Cherval

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de la Dordogne
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Dordogne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Cherval
L'église de Cherval.
L'église de Cherval.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Périgueux
Canton Ribérac
Intercommunalité Communauté de communes du Pays ribéracois
Maire
Mandat
Jean-Pierre Prunier
2014-2020
Code postal 24320
Code commune 24119
Démographie
Population
municipale
278 hab. (2014)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 23′ 44″ nord, 0° 22′ 31″ est
Altitude Min. 93 m – Max. 183 m
Superficie 18,71 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 14.svg
Cherval

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Cherval

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cherval

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cherval

Cherval est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Située en bordure de la plaine céréalière du Périgord blanc, Cherval est une petite commune située à 5 km au nord de Verteillac et 35 km au nord-ouest de Périgueux.

Le bourg est aussi à 17 km au nord de Ribérac, 27 km au sud-ouest de Nontron et 33 km au sud-est d'Angoulême[1].

La commune est traversée par la route de Ribérac à Angoulême et Nontron, la D.708, nord-sud, ainsi que par d'autres routes départementales de moindre importance, la D.102 qui passe dans le bourg et la D.100, est-ouest[2].

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Géologiquement, la commune de Cherval est dans le calcaire crétacé du Bassin aquitain.

Le bourg est au pied d'une butte-témoin et d'une cuesta qui fait face à l'est, en haut de laquelle se trouvent Grésignac, et les hameaux du Breuil et de Vicrose.

Le nord de la commune est occupé par la vallée de la Pude.

Le point culminant de la commune est à une altitude de 186 m (borne IGN), situé au sud-est près des Mouyaux. Le point le plus bas est à 93 m, situé le long de la Pude en limite nord-ouest. Le bourg, construit en bord de plaine, est à environ 120 m d'altitude[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est dans le bassin versant de la Dordogne.

La Pude, affluent de la Lizonne, arrose le nord de la commune. Ses deux sources sont dans la commune voisine de Gout-Rossignol et leurs bras se rejoignent à l'Étang des Faures. La Sauvanie, autre affluent de la Lizonne passant au pied de Verteillac, prend sa source au sud-ouest près du hameau du même nom[2].

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

La commune comporte de nombreux hameaux, comme Vicrose, Génilblanc, le Breuil, la Sauvanie, Beuil, la Sauvanie, les Maines, Chanceau, chez Itou, la Guide, le Recours, etc.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Cherval est limitrophe de six autres communes.

Communes limitrophes de Cherval
Champagne-et-Fontaine Gout-Rossignol
La Chapelle-Grésignac Cherval La Tour-Blanche-Cercles
Saint-Martial-Viveyrol Verteillac

Toponymie[modifier | modifier le code]

En occitan, la commune porte le nom de Charvard[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1827, la commune de La Chapelle-Grésignac a été intégrée à celle de Cherval lors d'une fusion. Cette fusion a été annulée en 1841 et La Chapelle-Grésignac a été rétablie[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

Dès 1790, la commune de Cherval a été rattachée au canton de Champaigne qui dépendait du district de Ribérac jusqu'en 1795, date de suppression des districts. Lorsque ce canton est supprimé par la loi du 8 pluviôse an IX () portant sur la « réduction du nombre de justices de paix », la commune est rattachée au canton de Verteillac dépendant de l'arrondissement de Ribérac. Ce dernier étant supprimé en 1926, ses communes sont alors rattachées à l'arrondissement de Périgueux[4].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Fin 2001, Cherval rejoint la communauté de communes du Verteillacois créée cinq ans plus tôt. Celle-ci est dissoute au 31 décembre 2013 et remplacée au 1er janvier 2014 par un intercommunalité élargie : la communauté de communes du Pays ribéracois.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie de Cherval.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
mars 2001[5] (réélu en mars 2014) en cours Jean-Pierre Prunier SE Agriculteur

Jumelages[modifier | modifier le code]

Panneau de jumelage du canton avec Fontanetto Po.

L'ensemble des communes de l'ancien canton de Verteillac, dont faisait partie Cherval, est jumelé avec la commune italienne de Fontanetto Po.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2014, Cherval comptait 278 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2005, 2010, 2015, etc. pour Cherval[6]). Depuis 2006, les autres dates correspondent à des estimations légales.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
921 1 209 840 956 1 433 1 412 1 334 956 989
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 010 959 894 907 913 885 851 828 781
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
770 730 712 611 657 625 574 507 457
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
406 362 342 295 310 308 309 284 278
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006 [7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Remarque[modifier | modifier le code]

Les recensements de 1831 à 1841 inclus font ressortir un nombre d'habitants plus important, dû à la population de la commune de La Chapelle-Grésignac, qui avait alors fusionné avec Cherval.

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2012[8], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 123 personnes, soit 43,0 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (douze) a fortement diminué par rapport à 2007 (vingt-deux) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 9,8 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2013, la commune compte quarante établissements[9], dont dix-neuf dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, seize au niveau des commerces, transports ou services, deux dans la construction, deux relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale, et un dans l'industrie[10].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église romane fortifiée Saint-Martin. Construction romane du XIIe siècle, l'église suit un plan rectangulaire. Quatre coupoles surplombent la nef et le chœur, celui-ci étant orné d'une couronne de pointes de diamants. L'étage présente une chambre de défense bâtie au XIIIe siècle par les moines guerriers de Saint-Jean de Jérusalem, accessible par un escalier à vis. Classée monument historique en 1913[11],[12].
  • Le château du Bourbet, XVIIe et XIXe siècles. Les seigneurs de Bourbet étaient à l'origine de ce château, composé alors d'un corps de logis ceint de deux tours fortifiées, ainsi que de deux pavillons en retour d'équerre. Ce château était protégé par un fossé, nivelé durant la Révolution française, période qui a également emporté les derniers vestiges du pont-levis, ainsi que l'ancienne prison qui jouxtait les caves. Le pavillon nord a vraisemblablement été détruit pendant la Seconde Guerre mondiale, ainsi que les tours carrées qui cantonnaient le corps de logis, déjà en partie rasées pendant la Révolution. En effet, le château a servi de kommandantur, car la ligne de démarcation passait entre Cherval et Gout qui était en zone libre[13].
  • Le château de Clauzuroux (ou du Clauzurou) est situé sur la commune de Champagne-et-Fontaine, mais une partie du domaine, à l'est du château et du bief (aujourd'hui asséché) du moulin, est située sur Cherval[14].
  • Le moulin du Potager, sur la Pude
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La commune présente sur la presque totalité de son territoire, hormis au nord, une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) de type II, le plateau de Cherval, remarquable pour sa variété d'oiseaux dont plusieurs font l'objet d'une protection par la directive européenne : Bruant ortolan (Emberiza hortulana), Busard cendré (Circus pygargus), Busard Saint-Martin (Circus cyaneus), Engoulevent d'Europe (Caprimulgus europaeus), Grande Outarde (Otis tarda), Pie-grièche écorcheur (Lanius collurio), Pipit rousseline (Anthus campestris)[15],[16].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  2. a, b et c Carte IGN sous Géoportail
  3. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 19 février 2014.
  4. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 16 août 2014.
  6. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 17 février 2014)
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. Chiffres-clés - Emploi - Population active - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 24 octobre 2015.
  9. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 24 octobre 2015).
  10. Chiffres clés - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 24 octobre 2015.
  11. « Eglise de Cherval », notice no PA00082488, base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. Guide du tourisme Vadélis, « Église fortifiée Saint-Martin »,‎ (consulté le 15 octobre 2009)
  13. « Château du Bourbet », notice no IA24000868, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. « Domaine du château du Clauzurou », notice no PA00082463, base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. [PDF] Plateau de Cherval sur le site de la DREAL Aquitaine, consulté le 27 novembre 2014.
  16. Carte du plateau de Cherval sur le site de la DREAL Aquitaine, consulté le 27 novembre 2014.