Place de Neuve

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Place Neuve (Genève))
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rue Neuve.

Place de Neuve
image illustrative de l’article Place de Neuve
La place, avec le Grand-Théâtre (à gauche) et le musée Rath (à droite)
Situation
Coordonnées 46° 12′ 03,41″ nord, 6° 08′ 36,51″ est
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Genève Genève
Ville Genève
Quartier(s) Genève-Cité
Morphologie
Type Place

Géolocalisation sur la carte : canton de Genève

(Voir situation sur carte : canton de Genève)
Place de Neuve

Géolocalisation sur la carte : Suisse

(Voir situation sur carte : Suisse)
Place de Neuve

La place Neuve est l'une des principales places de la ville de Genève (Suisse). Son nom officiel actuellement utilisé est place de Neuve[1],[2] du nom d'une ancienne porte de la ville.

Panorama de la place Neuve avec le Conservatoire de musique, le Grand Théâtre, le musée Rath et le portail du parc des Bastions dominés par les maisons de la rue des Granges

Porte de Neuve[modifier | modifier le code]

La porte de Neuve vers 1825 (au centre), à sa gauche le Musée Rath, à sa droite le Théâtre de Neuve

La place actuelle est aménagée au-delà des anciens remparts de la vieille-ville à l'emplacement de l'une des portes de la cité médiévale : la porte de Neuve, ou porte Neuve. Cette porte a été érigée en 1564, afin de mieux protéger la ville. On a alors supprimé les portes de la Corraterie, de Saint-Léger et de Saint-Antoine, qui ont été remplacées par cette porte de Neuve[3]. Elle est entrée dans l'histoire de Genève dans la nuit de l'Escalade en 1602 avec les mésaventures du pétardier Picot. En 1740, la porte est rebâtie sous la forme d'un nouveau bâtiment monumental, précédé d'un pont-levis. Ce bâtiment a abrité durant un temps les bureaux du général Guillaume-Henri Dufour. Il est définitivement démoli en 1853[4],[5],[6] (à son emplacement se trouve aujourd'hui la statue du général Dufour) permettant la création d'une nouvelle place que les Genevois ont spontanément appelé Place Neuve[7]; l'administration a respecté jusqu'en 1988 cette appellation qui perdure dans le langage populaire.

Place[modifier | modifier le code]

Cette place est devenue un haut lieu de la culture genevoise puisque qu'elle est bordée par le Conservatoire de musique, installé dans le palais de la place Neuve en 1858, le Grand Théâtre — inauguré le 2 octobre 1879 en remplacement du Théâtre de Neuve (1 100 places) ouvert le 18 décembre 1783 en bas de l'actuelle rue de la Croix-Rouge[8] — et le Musée Rath édifié en 1824.

Détail de la statue du général Dufour

Une statue équestre érigée au centre de la place en 1884 représente le général Dufour, héros national et premier réalisateur des cartes géographiques de la Suisse.

Bordant la place, en contrebas des anciens remparts, le parc des Bastions fut le premier jardin botanique de la ville et reste un havre de paix, notamment pour les étudiants de l'Université toute proche. La place servira de terminus au premier tramway genevois mis en place vers le Rondeau de Carouge le 19 juin 1862[9]. De nos jours, plusieurs lignes de transports public transitent par cette place.

En 1997, un projet de réaménagement de la place comprenant la construction d'un parking souterrain, a été refusé en votation populaire[10],[11].

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Guichet cartographique du Système d'Information du Territoire Genevois
    Le nom de la place fut officiellement fixé en Place de Neuve par arrêté du Conseil d'État du 6 juillet 1988. À noter que l'arrêt des Transports publics genevois est renommé en décembre 2010 : anciennement Place Neuve, il devient Place de Neuve (Le 12 décembre, en détails, site TPG).
  2. « La place de Neuve ne se prononce pas comme elle s’écrit », Tribune de Genève,‎ (lire en ligne)
  3. John Jullien, Histoire de Genève racontée aux jeunes Genevois. Librairie J. Jullien éd., 1889, p. 269.
  4. Jean-Claude Mayor, Genève. Passé et présent sous le même angle, éd. Slatkine, Genève, 1984, p. 116.
  5. Jean Paul Galland, Dictionnaire des rues de Genève, Promoédition SA, Genève, 1983, p. 93-94.
  6. Genève - Porte-Neuve, Photographie (peu avant la destruction) et description sur NotreHistoire.ch.
  7. Déjà dans le Journal de Genève du 11 novembre 1853.
  8. Jean-Claude Mayor, op. cit., p. 118
  9. Jean-Claude Mayor, op. cit., p. 120
  10. Projet d'aménagement de la place Neuve dans la FAO du 11 avril 1997.
  11. Réponse du Conseil administratif à la motion n° 755 ... « Aménagement de la place Neuve : ... », 18 février 2009.

Articles connexes[modifier | modifier le code]