée de clôture et la projection de The Ballad of Sexual Dependency de Nan Goldin accompagnée par un concert des Tiger Lillies.

Lors de l'édition 2013, plus de 6 000 spectateurs ont assisté aux soirées de projections photographiques, soit environ 1 500 spectateurs par soir.

Nuit de l’Année[modifier | modifier le code]

La Nuit de l’Année est l'événement festif incontournable des Rencontres d'Arles. Elle a lieu aux Papeteries Étienne dans le quartier de Trinquetaille. Cette soirée de la semaine d'ouverture s’ouvre à la diversité des pratiques artistiques liées à l’image. Elle présente les coups de cœur de l’année, offre des cartes blanches à des artistes, à des institutions, à des magazines… Lors de l'édition 2019, une quarantaine de propositions ont été projetées en boucle sur 6 grands écrans et deux institutions.

L'événement commence en fin de journée avec l'opération BYOPaper - Bring Your Own Paper[5]. 40 artistes sont sélectionnés pour coller leurs tirages sur les murs de la papeterie. Un jury composé de l’équipe de direction des Rencontres d’Arles et de l’équipe de Fisheye, le magazine lifestyle de la photographie sélectionne les 40 projets chaque année.

En 2017, pour la 3e année consécutive, la Nuit de l’Année s’est déroulée aux Papeteries Étienne et a accueilli plus de 5000 visiteurs[6].

Photo Folio Review & Gallery[modifier | modifier le code]

Lancé en 2006, Photo Folio Review & Gallery propose des lectures de portfolios sur inscription pendant la semaine d’ouverture du festival. Il s'adresse à tout photographe professionnel, étudiant en école de photographie ainsi qu'aux photographes amateurs ayant déjà une pratique avancée de la photographie.

Les lectures sont effectuées par des experts internationaux de la photographie : éditeurs, commissaires d’expositions, directeurs d’institutions, directeurs d’agences, galeristes, collectionneurs, critiques, directeurs artistiques de presse. En 2019, 315 photographes ont soumis leur travail à la critique et aux conseils de 147 experts.

Tout au long de la semaine du Photo Folio Review, chacun des experts vote, à la fin de chacun de leurs sessions, pour leur photographe « coup de cœur ». Le travail du lauréat est exposé dans la sélection officielle des Rencontres, l'année suivante.

Temple Arles Books[modifier | modifier le code]

De 2015 à 2018, Cosmos-Arles Books est un événement satellite des Rencontres d’Arles consacré aux nouvelles pratiques éditoriales, sous la direction artistique d'Olivier Cablat et de Sebastian Hau (Cosmos) ainsi que de Sam Stourdzé, directeur des Rencontres d'Arles.

À partir de 2018, Temple et les Rencontres d'Arles présentent Temple Arles Books : un espace d'échanges entre éditeurs, artistes, institutions, indépendants, amateurs et visiteurs. Une programmation transversale autour des pratiques éditoriales s'articule en plusieurs temps et rendez-vous et reflète la diversité de la création contemporaine.

Cofondé en 2013 par les commissaires indépendants et designers Anna Planas et Pierre Hourquet, Temple est une plateforme de diffusion indépendante. En 2019, pour la première édition de Temple Arles Books, le Book Market a rassemblé une soixantaine d'éditeurs et d'initiatives autour de livres, fanzines et magazines. Un cycle de conférences, performances et rencontres professionnelles venait enrichir la programmation quotidienne.

Colloques et débats[modifier | modifier le code]

Lors de la semaine d’ouverture des Rencontres d’Arles, des colloques et débats sont organisés, invitant les photographes participants et les professionnels présents à s’exprimer sur leur travail ou sur les questions soulevées par les images exposées.

Les dernières éditions de ces événements ont ainsi abordé la photographie autour de différents sujets : Peut-on penser aujourd'hui encore une esthétique du noir et blanc pour la photographie ? (2013), Comment les réseaux sociaux agissent sur la créativité et l’information, ? (2011), Ruptures, une notion centrale pour la photographie aujourd’hui (2009), La commande en photographie : liberté ou contrainte (2008), Enjeux et mutations du marché de la photographie (2007) ou encore Un enjeu de masse : de la diffusion de la photographie à la gestion des archives (2019).

VR Arles Festival, le festival artistique de la réalité virtuelle[modifier | modifier le code]

Fondé en 2016 par BNP Paribas, Fisheye et les Rencontres de la Photographie d'Arles, le VR Arles Festival plonge le spectateur au coeur des meilleures productions mondiales de réalité virtuelle. Pendant deux mois, au couvent Saint-Césaire, le VR Arles Festival déploie sa programmation autour de l'art immersif, des fictions et documentaires de réalité virtuelle. En 2019, le festival a inauguré les Rencontres du Virtuel, une journée de conférences et discussions autour de la réalité virtuelle.

En 2019, le festival a inauguré les Rencontres du Virtuel, une journée de conférences et discussions autour de la réalité virtuelle. Une résidence d'écriture et un parcours jeune public ont également été mis en place.

Les Prix des Rencontres d’Arles[modifier | modifier le code]

Prix Découverte Louis Roederer[modifier | modifier le code]

10 projets sont sélectionnés parmi les propositions de galeries et font chacun l'objet d'une exposition. Pendant la semaine d'ouverture, un jury récompense un artiste et sa galerie à travers une acquisition d'un montant de 15 000 euros, tandis que le public désigne son lauréat à travers une acquisition d'un montant de 5 000 euros.

Les Prix du Livre[modifier | modifier le code]

Crée pour soutenir l'extraordinaire développement de l'édition photographique et contribuer à sa plus large diffusion, les prix du Livre des Rencontres d'Arles récompensent trois catégories d'ouvrages : livre d'auteur, livre historique et le prix photo-texte. Chaque prix est doté de 6 000 euros. Les lauréats sont désignés pendant la semaine d'ouverture par un jury d'experts du livre photographique.

Chaque ouvrage est reçu en deux exemplaires : l'un est déposé à la bibliothèque de l'École nationale de la photographie d'Arles et l'autre est présenté au public dans un lieu dédié durant toute la période du festival. Depuis 2010, une fois l'exposition terminée, le deuxième exemplaire des ouvrages reçus est donné à la bibliothèque d'institutions culturelles.

Prix du Livre d'auteur[modifier | modifier le code]

Ce prix récompense le meilleur ouvrage photographique présentant un projet d'auteur contemporain.

Prix du Livre historique[modifier | modifier le code]

Ce prix récompense le meilleur travail documenté sur la photographie ou un photographe, thématique ou monographique.

Prix Photo-Texte[modifier | modifier le code]

Ce prix récompense le meilleur ouvrage mêlant images et textes, que ce soit à travers l'imbrication du texte dans l'image, la place prépondérante de l'écrit au sein d'une maquette ou bien un texte d'auteur venant soutenir le propos photographique.

LUMA Rencontres Dummy Book Award[modifier | modifier le code]

En 2015, les Rencontres d’Arles ont lancé un prix d’aide à la publication d’une maquette de livre. Doté d’un budget de production de 25 000 euros, ce prix est ouvert à tout photographe et artiste émergent utilisant la photographie sur proposition d’une maquette de livre n’ayant jamais fait l’objet d’une publication. Une attention particulière est portée aux formes éditoriales expérimentales et novatrices. La Fondation LUMA est le partenaire exclusif de ce prix.

En 2019, 146 ouvrages en provenance de 36 pays ont été réceptionnés.

La production du lauréat est présentée durant l’édition suivante des Rencontres d’Arles.

Prix de la Photo Madame Figaro[modifier | modifier le code]

Depuis 2016, le Prix de la Photo Madame Figaro récompense la vision d'une femme photographe. En 2019, le prix était doté de 10 000  en acquisition d’œuvres pour la collection des Rencontres d'Arles. Le magazine avait également confié une carte blanche à la lauréate, entre photographie et mode, publiée dans le magazine l'été suivant.

Prix Women In Motion pour la photographie[modifier | modifier le code]

Kering s'est associé aux Rencontres d'Arles pour la création du Prix Women In Motion pour la Photographie, dôté de 25 000 en acquisition d’œuvres pour la collection des Rencontres d'Arles.

Collecte collaborative[modifier | modifier le code]

Pour leur 50e édition, le festival a lancé une plateforme participative permettant à tous de déposer photographies, vidéos, enregistrements sonores, documents numérisés (journaux, affiches, lettres…) et témoignages. Cette collecte a pris la forme d'un grand album numérique qui retrace cinq décennies de festival. 430 contributeurs ont partagé à ce jour plus de 6 000 documents.

Archives[modifier | modifier le code]

Le travail de récolement des documents d'archives, entamé en préparation du 50e anniversaire du festival, a permis d'identifier les différentes pièces d'archives du festival. Les archives du festival conservent différentes typologies et supports documentaires, entre autres aussi des documents qui peuvent être considérés comme des œuvres d'art. Toute la documentation produite ou reçue dans le cadre de l'organisation du festival est considérée comme "archives".

Certaines pièces d'archives ont été présentées au public lors de la 50e édition.

Collection de photographies des Rencontres d'Arles[modifier | modifier le code]

Le travail de récolement des photographies de la collection, entamé en préparation du 50e anniversaire du festival, a permis de dresser l'inventaire des œuvres de la collection des Rencontres, mais également de retracer l'histoire et les différents contextes de constitution de cette collection.

La collection photographique des Rencontres d'Arles s'est formée en plusieurs temps et formes. Une première phase d'acquisitions a été menée de 1976 (date supposée) à la fin des années 90. La première entrée en collection supposée date de 1976 avec l'œuvre de Jack Welpott, Satirical photographer. En 1983, à l'initiative du Ministère de la Culture, une galerie de prêts est créée, ce qui marque le début d'une prolifique période d'acquisitions. La Photothèque des Rencontres Internationales de la Photographie, une des premières créées en France, prête des œuvres aux particuliers et aux institutions. De nombreuses donations d'œuvres par les artistes exposés au festival ponctuent par ailleurs la période. À l'issue de cette période, deux grands dépôts sont réalisés en 2002 et 2005 au Musée Réattu, les conditions de conservation des œuvres sont ainsi mieux respectées dans les réserves du Musée.

Entre 2005 et 2015, aucune œuvre n'est entrée dans la collection, selon les informations détenues à ce jour.

La collection reçoit à partir de 2015 de nouvelles œuvres sous la modalité de la dotation. La collection redevient un témoin historique et patrimonial de chaque édition du festival.

En février 2019, la collection comptait 3 194 œuvres.

Une plateforme de présentation des œuvres de la collection a été publiquement mise en ligne à l'été 2019.

Affiches[modifier | modifier le code]

Michel Bouvet est l'auteur des affiches et de la signalétique de 2002 à 2014.

Un tiré à part rassemblant toutes les affiches des 50 ans de festival était joint au catalogue du programme des expositions de la 50e édition coédité avec les éditions Actes Sud.

Expositions et projets hors les murs[modifier | modifier le code]

Jimei x Arles International Photo Festival[modifier | modifier le code]

En 2015, le directeur des Rencontres Sam Stourdzé et le photographe contemporain et fondateur des galeries de photographie Three Shadows Photography Art Centre, RongRong1 inaugurent la première édition du festival international de photographie Jimei x Arles[7].

Il a lieu chaque année autour des mois de novembre et décembre dans le district de Jimei de la ville de Xiamen en Chine, ville située dans la province du Fujian en face de Taïwan. Le festival est notamment soutenu par la ville de Xiamen. Appelé à l'origine, pour sa première édition, Jimei x Arles Encounters the West East International Photo Festival1, le festival s'est construit en partenariat avec les Rencontres d'Arles.

Chaque année depuis 2015, Jimei x Arles présente 8 expositions des Rencontres d'Arles et une vingtaine d'expositions sur la photographie chinoise et plus largement asiatique. Le lauréat du Prix découverte décerné lors du festival Jimei x Arles bénéficie l'année suivante d'une exposition lors des Rencontres d'Arles. En 2019, un nouveau pris était remis, le Jimei x Arles Women Photography Award, premier pris de photographie en Chine dédié aux femmes photographes.

En 2017, pour sa troisième édition, le festival a accueilli plus de 60 000 visiteurs3. 70 000 visiteurs se sont rendus à l'édition 2018.

Itinérances et coproductions[modifier | modifier le code]

Une partie des expositions présentées aux Rencontres d'Arles sont souvent le fruit de coproductions et sont présentées dans la structure coproductrice après avoir été présentées à Arles. Il arrive également que des expositions intégralement produites par les Rencontres d'Arles soient itinérantes.

Nuit de l'Année au Tbilissi Photo Festival[modifier | modifier le code]

Le Tbilissi Photo Festival a créé en 2010, The Night of Photography, en partenariat avec les Rencontres d'Arles, afin de créer la version caucasienne de la Nuit de l'Année. En 2019, The Night of Photography fêtait ses dix ans. Une sélection de photographies de la Nuit de l'Année arlésienne 2019 était présentée sur un écran à Tbilissi.

Médiathèque en ligne[modifier | modifier le code]

Depuis 2013, la médiathèque est un fonds audiovisuel dédié à la photographie. Véritable prolongement du festival, la médiathèque permet de partager la parole des artistes et des personnalités du monde de la photographie à travers des articles illustrés et documents audiovisuels.

Stages de photographie[modifier | modifier le code]

L’échange entre les photographes professionnels et les praticiens de tous niveaux est une constante depuis la création des Rencontres d’Arles. Les stages de photographie permettent chaque année aux participants de s’engager dans une démarche personnelle de création, au plus proche des enjeux esthétiques, éthiques et technologiques de la photographie.

Des grands noms de la photographie ont été régulièrement maîtres de stages pour les Rencontres d’Arles : Abbas, Guy Le Querrec, René Burri, Mary Ellen Mark, Paul Almasy, Antoine d'Agata, Martin Parr, Joan Fontcuberta, Jean Mézière etc. 51 stages de photographie ont été proposés lors de la programmation annuelle de l'édition 2019.

Des expositions sont organisées tous les vendredis de l'été, au 34 rue du Docteur Fanton, pour présenter les travaux des participants aux stages.Après un vote des participants, les travaux d'un lauréat par stage programmé sont sélectionnés pour être exposés tout l'été à la Maison des peintres.

De nombreux partenariats ont été mis en place afin de favoriser les prises de vue des participants. En effet, des Arlésiens, des commerçants, diverses administrations et entreprises, des structures associatives et culturelles acceptent d'accueillir de nombreux stagiaires, qui peuvent ainsi développer facilement un projet photographique. Ces diverses collaborations permettent de renforcer les liens entre les Rencontres d'Arles et les acteurs professionnels, culturels, associatifs du territoire, et plus largement les Arlésiens.

Actions Pédagogiques[modifier | modifier le code]

La Rentrée en Images[modifier | modifier le code]

L'accès de tous à la culture comme vecteur de lien social et d'émancipation est un des objectifs majeurs des Rencontres d'Arles et plus spécifiquement du Pôle pédagogique du festival. À travers La Rentrée en Images, les Rencontres d'Arles proposent à près de 300 classes, de la maternelle au master, de partir à la découverte de l'image sous toutes ses formes. Il s'agit d'accompagner le regard des plus jeunes, de donner du sens aux images qui nous entourent, rendre le regard plus autonome afin de permettre aux élèves de développer leur curiosité et leur esprit critique.

160 000 élèves de la maternelle à l'enseignement supérieur ont pu bénéficier de ce dispositif depuis son origine en 2004, dont une part significative approchait l’univers de l’art contemporain pour la première fois. L'édition 2019 a accueilli 10 000 élèves de 256 classes. La Rentrée en Images est totalement gratuite.

Pendant les deux premières semaines de septembre, les élèves du CP au Master visitent les expositions présentées par un médiateur de l'équipe des Rencontres d'Arles, découvrent des ateliers et jeux pédagogiques, assistent à des projections, des visites et rencontrent des artistes ou des commissaires autour de leurs expositions. 900 créneaux d'activités regroupant médiations dans les expositions, séances de projections et activités à la carte, ont ainsi pu être proposés lors de La Rentrée en Images 2019.

Pôle de formation[modifier | modifier le code]

Formation des médiateurs de La Rentrée en Images[modifier | modifier le code]

26 médiateurs stagiaires issus de formations diverses et complémentaires (médiation culturelle, école des beaux-arts, école de photographie, spectacle vivant) ont bénéficié d'une formation riche et intense soutenue par des professionnels de l'image et de la médiation. Ce stage comporte un temps de formation, un temps de médiation auprès du jeune public et un temps de restitution d'expérience.

Près de 350 médiateurs-stagiaires ont ainsi été formés depuis l'origine de La Rentrée en Images en 2004.

Les Rencontres professionnelles de l'éducation à l'image[modifier | modifier le code]

En 2019, pour la 5e année consécutive, Les Rencontres d'Arles ont invité les acteurs des champs culturel, éducatif, social et toutes les personnes qui s'intéressent à l'éducation aux images à se retrouver durant trois journées autour d'une thématique commune portant cette année sur les images d'archives comme matériaux artistique et pédagogique.

Ces trois journées se sont articulées autour d'une rencontre avec une commissaire d'exposition, une table ronde, des expérimentations, des partages d'expériences et des visites d'expositions.

Handicap — Le projet "Tous égaux derrière l'objectif"[modifier | modifier le code]

Le projet participatif "Tous égaux derrière l'objectif" a pour vocation d'inclure les personnes en situation de handicap dans le tissu culturel du Pays d'Arles en leur permettant d'être acteurs de manifestations emblématiques. Cette action se présente sous la forme d'un travail commun entre collectivités, institutions, fondations et associations.

Les Rencontres d'Arles ont souhaité prendre une part active dans ce projet en collaboration étroite avec les différents acteurs culturels de la Ville d'Arles. Elles ont ainsi proposé dans le courant de l'été 2019 des visites dédiées des expositions à destination des personnes en situation de handicap. Elles ont également proposé des stages pratiques à destination des personnels encadrant de différentes structures d'accueil des personnes en situation de handicap.

Formation aux outils et astuces pour faire découvrir la photographie à tous[modifier | modifier le code]

Soucieuses d'accompagner les collectivités et les médiateurs, Les Rencontres d'Arles, centre agréé de formation professionnelle continue, proposent tout au long de l'année des formations à la lecture de l'image et à l'animation du jeu Pause-Photo-Prose. À la demande des collectivités, des associations ou des particuliers, le service pédagogique conçoit des propositions de formation à la carte (de quelques heures à 2 jours), et constitue un réseau de personnes ressources.

Pôle d'expérimentation, de recherche et de développement[modifier | modifier le code]

Cet axe de réflexion et d'expérimentation, initié depuis 2011 au sein du service pédagogique, nourrit une réflexion et permet de développer des outils nomades à la disposition de tous : dans le temps du festival mais aussi et surtout en dehors.

Le jeu Pause-Photo-Prose et l'outil Face Aux Photographies[modifier | modifier le code]

Conçu dans le cadre d'une expérimentation, en concertation avec les professionnels de la photographie, de la formation et de l'animation, le jeu Pause-Photo-Prose a été développé pour les tranches d'âges 12-25 ans et 6-12 ans. Cet outil d'éducation au regard compte à ce jour plus de 800 structures utilisatrices.

Après la création et mise en place d'un dispositif d'accompagnement sur mesure pour accompagner les jeunes les plus en difficulté pendant deux années, en concertation avec la direction inter-régionale Sud Est de la Protection Judiciaire de la Jeunesse, un nouvel outil a été créé. Face aux photographies , dont l'essaimage a débuté en 2019, s'appuie sur le jeu Pause-Photo-Prose dont il est une extension conçue spécifiquement pour la Protection Judiciaire de la Jeunesse. L'enjeu de cet outil est de rendre compréhensible et intelligible la photographie contemporaine et permet d'inviter les participants à engager une réflexion collective en favorisant la prise de parole, l'échange, l'affirmation de soi et de ses différences.

Observer-Voir — La plateforme numérique d'éducation au regard des Rencontres d'Arles[modifier | modifier le code]

Cette plateforme a été conçue afin de partager l'action du pôle d'éducation aux images en dehors du temps festivalier et hors les murs. Conçue avec les photographes, enseignants, éducateurs et médiateurs, Observer-Voir propose de nombreux questionnements autour de la photographie pour le jeune public à partir de 6 ans jusqu'à l'âge adulte : un corpus resserré de 32 photographies, des informations sur leurs auteurs, des pistes de réflexion et des propositions concrètes de séances d'ateliers ludiques pour tous les publics.

La plateforme a également été enrichie d'une section intitulée Planète Photographie qui comprend des repères chronologiques des principales techniques par le biais d'une frise chronologique, un lexique comportant près de 200 définitions en lien avec la photographie, des sites ressources, une cartographie de France des principaux lieux dédiés à la photographie et à l'éducation aux images, des fiches métiers et une page d'actualités.

À ce jour, Observer-Voir a accueilli 100 000 visiteurs uniques de toute la France, venus consulter les ressources sur les photographes. 1800 professionnels s'y sont inscrits pour animer des ateliers pratiques pour tous les publics.

Des clics et des classes[modifier | modifier le code]

"Des clics et des classes" est une opération nationale pilotée par Réseau Canopé, opérateur du ministère de l'Éducation nationale, ayant pour objectif la sensibilisation des jeunes à la photographie. Chaque année, des classes de tous niveaux scolaires mettent en œuvre un projet de création aux côtés d'un photographe. Une sélection de leurs productions donne lieu à une exposition aux Rencontres de la photographie, qui voyagera ensuite dans une dizaine de ville en France dans les Ateliers Canopé.

Budget[modifier | modifier le code]

Le budget de l'édition 2015 des Rencontres a été de 7 millions d’euros provenant à 38 % de financements publics, 43 % de recettes propres (principalement billetterie et produits dérivés) et 17 % de mécénat et partenariats privés[8].

Le budget de l'édition 2018 des Rencontres a été de 7 millions d’euros, provenant à 27 % de financements publics, 58 % de recettes propres (principalement billetterie et produits dérivés) et 15 % de partenariats privés.

Publics[modifier | modifier le code]

En 2018, selon le rapport d'étude des publics, 66 % des visiteurs étaient des habitués ; ils étaient 84% à être originaires de l’Hexagone. 9800 Arlésiens ont participé aux Rencontres lors de l'édition 2019.

Les expositions[modifier | modifier le code]

Années 1970[modifier | modifier le code]

1970 : 1re édition

1971 : 2e édition

1972 : 3e édition

1973 : 4e édition

1974 : 5e édition (28 juin au 27 juillet)

1975 : 6e édition (7 au 27 juillet)

1976 : 7e édition (7 au 27 juillet)

1977 : 8e édition (7 au 27 juillet)

1978 : 9e édition (7 au 27 juillet)

1979 : 10e édition (7 au 27 juillet)

Années 1980[modifier | modifier le code]

1980 : 11e édition

1981: 12e édition

1982 : 13e édition

1983 : 14e édition

1984 : 15e édition

Jean Dieuzaide, Marilyn Bridges, Mario Giacomelli, Augusto De Luca, Joyce Tenneson, Luigi Ghirri, Albato Guatti, Mario Samarughi, Arman, Raoul Ubac,…

1985: 16e édition

David Hockney, Fritz Gruber, Franco Fontana, Milton Rogovin, Gilles Peress, Jane Evelyn Atwood, Eugene Richards, Sebastião Salgado, Robert Capa, Lucien Hervé, …

1986 : 17e édition

Collection Graham Nash, Annie Leibovitz, Sebastião Salgado, Martin Parr, Robert Doisneau, Paulo Nozolino, Ugo Mulas, Bruce Gilden, Georges Rousse, Peter Knapp, Max Pam, Miguel Rio Branco, Michelle Debat, Andy Summers, Baron Wolman.…

1987 : 18e édition

Brian Griffin, Dominique Issermann, Nan Goldin, Max Vadukul, Gabriele Basilico, Paul Graham, Thomas Florschuetz, Gianni Berengo Gardin, Rudolf Schaefer

1988 : 19e édition

  • Directeur artistique : Claude Hudelot
  • Président : Jean-Maurice Rouquette
  • « La danse, la Chine, la pub. » La photographie chinoise est présentée pour la première fois à l'étranger sous la forme d’une grande exposition avec 40 photographes chinois, parmi lesquels Wu Yinxian, Zhang Hai-er, Chen Baosheng, Ling Fei, Xia Yonglie, dont le commissaire est Karl Kugel, coréalisateur avec ilirou du film (52 min) « Chine : vues intérieures », diffusé en ouverture du festival. La plupart des grands photographes ayant couvert ce pays sont par ailleurs présents, soit dans l'exposition de l'agence Magnum, dont le commissaire est François Hébel, soit dans des expositions personnelles, comme celles de Marc Riboud ou de Jeanloup Sieff.

Autres invités des Rencontres 88 : Bruce Weber, Hans Namuth, Mary Ellen Mark, Marie-Paule Nègre, Jean-Marc Zaorski, Bernard Descamps, Xavier Lambours, Patrick Zachmann, Charles Camberoque, Michel Delaborde, Michel Semeniako, Françoise Huguier, Jean Larivière, Germaine Krull, Marc Garanger, Jean-Paul Goude, Jean-Louis Boissier, Deborah Turbeville, Sandra Petrillo, Daniel Schwartz, Jean-Marie Del Moral, Nittin Vadukul, Laurent Septier, Yann Layma, Jean-Marc Tingaud, Martine Voyeux, Paolo Calia, Gundunla Schulze. Ainsi que Henri Alekan, Arielle Dombasle, Jacques Séguéla, Roland Topor, Serge July, Lucinda Childs, invités à commenter leur « projection privée » lors des soirées au Théâtre antique, où Christian Lacroix organise un défilé exceptionnel.

1989 : 20e édition

Arles fête « ses vingt ans » (1969-1989) ; avec Lucien Clergue, Lee Friedlander, Cristina García Rodero, Thierry Girard, Denis Hopper, John Demos, Philippe Bazin, Carmelo Bongiorno, George Hashigushi, Eduardo Masférré, Hervé Gloaguen, Elizabeth Sunday, Pierre de Vallombreuse, Robert Frank pour « The lines of My Hand » (commissaire : Charles-Henri Favrod) ; Hommage à Pierre de Fenoÿl ; Julio Mitchel, Roland Schneider, Rafael Vargas, John Phillips, Annette Messager, Christian Boltanski, la collection Bonnemaison, Javier Vallhonrat. Exposition « Ils annoncent la couleur », avec Stéphane Sednaoui, Jean-Baptiste Mondino, Max Vadukul, Nick Night, Nigel Shafran, Tony Viramontes (en), Cindy Palmano ; commissaire : Marc Vascoli. Exposition et soirée « Deep South » avec Robert Frank, Bruce Davidson, Duane Michals, Gordon Parks, Alain Desvergnes, Gilles Mora, Paul Kwilecki, William Christenberry, William Eggleston, Marilyn Futtermann, Debbie Fleming Caffery, Fern Koch, Jay Leviton, Eudora Welty ; commissaire : Gilles Mora; Pierre-Jean Amar.

Années 1990[modifier | modifier le code]

1990 : 21e édition

Volker Hinz, Erasmus Schröter, Stéphane Duroy, Raymond Depardon, Frédéric Brenner, Drtikol, Saudek

1991 : 22e édition

Tina Modotti, Edward Weston, Graciela Iturbide, Martín Chambi, Sergio Larrain, Sebastião Salgado, Juan Rulfo, Miguel Rio Branco, Eric Poitevin, Alberto Schommer…

1992 : 23e édition

Don McCullin, Dieter Appelt, Béatrix Von Conta, Denise Colomb, José Ortiz-Echagüe, Wout Berger, Thibaut Cuisset, Knut W. Maron, John Statathos

1993 : 24e édition

Richard Avedon, Larry Fink, Ernest Pignon-Ernest, Cecil Beaton, Raymonde April, Koji Inove, Louis Jammes, Eiichiro Sakata

1994 : 25e édition

Andres Serrano, Roger Pic, Marc Riboud, Bogdan Konopka, Sarah Moon, Pierre et Gilles, Marie-Paule Nègre, Edward Steichen et Josef Sudek, Robert Doisneau, André Kertész

1995 : 26e édition

Alain Fleischer, Roger Ballen, Noda, Toyoura, Romain Slocombe, Nam June Paik, France Bourély.…

1996 : 27e édition

Ralph Eugene Meatyard, William Wegman, Grete Stern, Paolo Gioli, Nancy Burson, John Stathatos, Sophie Calle, Luigi Ghirri, Pierre Cordier

1997 : 28e édition

Collection Marion Lambert, Eugene Richards, Mathieu Pernot, Aziz + Cucher, Jochen Gerz, Antoni Muntadas, Ricard Terré

1998 : 29e édition

David LaChapelle, Herbert Spring, Mike Disfarmer, Francesca Woodman, Federico Patellani, Massimo Vitali, Dieter Appelt, Samuel Fosso, Urs Lu.thi, Pierre Molinier, Yasumasa Morimura, Roman Opalka, Cindy Sherman, Sophie Weibel

1999 : 30e édition

Lee Friedlander, Walker Evans

Années 2000[modifier | modifier le code]

2000 : 31e édition

Tina Modotti, Jakob Tuggener, Peter Sakaer, Masahisa Fukase, Herbert Matter, Robert Heinecken, Jean-Michel Alberola, Tom Drahos, Willy Ronis, Frederick Sommer, Lucien Clergue, Sophie Calle

2001 : 32e édition

Luc Delahaye, Patrick Tosani, Stéphane Couturier, David Rosenfeld, James Casebere, Peter Lindbergh, Jonathan Abbou

2002 : 33e édition (6 juillet -8 septembre)

Guillaume Herbaut, Baader Meinhof, Astrid Proll, Josef Koudelka, Gabriele Basilico, Rineke Dijkstra, Lise Sarfati, Jochen Gerz, Collection Ordoñez Falcon, Larry Sultan, Alex Mac Lean, Alastair Thain, Raeda Saadeh, Zineb Sedira, Serguei Tchilikov, Jem Southam, Alexey Titarenko, Andreas Magdanz, Sophie Ristelhueber

2003 : 34e édition (5 juillet -12 octobre)

Collection Claude Berri, Hou Bo[9],Lin Tianmiao & Wang Gongxin, Xin Danwen, Gao Bo, Shao Yinong & Mu Chen, Hong Li, Hai Bo, Chen Lingyang, Ma Liuming, Hong Hao, Naoya Hatakeyama, Roman Opalka, Jean-Pierre Sudre, Suzanne Lafont, Corinne Mercadier, Adam Bartos, Marie Le Mounier, Yves Chaudouët, Galerie VU, Harry Gruyaert, Vincenzo Castella, Alain Willaume, François Halard, Donovan Wylie, Jérôme Brézillon & Nicolas Guiraud, Jean-Daniel Berclaz, Monique Deregibus, Youssef Nabil, Tina Barney

2004 : 35e édition (8 juillet -19 septembre)

Dayanita Singh, Les archives du ghetto de Lodz, Stephen Gill, Oleg Kulik, Arsen Savadov, Keith Arnatt, Raphaël Dallaporta, Taiji Matsue, Tony Ray-Jones, Osamu Kanemura, Kawauchi Rinko, Chris Killip, Chris Shaw, Kimura Ihei, Neeta Madahar, Frank Breuer, Hans van der Meer, James Mollison, Chris Killip, Mathieu Pernot, Paul Shambroom, Katy Grannan, Lucien Clergue, AES + F, György Lörinczy

2005 : 36e édition (5 juillet -18 septembre)

Collection William M. Hunt, Miguel Rio Branco, Thomas Dworzak, Alex Majoli, Paolo Pellegrin, Ilkka Uimonen, Barry Frydlender, David Tartakover, Michal Heiman, Denis Rouvre, Denis Darzacq, David Balicki, Joan Fontcuberta, Christer Strömholm, Keld Helmer-Petersen

2006 : 37e édition (4 juillet -17 septembre)

La photographie américaine à travers les collections françaises, Robert Adams, Cornell Capa, Gilles Caron, Don McCullin, Guy Le Querrec, Susan Meiselas, Julien Chapsal, Michael Ackerman, David Burnett, Lise Sarfati, Sophie Ristelhueber, Dominique Issermann, Jean Gaumy, Daniel Angeli, Paul Graham, Claudine Doury, Jean-Christophe Béchet, David Goldblatt, Anders Petersen, Philippe Chancel, Meyer, Olivier Culmann, Gilles Coulon, Gilles Leimdorfer,…

2007 : 38e édition (3 juillet -16 septembre)

Les 60 ans de Magnum Photos, Pannonica de Koenigswarter, Le Studio Zuber, Collections d’Albums Indiens de la Collection Alkazi, Alberto Garcia-Alix, Raghu Rai, Dayanita Singh, Nony Singh, Sunil Gupta, Anay Mann, Pablo Bartholomew, Bharat Sikka, Jeetin Sharma, Siya Singh, Huang Rui, Gao Brothers, RongRong & inri, Liu Bolin, JR

2008 : 39e édition (8 juillet -14 septembre)

Richard Avedon, Grégoire Alexandre, Joël Bartoloméo, Achinto Bhadra, Jean-Christian Bourcart, Samuel Fosso, Charles Fréger, Pierre Gonnord, Françoise Huguier, Grégoire Korganow, Peter Lindbergh, Guido Mocafico, Henri Roger, Paolo Roversi, Joachim Schmid, Georges Tony Stoll, Patrick Swirc, Tim Walker, Vanessa Winship, Marikel LAHANA, Sung-Hee Lee, Christophe Mattern

2009 : 40e édition (7 juillet -13 septembre)

Robert Delpire, Willy Ronis, Jean-Claude Lemagny, Lucien Clergue, Elger Esser, Roni Horn, Duane Michals, Nan Goldin (invitée d'honneur), Brian Griffin, Naoya Hatakeyama, JH Engström, David Armstrong, Eugene Richards, Martin Parr, Paolo Nozolino

Années 2010[modifier | modifier le code]

2010 : 41e édition (3 juillet - 19 septembre)

Promenade Argentine : Léon Ferrari, Marcos Adandia, Leandro Berra, Marcos Lopez, Sebastiano Mauri, Gabriel Valansi, Promenade rock : Mick Jagger, Jean Pigozzi, Claude Gassian, I am a cliché, Échos de l’esthétique punk, Andy Warhol, Billy Name, Stephen Shore, Robert Mapplethorpe[10], Dan Graham, Peter Hujar, David Wojnarowicz, Bruce Conner, Destroy All Monsters, Sue Rynski, David Lamelas, Dennis Morris, Jamie Reid, Album Covers, Linder, Alain Dister, Robert Malaval, Belle journée en perspective, Katharina Sieverding, Rhona Bitner, Céleste Boursier-Mougenot, Christian Marclay, Meredith Sparks, Wolfgang Tillmans, Promenade argentique : Ernst Haas, Shoot ! La photographie existentielle, Michel Campeau, Chambre(s) claire(s), note(s) sur la photographie, Polaroid en péril !, Zhang Dali, Augusto Ferrari, Des photographes en autoportraits, où sont-ils ?, Promenade avec les amis de la Fondation Luma : Fischli/Weiss, Luke Fowler/Peter Hutton, Prix Découverte 2010, Artistes présentés par Tom Eccles, Anne Colier, Liz Deschenes, Roe Ethridge, Artistes présentés par Liam Gillick, Marlo Pascual, Gilad Ratman, Solmaz Shahbazi, Artistes présentés par Hans Ulrich Obrist & Philippe Parreno, Hans Peter Feldmann, Shannon Ebner, Kazuo Shinohara, Taryn Simon, Trisha Donnelly, Darius Khondji, Artistes présentés par Beatrix Ruf, Annette Kelm, Elad Lassry, Leigh Ledare, Prix du livre d'auteur et prix du livre historique 2010, Promenade des passages de témoins : Un parcours dans la collection de Marin Karmitz, France 14, ReGeneration2, Paolo Woods, ENSP (promotion 2010), SFR jeunes talents, Lea Golda Holterman, Hors promenade : No Scoop, Télérama culture couverture, Ivan Mikhailov, Des clics et des classes, Marcher-créer, Mario Giacomelli, Klavdij Sluban, 1950-2010 : Picto a 60 ans, Patrick Bouchain, François Deladerrière, Galerie Vu', François Halard, Peter Klasen, Pierre Jahan

2011 : 42e édition (4 juillet - 18 septembre)

Chris Marker, photos du New York Times, Robert Capa, Pentti Sammallahti, JR, Wang Qingsong, Dulce Pinzon,…

2012 : 43e édition (3 juillet - 23 septembre)

Les 30 ans de l'ENSP, Josef Koudelka, Amos Gitai, Klavdij Sluban & Laurent Tixador, Arnaud Claass[11], Grégoire Alexandre, Édouard Beau, Jean-Christophe Béchet, Olivier Cablat, Sébastien Calvet, Monique Deregibus & Arno Gisinger, Vincent Fournier, Marina Gadonneix, Valérie Jouve, Sunghee Lee, Isabelle Le Minh, Mireille Loup, Alexandre Maubert, Mehdi Meddaci, Collection Jan Mulder, Alain Desvergnes[12], Olivier Metzger, Joséphine Michel, Erwan Morère, Tadashi Ono, Bruno Serralongue, Dorothée Smith, Bertrand Stofleth & Geoffroy Mathieu, Pétur Thomsen, Jean-Louis Tornato, Aurore Valade, Christian Milovanoff[13],

2013 : 44e édition (1er juillet - 22 septembre)

Hiroshi Sugimoto, Sergio Larrain, Guy Bourdin, Alfredo Jaar[14], John Stezaker[15], Wolfgang Tillmans[16], Viviane Sassen[17], Jean-Michel Fauquet, Arno Rafael Minkkinen, Miguel Angel Rojas, Pieter Hugo[18], Michel Van den Eeckhoudt, Xavier Barral[19], John Davis, Antoine Gonin[20], Thabiso Sekgala, Philippe Chancel, Raphaël Dallaporta, Alain Willaume, Cedric Nunn, Santu Mofokeng, Harry Gruyaert, Jo Ractliffe, Zanele Muholi, Patrick Tourneboeuf, Thibaut Cuisset, Antoine Cairns, Jean-Louis Courtinat, Christina de Middel, Stéphane Couturier, Frédéric Nauczyciel, Jacques Henri Lartigue, Pierre Jamet, Raynal Pellicer, Studio Fouad, Erik Kessels.

2014 : 45e édition (7 juillet - 21 septembre)

2015 : 46e édition (6 juillet - 20 septembre)

2016 : 47e édition (4 juillet - 25 septembre)

2017 : 48e édition (3 juillet - 19 septembre)

2018 : 49e édition (2 juillet - 23 septembre)

2019 : 50e édition (1er juillet - 22 septembre)

Années 2020[modifier | modifier le code]

2020 : 51e édition (29 juin - 20 septembre)[modifier | modifier le code]

Prix des Rencontres d’Arles[modifier | modifier le code]

1971

1972

1973

Prix du livre : « Paterson » de George A. Tice (Rutgers University Press) ; mentions à « Photographs and Anti-Photographs » de Elliott Erwitt (New York Graphic Society), « Déjà-vu » de Ralph Gibson (Lustrum Press) et « Suite grecque » de Constantine Manos (Chêne)

1974

1975

1976

1977

1978

1979

1980

1981

1982

1983

1984

1985

  • Prix du livre : « Mukashi-Mukashi. Le Japon de Pierre Loti, 1863-1883 » (Arthaud)

1986

1987

  • Prix du livre : « The Ballad of Sexual Dependency » de Nan Goldin (Aperture)
  • Grand prix européen de la photographie Kodak : David Gamble

1988

1989

1990

1991

1992

  • Prix du livre : « Going East » de Max Pam (Marval)

1993

1994

1995

Prix du festival

  • Prix du livre : aux éditions Schirmer-Mosel

Prix remis pendant le festival

1996

Prix du festival

  • Prix du livre images : « Photoworks » de Sigmar Polke (Scalo)
  • Prix du livre écrit : « Fotografía y sociedad en la España de Franco » (Lunwerg)

Prix remis pendant le festival

1997

Prix du festival

  • Prix du livre images : « Mein Kampf » de David Levinthal (Twin Palms)
  • Prix du livre écrit : « Sputnik » de Joan Fontcuberta (Fundación Arte y Tecnología)

Prix remis pendant le festival

1998

Prix remis pendant le festival

1999

Prix remis pendant le festival

2000

Prix remis pendant le festival

2001

Prix remis pendant le festival

2002

2003

2004

2005

  • Jury : Ute Eskildsen, Jean-Louis Froment, Michel Mallard, Kathy Ryan, Marta Gili
  • Prix Découverte : Miroslav Tichy
  • Prix No Limit : Mathieu Bernard-Reymond
  • Prix Dialogue de l'humanité : Simon Norfolk
  • Aide au projet : Anna Malagrida
  • Prix du livre : « Temporary Discomfort », Jules Spinatsch, (Lars Mueller publisher)

2006

2007

2008

  • Jury : Elisabeth Biondi, Luis Venegas, Nathalie Ours, Caroline Issa et Massoud Golsorkhi, Carla Sozzani
  • Prix Découverte : Pieter Hugo
  • Prix du livre d'auteur : « Strange and Singular », Michael Abrams (ed. Loosestrife 2007)
  • Prix du livre historique : « Nein Onkel » (ed. Archive of modern conflict août 2007)
  • Mention spéciale du jury - Prix du Livre historique : « Le vocabulaire technique de la photographie », Ouvrage collectif réalisé sous la direction d'Anne Cartier-Bresson (ed. Marval, 2008)

2009

2010

  • Prix Découverte : Taryn Simon
  • Prix LUMA : Trisha Donnelly
  • Prix du livre d'auteur : «Photography 1965-1974 », Yutaka Takanashi (éd. Only Photograph, 2010)
  • Prix du livre historique : « Les livres de photographies japonais : des années 1960 et 1970 », Ryuichi Kaneko et Ivan Vartanian (ed. Seuil, 2009)

2011

  • Prix Découverte : Mikhael Subotzky et Patrick Waterhouse
  • Prix du Livre d’auteur : « A Living Man Declared Dead + Other Chapters » de Taryn Simon (éd. Mack Books)
  • Prix du livre historique : « Works » de Lewis Baltz (éd. Steidl)

2012

  • Prix Découverte : Jonathan Torgovnik
  • Prix du Livre d'auteur : Redheaded Peckerwood de Christian Patterson
  • Prix du livre historique : Les Livres de photographie d'Amérique latine d'Horacio Fernández

2013

  • Prix Découverte : Yasmine Eid-Sabbagh et Rozenn Quéré
  • Prix du livre d'auteur : Antoine d'Agata
  • Prix du livre historique : Rosângela Rennó

2014

  • Prix Découverte : Zhang Kechun
  • Prix du Livre d’auteur : « Hidden Islam » de Nicolo Degiorgis (éd. Rorhof)
  • Prix du Livre historique : « Paris mortel retouché » de Johan van der Keuken (éd. Van Zoetendaal Publishers)

2015

  • Prix Découverte : Pauline Fargue
  • Prix du livre d’auteur : « H. said he loved us » de Tommaso Tanini/Discipula (éd. Disculpa Editions, 2014)
  • Prix du livre historique : « Monograph Vitas Luckus. Works. Biography » de Margarita Matulytė et Tatjana Luckiene-Aldag (éd. Kaunas Photography gallery & Lithuanian Art Museum, 2014)
  • Dummy Book Award : « The Jungle Book » de Yann Gross
  • Photo Folio Review : Charlotte Abramow (Belgique), Piero Martinello (Italie), Martin Essl (Autriche), Elin Høyland (Norvège) et Laurent Kronenthal (France).

2016

  • Prix Découverte : Sarah Waiswa
  • Prix du livre d’auteur : « Taking off. Henry My Neighbor » de Mariken Wessels (éd. Art Paper Editions, 2015)
  • Prix du livre historique : « (in matters of) Karl » de Annette BEHRENS (éd Fw: Books, 2015)
  • Prix du livre Photo-Texte : « Negative Publicity : Artefacts Of Extraordinary Rendition » de Edmund Clark & Crofton Black, (éd. Aperture & Magnum Fondation, 2016)
  • Dummy Book Award : « Toi et moi, un projet entre Bosnie, Allemagne et États-Unis » de Katja Stuke et Oliver Sieber / Mention Spéciale: « Monsanto, une enquête photographique » de Mathieu Asselin
  • Photo Folio Review : David Fathi (France), Sonja Hamad (Allemagne), Eric Leleux (France), Karolina Paatos (Finlande) et Maija Tammi (Finlande).

2017

  • Prix Découverte : « Retracing Our Steps », Fukushima Exclusion Zone Carlos Ayesta et Guillaume Bression.
  • Prix du livre d’auteur : « Ville de Calais » de Henk Wildschut (éd. Gwinzegal).
  • Prix du livre historique : « Latif al Ani » de Latif Al Ani, Morad Montazami et Tamara Chalabi (éd. Hannibal).
  • Prix du livre Photo-Texte : « The Movement of clouds around Mount Fuji » de Masanao Abe et Helmut Völter (éd. Spector Books).
  • Dummy Book Award : « Grozny : nine cities » de Olga Kravets, Maria Morina, Anna Shpakova et Oksana Yushko.
  • Photo Folio Review : Lauréate : Aurore Valade. Coups de coeur : Haley Morris-Cafiero, Alexandra Lethbridge, Charlotte Abramow, Catherine Leutengger.

2018

  • Prix Découverte : "La Défense, le regard qui s'essaye" de Paulien Oltheten (Galerie Les filles du calvaire, Paris, France)
  • Prix du livre d'auteur: Photographie Treatment de Laurence Aëgerter (éd Dewi Lewi Publishing, Stockport, Angleterre)
  • Mention Spéciale Prix du livre d'auteur: The Iceberg par Giorgio Di Noto (éd Patrick Frey, Zurich, Suisse)
  • Prix du livre historique: The Pigeon Photographer de Julius Neubronner (éd Rorhof, Bolzano, Italie)
  • Prix du livre photo-texte: War Primer 2 de Adam Broomberg & Olivier Chanarin (éd Mack, Londres, Angleterre)
  • Prix Dummy Book Award : Phénomènes de Marina Gadonneix
  • Mention spéciale Dummy Book Award: State of Shame de Indré Urbonaitè
  • Prix Photo Folio Review: Combining for Ice and Jade (2011-2017) de Kurt Tong

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Françoise Denoyelle, Arles, les Rencontres de la Photographie : 50 ans d'histoire, La Martinière et Les Rencontres d'Arles, , 283 p. (ISBN 978-2-7324-9088-5, notice BnF no FRBNF45749865).
  • Françoise Denoyelle, Arles, Les Rencontres de la photographie - Une histoire française, Les Rencontres d’Arles / Art Book Magazine, , 320 pages p. (ISBN 978-2-8216-0128-4)

Liens externes[modifier | modifier le code]