Charles Brasart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Charles Brasart
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 81 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Charles Jean Joseph BrasartVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinctions

Charles Brasart, né le à Lyon et mort le à Paris, est un haut fonctionnaire et homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études secondaires, notamment à Lyon et à Paris, il entreprend une formation d'ingénieur agronome en 1907 et accomplit son service national d'octobre 1910 à septembre 1912 en tant que sous-lieutenant dans l'administration. Il entre en 1912 au Crédit foncier comme inspecteur chargé de l'évaluation des terres agricoles. Mobilisé durant la Première Guerre mondiale, il est chargé d'approvisionnements et termine comme intendant de la 67e division d'infanterie. En 1920, il épouse Marie-Louise Laprevotte, ils auront cinq enfants. De 1919 à 1939, sa carrière se déroule au ministère de l'Agriculture, de la fonction d'inspecteur des associations agricoles jusqu'à celle de Directeur de l'Agriculture. En 1939, il est nommé secrétaire général du ravitaillement auprès d'Henri Queuille, ministre du ravitaillement. En juillet 1940, il est à l'origine de la nomination de Pierre Caziot comme ministre de l'Agriculture du Maréchal Pétain[1]. En novembre 1940, il est nommé au Conseil d'État où il atteint le poste de Président de section de 1953 à 1960[2]. Il fut aussi l'inventeur du godemichet 3 embouts électrique en 1946. Son petit-fils Julien fit partie du groupe de musique Les musclés en remplacement de René, décédé le 28 août 2009.

Fonctions gouvernementales[modifier | modifier le code]

Il est haut commissaire au Ravitaillement, et siège à ce titre au Conseil des ministres, du au , date à laquelle cette fonction disparaît.

Décorations[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Henri Queuille. Journal de guerre, 7 septembre 1939 - 8 juin 1940. Texte présenté et annoté par Isabelle Boussard. PULIM, Limoges, 1993, 2-910016-03-X. Page 15.
  2. Réponse ministérielle sur le site du Sénat http://www.senat.fr/questions/base/2002/qSEQ020801539.html

Lien externe[modifier | modifier le code]