Poudrette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La poudrette était un engrais préparé à partir de matière fécale humaine. Elle était préparée à partir des vidanges des fosses d'aisances des grandes villes dans des usines spécialisées qui étaient aménagées en périphérie.

Les matières y étaient déversées dans de grands bassins où elles formaient, en raison de leur densité relative, trois couches. La première à la surface donnait une mousse que l'on enlevait et faisait sécher. La couche intermédiaire, liquide, s'écoulait dans une suite de bassins étages où, par décantation, se déposait un produit qui, traité, fournissait le sulfate d'ammoniaque. La couche inférieure solide, séchée au soleil, donnait la poudrette[1].

A Paris, les plus importantes usines étaient situées à Maisons-Alfort, Arcueil, Billancourt, Aubervilliers, Drancy, Nanterre, Créteil, Saint-Denis.

L'emploi de la poudrette en agriculture ne présentait aucune difficulté; « elle est répandue sur les terres au moment des labours dans la proportion de 20 à 30 hectolitres par hectare. Cette fumure active puissamment les premiers progrès de la végétation et développe beaucoup les parties vertes des plantes, mais trop rapidement épuisée on lui reproche de manquer au moment de la floraison et de la fructification des céréales. Répandue sur les prairies dans la proportion de 18 à 24 hectolitres par hectare elle ranime souvent d'une manière remarquable leur végétation, mais occasionne un goût désavantageux à la vente des produits de la récolte ainsi que plusieurs autres engrais qualifiés d'infects[2]. »

Des engrais à base d'excréments d'animaux, notamment en Afrique portent toujours le nom de poudrette[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jacquemet Gérard. Urbanisme parisien : la bataille du tout-à-1'égout à la fin du XIXe siècle. In: Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome 26 N°4, Octobre-décembre 1979. pp. 505-548. lire en ligne
  2. Charles Bailly, Alexandre Bixio, François Malepeyre, Alexandre Ysabeau. Maison rustique du XIXe siècle: Agriculture proprement dite. 1835. Cultures industrielles et animaux domestiques. 1837. Bureau [du Journal d'agriculture pratique], 1835. lire en ligne
  3. Bernardet Philippe. L'association agriculture-élevage en Côte d'Ivoire septentrionale. Utilisation des déjections animales à des fins agricoles. In: Journal d'agriculture traditionnelle et de botanique appliquée, 31ᵉ année, bulletin n°3-4, Juillet-décembre 1984. pp. 187-210. lire en ligne