Matériel roulant du tramway de Genève

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
La motrice Ce 2/2 no 125, conservée par l'AGMT, et la Bombardier Cityrunner no 887. Plus de 80 ans séparent ces deux matériels.

En 150 ans d'existence, le tramway de Genève a vu son matériel roulant s'adapter aux époques et à l'évolution des technologies, mais aussi à la hausse croissante de sa fréquentation depuis la reconstruction du réseau entamée dans les années 1990. En 2018, quatre types de matériels circulent sur le réseau genevois, géré par les TPG, propriétaire de ces matériels.

L'article ci présent recense les anciens matériels à vapeur et à traction électrique, soit à partir de 1877, les tramways hippomobiles ne sont pas repris faute d'informations disponibles.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le matériel du VE[modifier | modifier le code]

Locomotives à vapeur[modifier | modifier le code]

Locomotive no 6 et voiture à voyageurs

Les vingt-deux locomotives, de type G 3/3, furent livrées par la Fabrique Suisse de Locomotives de Winterthur et furent développées à partir du modèle des Tramways Suisses construits en 1877. Leur puissance fut triplée afin que la traction puisse être assurée sur les fortes rampes du réseau (rampes de Saint-Georges, du Grand-Lancy, etc.) Chacune des locomotives reçut un nom inspiré par divers lieux de la région genevoise.

Ces locomotives possédaient deux postes de conduite sans vitrage. Elles avaient une masse à vide de 13,4 tonnes et de 16,2 tonnes en pleine charge. Leurs longueurs étaient de 5,69 mètres et l'empattement des essieux était de 1,80 mètre. Elles développaient environ 140 chevaux-vapeur et leurs vitesses maximum fut fixée à 25 km/h. Un appareillage permettait le chauffage du convoi durant les saisons froides. Le freinage était assuré par le système à vide d'air Hardy non automatique.

Les locomotives numéros 1 à 10 furent construites en 1889, les numéros 11 à 19 en 1890 et les trois dernières en 1891. Leur retrait s'est effectué ainsi :

  • les numéros 1 et 5 à 7 furent mises hors service en 1915 et vendue en Autriche ;
  • les numéros 2 à 4, 8 à 13 et 15 à 21 furent mises hors service en 1902. Les numéros 12, 13 et 16 à 18 furent vendues au tramway de Massa près de Pise (Italie) ;
  • les numéros 14 et 22 roulèrent sur le Ferney - Gex de 1902 à 1904 et furent mises hors service en 1915. La numéro 22 fut aussi vendue en Autriche[1].

Automotrices[modifier | modifier le code]

Automotrice Serpollet N°1
Type Numéros Année de construction Constructeur Masse à vide (t) Masse en charge (t) Pression (cv) Places assises Places debout Écartement des essieux (m) Longueur hors tampons (m) V max. (km/h) Freins Eclairage Chauffage
Cm 2/2 1 1896 VE/SIP
MFB
10.0 13.0 20 14 20 2.0 8.1 25 Main Pétrole Vapeur
Cm 2/2 2 à 5 1897 SIP/MFB 10.0 13.0 20 14 20 2.0 8.1 25 Main Pétrole Vapeur

Les automotrices numéros 1 et 4 furent retirées du service dès 1900, les autres furent acquises par la société du chemin de fer Genève - Veyrier. Elles circulèrent, avec les numéros 31 à 33, sur la ligne à faible trafic, sans grandes pentes, Veyrier - Collonges-sous-Salève.

Voitures voyageurs[modifier | modifier le code]

Image Type Numéros Année de construction Constructeur Tare (t) Longueur hors tampons (m) Écartement des essieux (m) Places assises Places debout Freins Éclairage Chauffage
CF2i 1 à 7 1889 SIG 4.2 8.0 2.4 24 12 Hardy + Main Pétrole Vapeur
Le compartiment fourgon pouvait offrir 5 places
C2i 21 à 39 1889 SIG 4.0 8.0 2.4 24 12 Hardy + Main Pétrole Vapeur
Les voitures no 21, 22, 24 à 31 furent transformées en CF2i. Ces fourgons de secours avaient des sièges rabattables et étaient séparés par une paroi du reste de la voiture
C2i 40 à 58 1890 SIG 4.0 8.0 2.4 24 12 Hardy + Main Pétrole Vapeur
C2i 59 à 70 1891 SIG 4.0 8.0 2.4 24 12 Hardy + Main Pétrole Vapeur
C(F)2i 25 à 30 1889 SIG/VE 4.0 8.0 2.4 24 12 Hardy + Main Pétrole Vapeur
Elles furent transformées en fourgon auxiliaire en 1893
C(F)2i 21, 22, 24 1889 SIG/VE 4.0 8.0 2.4 24 16 Hardy + Main Pétrole Vapeur
Elles furent transformées en fourgon auxiliaire en 1894
C(F)2i 31 1889 SIG/VE 4.0 8.0 2.4 24 16 Hardy + Main Pétrole Vapeur
Elles furent transformées en fourgon auxiliaire en 1895

À la création de la CGTE, cette dernière reprend les CF2i nos 4, 5, 27, 29 à 32, 34, 37 à 40, 57, 59, 63, 69 et 70 et les renumérotent nos 250 à 266. D'autres furent utilisées pour la construction de wagons marchandises.

Wagons marchandises[modifier | modifier le code]

Le caractère vicinal des lignes de la VE fit que la compagnie s'équipe de divers wagons pour le transport des marchandises.

Cependant, dès 1896, l'acheminement de celles-ci jusqu'aux différentes industries de la place se fait au moyen de trucks transporteurs, aussi appelés chariots transporteurs. Ils s'utilisèrent toujours par paire et étaient placés sous les essieux du wagon à voie normale. Une autre sorte de trucks transporteurs, cadres transporteurs, où le wagon à voie normale roulait directement sur les deux rails que formaient le cadre.

La CGTE reprend tous les wagons, se contentant de les renuméroter.

Type Numéros VE Numéros CGTE Année de construction Tare (t) Charge (t) Écartement des essieux (m) Longueur hors tampons Freins Remarques Image
L 71 - 72 453-454 1889 2.83 5.0 2.3 5.83 Hardy + Main
OL 73 - 74 455-456 1889 2.8 5 2.3 5.85 Wagon à parois hautes
K 100 - 103
puis 101-104
402-405 1890 3.58 5.0 2.3 6.37 Avec deux plates-formes, renumérotés K 101 - 104 en 1896
O 121 - 123 512-514 1894 1.5 2.5 1.5 4.15 Main Deux étages aménagés pour le transport des boilles à lait
K 105 - 108 406-409 1896 3.9 5.0 2.3 6.37 Hardy + Main Avec deux plates-formes
L 75 - 76 457-458 1896 3.2 5.0 2.3 5.85
ON 1 -6
(a + b)
630-635 1896 1.5 12 1.2 2.23 Heberlein
ON 7 -8
(a + b)
636-637 1898 1.5 12 1.2 2.25 Trucks pour le transport de wagons à voie normale
M 151 - 152 457-458 1898 - 1899 0.85 1.5 0.8 2.75 Main Wagonnet pour le transport de marchandises
O 124 - 125 515-516 1899 1.5 2.5 1.5 4.15 Deux étages aménagés pour le transport des boilles à lait.
ON 9 - 10
(a + b)
638-639 1899 1.5 15 1.2 2.23 Heberlein

Le matériel des TS[modifier | modifier le code]

Locomotives à vapeur[modifier | modifier le code]

Image Type Numéros Année de construction Mise hors service Constructeurs Masse à vide (t) Masse en service (t) Longueur hors tampons (m) Écartement des essieux (m) Timbre de la chaudière (atm) Puissance (CV) V max
E 2/2 1 1877 1801 SLM 6.5 7.7 3.6 1.5 15 40 18
Elles furent démolies en 1901.
E 2/2 2 1887 1901 SLM 6.5 7.7 3.6 1.5 15 40 18
Elle portait le no 5 jusqu'en 1889 et fut vendue.
E 2/2 3 1885 1901 SLM 7.7 9.5 4.53 1.5 15 40 18
Elle fut vendue au Paris - Saint-Germain (PSG).
E 2/2 4 1887 1901 SLM 7.7 9.5 4.53 1.5 15 40 18
Elle fut vendue.
E 2/2 5 1883 1901 SLM 7.7 9.5 4.53 1.5 15 40 18
Elle portait le no 2 jusqu'en 1889 et fut vendue.
E 2/2 6 1889 1901 SLM 7.7 9.5 4.53 1.5 15 40 15
Elle fut vendue au PSG.
E 2/2 7 1892 1901 SLM 8.2 10.0 4.53 1.5 15 40 18
Elle fut vendue au PSG.
E 2/2 8 1892 1901 SLM 8.2 10.0 4.53 1.5 15 40 18
Elle fut vendue au PSG.
  • Remarque : Jusqu'en 1902, ces locomotives étaient désignées G2. E 2/2 est la notation « moderne ».

Automotrices[modifier | modifier le code]

Ces automotrices, numérotées 94 à 101, étaient peintes en jaune, possédaient des plates-formes ouvertes et avaient un moteur de 30 chevaux entraînant un essieu. Elles avaient une caisse courte, hautes sur roues, des bancs en long et des stores en lamelles de bois. La prise de courant était assurée par une perche à roulette. Le chauffage se faisait à l'eau chaude et l'éclairage encore au pétrole, alors que les voitures des trains à vapeur possédaient l'éclairage électrique par accumulateurs. Elles comportaient un frein électrique et un frein à main.

Image Type Numéros TS Année de construction Mise hors service Constructeurs
mécaniques
Constructeurs
électriques
Tare (t) Longueur hors tampons (m) Écartement des essieux (m) Places assises Places debout Puissance (CV) V max
Ce 1/2 94 - 101 1894 1901 - 1902 SIG CIEG 4.7 6.38 1.5 12 18 30 25
Elles furent vendues en France
Ce 2/2 102 - 103 1895 1901 - 1902 SIG CIEG 6.4 6.38 1.5 12 18 2 × 25 25
Elles furent vendues en France
Ce 2/2 104 - 119 1896 1901 - 1902 SIG CIEG 7.2 7.13 1.6 12 18 2 × 25 25
Trois automotrices furent vendues en France
Ce 1/2 125 - 132 1896 1896 SIG ? ? 6 1.6 14 10 20 20
Anciennes automotrice de l'Exposition Nationale. Trois automotrices furent vendues au GV, n° GV 31 à 33

Chasse-neige[modifier | modifier le code]

Image Type Numéros TS Numéros CGTE Année de construction Mise hors service Tare (t) Longueur hors tampons (m) Écartement des essieux (m) Hauteur des parois Largeur max. des parois
X2 - 601 1888 1966 0.565 2.7 ? 0.35 2.7
Il est construit en fer et doit être poussé par une locomotive.
X2 - 602, 603 1890, 1895 - 0.8 3 ? 0.5 3.2
La neige est déblayée du côté droit de la route.

Voitures voyageurs[modifier | modifier le code]

Voitures d'hiver
Image Type Numéros TS Numéros CGTE Année de construction Mise hors service Constructeur Tare (t) Longueur hors tampons (m) Écartement des essieux (m) Places assises Places debout
C2 1 - 4 - 1876 1901 - 1902 SIG 1.82 6.2 1.6 16 20
C2 6, 9, 12 - 1876 1888 - 1889 SIG 1.8 6.35 1.75 14 22
6 voitures furent transformées en wagons couverts K 6 en 1888
C2 13 - 16 201 - 204 1876 1906 - 1908 SIG 2.3 6.35 1.6 16 32
Reprise pour la traction hippomobile Molard - Cornavin
C2 17 - 20 - 1876 1901 - 1902 SIG 2.3 6.35 1.6 16 32
C2 24, 26 - 1876 1901 - 1902 SIG ? ? ? ? ?
C2 25, 27 207, 209 1876 1908 SIG ? ? ? ? ?
C2 38 - 40 - 1876 1901 - 1902 SIG 2.19 6.35 1.75 14 22
C2 41 205 1876 1908 SIG 2.19 6.35 1.75 14 22
Reprise pour la traction hippomobile Molard - Cornavin
C2 42 - 43 - ? 1901 - 1902 SIG 2.19 6.35 1.75 14 22
C2 71, 74 210, 213 1882 1908 SIG 2.19 6.35 1.75 14 22
C2 72 - 73 - ? 1901 - 1902 SIG ? ? ? ? ?
C2 82 216 1885 1906 SIG 2.26 6.35 1.75 14 22
C2 83 - ? 1901 - 1902 SIG ? ? ? ? ?
C2 89 - 90 - 1891 1901 - 1902 SIG 2.85 6.7 1.6 14 28

À noter que les voitures n° 5, 7 et 8 se trouvaient à Bienne, où les TS exploitaient aussi le réseau.

Lors de la reprise par la CGTE des TS la liste des voitures fermées se présentait ainsi :

Numéros Année de construction Freins Chauffage Éclairage
1 - 4 1876 Manuel à chaîne Eau chaude Pétrole
13 - 20 1876 Manuel à chaîne Eau chaude Pétrole
24 - 27 1876 Automatique à vide Eau chaude Électrique
38 - 43 1876 Manuel à chaîne Eau chaude Pétrole
Voitures 41 et 42 équipées de freins automatiques à vide et d'un éclairage électrique.
71 - 74 1882 Automatique à vide Eau chaude Électrique
82 - 83 1885 Automatique à vide Eau chaude Électrique
89 - 90 1891 Automatique à vide Eau chaude Électrique
Voitures d'été
Image Type Numéros TS Numéros CGTE Année de construction Mise hors service Constructeur Tare (t) Longueur hors tampons (m) Écartement des essieux (m) Places assises Places debout
C2 21 - 23 - 1876 1901 - 1902 SIG 1.85 6.8 1.8 24 22
C2 28 - 37 307 - 316 1877 1906: 308 à 314, 316
1908: 307, 315
SIG 1.82 6.75 1.75 20 26
C2 61 - 64 317 - 319 1882 1906 SIG 1.87 6.75 1.75 20 26
La voiture 64 fut mise hors service en 1901 et n'a pas reçu de n° CGTE
C2 75 - 76 321 - 322 1883 1906 - 1908 SIG 1.6 5.75 1.6 16 26
C2 84 - 85 323 - 324 1887 1906 TS 1.87 6.75 1.75 20 26
C2 125 - 130 301 - 306 1896 SIG 2.94 6 1.6 14 22
Ex automotrices de l'exposition nationale de 1896[2]. Elles furent surtout utilisées comme remorques d'automotrices électriques sur la ligne Carouge - Moillesulaz

À noter que les voitures nos 44 à 47 et 69 à 70 se trouvaient à Bienne, où les TS exploitaient aussi le réseau.

Lors de la reprise par la CGTE des TS la liste des voitures fermées se présentait ainsi :

Numéros Année de construction Freins Éclairage
21 - 23 1876 Manuel à chaîne Pétrole
28 - 37 1877 Manuel à chaîne Pétrole
La voiture 33 possède possède une conduite d'air pour le frein à vide.
61 - 64 1882 Automatique à vide Pétrole
La voiture 33 possède seulement la conduite d'air
75 -76 1883 Manuel à chaîne Pétrole
84 - 85 1887 Automatique à vide Pétrole
125 - 130 1896 Manuel à chaîne Pétrole

Wagons marchandises[modifier | modifier le code]

Image Type Numéros TS Numéros CGTE Année de construction Mise hors service Tare (t) Longueur hors tampons (m) Écartement des essieux (m) Charge (t)
K 6 - 1876 1894 1.9 7 1.55 2
K 93 401 1891 1950 2.5 5.3 1.5 5
M 78 - 81 501 - 504 1887 501 avant 1939
502 en 1942
503, 504 en 1956
0.52 2.4 1.2 2.5
M 91 - 92 451 - 452 1891 451 en 1904
452 en 1942
2 5.3 1.5 5

Le matériel du GV[modifier | modifier le code]

Locomotives à vapeur[modifier | modifier le code]

Locomotive no 1 Genève
  • Type : G 3/3
  • Numéros et noms : 1 - Genève, 2 - Veyrier, 3 - Salève, 4 - Pitons
  • Mise en service : 1887 (1 à 3), 1890 (4)
  • Mise hors service : 1901 (1 et 2), 1911 (3 et 4)
  • Constructeur : SLM Winterthur
  • Masse à vide : 12,5 t (1 à 3), 13,4 t (4)
  • Masse en service : 15,5 t (1 à 3), 16,2 t (4)
  • Pression de la vapeur : 14 atm
  • Écartement des essieux : 1,8 m
  • Longueur hors tampons 5,4 m (1 à 3), 5,69 m (4)
  • Puissance 140 cv environ
  • Vitesse maximum : 25 km/h

À noter que la locomotive no 3 a circulé sur les lignes du Worblental et du Centovalli et que la no 4 a circulé sur la ligne Langenthal - Melchnau.

Automotrices[modifier | modifier le code]

Image Type Numéros Année de construction Constructeur mécanique Constructeur électrique Tare (t) Longueur hors tampons (m) Écartement des essieux (m) Places assises Places debout Puissance (cv) V max. (km/h)
Ce 2/2 13 à 15 1898 SIG CIEG 9 9.4 2.4 24 18 2 × 25 25
Elles furent démolies entre 1946 et 1950.
Ce 2/2 16, 17 1888 SIG CIEG 7.8 8.2 2.4 24 14 2 × 25 25
Anciennes remorques no 7 et 9 transformées en 1898 et furent démolies entre 1946 et 1950.
Ce 2/2 18 à 20 1896 SIG CIEG 8.3 9 2.4 24 18 2 × 25 25
L'automotrice no 18 est l'ancienne remorque no 10, les automotrices no 19 et 20 sont les anciennes remorques no 51 et 52 du VE transformées en 1905. Elles furent démolies entre 1946 et 1950.
Ce 2/2 21 à 24 1913 SWS CIEG 14.9 10.93 4 24 21 2 × 50 40
Les automotrices no 23 et 24 furent vendues aux TL en 1919 puis au chemin de fer Bex-Villar-Bretaye. La 23 est préservée et circule sur le chemin de fer Blonay-Chamby.
Ce 2/2 31 1896 SIG CIEG 7.6 7.7 1.6 14 22 2 × 25 25
Ancienne automotrice des TS, série 104-119 et fut démolie entre 1946 et 1950
Ce 2/2 32, 33 1896 SIG CIEG 7.8 7.7 1.6 14 22 2 × 25 25
Anciennes automotrices des TS, série 104-119 et furent démolies entre 1946 et 1950

Voitures[modifier | modifier le code]

Image Type Numéros Année de construction Constructeur Tare (t) Longueur hors tampons (m) Écartement des essieux (m) Places assises Places debout Remarques
C2i 1 à 6 1887 SIG 3.6 7.64 2.4 24 12
C2i 7, 9 1888, 1890 SIG 4 7.64 2.4 24 12 Transformées en 1898 en Ce 2/2 no 16 et 17.
C2i 10 1893 SIG 4 8 2.4 24 16 Transformée en 1905 en Ce 2/2 no 18
C2i 9 à 12 1889 SIG 4 8 2.4 24 16 Anciennes voitures du VE achetées entre 1900 et 1912
C2 51 à 53 1913 SWS 7.3 10.93 4 24 16 les no 51 et 52 furent vendues au TL en 1919. La no 53 fut démolie en 1956
CF2i 7 1893 SIG 4.2 8 2.4 24 8
CF2i 8 1888 SIG 4.2 7.64 2.4 24 8 Elle fut vendue au BAM en 1942

Wagons marchandises[modifier | modifier le code]

Image Type Numéros Année de construction Tare (t) Longueur hors tampons (m) Écartement des essieux (m) Charge (t)
F2i 1 1887 2.9 5.26 2 5
M 101 à 103 1899 1.1 3.5 1.3 2

Le matériel CGTE[modifier | modifier le code]

Très rapidement après sa création, la CGTE commande une centaine d'automotrices à essieux (Ce 2/2) ou bogies (Ce 2/4) et de remorques afin de remplacer entre 1900 et 1902 l'ancien matériel à voie normale des TS et d'assurer l'exploitation des lignes ex-VE nouvellement électrifiées, en complément du matériel repris à ces compagnies[3] et décrit dans les paragraphes et articles connexes ci-dessus.

On peut remarquer que deux séries se mélangeant dans la numérotation, en raison de la présence dans les motrices Ce 2/4 no 50 à 59 d'un compartiment fourgon qui les destinait principalement aux lignes rurales. Quant aux autres motrices, les motrices à deux essieux étaient surtout destinées aux lignes urbaines et périurbaines à horaires serrés, mais également aux lignes vicinales à faible trafic.

Les séries dites « Grandes Cents » et « Petites Cents » ont été achetées en 1906 et 1908 pour faire face à la hausse du trafic, le parc existant ne suffisait pas[3]. En 1911, l'achat des tracteurs Fe 4/4 permet le retrait des dernières locomotives à vapeur ex-VE, cantonnées au trafic marchandises[3]. De nouvelles remorques « Bautzen » rejoignent le parc en 1907, notamment les trois ex-Berne rachetées en 1904[3].

Toujours pour faire face au manque de matériel, mais en 1920, la CGTE commande les Ce 2/4 « Plates-Formes Centrales », les Ce 2/2 « Ceintures » et les remorques à bogies Ci « Neuhausen »[3].

Entre 1928 et 1934, le manque de moyens oblige la CGTE à rénover son parc plutôt que de commander du matériel neuf, avec notamment un recarrossage des « AEG », des « Danseuses » et des « Cologne »[4]. En 1933 se sont deux motrices et six remorques venant du tramway de Saint-Étienne qui sont achetées[4].

Le parc, fortement réduit au fil des suppressions de lignes, est remplacé dans les années 1950 par l'arrivée du matériel « normalisé ».

Automotrices électriques[modifier | modifier le code]

Ce 2/2[modifier | modifier le code]

Les principales différences résident dans la puissance de leur motorisation, à raison de deux moteurs par élément : 20 ch pour les Herbrand, 25 ch pour les SIG de 1901 et 35 ch pour celles de 1903 et 1920. Pour les 101-120, leur puissance n'est pas connue.

Modèle Constructeur(s) Équipement électrique Nombre Numéros de parc Mise en service Réforme Remarques Image
Ce 2/2[5]
« AEG »
Herbrand AEG 25 1-25
1931 : 1-24
1900-1901 1931 (6)
1951
  • Série modernisée et re-carrossée entre 1927 et 1930 ;
  • La no 6 est transformée en voiture cantine Xe 2/2 no 611, la 25 est renumérotée 6 ;
  • En 1952, les nos 2, 5, 10, 20 et 23 deviennent les véhicules de service Xe 2/2 nos 609, 687, 688, 691 et 692, le reste de la série est démolie.
Trams de Genève (Suisse) (4452969249).jpg
Ce 2/2
« Danseuses »
SIG Westinghouse 20 26-45 1901 1930 (27 à 32, 34 à 36, 41)
1931 (40)
1950 (42)
  • Série modernisée et re-carrossée entre 1927 et 1930 ;
  • Surnom du à leur tendance à tanguer sur leurs suspensions ;
  • La no 42 est transformée en voiture publicitaire vers 1930 ;
  • Les nos 26, 33, 37, 38, 39, 43, 44, 45 deviennent les véhicules de service Xe 2/2 nos 681 à 688 à une date inconnue, à priori dans les années 1930, le reste de la série est démolie.
(118) Ce 2 2 série 26-45.gif
Ce 2/2 SIG Westinghouse 4 46-49 1903 1924
  • Deviennent les véhicules de service Xe 2/2 nos 689 à 692 en 1924 ;
  • Caisse raccourcie par rapport aux « danseuses » pour être utilisées sur le tramway de la Cité.
Defaut.svg
Ce 2/2
« Grandes cents »
Bautzen Siemens 6 100-105 1906 1951
1952 (102, 104)
GR 58 - St-JULIEN-en-GENEVOIS - L'Hotel de Ville.JPG
Ce 2/2 Constructeur américain inconnu - 1 106 1907 1921
  • Motrice datant de 1901, essayée en 1903 et acquise en 1907 ;
  • Transformée en remorque C2i no inconnu en 1921, elle-même réformée en 1940.
Defaut.svg
Ce 2/2
« Petites cents »
SIG SAAS 14 107-121 1906 1955 (109)
1956 (108, 114)
1958 (107, 110, 112, 113, 116)
1959 (111, 115, 117 à 119)
1961 (120-121)
D'origine, elles étaient équipées de plates-formes fermées avec portes coulissantes, mais également d'indicateurs de direction à rouleaux, appelés de nos jours girouette. Ces équipements sont devenus standards depuis.
Ce 2/2
« Ceintures »
SIG SAAS 10 122-131 1920 vers 1959 ? Trams de Genève (Suisse) (5101149387).jpg
Xe 2/2[modifier | modifier le code]
Modèle Constructeur(s) Équipement électrique Nombre Numéros de parc Mise en service Réforme Remarques Image
Xe 2/2[5] Herbrand AEG 6 609, 611, 687, 688, 691 et 692 1931 (611)
1952
1950 (611)
1956 (687 et 692)
1958 (609 et 691)
1959 (688)
  • Anciennes Ce 2/2 nos 2, 5, 6, 10, 20 et 23 datant de 1900-1901.
Defaut.svg
Xe 2/2 SIG Westinghouse 8 681-688 années 1930 ? 1950 (682)
1952 (687 et 688)
1957 (681)
Dates inconnues pour les autres
  • Anciennes Ce 2/2 nos 26, 33, 37 à 39 et 43 à 45 datant de 1901.
Defaut.svg
Xe 2/2 SIG Westinghouse 4 689-692 1924 1950 (689)
1952 (691, 692)
1956 (690)
  • Anciennes Ce 2/2 nos 46 à 49 datant de 1903.
Defaut.svg
Ce 2/4[modifier | modifier le code]
Modèle Constructeur(s) Équipement électrique Nombre Numéros de parc Mise en service Réforme Remarques Image
Ce 2/4[6]
« Schlieren »
Schlieren AEG 15 75-89
En 1936 :
La 75 devient 90
1901 1950 (87)
1951 (78 et 90)
1952 (79 et 89)
1956 (85)
1958 (76, 77, 86 et 88)
1959 (83 et 84)
1960 (82)
1961 (81)
  • Seule la motrice 80 a été préservée ;
  • Seule série de Ce 2/4 à bogies non transformées en Ce 4/4 par ajout de deux moteurs supplémentaires.
Trams de Genève (Suisse) (5799497128).jpg
Ce 2/4[7]
« Plates-formes centrales »
SWS, Schlieren SAAS 11 156-165 1920 1958 (157, 165)
1959
1961 (158, 162)
Defaut.svg
Ce 4/4[modifier | modifier le code]

Exception faite du matériel acheté d'occasion, ces motrices sont toutes issues de la transformation de Ce 2/4 par ajout de deux moteurs supplémentaires aux deux moteurs existants. Leur histoire en tant que Ce 2/2 est traitée ici dans un souci de lisibilité.

Modèle Constructeur(s) Équipement électrique Nombre Numéros de parc Mise en service Réforme Remarques Image
Ce 4/4
« Cologne »
Herbrand - 15 50-54, 60-69 1900-1901 1961 (51, 52)
1962 (53, 54)
1970 (62, 70 devient motrice de service T.01)
1971 (64)
1972 (61 devient motrice de service 71 puis T.02)
1973 (66)
1975 (69)
  • Renumérotations :
    • 1934 : 54 devient 70 ;
    • 1937 : 50 devient 53 et 53 devient 60 ;
    • 1939 : 60 devient 54 ;
    • 1959 : 60 devient 68.
  • Compartiment fourgon des 50 à 54 supprimé en 1913 ;
  • Anciennes Ce 2/4 transformées entre 1933 et 1938, elles reçoivent aussi une nouvelle caisse.

Quatre exemplaires ont été préservées ou gardées plus longtemps puis détruites :

  • La 65 offerte au VKEF Klagenfurt (Autriche) en 1972 puis en 1978 à DSM Wehmingen, démolie en 2004 ;
  • La T.02, démolie en 1995 ;
  • La 63 offerte au musée AMTUIR, retournée et démolie en 2013 à Genève ;
  • La 69 a été transportée au Jardin Robinson du Lignon (commune de Vernier) en 1975, démolie en 1988.
Trams de Genève (Suisse) (5211268170).jpg
Ce 4/4[8]
« Westinghouse »
SIG Westinghouse 15 55-59, 70-74
En 1936 :
55-59, 71-75
1902 1950 (56)
1951 (75)
1956 (59)
1957 (55)
1958
  • Anciennes Ce 2/4 transformées entre 1904 et 1907 ;
  • Les plates-formes furent vitrées en 1910 ;
  • En 1930, la porte médiane fut supprimée et les plates-formes furent munies de portes sur charnières.
Defaut.svg
Ce 4/4[9]
« Alioth »
Wagenfabrik Bautzen Alioth 10 90-99 1902 1938 (92, 93)
1947 (98)
1950 (94)
1951 (97)
1952
  • Anciennes Ce 2/4 transformées en 1922, et reçoivent le frein à air comprimé Westinghouse ;
  • Les plates-formes furent vitrées en 1907 ;
  • Certaines furent équipées par des moteurs de réserve Alioth et Siemens et le solde fut commandé à la SAAS :
  • En 1938, les automotrices 90 et 91 furent renumérotées 92 et 93 après retrait des machines portant précédemment ces numéros.
Trams de Genève (Suisse) (4557252514).jpg
Fe 4/4[modifier | modifier le code]
Modèle Constructeur(s) Équipement électrique Nombre Numéros de parc Mise en service Réforme Remarques Image
Fe 4/4
« Tracteurs »
SIG Siemens 6 150-155
1966 : 71, 150, 152-155
1911 1972 (71)
années 1970 ?
151 renumérotée 71 en 1966. Blonay-Chamby Compagnie Genevoise de Tramways Electriques - 151 - 01.jpg
Motrices acquises en seconde main[modifier | modifier le code]
Modèle Constructeur(s) Équipement électrique Nombre Numéros de parc Mise en service Réforme Remarques Image
Fe 4/4
« Automotrices »
De Dietrich 2 166-167 1932 1938 ex Tramway de Saint-Etienne[10]. Dartois - SAINT-NICOLAS - Rue de Laval.JPG

Remorques[modifier | modifier le code]

Modèle Constructeur(s) Nombre Numéros de parc Mise en service Réforme Remarques Image
C2i SWS, Schlieren 10 201-210 1908 1956 (210)
1957 (207-209)
1958
À plates-formes ouvertes. (182) Remorque 205.gif
C2 Horme et Buire[11] 6 211-216 1933 1956 Defaut.svg
C4i
« Bautzen »
SIG Bautzen 10 351-353, 354-360 1904 (351-353)
1907
1957 (351-353, 360)
1958
  • À plates-formes ouvertes[12] : 351-353 ;
  • Les 351-353 sont des ex-SVB Berne nos 20, 26 et 29 datant de 1894, acquises en 1904.
(193) Remorque 353.gif
C4i
« Neuhausen »
SIG 10 361-370 1920 1961 (362, 367, 368)
1964 (364)
1966 (366)
1971 (361, 369)
1972 (365)
1973 (363, 370)
  • À plates-formes ouvertes ;
  • En 1972, la 365 offerte au VKEF Klagenfurt (Autriche) puis en 1978 à DSM Wehmingen et démolie en 2005.
Blonay-Chamby Compagnie Genevoise de Tramways Electriques - 370 - 01.jpg

Le matériel normalisé CGTE puis TPG[modifier | modifier le code]

Ce matériel est issu d'une norme définie par l'association suisse des entreprises de transport[13]. Elles ont assuré le service sur la ligne 12, ainsi que la ligne 1 jusqu'à sa suppression en 1969, jusqu'à l'arrivée des premières DAV en 1987, marquant le début de leur retrait progressif. Leur retrait a aussi marqué la fin des remorques à Genève, depuis les DAV l'ensemble du parc est constitué de matériel articulé.

Motrices[modifier | modifier le code]

Be 4/4[modifier | modifier le code]

On peut distinguer trois séries, en raison de différences dans leurs origines et/ou les constructeurs[14] :

Modèle Constructeur(s) Équipement électrique Nombre Numéros de parc Mise en service Réforme Remarques Image
Be 4/4 (Ce 4/4 avant 1955) Schindler Waggon à Pratteln SAAS 30 701-730 1950-1952 1987-1989
1992 (712, 721, 724 et 727)
Trams de Genève (Suisse) (6305155779).jpg
Be 4/4 Schindler Waggon à Pratteln SAAS 6 731-736 1961 1970
  • Motrices datant de 1947-1948 acquises d'occasion au tramway de Lucerne.
    Ex-101 à 106 des Verkehrsbetriebe Luzern (Transports publics de Lucerne) ;
  • Dé-motorisées et transformées en remorques en 1970[14].
Be 4 4 - 736.jpg
Be 4/4 Hess Brown, Boveri & Cie 4 737-740 1961 1970
  • Motrices datant de 1947-1948 acquises d'occasion au tramway de Lucerne.
    Ex-107 à 110 des Verkehrsbetriebe Luzern (Transports publics de Lucerne) ;
  • Dé-motorisées et transformées en remorques en 1970[14].
Coffrets électriques TPG à Genève (Suisse).jpg
Be 4/6[modifier | modifier le code]

Ne doivent pas être confondues avec les DAV portant la même dénomination.

Modèle Constructeur(s) Équipement électrique Nombre Numéros de parc Mise en service Réforme Remarques Image
Be 4/6 Duewag Duewag 5 795-799 1975 1980 (799)
1985 (795)
1987
Trams de Genève (Suisse) (5366002803).jpg

Remorques[modifier | modifier le code]

Modèle Constructeur(s) Nombre Numéros de parc Mise en service Réforme Remarques Image
C4i Flug und Fahrzeugwerke Altenrhein 15 301-315 1950-1952 1987-1989
1992 (302, 306, 307 et 315)
(189) Remorque 306.gif
C4i Schindler Waggon à Pratteln
Hess
10 321-330 1970 1987-1989
  • Anciennes automotrices Be 4/4 731-740 ;
  • Transformées après la suppression de la ligne 1 afin d'augmenter le nombre de convois sur la ligne 12 et faire face à sa forte charge[14].
(168) Remoque 329.gif

Parc actuel[modifier | modifier le code]

En les Transports publics genevois (TPG) exploitent un parc de 116 rames de tramway, réparties en quatre matériels différents.

Duewag-Vevey DAV 03 à deux caisses (Be 4/6)[modifier | modifier le code]

Deux rames couplées. Elles circulent ainsi la plupart du temps.

Ces 30 rames, à l'origine, ont été construites par Duewag, Vevey Technologies et Brown, Boveri & Cie et mises en service entre 1987 et 1989 afin de remplacer les vieillissantes « Normalisés », l'essai réalisé avec le prototype 741 s'étant avéré concluant. En 1995/1996, les rames 823, 824 et 827 à 830 sont transformées en Be 4/8 par ajout d'une caisse centrale[15],[16].

D'une longueur de 21,9 mètres et d'une largeur de 2,30 mètres, elles peuvent accueillir 178 personnes dont 137 debout et 41 assises. Non climatisées, elles sont à plancher bas aux deux premières portes et disposent d'une rampe pour l'accès aux personnes à mobilité réduite[17]. Elles ont été intégralement révisées entre 2006 et 2009 et sont cantonnées à la ligne 12 du fait qu'elles sont unidirectionnelles.

Série Numéros de parc Années de livraison Remarques
03 801-822, 825-826 1984 (801)
1987-1989
  • La 801 n'est d'autre que l'ancien prototype no 741[18] ;
  • Les 823, 824 et 827 à 830 sont devenues des Be 4/8 en 1996.

Caractéristiques techniques :

  • Longueur : 24 900 mm
  • Largeur : 2 300 mm
  • Hauteur : 3 310 mm (sans pantographe) - 3 750 mm (avec pantographe)
  • Poids à vide : 27 900 kg
  • Poids en pleine charge : 39 000 kg
  • Constructeur : Duewag / Vevey Technologies / Brown, Boveri & Cie
  • Moteur : BBC 4 ELO 2 052 A
  • Puissance maximale : 2 X 150 kW
  • Diamètre des roues motrices : 660 mm
  • Empattement des bogies moteurs : 1 800 mm
  • Diamètre des roues porteuses : 375 mm
  • Empattement du bogie porteur : 1 200 mm
  • Places assises : 43
  • Places debout : 137

Chaque rame est blasonnée au nom d'une commune genevoise (sauf exceptions)[19] :

Duewag-Vevey DAV 04 à trois caisses (Be 4/8)[modifier | modifier le code]

La rame no 833 en livrée publicitaire.

Ces 22 rames sont issues pour partie de la transformation de rames Be 4/6 en 1995/1996 par l'ajout d'une caisse centrale, augmentant leur capacité[15],[16]. En dehors de ce fait, elles sont identiques aux Be 4/6.

D'une longueur de 30,91 mètres et d'une largeur de 2,30 mètres, elles peuvent accueillir 265 personnes dont 200 debout et 65 assises. Non climatisées, elles ont une différence avec la DAV 03, elles n'ont pas de plancher bas pour l'accès aux personnes à mobilité réduite[20]. Elles ont été intégralement révisées entre 2006 et 2009 et sont cantonnées à la ligne 12 du fait qu'elles sont unidirectionnelles, et toujours en unité multiple avec des Be 4/6 (DAV 03) et toujours en motrice 2.

Série Numéros de parc Années de livraison
04 831-852 1987-1989
847-852 : Issues de la transformation de Be 4/6 en Be 4/8 en 1995/1996

Caractéristiques techniques :

  • Longueur : 30 910 mm
  • Largeur : 2 300 mm
  • Hauteur : 3 320 mm
  • Poids à vide : 33 700 kg
  • Poids en pleine charge : 52 600 kg
  • Constructeur : Duewag / Vevey Technologies / Brown, Boveri & Cie
  • Moteur : BBC 4 ELO 2 052 A
  • Puissance maximale : 2 X 150 kW
  • Places assises : 65
  • Places debout : 200

Chaque rame est blasonnée au nom d'une commune genevoise (sauf exceptions)[19] :

Bombardier Cityrunner (Be 6/8)[modifier | modifier le code]

La rame no 871.

Ces 39 rames ont été commandées en deux temps[21],[22], pour renforcer le parc en prévision des extensions vers Meyrin et Bernex, conçues sans boucles de retournement, et sont donc de fait les premières rames bi-directionnelles modernes du tramway genevois[23].

D'une longueur de 42 mètres et d'une largeur de 2,30 mètres, elles peuvent accueillir 366 personnes dont 300 debout et 66 assises. Climatisées, elles sont à plancher bas et disposent d'une rampe pour l'accès aux personnes à mobilité réduite[24].

Les premiers essais eurent lieu avec des véhicules polonais qui ont circulé environ une année sur le réseau genevois, dans l'attente de la livraison du matériel commandé. Il s'agit des véhicules 1207 (no 856 aux TPG) et 1214 (no 857 aux TPG) des tramways de Lodz (Pologne), construits entre 2002 et 2003. La première roula de à , en livrée publicitaire pour la Croix-Rouge genevoise, la seconde de à , en livrée publicitaire pour Unireso. Ces véhicules étaient bien plus courts, puisqu'ils mesuraient que 29 500 mm et ne pouvaient transporter que 151 passagers[25].

Série Numéros de parc Années de livraison
05 861-881 2004-2005
882-899 2009-2010

Caractéristiques techniques :

  • Longueur : 42 000 mm
  • Largeur : 2 300 mm
  • Hauteur : 3 570 mm
  • Poids à vide : 50 100 kg
  • Poids en pleine charge : 70 000 kg
  • Constructeur : Bombardier Transport
  • Puissance maximale : 6 X 85 kW
  • Diamètre des roues motrices : 680 mm (neuves)
  • Diamètre des roues porteuses : 560 mm
  • Rayon minimum des courbes 20 m (18 m au dépôt)
  • Vitesse maximale : 60 km/h
  • Places assises : 66
  • Places debout : 171

Stadler Tango (Be 6/10)[modifier | modifier le code]

La rame no 1815.
La rame no 1836, livrée blanc et orange.

Ces rames ont été commandées pour un montant de 154 MCHF pour venir en renfort des Bombardier[26]. Les 19 premières rames ont été livrées dès 2011, sur une commande totale de 32 rames. Le parc est passé fin 2016 à 21 véhicules[27] mais la série n'est complète que depuis 2018 : en 2014 la livraison des 13 rames suivantes avait été reportée entre 2016 et 2018[28],[16]. Comme pour les Bombardier, elles sont bidirectionnelles. Une troisième tranche de neuf rames est livrée de façon progressive depuis fin 2020 afin d'augmenter le parc, elle se caractérise par l'adoption de la livrée blanc et orange apparue au cours des années 2010 et qui renoue avec les couleurs historiques des TPG[29].

D'une longueur de 44 mètres et d'une largeur de 2,30 mètres, elles peuvent accueillir 265 personnes dont 191 debout et 74 assises. Climatisées, elles sont à plancher bas sur 75 % de leur longueur et disposent d'une rampe pour l'accès aux personnes à mobilité réduite[30].

Série Numéros de parc Années de livraison
06 1801-1819 2011-2012
1820-1832 2016-2018
1833-1841 en cours de livraison depuis 2020

Caractéristiques techniques :

  • Longueur : 44 000 mm
  • Largeur : 2 300 mm
  • Hauteur : 3 640 mm
  • Poids à vide : 57 000 kg
  • Poids en pleine charge : 85 000 kg
  • Constructeur : Stadler Rail
  • Puissance maximale : 6 × 125 kW
  • Diamètre des roues motrices : 680 mm (neuves)
  • Diamètre des roues porteuses : 560 mm
  • Rayon minimum des courbes 20 m (18 m au dépôt)
  • Vitesse maximale : 60 km/h
  • Places assises : 74
  • Places debout : 191

Expérimentations[modifier | modifier le code]

La première Stadler Tango livrée a servi en 2012 de prototype d'une technologie de supercondensateurs qui permettrait à terme d'importantes économies d'énergie par la récupération de celle émise au freinage et la recharge des rames en station[31].

Véhicules préservés[modifier | modifier le code]

Association genevoise du musée des tramways[modifier | modifier le code]

L'Association genevoise du musée des tramways (AGMT) préserve quelques véhicules d'antan[32]. Il s'agit des exemplaires suivants :

  • Motrice Be 4/4 no 66 (provenant de l'AMITRAM, acquise en 2010, depuis en travaux[33]), ;
  • Motrice Be 4/4 no 67 ;
  • Motrice Be 4/4 no 80 (provenant de l’Association pour le Musée des transports urbains, interurbains et ruraux (AMTUIR) à Paris) acquise en 2012 ;
  • Motrice Be 2/2 no 125 (en prêt depuis 1997 du Chemin de fer-musée Blonay-Chamby ; vendue au Chemin de fer Martigny–Châtelard à sa réforme, puis cédée au Chemin de fer-musée Blonay-Chamby en 1975) ;
  • Motrice Be 4/4 no 729 ;
  • Remorque B no 308 ;
  • Remorque Bi no 363 ;
  • Remorque Bi no 369 (provenant de l'AMTUIR acquise en 2013, n'est pas en état de marche) ;
  • Racleuse à neige X 603 ;
  • Wagon couvert K 204 (fabriqué par SWS en 1913, acquis en 2000 auprès du chemin de fer Bex-Villars-Bretaye, pour le transformer en un wagon de marchandises CGTE).

Compagnie ferroviaire du Léman[modifier | modifier le code]

L'automotrice Ce 4/4 no 70 (ex no 50, puis T.01) a été repeinte en bleu et elle est préservée avec le wagon-plateau X 73 (ex wagon de grue no 638, puis T.03) par la Compagnie ferroviaire du Léman (CFDL) sur le réseau genevois[34].

Elle n'est malheureusement plus en état de circuler par ses propres moyens à cause de problèmes techniques.

Musée Blonay-Chamby[modifier | modifier le code]

La motrice-fourgon Fe 4/4 no 151 et la remorque C4 no 370 sont préservées au Chemin de fer-musée Blonay-Chamby (canton de Vaud)[35].

En France[modifier | modifier le code]

La remorque C4 no 361 est préservée par l'AMITRAM à Lille[36].

En Roumanie[modifier | modifier le code]

À Sibiu (Roumanie) quatre motrices et quatre remorques sont offertes entre 1993 et 1996. Après la fermeture de cette ligne en 2011 certains véhicules sont conservés et existent toujours[37],[38] :

  • Motrice no 712 : renumerotée en 1992 avec le no 991, démolie en 2014;
  • Motrice no 721 : existe toujours ;
  • Motrice no 724 : existe toujours ;
  • Motrice no 727 : démolie en 2010 ;
  • Remorque no 302 : renumérotée en 2002 avec le no 307, démolie en 2014 ;
  • Remorque no 306 : existe toujours ;
  • Remorque no 307 : renumérotée en 2002 avec le no 302, démolie en 2007 ;
  • Remorque no 315 : démolie en 2014.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Livre : Le tram à Genève, page 63
  2. Compagnie_générale_des_tramways_suisses#Automotrices_de_l.27Exposition_Nationale
  3. a b c d et e « Histoire du tram dès 1900 », sur https://www.bus-tram-geneve.ch (consulté le ).
  4. a et b « Histoire du tram dès 1928 », sur https://www.bus-tram-geneve.ch (consulté le ).
  5. a et b « Les Ce 2/2 », sur https://www.bus-tram-geneve.ch (consulté le ).
  6. « Les Ce 2/4 Schlieren », sur https://www.bus-tram-geneve.ch (consulté le ).
  7. « Les Ce 2/4 Plates-formes Centrales », sur https://www.bus-tram-geneve.ch (consulté le ).
  8. « Les Ce 4/4 Westinghouse », sur https://www.bus-tram-geneve.ch (consulté le ).
  9. « Les Ce 4/4 Alioth », sur https://www.bus-tram-geneve.ch (consulté le ).
  10. Le tram à Genève W Boegli Page
  11. Jean Paul Rahon, Les transports de Saint-Étienne et sa région, 1993 Siotas
  12. amtuir.org
  13. (en) « Swiss Standard Tram article in Tramway Review », sur http://www.proaktiva.ch, (consulté le ).
  14. a b c d et e « Les automotrices « Normalisées » », sur https://www.bus-tram-geneve.ch (consulté le ).
  15. a et b « Tramways Duewag », sur https://www.bus-tram-geneve.ch (consulté le ).
  16. a b et c (en) « État de parc du tramway de Genève », sur http://transphoto.ru (consulté le ).
  17. « Les Duewag-Vevey Be 4/6 », sur http://www.tpg.ch (consulté le ).
  18. « Présentation de l'AGMT », sur http://www.agmt.ch (consulté le ).
  19. a et b « Liste des rames baptisées », sur https://www.bus-tram-geneve.ch (consulté le ).
  20. « Les Duewag-Vevey Be 4/8 », sur http://www.tpg.ch (consulté le ).
  21. (en) « Bombardier wins 57 million Euro order », (consulté le )
  22. « 18 Cityrunner renforceront l’extension du réseau trams », (consulté le )
  23. « Les différents types de tramways à Genève », sur http://leportailferroviaire.free.fr (consulté le ).
  24. « Les Bombardier Cityrunner Be 6/8 », sur http://www.tpg.ch (consulté le ).
  25. « Essai des rames Bombardier polonaises », sur https://www.bus-tram-geneve.ch (consulté le ).
  26. (en) « Genève chooses the Tango », sur http://www.railwaygazette.com, (consulté le ).
  27. « Livraison rames 1820-1821 », sur https://www.bus-tram-geneve.ch, (consulté le ).
  28. Jean-François Mabut, « Les TPG reportent la livraison de 13 Tango après 2015 », sur https://www.tdg.ch, (consulté le ).
  29. Claude, « Les tpg accueillent leur premier tramway habillé de la livrée officielle orange et blanc », sur https://www.bus-tram-geneve.ch, (consulté le )
  30. « Les Stadler Tango Be 6/10 », sur http://www.tpg.ch (consulté le ).
  31. « Tramway à supercondensateur avec récupération d'énergie du freinage », sur http://www.supercondensateur.com, (consulté le ).
  32. « Les véhicules de l'AGMT », sur http://www.agmt.ch (consulté le ).
  33. « Travaux sur la motrice 66», sur le site de l’AGMT.
  34. « Tram Bleu - CFDL », sur http://www.cfdl.ch (consulté le ).
  35. « La collection du musée Blonay-Chamby », sur http://www.blonay-chamby.ch (consulté le ).
  36. « Les tramways étrangers de l'AMITRAM », sur http://www.amitram.fr (consulté le ).
  37. (en) « Trams & Tramways in Romania », sur http://www.beyondtheforest.com (consulté le ).
  38. (ro) Traian Deleanu, « Tramvaiul a parasit Sibiul. Urmeaza desfiintarea liniei din oras », sur http://www.turnulsfatului.ro, (consulté le ).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Werner Bögli, Marc Dietschy, Roland Kallmann, Jean-Marc Lacreuze, René Longuet, Erich Rahm et Compagnie génevoise des tramways électriques, Le tram à Genève : Histoire imagée de la Compagnie Genevoise des Tramways Électriques et de ses Précurseurs, 1862-1976, Genève, Éditions du Tricorne, , 303 p., 29 cm, relié (OCLC 3480301)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Les anciennes compagnies :

Liens externes[modifier | modifier le code]