Le Bataillon du ciel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Le Bataillon du ciel
Réalisation Alexandre Esway
Scénario Joseph Kessel
d'après son œuvre
Acteurs principaux
Sociétés de production Pathé cinéma
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre drame de guerre
Durée 160 minutes
Sortie 1947


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Bataillon du ciel est un film français en deux parties, réalisé par Alexandre Esway, sorti en mars 1947 puis en avril de la même année. Il est basé sur un livre de Joseph Kessel et relate les faits d'armes authentiques d'un bataillon de parachutistes de la France libre à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Avec 8,6 millions d'entrées cumulées pour ses deux parties, Le Bataillon du ciel est, à l'époque, le film le plus vus en France depuis La Grande Illusion (12 millions d'entrées, en 1937). En 2020, il est encore à la 41e place du classement des plus gros succès du box-office en France.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Ce film est divisée en deux parties correspondant à deux époques.

  • 1re époque : Ce ne sont pas des anges (sorti le [1]). C'est la chronique d'un camp d'entrainement, en Angleterre, d'un bataillon de parachutistes SAS (Special Air Service) de la France libre pendant la Seconde Guerre mondiale.

C'est l'histoire romancée du colonel Pierre-Louis Bourgoin, du capitaine Pierre Marienne et du 2e régiment de chasseurs parachutistes SAS.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Box-office France 1947 : 7 883 092 entrées (dont 1 631 690 à Paris)

Box-office France au  : 8 676 496 entrées

Commentaires[modifier | modifier le code]

Ce film relate des faits réels. En effet, de juin à , lors de la libération de la Bretagne, 77 parachutistes SAS furent tués et 195 blessés.

Jusqu'en 1952, les trois films qui ont généré le plus d'entrées dans les salles de cinéma françaises sont des films de guerre : outre Le bataillon du ciel (8,6 millions d'entrées en mars et )[1], il y a La grande illusion (12 millions d'entrées en ) qui traite de la première guerre mondiale et Pour qui sonne le glas (8,3 millions d'entrées, en ) qui évoque la guerre d'Espagne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Arnaud Cassam-Chenaï, Représentations et réception des films sur la Seconde Guerre mondiale en France à la Libération (1944-1950) : la concurrence des victimes, Université Bordeaux Montaigne, , 625 p. (lire en ligne), p. 124

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]