Peur primale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Primal Fear.
Peur primale
Titre original Primal Fear
Réalisation Gregory Hoblit
Acteurs principaux
Sociétés de production Rysher Entertainment
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Policier
Drame
Durée 129 minutes
Sortie 1996

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Peur primale (Primal Fear) est un film américain réalisé par Gregory Hoblit, sorti en 1996.

Résumé[modifier | modifier le code]

Ancien procureur de la ville de Chicago, Martin Vail est devenu un avocat très médiatique. Pour assurer la défense de ses clients, l'avocat vedette du barreau de la ville est aidé par son assistante Naomi Chance et le détective Tommy Goodman, un ancien policier. Un jour, il prend la défense d'Aaron Stampler, jeune homme venu du Kentucky, accusé d'avoir sauvagement assassiné à coups de couteau l'archevêque Rushman, éminente personnalité de la ville, après lui avoir tranché la main et écorché les paupières. Arrêté par la police après avoir fui le lieu du crime, il explique à Vail qu'il a de fréquentes « absences » et ne se souvient que de s'être trouvé auprès du cadavre, le couteau ensanglanté à la main, et d'avoir aperçu un homme se sauver. Le procès débute, sous l'égide de la juge Miriam Shoat. Vail a pour adversaire la procureure Janet Venable, qui fut autrefois son assistante et sa petite amie lorsqu'il était lui-même procureur, qui s'est vu attribuer cette affaire par le procureur d'État John Shaughnessy, qui s'avère être un politicien retors et un homme d'affaires sans scrupules.

Vail est convaincu de l'innocence de son client, pauvre garçon fragile psychologiquement. Avec Goodman et Chance, il se lance donc sur les traces du troisième homme. Pendant ce temps, le docteur Molly Arrington, psychiatre, interroge régulièrement Aaron pour comprendre le fond de sa pensée, le jeune homme semblant souffrir de troubles de mémoire réguliers et d'un trouble de la personnalité. Goodman et Vail finissent par retrouver Alex, un ancien camarade d'Aaron, qui a suivi les cours de catéchisme de l'archevêque en même temps qu'Aaron et sa petite amie. Cette dernière a disparu de la circulation, mais Aaron ne semble pas inquiet. Alex avoue rechercher une cassette vidéo, cachée quelque part, le montrant avec Aaron et son amie faisant l'amour, le film étant « mis en scène » par l'archevêque. Après avoir retrouvé la cassette dans la demeure du prélat et l'avoir visionnée, Vail, en colère contre Aaron, lui rend visite en prison pour lui faire avouer ce qu'il a pu cacher d'autre. Négligeant les avertissements d'Arrington, il se retrouve d'un seul coup face à "Roy", la face cachée d'Aaron : ce dernier confesse avoir commis le meurtre pour protéger Aaron, qu'il juge trop faible pour survivre.

Vail comprend alors que son client est à la fois coupable et innocent. Il fait déposer la cassette chez Venable, qui l'utilise pour démontrer le mobile que les enquêteurs recherchaient en vain, puis se sert alors de ces éléments pour amener Shaughnessy à la barre, en lui faisant avouer avoir couvert les agissements de Rushman afin de ne pas nuire à ses affaires. Mais la juge annule ce témoignage, reprochant à Vail de négliger son client au profit de sa vendetta personnelle contre le procureur d'État. La seule possibilité pour Vail de gagner est de produire des éléments montrant qu'Aaron n'est pas responsable de ses agissements, c'est-à-dire apporter la preuve de sa schizophrénie. Le docteur Arrington témoigne, mais son récit est fortement remis en doute par Venable, aucune caméra ne tournant lors des aveux de "Roy". Faisant témoigner alors Aaron, Vail s'arrange pour que l'agressivité de Venable fasse sortir "Roy", qui agresse la jeune femme. La juge suspend le procès et propose le vice de forme à Venable, mais cette dernière le refuse. Les deux parties se mettent donc d'accord sur un internement psychiatrique.

Vail se rend ensuite dans la cellule du tribunal où se trouve Aaron, pour lui annoncer la bonne nouvelle : il pourra être soigné et libéré dans quelques mois. Mais à la suite d'une remarque qui échappe au jeune homme, Vail sent un doute s'insinuer en lui. "Roy" lui explique alors qu'Aaron n'a jamais existé, et qu'il a manipulé Vail depuis le début pour tourner le procès à son avantage. Il avoue également avoir tué sa petite amie. Vail ne peut que sortir du tribunal par la petite porte.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Dates et lieux de tournage[modifier | modifier le code]

Sortie et accueil[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

Peur primale est un succès commercial, rapportant 102 616 183 $ de recettes mondiales, dont 56 116 183 $ aux États-Unis, où il occupe la première place du box-office durant trois semaines[3], pour un budget de 30 000 000 $[4].

En France, le succès du film est plus limité, puisqu'il totalise près de 430 000 entrées[5].

Réception critique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i Peur Primale fiche de doublage
  2. Peur Primale secrets de tournage sur AlloCiné
  3. http://www.boxofficemojo.com/movies/?id=primalfear.htm
  4. http://www.boxofficemojo.com/movies/?id=primalfear.htm
  5. http://www.jpbox-office.com/fichfilm.php?id=3730&affich=france#cible1

Liens externes[modifier | modifier le code]