Jil Caplan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jil Caplan
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (54 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Genres artistiques

Jil Caplan, nom de scène de Valentine Guillen-Viale[1], est une chanteuse et comédienne française, née le [réf. souhaitée] à Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jil Caplan poursuit des études de lettres modernes à la Sorbonne et prend des cours de théâtre au cours Florent lorsqu'elle rencontre Jay Alanski, producteur et compositeur de plusieurs chansons pop marquantes des années 1980.

Années 1980 : débuts remarqués[modifier | modifier le code]

Avec le budget d'un single alloué par la maison de disques Epic Sony, Jil Caplan et Jay enregistrent les chansons du premier album À peine 21. Le premier single, Oh tous les soirs, rentre à l'automne 1987 dans les charts français[2] : Jil Caplan, avec son timbre de voix singulier, son phrasé parisien et son look androgyne, séduit un large public.

Années 1990 : le succès[modifier | modifier le code]

En 1990, ils réalisent ensemble le deuxième album, La Charmeuse de serpents. Celui-ci devient double disque d'or, vendu à 300 000 exemplaires, grâce notamment au grand succès, au printemps 1991, de son single Tout c'qui nous sépare (classé 6e en France)[3] et de Natalie Wood, à la fin de cette même année[4].

Les concerts s'enchaînent alors. La consécration arrive lors de l'édition 1992 des Victoires de la musique, durant laquelle Jil Caplan est récompensée en tant que meilleur espoir féminin.

En 1993, paraît son nouvel album, Avant qu'il ne soit trop tard, toujours composé avec Jay Alanski. Dans le clip du simple La Grande Malle, Jil Caplan joue avec Nils Tavernier. Puis Jay bifurque vers la musique électronique.

En 1996 parait son 4e album, Jil Caplan, composé, réalisé et arrangé par Franck Eulry (collaborateur, entre autres, de Laurent Voulzy), dont elle signe tous les textes et co-compose le single L'Âge de raison. Sony pour ses dix ans de chansons sort un album de ses meilleurs titres, Jours de fête en 1997.

Elle interprète également la chanson Un autre monde qu'elle co-écrit avec Élisabeth Anaïs en 1997, spécialement pour la sortie en vidéo et dans une nouvelle version française du dessin animé La Petite Sirène de Walt Disney Pictures.

Années 2000 : une carrière plus discrète[modifier | modifier le code]

En 2001, son cinquième album, Toute crue, voit le jour, entièrement écrit par Jil Caplan et composé par JP Nataf (Les Innocents), son ami de toujours, (2001, Warner).

En 2004, Jil Caplan sort Comme elle vient, fruit d'une collaboration avec un autre ex-Innocent, Jean-Christophe Urbain (Warner). Tournée en France et à l'étranger, ce disque produisant un petit écho dans les classements français et belges[5].

2007 est l'année des retrouvailles avec son compositeur d'origine, Jay Alanski. Ils réalisent ensemble son septième album, Derrière la porte, dont elle écrit tous les textes. Le premier simple qui en est extrait est Des toutes petites choses. L'album fait l'objet d'une tournée en France et en Europe.

Années 2010 : concerts et écriture[modifier | modifier le code]

En 2011, Jil Caplan reprend la route pour une série de concerts en France et en Chine (2010-2011). En 2011, un EP de Jil Caplan est disponible sur toutes les plateformes musicales : Revue. C'est un EP de sept titres composé de reprises, comme une étonnante version de Mon vieux et River of No Return du répertoire de Marilyn Monroe.

En 2012, Jil Caplan publie chez un éditeur d'art (XX1 siècle éditions) son premier livre, Vie sauvage, un recueil de textes libres, qui s'apparente plus à des chroniques de vie plutôt qu'à de la poésie. Son écriture est très visuelle, et le livre reçoit de bonnes critiques (Claude Sérillon, RTL, France Inter…).

En 2013, elle participe au projet Dub Mentor sur le label israélien EN-T records, en reprenant deux chansons : Want You More, de Robert Palmer, et The Crying Game, dont elle réalise également les clips.

Jil Caplan participe à l'écriture du scénario du deuxième long-métrage avec le réalisateur Emmanuel Bonn : Jam Down. Le Bonheur est une idée neuve en Europe, avec Robin Renucci.

En 2014, elle joue avec succès dans un spectacle théâtral et musical autour des écrivains de la Beat Generation, Sur la route, aux côtés de Philippe Calvario (acteur, metteur en scène) et Sébastien Martel qui interprète la musique du chanteur de folk Woody Guthrie. Le spectacle présenté au festival d'Avignon 2014 figure parmi les dix spectacles à retenir, selon le journal Le Monde. Ce spectacle fait l'objet de deux tournées, en automne 2014 puis en 2015.

Les éditions Derrière la salle de bains éditent en un recueil de poèmes de Jil Caplan, Pour les oiseaux.

Le parait son huitième album intitulé Imparfaite dont elle signe tous les textes. Les musiques sont composées par Romane, guitariste de jazz swing, et arrangé par Jean-Christophe Urbain (Les Innocents)[6].

Jil Caplan joue le rôle de Catherine, dans Juste la fin du monde, de Jean-Luc Lagarce, mis en scène par Jean-Charles Mouveaux aux côtés de Philippe Calvario au Studio Hébertot et lors du Festival d'Avignon 2017.

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

  • À peine 21 (1987)
  • La Charmeuse de serpents (1990)
  • Avant qu'il ne soit trop tard (1993)
  • Jil Caplan (1996)
  • Jours de fête (compilation, 1998)
  • Toute crue (2001)
  • Comme elle vient (2004)
  • Derrière la porte (2007)
  • Imparfaite (2017)

EP[modifier | modifier le code]

  • Gueule d'amour (par Jil Caplan & Doc Pilot, 2002)
  • Revue (2011, EP de reprises)

Singles[modifier | modifier le code]

  • Oh ! Tous les soirs (1987) - #36
  • Comme sur une balançoire (1987)
  • Cette fille n'est pas pour toi (1988)
  • Tard dans la nuit (1989)
  • Tout c'qui nous sépare (1991) - #6
  • Natalie Wood (1991) - #13
  • As-tu déjà oublié ? (1992) - #40
  • Parle-moi (entre les tombes) (1992)
  • La frontière (1993)
  • La grande malle (1994)
  • Les deux bras arrachés (1994)
  • L'âge de raison (1996)
  • La passerelle (1997)
  • Tu verras (1998)
  • Le lac (2001)
  • Toute la journée je reste au lit (2001)
  • La maison abandonnée (2002)
  • Toi et moi (2004)
  • Assise au-dessus de l'Europe (2005)
  • Des toutes petites choses (2007)
  • Est-ce que tu m'aimes? (2017)

Inédits et projets spéciaux[modifier | modifier le code]

  • Une et les autres, 2e titre du maxi CD 3 titres Natalie Wood (1991)
  • As-tu déjà oublié (remix), maxi CD As-tu déjà oublié (1991)
  • La Chanson d'Hélène, reprise de la chanson de Philippe Sarde, face B du CD 2 titres Parle moi (1992)
  • Les mots sur l'album urgence - 27 artistes pour la recherche contre le sida (1992)
  • Le centre de toi, face B du CD 2 titres La Frontière (1993)
  • Les eaux de mars (avec Christophe J) sur l'album A tribute to Jobim (1997)
  • Un autre monde, thème de la bande originale du film La Petite Sirène de Walt Disney (1998)
  • Un train ce soir (avec Rob) sur l'album Hommage à Polnareff/Tribute to Polnareff (1999)
  • La maison abandonnée - long version, face B du single La maison abandonnée (2002)
  • Want you more, The Crying Game (2013, ENT-T records)
  • Sur la route, album 8 titres à l'occasion du spectacle Sur la route au Festival d'Avignon (2014)
  • Brave Margot, sur l'album Tribute à Georges Brassens par Vitor Hublot

Publication[modifier | modifier le code]

  • Pour les oiseaux[7], Derrière la salle de bains, 2019

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Biographie de Jil Caplan sur le site LetsSingIt. Le nom de famille est parfois orthographié Guilen.
  2. lescharts.com, site internet (lire en ligne).
  3. lescharts.com, site internet (lire en ligne).
  4. lescharts.com, site internet (lire en ligne).
  5. lescharts.com, site internet (lire en ligne).
  6. Olivier Nuc, « Jil Caplan, le retour », Le Figaro, 10 février 2017.
  7. « Jil Caplan », sur maisondagoit (consulté le 27 janvier 2020).

Liens externes[modifier | modifier le code]