L'Île aux chiens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Île aux Chiens.
Ne doit pas être confondu avec L'Île des chiens.
L'Île aux chiens
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo du titre en version originale

Titre original Isle of Dogs
Réalisation Wes Anderson
Scénario Wes Anderson
Acteurs principaux
Sociétés de production American Empirical Pictures
Indian Paintbrush
Scott Rudin Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre animation
Durée 101 minutes
Sortie 2018

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

L'Île aux chiens (Isle of Dogs) est un film américain écrit et réalisé par Wes Anderson, sorti en 2018. Il utilise la technique de l'animation en volume.

Le film ouvre la Berlinale 2018 et Wes Anderson y remporte l'Ours d'argent du meilleur réalisateur[1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Décors et figurines utilisés dans le film.

Dans un futur dystopique, dans la ville japonaise de Megasaki, un virus de la grippe se propage dans toute la population canine grandissante. Le maire autoritaire, Kobayashi (un homme issu d'une longue lignée d'amateurs de chats et haïsseurs de chiens) avec son bras droit le major Domo, signe un décret bannissant tous les chiens à l'Île poubelle (« l'île des déchets » où sont stockés les détritus de la ville), bien que le scientifique Watanabe fasse savoir qu'il est sur le point de trouver un remède. Le premier chien à être banni est Spots, qui appartenait à Atari Kobayashi, le neveu orphelin et pupille du maire.

Six mois plus tard, sur l'Île poubelle en plein jour, cinq chiens alpha aux noms conquérants[2], Rex, King, Duke, Boss et le chien errant Chief aperçoivent un avion volé et piloté par Atari qui s'est enfui de chez lui pour retrouver Spots sur l'Île poubelle. Après un crash, l'enfant est sauvé par les cinq chiens. Ces derniers décident d'aider Atari à retrouver Spots, bien que Chief se refuse à fraterniser avec les humains. Le jeune garçon et ses compagnons canins découvrent finalement la cage de Spots, verrouillée et renfermant des ossements. Toutefois, les chiens apprennent que Spots vit toujours quelque part sur l'île. Après une escarmouche avec une équipe envoyée par Kobayashi pour récupérer Atari, et sur l'insistance d'une chienne nommée Nutmeg, Chief change d'avis et décide d'accompagner Atari et les autres chiens dans leur quête. Ils cherchent conseil auprès de Jupiter et Oracle, deux sages chiens qui les informent de l'existence d'une tribu cannibale d'ex-chiens cobayes des Laboratoires Kobayashi sur une partie isolée de l'île.

Pendant ce temps, le professeur Watanabe découvre un remède mais meurt d'un empoisonnement au wasabi orchestré par Kobayashi afin que les chiens restent sur l'île. Tracy Walker, une étudiante étrangère, soupçonne une conspiration et commence à enquêter. Elle exhorte à l'action l'assistante scientifique de Watanabe, Yoko Ono, qui confirme ses soupçons et lui donne la dernière dose restante du remède.

Au cours du voyage à travers l'île, Chief et Atari sont séparés des autres. En lavant Chief, Atari remarque qu'il est de la race de Spots et en déduit qu'il pourrait être son frère. Chief révèle qu'il a été autrefois un animal domestique, forcé de fuir après avoir mordu la main de son maître, probablement par crainte. Ils rejoignent le groupe des autres chiens, arrivent à localiser la tribu isolée (qui révèle qu’ils ne sont pas cannibales et qui ont juste manger un des leurs juste une fois, déclarant qu’ils avaient faim), mais se retrouvent une fois de plus dans une embuscade tendue par les hommes de Kobayashi. Spots arrive avec une petite armée de chiens, qui aident à repousser les assaillants. Grâce à des flashbacks, il révèle qu'il a été sauvé à son arrivée par cette tribu et est devenu plus tard leur chef et un père après rencontrer une chienne dans la tribu nommée Peppermint. Spots confirme également que Chief est son frère, et demande à Atari de transférer ses fonctions de protection à ce dernier (déclarent qu’il veut passer son temps à élever sa famille) : les deux sont d'accord. Un hibou arrive, révélant que Kobayashi prévoit d'exterminer tous les chiens sur l’Île poubelle lors de sa réélection imminente. Chief, Atari et la tribu des chiens décident de retourner à Megasaki City pour tenter d'empêcher cela.

Lors de la réunion électorale, le maire se prépare à donner l'ordre, mais Tracy présente la preuve de sa corruption et de l'existence du remède. Chief, Atari et les chiens arrivent aussi et prouvent que le remède est efficace. Atari récite un poème de son cru aux citoyens et surtout à son oncle, expliquant comment la vie serait si triste sans les chiens. Kobayashi se rend compte que ses actions étaient cruelles, mais le major Domo, insiste pour l'extermination des chiens. Une bagarre s'ensuit au cours de laquelle le bouton d'activation de l'opération extermination est enfoncé. Mais le poison wasabi destiné à euthanasier les chiens est envoyé aux assaillants grâce à un piratage informatique réalisé par un ami de Tracy. Pendant la bagarre, Atari et Spots sont gravement blessés. Le seul rein restant d'Atari est abîmé, mais Kobayashi, admettant ses erreurs, donne le sien pour sauver le garçon. Mais Spots ne survécut pas.

Selon la loi électorale, la fonction de maire de la ville échoit à Atari, qui décrète aussitôt que les chiens sont autorisés à réintégrer la société. Spots, déclaré mort, fut mémorisé par Mégasaki en l’honneur pour son héroïsme. Atari et Tracy forment un couple, tandis que Chief se rapproche de Nutmeg et assume le rôle de garde du corps d'Atari. À la fin du film, il est révélé que Spots est encore en vie (mais il s'est fait implanter des éléments cybernétiques en lui) et qu’il élève en secret avec Peppermint, ses chiots sous l’ancien manoir Kobayashi.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Voix originales[modifier | modifier le code]

Certains personnages parlent en anglais, d'autres en japonais.

Voix françaises[modifier | modifier le code]

Sont listées ici les voix utilisées dans la version française. Les personnages parlant en japonais ne sont pas doublés en français et conservent donc leur voix originale, avec les mêmes interprètes. En revanche, Greta Gerwig, qui reprend le rôle de Tracy, effectue elle-même un nouveau doublage en français avec un accent américain prononcé.

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

Wes Anderson avait déjà tourné un film en stop motion, Fantastic Mr. Fox en 2010. Initialement, son second film d'animation devait être un remake libre de L'Or de Naples de Vittorio De Sica[3].

En octobre 2015, Wes Anderson a annoncé qu'il se tournerait de nouveau vers l'animation avec un film sur les chiens[4] avec les voix de Edward Norton, Bryan Cranston ainsi que Bob Balaban[5],[6]. Wes Anderson a également déclaré que ses films étaient fortement influencés par ceux d'Akira Kurosawa, tout comme les animations en volume produites par Rankin/Bass Productions[7]. Les voix du film ont été révélées dans une vidéo produite par Wes Anderson visant à promouvoir un programme de protection des films[8].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage débute en en Angleterre[9],[10],[11].

Accueil[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

L'Île aux chiens

Score cumulé
SiteNote
Metacritic82/100
Rotten Tomatoes90%
Allociné4.3 étoiles sur 5
Compilation des critiques
PériodiqueNote
CinéSéries4.0 étoiles sur 5
Télérama4.0 étoiles sur 5

En France, le site Allociné propose une moyenne de 4,1/5 à partir de l'interprétation 38 critiques de presse[12] et la rédaction du site CinéSéries donne une note de 4/5 avec la mention « Bilan très positif »[13].

Box-office[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Adaptation[modifier | modifier le code]

En 2018, Minetarō Mochizuki adapte le film en manga[16],[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Berlinale : deux réalisatrices d’Europe de l’Est couronnées », sur Le Monde, (consulté le 25 février 2018).
  2. « Dans L'Ile aux chiens, Wes Anderson conclut un pacte avec le meilleur ami de l'homme », sur Le Temps, . Les noms conquérants évoquent respectivement Roi, Duc, Boss et Chef
  3. « Wes Anderson va adapter Vittorio De Sica en dessin animé », sur Le Figaro,
  4. (en) « Wes Anderson to Direct Stop-Motion Animated Film About Dogs », (consulté le 21 décembre 2016).
  5. (en) Dan Casey, « EXCLUSIVE: JEFF GOLDBLUM, BRYAN CRANSTON, AND MORE TO STAR IN WES ANDERSON’S STOP-MOTION ANIMATED DOG MOVIE », sur Nerdist (consulté le 21 décembre 2016).
  6. (en) Rodrigo Perez, « Wes Anderson's Next Movie Is A Stop-Motion Animated Film About Dogs; May Also Do An Anthology Movie », sur The Playlist (consulté le 21 décembre 2016).
  7. (en-US) Zach Sharf, « Wes Anderson’s ‘Isle of Dogs’ is Inspired By Akira Kurosawa and Christmas Television Specials », Indie Wire, (consulté le 17 mars 2017).
  8. (en) « WesVideo121916 on Vimeo » (consulté le 21 décembre 2016).
  9. (en) Chris Cabin, « Wes Anderson Confirms His Stop-Motion Animated Dog Movie Is In Productionsite=Collider.com », (consulté le 21 décembre 2016).
  10. (en) Britt Hayes, « Wes Anderson Is Currently Filming His New Stop-Motion Animated Movie About Dogs », sur Screen Crush, (consulté le 27 octobre 2016).
  11. (en) Filming locations sur l’Internet Movie Database.
  12. « L'Île aux chiens », sur Allociné (consulté le 14 avril 2018).
  13. « L’Île aux chiens (Film, 2018) – La Critique – CinéSéries », CinéSéries,‎ (lire en ligne, consulté le 31 octobre 2018)
  14. « Isle of Dogs (2018) », sur Box Office Mojo (consulté le 24 août 2018).
  15. JP-Boxoffice.com ; page du film L'Île aux chiens consulté le .
  16. « Le film L’île aux Chiens adapté en manga par Minetarô Mochizuki (Chiisakobé) », sur mangamag.fr, .
  17. « L'Île aux chiens », sur nautiljon.com (consulté le 10 avril 2019).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :