Ruggero Leoncavallo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ruggero Leoncavallo
Description de l'image Leonkavallo Postcard-1910.jpg.
Surnom Leoncavallo
Naissance
Naples, Drapeau de l'Italie Italie
Décès (à 62 ans)
Montecatini Terme, Drapeau de l'Italie Italie
Activité principale Compositeur

Œuvres principales

Ruggero Leoncavallo ( Naples - Montecatini Terme) est un compositeur italien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Si le nom de Ruggero Leoncavallo reste attaché à l'opéra Pagliacci (Paillasse)[1], son premier opéra créé en 1892 et considéré comme l'un des manifestes du vérisme, sa biographie est truffée de légendes, qu'il a lui-même fabriquées.

De manière certaine, on sait qu'il est fils de magistrat, qu'il a étudié au conservatoire de Naples, qu'il a suivi à Bologne les cours du poète Giosuè Carducci, qu'il a voyagé en Égypte, avant d'arriver à Paris, où il a joué du piano pour gagner sa vie dans les café-concerts.

À Paris, Leoncavallo se lie d'amitié avec Jules Massenet et le baryton Victor Maurel. Il commence alors à rédiger des livrets, en s'inspirant de modèles littéraires (il avait déjà écrit Chatterton en 1876, qui ne sera créé qu'en 1896, mais c'est en 1892 qu'éclatera son talent avec Paillasse, dont le succès universel lui a ouvert de nombreux horizons.

Leoncavallo a pu ainsi aborder d'autres genres : opérette, drame musical, comme Séraphitus Séraphîta, poème symphonique d'après Séraphîta d'Honoré de Balzac, créé à Milan à la Scala en 1894.

L'artiste reçoit parfois des commandes, comme Der Roland von Berlin de Guillaume II (1904), et il se lancera dans la composition d'opérettes, avant de renouer avec son style initial : Œdipe Roi (1920) qu'il ne verra pas représenté, puisqu'il meurt un an plus tôt.

Il fait partie de la Giovane Scuola.

Opéras[modifier | modifier le code]

Film[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ruggero Leoncavallo, Paillasse, drame en 2 actes : Paroles françaises de Eugène Crosti, Milan, E. Sonzogno, , 204 p. (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]