Bataille de Sprimont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Sprimont
Description de cette image, également commentée ci-après

Monument de la Redoute

Informations générales
Date 17 - 18 septembre 1794
Lieu Sprimont, Belgique
Issue Victoire française
Belligérants
Drapeau de la France République française Drapeau de l'Autriche Archiduché d'Autriche
Commandants
Jean-Baptiste Jourdan
Barthélemy Schérer
François Marceau
Honoré Haquin
François de Croix de Clerfayt
Maximilien de Baillet-Latour
Forces en présence
116 000 hommes 83 000 hommes

Première Coalition

Batailles

Guerre de la Coalition
Porrentruy · Marquain · Verdun · Thionville · Valmy · Lille · 1er Mayence · Jemappes · Limbourg · Anderlecht · Namur · Maastricht · Francfort · Neerwinden · Landau (en) · St-Amand (en) · Famars · San Pietro · 2e Mayence · 1er Arlon · Valenciennes · Dunkerque · Hondschoote · Avesnes (en) · Méribel · Menin · Bergzabern · 1re Wissembourg · Kaiserslautern · Maubeuge · Wattignies · Wœrth · 2e Wissembourg · Martinique · Saint-Florent · Bastia · Guadeloupe · 2e Arlon · 1er Landrecies · Villers-en-Cauchies (en) · Troisvilles (en) · Mouscron (en) · Tourcoing · Tournai · Ouessant (navale) · Fleurus · Calvi · Tripstadt (en) · Sprimont · Luxembourg · Helder · Gênes (navale) · Groix (navale) · Quiberon · Hyères (navale) · 3e Mayence · Ettlingen (en) · Friedberg · Neresheim · Irlande (1796) · Droits de l'Homme (navale) · Amberg · Friedberg · Terre-Neuve · Wurtzbourg · Biberach · Emmendingen · Schliengen (en) · Kehl · Fishguard · Cap Saint-Vincent (navale) · Neuwied · Diersheim (en) · Santa Cruz de Ténérife (navale) · Camperdown (navale)


Guerre du Roussillon
Bataille du Boulou (1793) · Mas Deu · Bellegarde · Perpignan · Peyrestortes · Trouillas · Fort-Liberté · Toulon · Le Boulou 2 · Les Aldudes · Bastan · Orbaitzeta · Roses · Montagne Noire · Golfe de Rosas


Campagne d'Italie

Saorge · 1er Dego · Loano · Voltri (en) · Montenotte · Millesimo · 2e Dego · Ceva (en) · Mondovi · Cherasco · Fombio · Pont de Lodi · Borghetto · Mantoue · Lonato · Castiglione · Peschiera · Rovereto · Bassano · Pont d'Arcole · Rivoli · La Favorite · Faenza · Valvasone · Tyrol · Tarvis (en) · Leoben · Pâques véronaises · Chronologie de la campagne
Coordonnées 50° 29′ 28″ N 5° 42′ 18″ E / 50.4911, 5.70550° 29′ 28″ Nord 5° 42′ 18″ Est / 50.4911, 5.705

Géolocalisation sur la carte : Province de Liège

(Voir situation sur carte : Province de Liège)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Sprimont.

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Sprimont.

La bataille de Sprimont, bataille d'Esneux ou bataille de l'Ourthe est une bataille survenue les 1er et 2 complémentaire an II (17 et 18 septembre 1794) sur le plateau sis entre les vallées de la Vesdre, de l'Ourthe et de l'Amblève, à une vingtaine de kilomètres au sud de Liège en actuelle Belgique. bataille de Fontin, bataille de Hamay et bataille de la Heid des Gattes renvoient également à cette confrontation.

Sont associés à cette bataille les localités de Sprimont, Esneux, Fontin[1]et le site de La Redoute (l'une des principales côtes de la course cycliste Liège-Bastogne-Liège), dont l'appellation trouve son origine dans une des fortifications de la bataille.

Cette bataille a consacré la fin définitive de l'Ancien Régime sur le territoire de l'actuelle Belgique (essentiellement Pays-Bas autrichiens, Principauté de Liège et Principauté de Stavelot-Malmedy), par la victoire des troupes révolutionnaires françaises sur les troupes autrichiennes. Les Autrichiens occupant le plateau furent délogés par des troupes françaises venues du sud et de l'ouest, galvanisées par leurs succès récents. Ces derniers subirent cependant de plus lourdes pertes.

Déroulement de la bataille[modifier | modifier le code]

Les Français, positionnés sur la rive gauche de l'Amblève puis de l'Ourthe de Nonceveux à Esneux, enlèveront suite à d'âpres combats, en particulier à Aywaille, et Remouchamps, les différentes positions de la rive droite, forçant les Autrichiens à se replier vers le nord (vallée de la Vesdre), puis vers l'Allemagne.

Les Autrichiens quittèrent Liège et le fort de la Chartreuse, d'où ils avaient 6 semaines plus tôt (du 28 au 30 juillet) bombardé le quartier d'Amercœur en guise de représailles aux sympathies révolutionnaires.

De nombreuses pièces d'artillerie seront positionnées de part et d'autre sur les hauteurs de la basse-Amblève.

Les falaises de la Heid des Gattes, surplombant la rive nord de l'Amblève entre Aywaille et Remouchamps, qu'escaladèrent les troupes révolutionnaires pour attaquer les troupes impériales

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Bataille oubliée des livres d'histoire, un bicentenaire à Esneux - Le Soir -

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

La Bataille de Sprimont (1936) - Dr Louis Thiry, Falk fils Ed. [1]