Orchestre national de Lille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Orchestre National de Lille
logo de Orchestre national de Lille
Image illustrative de l’article Orchestre national de Lille

Surnom ONL
Ville de résidence Drapeau de la France Lille
Lieux d'activité Nouveau Siècle de Lille
Années d'activité Depuis 1976
Type de formation Orchestre symphonique
Genre Musique symphonique
Style Répertoire classique
à contemporain
Direction Alexandre Bloch
Fondateur Jean-Claude Casadesus
Création 1976
Structure de rattachement Auditorium du Nouveau Siècle de Lille
Effectif 99 musiciens
Site web onlille.com
Jean-Claude Casadesus, chef fondateur de l'ONL, en juin 2013.
Alexandre Bloch, directeur musical de l'ONL depuis septembre 2016.
Photographie officielle de l'Orchestre National de Lille 2020. Crédit Photo Ugo Ponte © onl.

L'Orchestre national de Lille (ou ONL, ONLille) est un orchestre symphonique français établi à Lille, fondé en 1976 par le chef d'orchestre français Jean-Claude Casadesus. Il est dirigé depuis septembre 2016 par Alexandre Bloch[1], qui en est également le directeur musical. La salle principale attitrée de l'orchestre est l'auditorium du Nouveau Siècle de Lille.

L’orchestre interprète le répertoire symphonique, le répertoire lyrique grâce à sa collaboration avec l’Opéra de Lille ainsi que la musique contemporaine en accueillant des compositeurs en résidence. Il invite régulièrement des chefs et solistes internationaux pour faire vivre le répertoire baroque, classique et contemporain.

Origines[modifier | modifier le code]

Photo officielle de l'Orchestre National de Lille - 2018

Il y avait à Lille un ensemble symphonique dans les années 1930 : l' « Orchestre de Radio Lille », dirigé notamment par Maurice Soret et Victor Clowez, qui donnait des concerts dont certains l'étaient en public. Pendant des années, il y a eu chaque mois pendant la saison, au Théâtre de l'Opéra de Lille un concert public qui était diffusé en différé (parfois en direct) sur une des chaînes nationales. Le prix unique de l'« invitation » était de 0,50 franc.

Après le démantèlement de l'Office de radiodiffusion-télévision française en 1974, commence une période incertaine pour l'Orchestre radio-symphonique de Lille-Nord-Picardie[2], appelé aussi Orchestre ORTF Nord Picardie[3] ou Orchestre Philharmonique de l’ORTF de Lille[4]. Quelques mois avant sa disparition annoncée, le chef d'orchestre Jean-Claude Casadesus se voit proposer par le ministre de la Culture, Michel Guy, la direction de l'orchestre, qu'il reprend en avril 1975, avec le soutien du maire, Pierre Mauroy[5].

À cette période, après une interruption de six mois[6], les musiciens sont en grève[5] et le nom de l'orchestre n'est pas encore figé (Orchestre régional de Lille[4], Philharmonie des Flandres[7], Grand orchestre régional du Nord Pas-de-Calais[7]). La fin de la grève est marquée par les premiers concerts de l'orchestre sous la direction de son nouveau chef, en juin 1975[6], concerts d'après-midi pour les enfants[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Né de la volonté conjointe de l'ancienne région Nord-Pas-de-Calais, de l’État et de Jean-Claude Casadesus[1], il est le premier orchestre financé par une région[8].

C'est en janvier 1976 que l'orchestre donne son premier grand concert, peu de temps avant l'officialisation de son nouveau nom d'Orchestre régional de Lille, avec un programme de musique russe, parrainé par Mstitslav Rostropovich[7].

L'orchestre devient « Orchestre national de Lille » à partir de 1980[4]et accueille des chefs d'orchestre invités tels que James Judd (en), et des compositeurs en résidence (Graciane Finzi, Thierry Escaich, Bernard Cavanna, Bruno Mantovani).

À sa création en 1975, l'orchestre compte une trentaine de musiciens[8], puis grossit rapidement pour atteindre un an plus tard 75 en 1976[7] et 87 en 1978[8]. En 2022, L'effectif est de 99 musiciens[9], et l'équipe administrative[10] est composée de 31 employés.

L'Auditorium[modifier | modifier le code]

Situé dans l'espace du Nouveau Siècle de Lille au centre de la ville, il dispose d'une très vaste salle de 1756 places entièrement rénovée en 2013. L'orchestre y donne une centaine de concerts par an et effectue de nombreuses tournées, aussi bien dans la région (ex : Festival de la Côte d'Opale) qu'à l'étranger (plus de 30 pays sur 4 continents).

Enregistrements[modifier | modifier le code]

Depuis septembre 2014, l’Orchestre National de Lille a impulsé une politique discographique volontariste, reflet de la diversité de son répertoire. L'ONL a enregistré et publié une vingtaine de disques en sept ans pour les plus grands labels comme Deutsche Grammophon, Warner Classics, Naxos, Pentatone, et Alpha Classics.

Au fil des années, l'orchestre a enregistré une trentaine d’opus salués par la critique et récompensés par de nombreux prix : Grand prix de l'Académie Charles Cros en 1978[8], Prix de l’Académie du disque français, Prix de la SACEM en 1985[11], Grand prix de la Nouvelle Académie du Disque, etc.

L'Orchestre en tournée[modifier | modifier le code]

Chaque année en fin de saison, l'ONL joue au Concertgebouw d’Amsterdam dans le cadre de la série ZomerConcerten.

En 2019, et pour la première fois, l’Orchestre National de Lille est présent au Festival International George Enescu avec le programme Jeanne d’Arc au bûcher, poème de Paul Claudel composé par Honegger, interprété par Marion Cotillard.

En 2020, l'ONL part en tournée en Angleterre. À la suite de l’annonce du Brexit, de nombreux acteurs institutionnels et privés des Hauts-de-France se fédèrent pour œuvrer à la préservation des liens avec le Royaume-Uni, marqués par une longue histoire commune. Pour l’ONL, cette volonté forte se traduit par une tournée outre Manche, durant laquelle l’Orchestre incarne le rayonnement culturel de sa région. L'ONL se produit aux côtés du pianiste Eric Lu au Birmingham Symphony Hall, au Cadogan Hall à Londres, The Sage Gateshead à Newcastle, Sheffield City Hall et Leeds Town Hall.

L'Orchestre aujourd'hui[modifier | modifier le code]

En 2015, l'orchestre s'est doté d'un studio numérique[12] mobile unique en Europe, labellisé French Tech[13].

En , Alexandre Bloch est choisi comme nouveau directeur musical[1],[14], lauréat du prestigieux concours Donatella Flick et Talent Adami en 2012, il était auparavant chef d’orchestre assistant au London Symphony Orchestra jusqu'en 2014.

Le , pour le grand concert télévisé Prodiges diffusé en direct sur France 2 depuis le Stade Pierre-Mauroy de la Métropole européenne de Lille, l'orchestre accompagne les prodiges ainsi que plus de 10 000 jeunes choristes des Hauts-de-France, devant 45 000 spectateurs et des millions de téléspectateurs.

Alexandre Bloch est renouvelé à la tête de l'orchestre jusqu'en 2024[15].

Au coeur de la pandémie Covid-19, alors que les salles de spectacle sont fermées, l'ONL décide de lancer l’Audito 2.0, une playlist sur la chaîne YouTube de l'Orchestre National de Lille, qui réunit de nombreux concerts captés dans les conditions du direct, afin de permettre au public de vivre la musique même pendant cette période difficile.

Discographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Marie Duhamel, Orchestre national de Lille - Une région en mode majeur, Editions la Voix, 2016

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Marie-Aude Roux, « Orchestre national de Lille : le jeune Bloch succède à Casadesus, 80 ans », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le ).
  2. Frédéric Gaussin, « Les adieux de Jean-Claude Casadesus à l’Orchestre national de Lille », sur www.lalettredumusicien.fr, (consulté le )
  3. « 1974-1975 - Les Musiciens de la pellicule », sur madelen.ina.fr (consulté le )
  4. a b et c « L'Orchestre National de Lille : le bijou lillois du quatrième art », sur www.goodmorninglille.org (consulté le )
  5. a b et c Source AFP, « À l’Orchestre de Lille, Jean-Claude Casadesus veut passer le relais », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  6. a et b Institut National de l’Audiovisuel- Ina.fr, « Premier concert de l'orchestre régional ex ORTF à Lille », sur Ina.fr, (consulté le )
  7. a b c et d Institut National de l’Audiovisuel- Ina.fr, « L'orchestre philharmonique des Flandres à l'Opéra de Lille », sur Ina.fr, (consulté le )
  8. a b c et d Institut National de l’Audiovisuel – Ina.fr, « Comment fonctionne l'Orchestre philharmonique de Lille », sur Ina.fr, (consulté le )
  9. « LES MUSICIENS | Orchestre National de Lille / Région Hauts-de-France » (consulté le )
  10. « L’ÉQUIPE (22-23) | Orchestre National de Lille / Région Hauts-de-France » (consulté le )
  11. "Orchestre National de Lille. Région Nord Pas de Calais" Lille 1986
  12. « Le studio full digital de l’Orchestre National de Lille » (consulté le )
  13. Geneviève Hermann, « Le numérique, le pari gagnant de l'Orchestre National de Lille », sur La Tribune, (consulté le ).
  14. Jean-Marie Duhamel, « Alexandre Bloch, 30 ans, nommé directeur musical de l'Orchestre national de Lille », sur La Voix du Nord (consulté le ).
  15. « Le chef Alexandre Bloch prolongé à la tête de l'Orchestre national de Lille », sur FIGARO, (consulté le ).
  16. Bureau347 & Snowcap, « Poème de l'amour et de la mer & Symphonie, Op. 20 Outhere Music », sur outhere-music.com (consulté le )
  17. « Belle époque - Annelien Van Wauwe », sur pentatonemusic (consulté le )
  18. Bureau347 & Snowcap, « Ravel, Valse & Rapsodie Espagnole I Attahir, Adh-Dhor Outhere Music », sur outhere-music.com (consulté le )
  19. a b c d et e « DISQUES / DVD / LIVRES (20-21) | Orchestre National de Lille / Région Hauts-de-France » (consulté le )

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]