1917 (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
1917
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo du film

Réalisation Sam Mendes
Scénario Sam Mendes
Krysty Wilson-Cairns
Acteurs principaux
Sociétés de production Neal Street Productions
Amblin Partners
Reliance Entertainment
DreamWorks SKG
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Guerre
Durée 119 minutes
Sortie 2019


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

1917 est un film de guerre britannico-américain réalisé, coécrit et produit par Sam Mendes, sorti en 2019.

Le film, basé en partie sur un récit raconté à Mendes par son grand-père paternel, Alfred Mendes, raconte l'histoire de deux jeunes soldats britanniques qui ont reçu l'ordre de délivrer un message annulant une attaque vouée à l'échec peu après la retraite allemande sur la ligne Hindenburg pendant l'opération Alberich en 1917. Ce message est particulièrement important pour l'un des jeunes soldats dont le frère doit participer à l'attaque imminente. La réalisation du film, donnant l'illusion d'un seul long plan-séquence et d'une action en temps réel est un des points forts du film.

Le film a reçu de nombreuses nominations et a remporté plusieurs prix, dont deux Golden Globes (Meilleur réalisateur et Meilleur film dramatique) et trois Oscars (Meilleure photographie, Meilleur mixage de son et Meilleurs effets visuels).

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le , la Première Guerre mondiale fait rage sur le front Ouest. L'armée allemande s'est retirée d'un secteur du front occidental dans le Nord de la France. La reconnaissance aérienne a repéré que les Allemands ne battent pas en retraite mais ont effectué un retrait tactique sur la ligne Hindenburg, où ils attendent les Britanniques. Deux jeunes soldats britanniques, les caporaux suppléants Will Schofield et Tom Blake, sont chargés par le général Erinmore d'une mission vraisemblablement impossible : les lignes de communication étant coupées, ils vont devoir traverser seuls le no man's land et les lignes ennemies pour délivrer un message au deuxième bataillon du régiment Devonshire, stationné aux environs d'Écoust-Saint-Mein. Ce message, annulant leur attaque planifiée, doit permettre de sauver du piège tendu par l'armée allemande 1 600 soldats britanniques, parmi lesquels se trouve le lieutenant Joseph Blake, frère de Blake[1].

Schofield et Blake traversent le no man's land et atteignent les tranchées allemandes abandonnées. Ils réalisent que ces dernières sont minées, mais un rat casse un fil relié aux mines, déclenchant leur explosion. Schofield est enseveli, mais Blake parvient à l'extirper des décombres et à l'emmener avec lui. Ils arrivent dans une ferme abandonnée, où ils assistent à un combat aérien entre deux avions britanniques et un appareil allemand. L'avion allemand est abattu et s'écrase en flammes dans la ferme. Schofield et Blake tentent de sauver le pilote brûlé. Schofield propose de le tuer par pitié, mais Blake demande à Schofield d'aller chercher de l'eau pour le pilote. Le pilote poignarde alors Blake avant d'être abattu par Schofield. Blake meurt dans les bras de ce dernier, qui lui promet de terminer la mission.

Schofield est récupéré par une unité britannique de passage et fait une partie du trajet avec les soldats en camion. Un pont détruit près du village bombardé d'Écoust-Saint-Mein empêche les véhicules de passer, et Schofield traverse seul sur les vestiges du pont. Il est attaqué par un tireur isolé allemand situé de l’autre côté du canal. Schofield traque et tue le tireur, mais est blessé pendant leur ultime échange de coups de feu et perd conscience.

Schofield se réveille pendant la nuit et entreprend de traverser Écoust-Saint-Mein bombardée, où il progresse sous une pluie de fusées éclairantes. Pourchassé par un soldat allemand, il se réfugie dans la cachette d'une femme française accompagnée d'un bébé. Elle soigne ses blessures et pour la remercier, il lui donne sa ration de nourriture en conserve et sa gourde remplie de lait de la ferme. En repartant, Schofield tombe sur un soldat allemand et un combat s'ensuit. Il étrangle son adversaire et bouscule un autre soldat allemand qui est trop ivre pour l'arrêter. D'autres soldats le poursuivent, mais il échappe aux coups de feu en sautant dans une rivière. Emporté par les rapides, il parvient à nager et à atteindre la rive alors que le jour s'est levé.

Schofield atteint le 2e bataillon du régiment Devonshire juste avant le début de l'attaque britannique. Il sprinte à travers le champ de bataille après avoir réalisé que les tranchées sont trop remplies de soldats pour qu'il parvienne à rejoindre le commandant à temps. Alors que l'infanterie britannique commence à monter à l'attaque, elle est bombardée par l'artillerie allemande. Schofield se fraye un chemin pour rencontrer le colonel Mackenzie et réussit à le convaincre d'annuler l'attaque.

Schofield localise ensuite le lieutenant Joseph Blake — qui était parmi la première vague d'attaque, mais est indemne — et lui annonce la nouvelle de la mort de Blake. Joseph est bouleversé, mais remercie Schofield. Ce dernier demande à Joseph son accord pour écrire à sa mère et lui parler de l'héroïsme de Tom.

Schofield s'éloigne et s'assied sous un arbre à proximité. Le film se termine avec Schofield regardant plusieurs photos de sa famille, avec un message au dos de l'une d'elles : "Reviens-nous".

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Coproduction : Michael Lerman

Distribution[modifier | modifier le code]

version française (VF) sur AlloDoublage[4] Source et légende : version québécoise (VQ) sur Doublage.qc.ca[5]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

En , Amblin Partners annonce qu'il a acquis un projet de film sur la Première Guerre mondiale réalisé par Sam Mendes et coécrit par ce dernier avec Krysty Wilson-Cairns[6]. Sam Mendes s'inspire ici de l'expérience de son grand-père, Alfred Mendes, engagé dans la brigade des fusiliers, relatée dans son livre The Autobiography of Alfred H. Mendes 1897-1991[7].

En , Tom Holland révèle qu’il a été approché pour un rôle[8]. En octobre, Sam Mendes annonce qu’il va à nouveau collaborer avec le directeur de la photographie Roger Deakins[9], alors que George MacKay et Dean-Charles Chapman entrent en négociation[10].

La distribution s'étoffe ensuite avec les arrivées de Benedict Cumberbatch, Colin Firth, Mark Strong, Richard Madden, Andrew Scott, Daniel Mays, Adrian Scarborough, Jamie Parker[11].

Préproduction et construction des décors[modifier | modifier le code]

Le film est présenté comme une immersion dans le conflit. Par conséquent, Sam Mendes a voulu donner l'impression d'un film en un seul plan-séquence[12]. Il s'agit finalement d'une série de plans-séquences dont le plus long fait environ neuf minutes[13], avec des transitions discrètes, donnant l’illusion de deux longs plans-séquences sur la durée totale du film. Entre quinze et quarante prises ont été nécessaires pour chacune de ces scènes (à l’exception d’une scène de course).

Bien que l'action s'étale entre une fin de journée et le début de la suivante (soit en principe au moins une douzaine d'heures), le film avec ses deux plans-séquences de l'action est d'une durée d'environ une heure quarante. La perte de connaissance de William Schofield à Ecoust donne lieu à la seule coupure du film. Elle permet d'insérer un hiatus qui laisse croire à l'illusion de temps réel, Schofield reprenant connaissance à la fin de la nuit.

La préproduction a duré quatre mois avec les acteurs. Afin de garantir une prise en plan séquence, l'équipe du film a réalisé des maquettes de chaque scènes, pour prévoir le placement des acteurs et des caméras[14]. La scène de la traversée de nuit du village, éclairé par des fusées éclairantes, a nécessité la construction d'un modèle réduit pour étudier précisément les sources de lumière et le mouvement des ombres[14]. Plus d'un kilomètre et demi de tranchées ont été construites pour les besoins du film ; la taille de chaque set (tranchées, champ, village, ruelles...) a été calculée en fonction du temps mis par les protagonistes à la traverser, afin de pouvoir les filmer en temps réel[14]. Chaque plan séquence a ainsi nécessité de nombreuses répétitions pour déterminer la taille et l'emplacement de chaque élément, puis une mise en place très précise des acteurs et des différentes actions ayant lieu à l'écran[14].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage débute le et a lieu jusqu'en . Il se déroule dans le Wiltshire (Angleterre du Sud-Ouest), dans le Surrey (Hankley Common et les studios de Shepperton) ainsi qu'à Govan en banlieue de Glasgow en Écosse[15],[16],[17],[18]. Les scènes de jour ont dû être tournées uniquement avec la lumière naturelle, car des lampes artificielles auraient pu se retrouver accidentellement à l'écran[19].

Accueil[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

1917
Score cumulé
SiteNote
Allociné4.2 étoiles sur 5
Compilation des critiques
PériodiqueNote
Le Parisien5.0 étoiles sur 5[20]
CinéSéries5.0 étoiles sur 5[21]
Libération2.0 étoiles sur 5[22]

Le film reçoit des critiques globalement très positives. Sur l'agrégateur américain Rotten Tomatoes, il récolte 90 % d'opinions favorables pour 336 critiques et une note moyenne de 8,4210[23]. Sur Metacritic, il obtient une note moyenne de 79 % pour 55 critiques[24].

En France, le film obtient une note moyenne de 4,25 sur le site Allociné, qui recense 35 titres de presse[25].

Le Parisien a apprécié le film pour son histoire haletante et sa prouesse technique[20].

La critique du site CinéSéries est élogieuse : La tâche de décrire avec de simples mots ce qu'est le film 1917 est difficile. Preuve s'il en est qu'il est bien un chef-d'œuvre du cinéma, à tous les niveaux. À voir absolument.[21]

Libération est d'un avis plus mitigé : Tout à ses ambitions visuelles dopées à la virtuosité technique, Sam Mendes rejoue la Grande Guerre dans un spectacle immersif et sans point de vue. [...] L’intrigue de 1917 ne prétend donc pas être autre chose qu’un prétexte à la mise en branle d’un dispositif visuellement subjuguant[22].

Box-office[modifier | modifier le code]

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Canada Canada
159 227 644 $[26] [27] en cours[27]
Drapeau de la France France 2 203 194 entrées[28] en cours en cours

Monde Total mondial 368 027 644 $[26] - -

Distinctions principales[modifier | modifier le code]

Source et distinctions complètes : Internet Movie Database[29].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « 1917 : le film de guerre en plan-séquence de Sam Mendes dévoile son synopsis...avant un trailer demain ? - Actualité Film », sur Écran Large, (consulté le 31 juillet 2019).
  2. (en) Tatiana Siegel, « Making of 1917: How Sam Mendes Filmed a "Ticking Clock Thriller" », sur The Hollywood Reporter, (consulté le 26 décembre 2019).
  3. (en) Release info sur l’Internet Movie Database
  4. « Fiche du doublage français du film », consulté le 26 janvier 2020
  5. « Fiche du doublage québécois du film », sur Doublage Québec (consulté le 13 janvier 2020).
  6. (en) Mike Fleming Jr., « Amblin, Sam Mendes Set WWI Drama 1917 As His First Directing Effort Since James Bond Pics Spectre & Skyfall », sur Deadline, (consulté le 7 avril 2019).
  7. « 1917 : Sam Mendes dans l'enfer des tranchées », sur Les Echos,
  8. (en) Dan Zinski, « Tom Holland In Talks To Star In Sam Mendes' WWI Drama 1917 », sur Screenrant, (consulté le 7 avril 2019).
  9. (en) Christopher Marc, « Oscar-Winning Blade Runner 2049 Cinematographer Roger Deakins Might Reunite With Sam Mendes For WWI Movie 1917 », sur Geeks WorldWide, (consulté le 7 avril 2019).
  10. (en) Mike Fleming Jr., « George MacKay, GOTs Dean-Charles Chapman In Talks For Leads In Sam Mendes WWI Pic 1917 », sur Deadline, (consulté le 7 avril 2019).
  11. (en) Mia Galuppo, « Colin Firth, Benedict Cumberbatch Join Sam Mendes' WWI Movie 1917 », sur The Hollywood Reporter, (consulté le 28 mars 2019).
  12. Antoine Desrues, « On en sait plus sur 1917, le prochain film de Sam Mendes », sur Les Inrockuptibles, (consulté le 21 avril 2019).
  13. « 1917, une prouesse technique et un grand moment de cinéma », sur Le Soir,
  14. a b c et d (en) Alissa Wilkinson, « Why Sam Mendes made 1917 look like it was shot in a single, continuous take », sur Vox, (consulté le 20 mai 2020)
  15. (en) « Chance to star in Hollywood movie filming in Wiltshire », sur Spire FM, (consulté le 7 avril 2019).
  16. (en) « World War One film to begin production on Hankley Common », sur Eagle Radio, (consulté le 7 avril 2019).
  17. (en) Claire Diamond, « Spielberg movie wants to film in Glasgow », sur BBC, (consulté le 7 avril 2019).
  18. (en) Christopher Marc, « EXCLUSIVE: Sam Mendes’ 1917 Adds Skyfall/Blade Runner 2049 Production Designer and Atonement Art Director – Confirmed To Shoot At Shepperton Studios », sur Hybrid Network, (consulté le 7 avril 2019).
  19. (en) « How '1917' Was Filmed To Look Like One Shot | Movies Insider », sur Youtube,
  20. a et b Michel Valentin, « 1917 de Sam Mendes, la Première Guerre mondiale comme on ne l’a jamais vue », sur Le Parisien, (consulté le 21 janvier 2020).
  21. a et b « 1917 : Sam Mendes réalise son chef-d’œuvre », sur CinéSéries, (consulté le 21 janvier 2020).
  22. a et b « 1917, TU T’ES VU QUAND T’OBUS ? », sur Libération, (consulté le 21 janvier 2020).
  23. (en) « 1917 (2020) », sur Rotten Tomatoes, Fandango Media (consulté le 16 janvier 2020).
  24. (en) « 1917 Reviews », sur Metacritic, CBS Interactive (consulté le 16 janvier 2020).
  25. « 1917 - critiques presse », sur Allociné (consulté le 16 janvier 2020).
  26. a et b (en) « 1917 », sur Box Office Mojo (consulté le 16 janvier 2020).
  27. a et b (en) « 1917 - weekly », sur Box Office Mojo (consulté le 16 janvier 2020).
  28. « 1917 », sur JP's Box-office (consulté le 16 janvier 2020).
  29. (en) Awards sur l’Internet Movie Database
  30. « Golden Globes 2020 : Tarantino, « 1917 » et « Fleabag » récompensés, Netflix boudé », sur Le Monde, (consulté le 14 janvier 2020)
  31. « Le film "1917" de Sam Mendes obtient le prix des réalisateurs d'Hollywood », sur Le Monde, (consulté le 28 janvier 2020)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]