Bal musette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Musette.
Musette.jpg

Le musette est le genre musical que jouent les orchestres de musette ou de bal musette. Il regroupe divers types de musique, mais caractérisés par le fait d'être joués dans le style musette : les différences sont en effet importantes entre, par exemple, la valse viennoise et la valse musette, ou le tango argentin et le tango musette.

De l'instrument à la danse[modifier | modifier le code]

Ce style tire son nom du mot musette, qui a désigné au cours des âges différents types d'aérophones à double anche, en particulier des sortes de hautbois aigus baroques, et de là des instruments de la famille des cornemuses — aussi bien la plus sophistiquée des cornemuses, la musette de cour, que des instruments bien plus rustiques tels la cabrette. C'est cette dernière acception qui a donné son appellation au style musette.

Au XVIIIe siècle, la musette est une danse au tempo lent à deux ou trois temps. Puis au XIXe siècle, le style de musique « musette » naîtra de l'évolution du folklore auvergnat dans le quartier de la Bastille à Paris. Le bal des bougnats ou « bal à la musette » dans lequel on danse au son de la musette ou de la cabrette, sera supplanté au cours du XXe siècle par le « bal musette », l'accordéon accompagné d'une batterie et d'une contrebasse remplaçant les instruments folkloriques anciens et la valse détrônant la bourrée[1],[2].

Dans son sens moderne, le bal musette est un bal populaire, souvent champêtre, où l'on danse généralement au son de l'accordéon sur différents genres musicaux :

  • la java qui est une danse spécifique née du musette peut-être la seule danse à deux qui soit réellement née en France.

et des formes musette de danses existantes :

Dans le musette, les danseurs privilégient des danses plus faciles, plus sensuelles et plus rapides que les versions habituelles, et susceptibles d'être dansées dans des espaces restreints, comme les arrière-salles de bistros.

L'entrée du bal musette est gratuite. Mais les danseurs achètent des jetons à la caisse. Ces jetons étaient en aluminium ou en bronze, de formes diverses (cercle, losange, octogone...) avec des découpures différentes permettant de les identifier dans l'obscurité au simple toucher. Ils portaient au recto le nom du bal et au verso l'inscription « Bon pour une danse ». Vers la moitié de la danse, le patron du bal passait entre les couples avec une sacoche en annonçant « Passez la monnaie » et les danseurs donnaient un jeton de bal[2]

Les orchestres de musette actuels sont aujourd'hui généralement composés d'instruments amplifiés, comme l'accordéon, la guitare, la guitare basse, le clavier, le synthétiseur, la batterie et d'un chanteur utilisant un microphone.

L'accordéon musette[modifier | modifier le code]

Instrument symbole du musette, célébré dans quantité de chansons, l'accordéon utilisé dans ce style se caractérise par des registres spécialement adaptés, dans lesquels les deux ou trois anches métalliques mises en vibration pour chaque note sont légèrement désaccordées. Cela permet d'émettre des harmoniques aigües donnant à l'instrument une sonorité perçante voire un peu criarde (le même principe est appliqué pour accorder un piano bastringue), qui imite approximativement le son des cornemuses et cabrettes d'autrefois, et qui a surtout l'avantage d'assurer une présence sonore bien supérieure, ce qui était essentiel pour se faire entendre dans le brouhaha des salles de bal au temps où il n'y avait pas de sonorisation.

L'introduction de l'accordéon dans le musette est en grande partie le fait de la diaspora italienne. Dès la fin du XIXe siècle, la fabrication d'accordéons est devenue en Italie une grosse industrie fortement exportatrice, et les émigrants italiens contribuent à populariser l'instrument dans les grandes villes de France. L'adoption de l'accordéon dans le musette fait fleurir dans les premières décennies du XXe siècle tout un secteur d'activité essentiellement tenu par des Italiens : revendeurs, réparateurs, accordeurs, et même fabricants, comme la famille Cavagnolo. Les grandes marques consacrées dans le musette, outre Cavagnolo, sont toutes italiennes : Fratelli Crosio, Piermaria, Crucianelli. La communauté italienne a également donné au musette un grand nombre d'instrumentistes.

Le déclin[modifier | modifier le code]

À partir du début des années 1960, le musette régresse pour des causes convergentes :

  • la mondialisation des musiques sous les influences anglo-saxonnes
  • le développement des danses à quatre temps telles que le rock'n'roll
  • étant par définition une musique amplifiée, le rock impose son volume bien avant que le musette s'adapte à la sonorisation
  • l'utilisation croissante des enregistrements sonores pour danser : la discothèque remplace le bal
  • la gentrification de Paris : les anciens quartiers populaires de Paris s'embourgeoisent, les classes populaires partent en banlieue
  • La généralisation de la télévision qui remplace peu à peu les sorties pour les loisirs.

Toutefois, après avoir durement encaissé la déferlante disco à la fin des années 1970, le musette bénéficie d'un regain d'intérêt en tant qu'élément du patrimoine populaire et de témoignage resté vivant du folklore urbain français de la première moitié du XXe siècle.

Principaux bals musette à Paris à la grande époque du musette[modifier | modifier le code]

Artistes du musette[modifier | modifier le code]

En 1976, Marcel Mouloudji et Marcel Azzola sortent une anthologie de la chanson musette intitulée Et ça tournait !, vingt-quatre titres célébrant la valse musette[3].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Amandine Dewaele : Les origines du bal musette, mémoire de maîtrise d'anthropologie, Paris VIII, 1995
  • Roger Chenault : La danse musette, Édition de l'auteur, Courbevoie, 1995
  • Alphonse Boudard et Marcel Azzola : La valse musette et l'accordéon, Solar, 1998

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Rémi Hess, La valse, un romantisme révolutionnaire, Editions Métailié, coll. « Sciences humaines »,‎ , 192 p. (ISBN 2-86424-468-3) p. 147-148
  2. a et b Henri Joannis Deberne, Danser en société, Christine Bonneton,‎ , 223 p. (ISBN 2-86253-229-0) p. 72-73
  3. Sony Music / Sony Music Media, ASIN : B000053ZYO

Liens externes[modifier | modifier le code]