Rodentia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Rongeurs, Rodentiens

Les Rodentiens, ou Rongeurs, (nom scientifique Rodentia) sont un ordre de la classe des Mammalia. Ces animaux sont des mammifères végétariens ou omnivores dont la denture caractéristique est dépourvue de canines et comporte une seule paire d'incisives supérieures et inférieures, à croissance continue, taillées en biseau et tranchantes.
Les rongeurs ont une articulation de la mâchoire qui permet à celle-ci de se mouvoir dans le sens vertical comme les carnassiers, mais aussi dans un mouvement horizontal d'arrière en avant, propre à limer les substances dures entre les incisives et à les broyer entre les molaires.

Certaines classifications anciennes les incluent dans les rongeurs, mais la classification phylogénétique en fait deux ordres séparés qui se regroupent dans les Glires.

Habitats, niches écologiques[modifier | modifier le code]

Les différentes espèces de rongeurs se sont déployées dans de nombreuses niches écologiques. Ils sont présents aussi bien dans des milieux terrestres des plus arides, que dans des milieux marécageux d'eau douce.

Il existe des rongeurs arboricoles, terrestres, fouisseurs, amphibies, voire planeurs. En agriculture, ils sont généralement considérés comme nuisibles à cause de leur appétit pour les cultures ou les dégâts causés en sous-sol quand ils creusent des terrier.

Les campagnols, les mulots, les rats, les souris, les chinchillas, les castors, les lérots et les écureuils sont des exemples de rongeurs. Malgré leur apparence générale similaire, les taupes et les musaraignes ne sont pas des rongeurs mais des Insectivores. Les lièvres et lapins sont proches des rongeurs avec leurs incisives fortement développées, mais ils s'en distinguent par une seconde paire d'incisives supérieures qui restent à l'état de moignon, ainsi qu'un régime exclusivement herbivore ce qui les place à part, dans l'ordre des Lagomorphes.

Dessin d'un crane en coupe longitudinale
C'est principalement leurs grandes incisives à croissance continue qui caractérisent les rongeurs
Un écureuil roux en train de ronger sa nourriture dans un arbre
Les écureuils volants sont des rongeurs capables de planer
Le Ragondin est un bon nageur qui vit au bord de l'eau comme le castor
De nombreux rongeurs ont une fourrure avec des piquants pour se protéger. Les plus spectaculaires sont les porc-épics, mais les hérissons font partie d'un autre ordre.
Le Rat-taupe nu est presque aveugle et glâbre
Protégé par sa fourrure exceptionnellement épaisse, le Chinchilla à queue courte vit entre 3 500 et 4 500 m d'altitude
famille de Capybaras au bord d'une route
Les Capybara sont les plus gros des rongeurs
un tout petit rat grimpé dans les herbes
Le Rat des moissons est l'un des plus petits rongeurs au monde et le plus petit d'Europe
Certains rongeurs sont des commensaux de l'homme
Petit hamster dans une main
Certains rongeurs comme ce Hamster doré sont adoptés comme animaux de compagnie

Records[modifier | modifier le code]

Les plus petits des rongeurs actuels sont des gerboises naines dont l'espèce Salpingotus michaelis a été enregistrée dans le Livre Guinness des records en 2010 et le Rat des moissons,en Europe.

Le plus grand des rongeurs actuel est le Capybara qui mesure jusqu'à 1,25 m de long et 50 cm de haut, et qui peut atteindre 65 kg. Mais on a récemment découverts des ossements fossiles démontrant qu'il y a environ 3.000.000 ans vivait au sud de l'Amérique un rongeur bien plus grand ; plus grand encore que Eumegamys paranensis ou que Phoberomys pattersoni (précédent record en taille chez les rongeurs fossiles, découvert au Venezuela et pouvant peser de 436 à 741 kg[1]) : Josephoartigasia monesi était aussi haut qu'un bison et pesait jusqu'à une tonne environ[2]. C'est le plus grand des rongeurs connus ayant vécu sur la terre[3]. Plusieurs indices laissent penser que sa mâchoire était dotée d'une force exceptionnelle [4],[5] (plus encore que celle du tigre ou du crocodile[6]). Ce rongeur géant pourrait avoir ressemblé au cochon d'Inde, mais de la taile d'un hippopotame[7].

Classification classique[modifier | modifier le code]

D'après Carleton (1984), il existe plus de 2000 espèces vivantes classées en 30 familles, mais aujourd'hui au XXIe siècle, il n'y en a plus qu'un peu plus de 1700[8].

Liste des sous-ordres[modifier | modifier le code]

Selon Mammal Species of the World (8 octobre 2012)[9] :

  • sous-ordre Anomaluromorpha - des écureuils volants et les lièvres sauteurs
  • sous-ordre Castorimorpha - des castors, souris kangourou et gaufres à poche
  • sous-ordre Hystricomorpha - les goundis, les hutias, les cobayes, les maras, les viscaches, les chinchillas, les agoutis, les porcs-épics, les octodons, un certain nombre de rats, etc.
  • sous-ordre Myomorpha - des rats, des souris, les gerbilles, gerboises, hamsters, lemmings, campagnols...
  • sous-ordre Sciuromorpha - le Castor de montagne, les loirs, lérots, lérotins, muscardins, des écureuils volants, les écureuils, chiens de prairies, marmottes, spermophiles, tamias et diverses souris.


Selon ITIS (8 octobre 2012)[10] :


Selon NCBI (8 octobre 2012)[11] :

Liste des familles[modifier | modifier le code]

Liste de familles selon Mammal Species of the World (8 octobre 2012)[9] :


Selon Fossilworks Paleobiology Database (8 octobre 2012)[12] :

Classification phylogénétique[modifier | modifier le code]

Elle fait l'objet de nombreuses recherches[13] et commence à être mieux comprise.

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2012). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.}}

La classification phylogénétique classe les Rodentia (rongeurs) en deux sous-ordres [réf. nécessaire]:

Sous-ordre Sciurognathi[modifier | modifier le code]

Sous-ordre Hystricognathi[modifier | modifier le code]

Interactions Hommes-rongeurs[modifier | modifier le code]

De par leurs préférences alimentaires et leurs mode de vie (souvent fouisseurs), les rongeurs sont en concurrence avec l'homme pour une partie de ses activités (culture, sylviculture[14]). Certaines espèces introduites hors de leur milieu sont devenues invasives et sources de dégâts (rat musqué, ragondin, écureuil gris par exemple, quand ils ont été introduits en Europe). Les rongeurs sont aussi vecteurs de nombreux parasites ou pathogènes zoonotiques pouvant affecter l'Homme ou ses animaux de rente (ex : échinococcose alvéolaire, leptospirose...)[14]. Le gros rongeurs ne sont pas sources de pullulations, mais en raison de leur taille font des dégâts parfois spectaculaires. Les petits rongeurs qui se reproduisent très rapidement peuvent périodiquement pulluler et alors causer des dommages importants dans les champs, forêts, entrepôts alimentaires[14].

Pour ces raisons les humains cherchent à en contrôler les populations - depuis la préhistoire probablement - par la chasse, le piégeage, l'empoisonnement, le maintien de chiens et chats au foyer ou dans les fermes. Les rongeurs sont parfois aussi des animaux de compagnies (souris blanche, rat, hamster, cochon d'Inde...) ou utilisés comme animaux de laboratoire ou ont été recherchés pour leur fourrure ou certaines sécrétion, ce qui failli faire disparaitre certaines espèces (Castor fiber dans toute l'Eurasie par exemple).

Cladogramme[modifier | modifier le code]

Euarchontoglires 
 Glires 

 Rodentia (rongeurs)



 Lagomorpha (lapins, lièvres, pikas)



 Euarchonta 

 Scandentia


Primatomorpha

 Dermoptera


 Primates 
 Strepsirrhini 

 (lémuriens et lorisiformes)


 Haplorrhini 

 Tarsiiformes (tarsiers)



 Simiiformes (anthropoidea)








Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Millien, V., & Bovy, H. (2010). When teeth and bones disagree: body mass estimation of a giant extinct rodent. Journal of Mammalogy, 91(1), 11-18. résumé
  2. Millien, V. (2008). The largest among the smallest: the body mass of the giant rodent Josephoartigasia monesi. Proceedings of the Royal Society B: Biological Sciences, 275(1646), 1953-1955.
  3. Rinderknecht, A., & Blanco, R. E. (2008). The largest fossil rodent. Proceedings of the Royal Society B: Biological Sciences, 275(1637), 923-928.
  4. Blanco, R. E., Rinderknecht, A., & Lecuona, G. (2012). The bite force of the largest fossil rodent (Hystricognathi, Caviomorpha, Dinomyidae). Lethaia, 45(2), 157-163.
  5. Cox, P. G., Rinderknecht, A., & Blanco, R. E. (2015). Predicting bite force and cranial biomechanics in the largest fossil rodent using finite element analysis. Journal of Anatomy (résumé).
  6. Perkins, Sid (2015) Ratzilla: Ancient giant rodent chomped like a crocodile , mis en ligne 03 février 2015
  7. Kay, E. H., & Hoekstra, H. E. (2008). Rodents. Current Biology, 18(10), R406-R410.
  8. (fr) « Rongeurs - L'encyclopedie canadienne »
  9. a et b Mammal Species of the World, consulté le 8 octobre 2012
  10. ITIS, consulté le 8 octobre 2012
  11. NCBI, consulté le 8 octobre 2012
  12. Fossilworks Paleobiology Database, consulté le 8 octobre 2012
  13. Romanenko SA, Perelman PL, Trifonov VA et Graphodatsky AS (2011), http://xa.yimg.com/kq/groups/20158447/1300488079/name/Romanenko+et+al+2012_Chromosomal+evolution+in+Rodentia.pdf Chromosomal evolution in Rodentia]. Heredity, 108(1), 4-16.
  14. a, b et c Caroulle F & Baubet O (2006) Dégâts de rongeurs en forêt : Comment y remédier ?. Revue forestière française, 58(5), 449-462.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Zoologie, ostéologie, anatomie comparée :

Sites de référence taxinomiques :

Autres liens externes :