Alcea rosea

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Alcea rosea, la Rose trémière, Passe-rose, Passerose ou encore Primerose est une espèce de plantes vivaces de la famille des Malvaceae. Elle est aussi parfois appelée Rose papale ou Alcée rose.

Description[modifier | modifier le code]

C'est une plante typique des jardins champêtres, bien que peu d'espèces soient vivaces (la plupart sont bisannuelles). Plantes à croissance rapide, on les classe généralement toutes dans la catégorie des vivaces herbacées en raison de leur grande taille, pouvant atteindre une hauteur de 1,5 à 2,5 m, voire jusqu'à 3,5 m[1] et plus dans certaines régions. En Normandie certaines roses trémières sont remarquables par leur hauteur (plus de 4 m) et leur durée de floraison d'avril à septembre dans la région.
De port érigé, peu ramifiée, la plante a un feuillage caduc, les feuilles orbiculaires et palmatilobées possédant de 5 à 7 lobes, leur base est cordiforme, leur pédoncule pubescent et leurs marges crénelées. La tige vert clair est pubescente[2]. Les oléoplastes contiennent en grande quantité de l'acide ricinoléique[3].

L'inflorescence est une grappe spiciforme et terminale. La floraison basifuge de la fin du printemps à l'été, voire jusqu'au début de l'automne, permet une longue floraison de chaque pied. Les très grandes fleurs (pétales de 3-5 cm, jusqu'à 12 cm lorsqu'elles sont ouvertes) ont l'aspect de gros pompons ou en corolles simples aux teintes très variées : blanc ou jaune, rose, pourpre, violet, orange… riches en nuances. Il existe même des variétés Nigra (noires, en fait violet très foncé dû une forte concentration d'anthocyanes). Plus elles sont sombres, plus elles contiennent de pigments et de tannins, et présentent davantage de propriétés médicinales[4]. Le calicule est formé de 6 à 9 bractéoles involucrales poilues[5]. Le tube staminal, caractéristique des Malvaceae, a 5 angles marqués. Les fruits sont formés d'un verticille de 15 à 20 akènes marqués (le méricarpes), sur le dos, d'un profond sillon bordé de 2 ailes[6].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Nomenclature et systématique[modifier | modifier le code]

Phytonymie[modifier | modifier le code]

Le nom de rose trémière ou rose de trémière serait une altération de « rose d'Outremer », attesté dès 1500, la plante serait originaire du sud de l’Europe, du Moyen-Orient ou d’Asie centrale[7],[8],[9],[10], et aurait été rapportée par les croisés du Moyen Âge, aux XIIe et XIIIe siècles lors de batailles contre les Turcs[7],[9],[11]. Pour d'autres son introduction daterait de l'expansion ottomane en Europe aux XVe et XVIe siècles[12]. Elle est encore appelée passe-rose ou primerose. Son origine est inconnue (sans doute proche-orientale ou méditerranéenne), mais c'est peut-être un hybride entre Alcea setosa et Alcea pallida, originaires de l'est de l'Europe et de l'ouest de l'Asie[13], encore nommée Althéa ou Althaea rosea, cousine des hibiscus, lavatère, mauve, guimauve, d'où son autre nom de « guimauve rose ». Son origine (rapportée par les croisés du Moyen Âge de la Terre Sainte, pays de saint Jacques), et sa forme élancée (comme le bâton de Jacob) lui valent également le nom de bourdon de Saint-Jacques ou bâton de Jacob[14].

Synonymes[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Les fleurs sont simples pour l'espèce botanique, demi-doubles, doubles ou triples chez certaines obtentions agricoles.

  • Plantation : automne si climat chaud ou printemps
  • Multiplication : semis en été (se ressème souvent spontanément). Les semis sont sensibles aux limaces et aux escargots. Les graines semées ne donnent pas forcément des fleurs de la même couleur que la plante d'origine.
  • Sol : riche et bien drainé. Affectionne des sols différents selon les couleurs des fleurs : les variétés sombres (rouge, noir) préfèrent les sols sableux, alors que les sols argileux semblent favoriser les plus claires.
  • Emplacement : soleil, mi-ombre, pas trop venté.
  • Maladies : la rose trémière est très souvent atteinte par la rouille.
  • Parasites : les graines peuvent être infestées d'apions des roses trémières, des charançons qui au gré des échanges de semences entre jardiniers migrent vers de nouvelles régions.

Utilisations[modifier | modifier le code]

Bourgeons floraux.
Roses trémières, par Berthe Morisot (1880).

Alimentaire[modifier | modifier le code]

Les feuilles très tendres, mucilagineuses, sont comestibles crues, comme les jeunes pousses, ou cuites comme des plantes potagères. La plante est parfois encore cultivée comme légume en Égypte. Les bourgeons floraux et les fleurs, également comestibles, sont consommés en salade mais aussi en tisane, à partir de pétales séchés[15].

Les pétales d'Alcea rosea nigra étaient jadis utilisés pour colorer les tisanes et les vins fraudés (coupage avec des vins teinturiers obtenus avec de la tisane de rose trémière)[16].

On peut obtenir de l'amidon à partir de la racine broyée et lavée à l'eau

Propriété médicinale[modifier | modifier le code]

La rose trémière présenterait des vertus médicinales similaires à la guimauve officinale, cependant ses effets sont probablement moins importants. La plante disposerait d'une action adoucissante, émolliente et antiglaireuse.

Des extraits de la plante possèdent des effets contre la lithiase urinaire, immunomodulateurs, anti-ulcéreux[17],[18].

Caractère invasif[modifier | modifier le code]

La rose trémière n'est, à l'heure actuelle, pas considérée comme une Espèce invasive, mais elle se multiplie rapidement, et a tendance à coloniser de plus en plus de terrain. [19]

Exemples de coloration des fleurs de rose trémière[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Serge Schall, Jardiner en terre argileuse: Comment améliorer le sol, l'entretenir et quelles plantes installer, Larousse, , p. 46
  2. (en) Andy McIndoe, Kevin Hobbs, The Horticulture Gardener's Guides, David & Charles, , p. 43
  3. (en) Maria Kwiatkowska, Dariusz Stępiński, Katarzyna Popłońska, Agnieszka Wojtczak, Justyna Teresa Polit, « 'Elaioplasts' identified as lipotubuloids in Althaea rosea, Funkia sieboldiana and Vanilla planifolia contain lipid bodies connected with microtubules », Acta Societatis Botanicorum Poloniae, vol. 80, no 3,‎ , p. 211-219 (DOI 10.5586/asbp.2011.036)
  4. Sophie Lacoste, Les plantes qui guérissent, Leduc.s Éditions, , p. 400
  5. (en) T. K. Lim, Edible Medicinal and Non Medicinal Plants, Springer Science & Business, , p. 293
  6. Philippe Jauzein, Olivier Nawrot, Flore d'Île-de-France. Clés de détermination, taxonomie, statuts, Éditions Quae, , p. 327
  7. a et b « Rose trémière », sur viedejardin.pagesperso-orange.fr (consulté le 7 octobre 2017)
  8. « Rose trémière, Alcea rosea - Fleurs - NatureGate », sur www.luontoportti.com (consulté le 7 octobre 2017)
  9. a et b nmauric, « Alcea rosea - Rose trémière », sur nature.jardin.free.fr (consulté le 7 octobre 2017)
  10. BETJP, « Rose trémière ou alcea ou althea rosa, fiche technique complète », sur www.homejardin.com (consulté le 7 octobre 2017)
  11. Jean-Baptiste Pujoulx, La botanique des jeunes gens, Briand, (lire en ligne), p. 540
  12. (en) Tang Y, Gilbert MG, Dorr LJ (2007) Tiliaceae. In: Wu ZY, Raven PH, Hong DY (Eds). Flora of China. Vol. 12 (Hippocastanaceae through Theaceae). Science Press, p. 240.
  13. Marjorie Blamey & Christopher Grey-Wilson [2003]. « La flore d'Europe occidentale» p. 244.
  14. Denise Péricard-Méa, Louis Mollaret, Dictionnaire de saint Jacques et Compostelle, Éditions Jean-Paul Gisserot, , p. 88
  15. François Couplan, Le régal végétal : plantes sauvages comestibles, Éditions Ellebore, , p. 57.
  16. (en) Jo Ann Gardner, Living with Herbs, The Countryman Press, , p. 165.
  17. (en) T. K. Lim, Edible Medicinal and Non Medicinal Plants, Springer Science & Business, , p. 295
  18. (en) Barnaulov OD, Manicheva OA, Trukhaleva NA, Kozhina IS, Fokina NE, Salikhov SA, « Alcea-rosea a source of polysaccharides with anti-ulcer activity », Rastit Resur, vol. 21, no 3,‎ , p. 329-340
  19. Centre France, « Ces plantes invasives qui colonisent tout », www.leberry.fr, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]