Sélim III

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Selim (homonymie).

Sélim III
Illustration.
Le sultan Sélim III.
Titre
28e sultan ottoman

(18 ans, 1 mois et 22 jours)
Prédécesseur Abdülhamid Ier
Successeur Moustapha IV
Biographie
Dynastie Dynastie ottomane
Date de naissance
Lieu de naissance Constantinople
Date de décès (à 46 ans)
Lieu de décès Constantinople
Nature du décès assassinat
Père Moustapha III
Mère Mihrişah Valide Sultan
Conjoint 11 épouses :
  • Nef-i Zar Sultan
  • Husn-i Mah Sultan
  • Zib-i Fer Sultan
  • Afitab Sultan
  • Re'fet Sultan
  • Nur-i Şems Sultan
  • Gonca-nigar Sultan
  • Dem-hoş Sultan
  • Tab-i Safa Sultan
  • Ayn-i Safa Sultan
  • Mahbube Sultan
Religion islam sunnite

Signature de Sélim III
Liste des sultans de l'Empire ottoman

Sélim III (turc ottoman : سليم ثالث Selīm-i sālis) () fut sultan de l'Empire ottoman du au .

Biographie[modifier | modifier le code]

Sélim III reçoit les dignitaires à la Porte de la Félicité, palais de Topkapi.

Une politique volontariste de réformes internes[modifier | modifier le code]

Sélim III est le fils de Moustapha III et succède à son oncle Abdülhamid Ier.

Le talent et l'énergie dont est doté Sélim III le font aimer de son peuple, et son accession au trône soulève de grands espoirs. Dès les premières années de son règne, Sélim prend la mesure des périls intérieurs et extérieur menaçant l'empire : à l'intérieur son autorité est mise à mal à la fois les janissaires, mais aussi par les oulémas, hostiles à son programme de réforme. Un des émissaires de Sélim, Mouradgea d'Ohsson, rentre de Paris en 1792, et remet au souverain un rapport sur l'état d'avancement des nouvelles techniques militaires européennes. Ce rapport met obliquement en lumière l'aspect archaïque de l'armée ottomane, toujours sous contrôle des janissaires[1]. Prenant en compte l'importance de ce rapport et conscient de la faiblesse de l'armée, il crée en 1794 un nouveau corps, le Nizam-i Djédid (en français « la nouvelle organisation ») destiné à pallier les carences des janissaires, rétifs aux réformes. Sélim fait appel à un grand nombre d'instructeur militaires étrangers, notamment français. Parallèlement à cette innovation il met en place un système de conscription pour les vilayets anatoliens de l'empire[2]. Sur le plan intérieur, il doit faire face aux défis lancés à l'autorité de Constantinople : insurrection des Serbes (1803) conduits par Georges Petrović, Ali Pacha de Janina, devenu quasiment indépendant en Épire ou encore Saoud ben Abdelaziz ben Mohammed (en), émir du Nejd converti au wahhabisme, qui arrache aux Ottomans les villes saintes de Médine et La Mecque.

L'Empire dans le jeu diplomatique européen[modifier | modifier le code]

Sélim recherche l'alliance des puissances étrangères et inaugure une politique extérieure ambitieuse et ouverte les profonds changements qui secoue l'Europe dans la foulée de la Révolution française. C'est au début de son règne que se termine le conflit avec l'Autriche et la Russie, par le traité de Sistova (1791) pour l'Autriche et le traité d'Iaşi (1792) pour la Russie, qui lui donnent un répit.

Curieux de ce qui se passe à l'extérieur de l'Empire, il est le premier souverain ottoman à ouvrir des ambassades permanentes dans les grandes capitales européennes. En effet, il n'est pas foncièrement hostile aux idées libérales et suit avec attention les mutations de la France révolutionnaire. Quand la 1ère coalition contre la France se forme en 1792, les souverains européens invitent l'empire à se joindre à eux, ce que Sélim refuse[1]. L'Exécution de Louis XVI inquiété gravement Sélim, comme tous les princes européens de l'époque, mais ne pousse pourtant pas Sélim a rompre les relations avec la France révolutionnaire. La rupture des relations franco-ottomanes intervient au moment de l'expédition d'Égypte en 1798 : alors que Sélim avait choisi de ne pas répliquer au bombardement d'Alger et aux agressions française sur les côtes d'Afrique du Nord, le danger de voir l'Empire coupé en deux pousse Sélim à déclarer la guerre à la France[3]. Consuls et commerçants français sont arrêtés et les avoirs et biens français gelés. L'Empire ottoman voit dans l'Angleterre un partenaire privilégié et un allié de poids pour neutraliser les risques qui menacent l'intégrité territoriale de l'Empire : après défaite d'Aboukir et le siège de 1799, Selim négocie avec la Russie et l'Angleterre une convention tripartite contre la France interdisant toute paix séparée par deux des signataires, ce qui permet de contenir à la fois, les ambitions anglaises sur les possessions africaines et la poussée russe sur la Roumélie[4]. L'appui anglais permet de chasser les français d'Égypte, ce qui se révèle presque superflu puisque la France et la Grande Bretagne signe 1802 la Paix d'Amiens par laquelle la France et l'Angleterre lui restaure aux îles ioniennes, à Malte et à l'Égypte. La politique ambitieuse de Sélim semble donc porter ses fruits. Après cette paix, les relations franco-ottomanes se réchauffent, les avoirs français restaurés et Napoléon envoie le colon Sebastiani dans l'empire puis il est élevé au titre d'Ambassadeur de France à Constantinople. Cependant, les tensions réapparaissent rapidement en Europe. Par la paix de Presbourg, l'Autriche se voit contrainte de céder ses possessions adriatiques à la France, et Sebastiani est envoyé à Constantinople pour convaincre l'Empire de s'engager avec la France contre la Russie. Par peur de représailles, Sélim adopte une prudente neutralité[5] et décide de se focaliser sur les affaires internes de l'Empire. Sebastiani arrive tout de même à obtenir la destitution des princes de Moldavie et Valachie, favorables à la Russie. Cette destitution met le feu aux poudres et la guerre avec les Russes reprend l'année suivante 1806.

Renversement et mort[modifier | modifier le code]

Il renversé par une révolte fomentée par les janissaires, soutenue par la frange conservatrice du gouvernement de la porte et par les oulémas. Le Cheikh-ul-islam lance une fatwa contre Selim qui en retour le destitue. Le , Selim est renversé après une série d'épreuve de force. Il est tué un an plus tard, le . Sa mort violente, qui condamne sur le long terme sa politique de réforme marque grandement son successeur indirect Mahmoud II, et le poussera à utiliser la violence pour exterminer l'ordre des janissaires, freine à la politique de réforme.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Yves Ternon, L'Empire ottoman, le déclin, la chute l'effacement, Paris, Editions Michel de Maule, , 575 p. (ISBN 978-2-86645-601-6), p. 109
  2. Janine et Dominique Sourdel, Dictionnaire historique de l'Islam, Paris, PUF, , 1056 p. (ISBN 978-2-13-054536-1), p. 740
  3. Yves Ternon, Empire Ottoman, Paris, Editions Michel de Maule, , 575 p. (ISBN 978-2-86645-601-6), p. 110
  4. Yves Ternon, Empire Ottoman, le déclin, la chute l'effacement, Paris, Editions Michel de Maule, , 575 p. (ISBN 978-2-86645-601-6), p. 111
  5. Yves Ternon, Empire Ottoman, le déclin, la chute, l'effacement, Paris, Editions Michel de Maule, , 575 p. (ISBN 978-2-86645-601-6), p. 112

Sur les autres projets Wikimedia :