José Luccioni (chanteur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
José Luccioni
Image dans Infobox.
José Luccioni en 1947 (photo studio Harcourt)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
MarseilleVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Joseph LuccioniVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Tessiture

Joseph dit José Luccioni est un artiste lyrique français, né le à Bastia (Haute-Corse) et mort le à Marseille (Bouches-du-Rhône)[1].

Membre de la troupe de l'Opéra de Paris, c'est l'un des grands ténors de l'Entre-deux-guerres.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il débute comme mécanicien et chauffeur pour Citroën et ce n'est que lors de son service militaire que ses qualités vocales sont remarquées. Il part étudier le chant à Paris avec Léon David et Léon Escalaïs et fait ses débuts sur scène à l'Opéra de Rouen en 1931 dans Tosca (Cavaradossi). Son registre de ténor dramatique lui ouvre aussitôt les portes de l'Opéra de Paris où il ne reste cependant qu'une saison. Le , il entre à l'Opéra-Comique où il chante Don José dans Carmen, rôle qu'il reprendra en 1935 au Covent Garden de Londres aux côtés de Conchita Supervía et qu'il chantera plus de 500 fois au cours de sa carrière. Toujours à l'Opéra-Comique, il crée le rôle-titre de Cyrano de Bergerac de Franco Alfano en 1936 et chante les principaux rôles du répertoire : Werther (rôle-titre), Pagliacci (Canio), Tosca (Cavaradossi), La Bohème (Rodolfo), Cavalleria rusticana (Turridu), Otello (rôle-titre), Esclarmonde (Roland), etc.

Sa carrière devient rapidement internationale : il se produit à l'Opéra de Monte-Carlo où il chante Boris Godounov avec Fédor Chaliapine, en Italie, notamment à l'Opéra de Rome et aux Arènes de Vérone, en Espagne (Liceu de Barcelone), en Argentine (Teatro Colón de Buenos Aires) et aux États-Unis (Opéra de Chicago).

Après la Seconde Guerre mondiale, il apparait dans plusieurs films puis prend la direction de l'Opéra de Nice.

Il est le patriarche d'une lignée d'artistes : son fils, Jacques Luccioni (né le à Paris) débute lui aussi comme ténor en 1956 à l'Opéra-Comique dans le rôle de Don José avant de se tourner vers le répertoire de baryton au début des années 1960 (Danilo dans La Veuve joyeuse au théâtre du Châtelet aux côtés de sa seconde épouse Géori Boué) puis de passer à la mise en scène et à la direction de troupe (Centre lyrique populaire de France). Son petit-fils, José Luccioni (fils de Jacques et de la comédienne Micheline Luccioni) est acteur, tout comme son arrière-petite-fille, Olivia Luccioni.

Carrière[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Discographie sélective[modifier | modifier le code]

Saint-Saens, Samson et Dalila : Hélène Bouvier, José Luccioni, Charles Cambon, Orchestre de l'Opéra de Paris, Louis Fourestier, (1946), (CD Naxos)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Stéphane Wolff, Un demi-siècle d'Opéra-Comique (1900-1950), éd. André Bonne, Paris, 1953.
  • Roland Mancini, José Luccioni, Les Trésors de l'opéra, no 1, .
  • (en) Grove Music Online, Patrick O’Connor, (ISBN 9781561592630)[1]
  • (en) Patrick O’Connor, « José Luccioni », The Grove Book of Opera Singers, 2e édition, , (ISBN 9780195337655)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Patrick O’Connor, « José Luccioni (1903-1978) », sur oxfordindex.oup.com (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]