Jacques Daroy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un réalisateur image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un réalisateur français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les conventions filmographiques. Pour plus d’informations, voyez le projet Cinéma.

Jacques Daroy
Nom de naissance Pierre René Jacques Louis Schenk
Naissance
Paris
Nationalité Drapeau de France Français
Décès
Profession Réalisateur
Producteur
Films notables La Guerre des gosses
Raboliot
Inspecteur Sergil
Porte d'Orient

Pierre René Jacques Louis Schenk dit Jacques Daroy, né le à Paris et mort en 1963, est un réalisateur, scénariste et producteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jacques Daroy débute comme figurant au théâtre. Il devient ensuite régisseur, fonde une troupe et écrit des pièces de théâtre[1]. Engagé comme directeur artistique par le producteur Pierre Braunberger, il participe notamment au film d'Augusto Genina et Marc Allégret, Les Amours de minuit en 1931[1]. Il réalise des courts métrages destinés aux enfants, notamment Riri et Nono en vacances (1933)[1].

De 1934 à 1939, il met en scène cinq longs métrages, dont Cartouche (1934) ; La Guerre des gosses (première adaptation de La Guerre des boutons de Louis Pergaud) avec, parmi les tout jeunes acteurs, Marcel Mouloudji et Charles Aznavour (1936) ; Vidocq (1939). Après la Libération, il tourne notamment la série des Inspecteur Sergil avec Paul Meurisse, adaptée de ses romans publiés sous le nom de Jack Rey[1] (trois films entre 1947 et 1952) ; Rumeurs (1947) ; Une belle garce avec Ginette Leclerc (1948). Son dernier film, Monsieur Scrupule gangster, sort en 1953.

Filmographie[modifier | modifier le code]

comme réalisateur[modifier | modifier le code]

comme producteur[modifier | modifier le code]

comme scénariste[modifier | modifier le code]

comme acteur[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Claude Beylie et Philippe d'Hugues, Les Oubliés du cinéma français, préface de Jean-Charles Tacchella, Éditions du Cerf, 1999
  2. Ce film est sorti en France sous le titre La Bâtarde (voir l'affiche) et en Belgique sous le titre La Bâtarde - Le Mariage de Venera (voir l'affiche).

Liens externes[modifier | modifier le code]