Théâtre Grévin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
théâtre Grévin
Description de cette image, également commentée ci-après
Entrée du théâtre et du musée.
Type théâtre
Lieu 10, boulevard Montmartre
Paris 9e Drapeau de la France France
Coordonnées 48° 52′ 18″ nord, 2° 20′ 32″ est
Architecte Eugène-Émile Esnault-Pelterie
Inauguration 1900
Capacité 210 places
Anciens noms Cabinet fantastique (1886-1896)
Joli théâtre-Grévin (1901-1904)
Théâtre Grévin (1905-1921)
Nouveau-Théâtre (1921-1922)
Théâtre Grévin
Site web http://www.grevin.com/

Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Théâtre Grévin
Géolocalisation sur la carte : 9e arrondissement de Paris
(Voir situation sur carte : 9e arrondissement de Paris)
Théâtre Grévin

Le théâtre Grévin, d'abord appelé le joli théâtre puis le Nouveau théâtre, est une salle de spectacle parisienne qui est située au 10 boulevard Montmartre dans le 9e arrondissement, au cœur du musée Grévin.

Elle donne sur le passage Jouffroy.

Le site est desservi par la station de métro Grands Boulevards.

Histoire[modifier | modifier le code]

Grévin.png

En 1886, quatre ans après son ouverture au public, le musée Grévin inaugure dans la galerie du premier étage Le Cabinet fantastique[1],[2], une salle de spectacle dédiée au divertissement scientifique et à la démystification du spiritisme[3] sous l'impulsion de l'illusionniste Carmelli[réf. nécessaire] qui en sera un opérateur régulier avant d'inaugurer son propre théâtre à Troyes le [4]

Exploitée à ses débuts par les illusionnistes Marga[5],[6] et Dicksonn[réf. souhaitée], la direction en est confiée en 1888 au jeune illusionniste Anderson[7] qui y produit des spectacles qui mêlent science, prestidigitation et mediumnisme et dont l'objectif est d'expliciter les trucages des tours de magie[8]. Anderson cède la direction du Cabinet fantastique en 1892 pour partir en tournée en France, et des grands noms de la prestidigitation de l'époque se succéderont au Cabinet fantastique jusqu'à sa fermeture.

Malgré l'intérêt du public[9], l'exploitation de la salle est arrêtée en 1896[10], mais le musée maintient les tournées Cabinet fantastique qui parcourent la France sous différents noms[11],[12],[13].

En 1900, le site est réorganisé sous la direction du mécène Gabriel Thomas par l'architecte Eugène-Émile Esnault-Pelterie en un ensemble qui regroupe le musée Grévin, la Coupole et la salle des Colonnes, complété du Palais des mirages en 1906.

Durant ces travaux, la reconversion du Cabinet fantastique en une salle de théâtre est confiée à l'architecte Gustave Rives[14]

Gabriel Thomas, en promoteur enthousiaste[15], prend la direction administrative du musée Grévin de 1901[16] à sa mort en 1932[17]. Il cumule ce poste avec celui d'administrateur principal de la Tour Eiffel.

C'est l'acteur et le directeur des théâtres de l'Athénée et des folies dramatiques Abel Deval qui se voit confier la direction du théâtre en 1901[18],[19], mais c'est Gustave Quinson, acteur et propriétaire de nombreux théâtres parisiens qui en prend effectivement la direction de 1904 à 1912 avant de prendre en charge la rénovation et la direction du théâtre du Palais-Royal[20],[21],[22].

Il semble que le poste de direction du théâtre Grévin est supprimé à la suite du départ de Gustave Quinson vers 1912. Malgré une ultime reprise de l'activité théâtrale par Irénée Mauget pour la saison 1921-1922 sous le nom de Nouveau-Théâtre, la création et la direction d'acteurs est arrêtée et la gestion de la programmation est assurée au service des intérêts du musée Grévin[23].

S'il évoque aujourd'hui le souvenir des fantasmagories des illusionnistes du XIXe siècle, le théâtre Grévin propose en 1900 une programmation avant tout familiale, principalement de la revue et du théâtre grand public[24],[25],[26]. Jusqu'en 1912, La reconnaissance professionnelle s'intensifie[27],[28],[29] et le lieu est confirmé comme un théâtre classique.

Partagé entre son appartenance au complexe Grévin et la volonté de ses administrateurs de le faire exister comme un théâtre à part entière, il change plusieurs fois de nom et s'appelle successivement le Joli théâtre ou le Joli théâtre Grévin, le Théâtre Grévin puis le Nouveau théâtre en 1921[30], il conservera finalement le nom de Théâtre Grévin, rattrapé par le succès du musée auquel il reste si naturellement associée.

Contrairement à une idée reçue, l'illusionniste Georges Méliès est rattaché techniquement au théâtre Robert-Houdin qu'il acquiert en 1888 et il ne se produit pas au cabinet fantastique ou au théâtre-Grévin de 1888 à 1923, date à laquelle il fait faillite[31]. Il n'est pas attesté aujourd'hui qu'il ait pu y faire ses débuts entre 1886 et 1888.

La programmation « spectacle » du musée Grévin - La prestidigitation, les projections - , qui n'a jamais cessé mais qui fut un temps délocalisée ailleurs dans le bâtiment, reprend progressivement possession de la salle de théâtre, notamment avec l'illusionniste Okati en 1937[32].

À partir de cette époque, de très nombreux artistes prestidigitateurs vont s'y produire à nouveau, tels qu'Annie Bert, Viviane Mireldo, Odips, René Septembre, Yves de Saint Lary, Garcimore, Claude Ayrens, Jean Davis, Claude Kapp, Marcalbert, Otto Wessely, Mickael Vadini, Stéphane Galli, Alpha, Pierre Switon, Marcantoine, Gilles Weiss, Teddy Mills, Floridor, Primo Grotti, Réginald et Myriam, Serrano, Gérard Matis, Danilsen, Peter Din, Othello et Péplum, Salvano, Jean-Pierre Link.

Des spectacles y sont donnés de 1984 à 2000. Depuis, il accueille des personnages de cire[33].

La salle est aujourd'hui inscrite à l’inventaire des monuments historiques[34], notamment en raison de son rideau de scène, une toile originale du célèbre affichiste Jules Chéret représentant des personnages de la Commedia dell'Arte ainsi qu'à un haut-relief intitulé Les Nuées signé Antoine Bourdelle sur son fronton[35],[36].

Elle offre 210 places assises et accueille des représentations théâtrales, des récitals, des conférences de presse, des conventions et des projections.

Le contre-ténor français Philippe Jaroussky y donna son premier récital le , sous l'égide du producteur Philippe Maillard.

Confusion avec un autre théâtre[modifier | modifier le code]

Le Petit Casino est une salle de café-théâtre parisienne légendaire qui fut active de 1893 à 1947.

Située depuis 1893 au 12 du boulevard Montmartre, elle partagera la même adresse que le Théâtre Grévin en 1907 avant de retrouver son adresse initiale en 1927[37].

En effet, le 10-12 boulevard Montmartre donne sur un passage et non sur une porte

Le seul témoignage d'une activité théâtrale au 10 boulevard Montmartre sur cette période ne suffit donc pas pour l'attribuer à l'un ou l'autre de ces deux théâtres.

Répertoire[modifier | modifier le code]

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Le producteur de cinéma Christian Fechner venait incognito se produire à la dernière séance de la journée pour y répéter un numéro de magie qui le fit connaître au championnat du monde[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le Gaulois, 25 avril 1886 - page 3 - 5ème colonne - milieu - "Le cabinet fantastique ..." », sur Retronews
  2. « Vert-vert, 9 mai 1886 - page 3 - 1ère colonne - encart milieu », sur Retronews
  3. « La Justice (1880-1976), 11 octobre 1902 - page 4 - "Souvenir d'un prestidigitateur" - deuxième colonne haut », sur Retronews
  4. « Le Petit Troyen, 12 mars 1903 - page 3 - 2ème colonne - 3ème tiers - "Salon Carmelli" », sur Retronews
  5. « Le Petit Journal, 30 avril 1886 - page 3 - première colonne - Encart milieu », sur Retronews
  6. « Le Courrier de Paris, 8 mai 1886 - page 4 - 3ème colonne - 2ème encart - "Une des plus récentes et des plus heureuses innovations ..." », sur Retronews
  7. « Journal de Beaune, 4 mai 1901 - page 3 - 3ème colonne haut - "M. Anderson est parvenu au sommet de son art ..." », sur Retronews
  8. « Le Progrès de la Côte-d'Or, 6 avril 1894 - page 3 - 1ère colonne bas - "Monsieur Anderson au cirque », sur Retronews
  9. « Cote de la Bourse et de la banque et le Messager de la Bourse réunis, 3 mars 1897 - page 2 - 2ème colonne - "Nouvelles financières" - "Musée Grévin" », sur Retronews
  10. Absence d'occurrences presse (Retronews) relatives à l'exploitation du site à partir de 1897, sauf une dernière en date de janvier 1897 dans un annuaire des lieux de spectacle, une référence discutable car automatique« Paris-Hachette, 1 janvier 1897 - page 1035 - 3ème colonne haut », sur Retronews
  11. « L'Union libérale, 22 octobre 1893 - page 3 - 2ème colonne - milieu - "Tournée Anderson" », sur Retronews
  12. « Journal de Beaune, 4 mai 1901 - page 3 - 2ème colonne bas - "Anderson à Beaune" », sur Retronews
  13. « L'Indépendant rémois, 25 décembre 1896 - page 2 - 4ème colonne haut - "Le charmeur Anderson à Reims - Les secrets d'Anderson" », sur Retronews
  14. « Le Figaro (1854-), 4 décembre 1901 - page 4 - 3ème colonne haut - "Avant-première" - "Le joli théâtre" », sur Retronews
  15. « L'Image, 1 janvier 1932 page - 27 - 1ère colonne haut », sur Retronews
  16. « L'Information financière, économique et politique, 9 juillet 1900 - page 3 - 4ème colonne milieu - "Au cours du dernier exercice, nous nous sommes adjoint ..." », sur Retronews
  17. Réélection de G. Thomas au poste d'administrateur pour la 28ème année, à 75 ans, et supposée de complaisance pour les 3 années restantes avant son décès « La Journée industrielle, 23 mars 1929 - page 3 - 6ème colonne haut - "L'assemblée a réélu ..." », sur Retronews
  18. « Le monde artiste illustré - 8 décembre 1901 - page 776 - 1ère colonne bas - "Encore un théâtre ..." », sur Gallica
  19. « Le Figaro (1854-), 10 novembre 1901 - page 5 - 3ème colonne 1er tiers - "Ce théâtre, dont les destinées ..." », sur Retronews
  20. « Comoedia , 1 septembre 1910 - page 2 - 1ère colonne haut "Les projets de M. Quinson" », sur Retronews
  21. Contentieux relatif à un contrat de travail signé par Quinson, directeur du théâtre Grévin en mai 1912« Comoedia , 16 novembre 1913 - page 2 - 6ème colonne 2ème quart - "Le délais de préavis" », sur Retronews
  22. Annuaire Paris Hachette (Retronews), 1903 à 1913, rubrique "Directeur de théâtre"
  23. Occurrences presse (Retronews)inexistantes de l'ensemble des syntaxes associées au poste de directeur du théâtre Grévin sur une période allant de 1910 à 1950, à l'exception de celles concernant le travail passé de Gustave Quinson à ce poste ou celles d'Irénée Mauget pour la seule saison 1921-1922
  24. « Comoedia , 17 août 1911 - page 2 - 5ème colonne - "Au théâtre Grévin" - "Second ménage" », sur Retronews
  25. « Le Ruy Blas, 23 mai 1908 - page 12 - 2ème colonne milieu - "Théâtre Grévin" », sur Retronews
  26. « Comoedia , 6 août 1908 - page 2 - 2ème colonne haut - "La vie à deux" », sur Retronews
  27. « Le Figaro (1854-), 7 octobre 1906 - page 5 - 2ème colonne haut - "Le Théâtre Grévin qui peu à peu s'élève..." », sur Retronews
  28. « Le Journal, 9 novembre 1906 - page 5 - 2ème colonne milieu - "Théâtre Grévin" », sur Retronews
  29. « Gil Blas, 12 juin 1907 - page 3 - 4ème colonne haute - "Pour l'hiver prochain: ..." », sur Retronews
  30. « Comoedia illustré, 1 mars 1921 - page 23 - 1ère colonne - Titre et sous-titre », sur Retronews
  31. Occurrences presse (Retronews) de 1888, date d'acquisition par G. Méliès du théâtre Robert-Houdin, à 1895, date approximative d'arrêt progressif de son activité de spectacle, des prestations publiques de G. Méliès, et occurrences presse de ses prestations publiques sur sa période "cinéma", 1895 à 1914
  32. « L'Écho de Paris (1884-1938), 29 novembre 1937 - page 7 - 4ème colonne haut - "La soirée annuelle du syndicat des prestidigitateurs" », sur Retronews
  33. Histoire des musées de cire à Paris.
  34. Notice no PA00088993, base Mérimée, ministère français de la Culture
  35. « Émile Bourdelle » sur le site cheminsdememoire.gouv.fr, consulté le 18 novembre 2009.
  36. « Théâtre Grévin | Philippe Maillard Productions », sur philippemaillardproductions.fr (consulté le )
  37. Consultation des occurrences presse (Retronews) relatives aux adresses des lieux sur les périodes concernées

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]