Allemans (Dordogne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Allemans
Allemans (Dordogne)
L'église d'Allemans.
Blason de Allemans
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Périgueux
Intercommunalité Communauté de communes du Périgord Ribéracois
Maire
Mandat
Allain Tricoire
2020-2026
Code postal 24600
Code commune 24007
Démographie
Gentilé Allemansois
Population
municipale
507 hab. (2018 en diminution de 11,98 % par rapport à 2013)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 17′ 18″ nord, 0° 18′ 37″ est
Altitude Min. 47 m
Max. 167 m
Superficie 18,75 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Ribérac
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Ribérac
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Allemans
Géolocalisation sur la carte : Dordogne
Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Allemans
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Allemans
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Allemans
Liens
Site web allemans.fr

Allemans est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte d'Allemans et des communes avoisinantes.

La commune est limitrophe de huit autres communes, dont une en Charente. À l'ouest, son territoire est distant de moins de 400 mètres de celui de Petit-Bersac.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Allemans est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Ribérac, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 24 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (88,3 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (88,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (41,5 %), terres arables (32,1 %), prairies (14,7 %), forêts (11,7 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Villages, hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Outre le bourg d'Allemans proprement dit, le territoire se compose d'autres villages ou hameaux, ainsi que de lieux-dits[7] :

  • le Bazat
  • Bellevue
  • Chez Bidou
  • le Bonneval
  • les Bordes
  • Chez Bosviel
  • la Boucherie
  • les Bûches
  • Chez Buret
  • Chaufour
  • Cheytout
  • le Clapier
  • le Claud
  • les Combes
  • la Cotte
  • la Coutencie
  • la Croix Blanche
  • Croix de chez Chaloupy
  • la Croix de la Chapelle
  • Croix de Sainte-Valérie
  • la Crousie
  • le Durbet
  • les Épinets
  • la Font du Moulin
  • le Galet
  • la Ganne
  • le Gélibert
  • la Grande Borie
  • les Jaures
  • les Jouberties
  • Larmalie
  • Chez Lambrelin
  • Lémérégie
  • Leytérie
  • la Lunerie
  • le Maine du Bost
  • le Mas
  • Meynard
  • le Meynieux
  • les Michelies
  • la Montagne
  • Moulin du Pontet
  • le Moutat
  • Chez Naudy
  • la Paquie
  • le Péragu
  • le Pigou
  • les Plantes
  • Plantivel
  • le Poirier
  • le Pontet
  • le Porboutou les Brandes
  • le Porboutou la Gabarre
  • Chez le Prieur
  • Puy de Beaumont
  • Puycheyrou
  • le Puylotte
  • Chez Raynaud
  • Chez Redon
  • la Reyssie
  • Chez Richard
  • la Rigaudie
  • la Rivière
  • Rodesol
  • le Roulet
  • Chez Rouchou
  • Chez Rouzou
  • Savignac
  • le Siette
  • Chez Vignaud
  • les Vigneries.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous sa forme occitane Alamans en 1350[8] et en 1382[9], Allemani en 1360.

Le nom d'Allemans se réfère au peuple germanique des Alamans[10].

En occitan, la commune porte le nom d'Alamans[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le territoire communal a été occupé au Paléolithique[10].

La première mention écrite connue du lieu apparait au XIIIe siècle sous la forme, Allamans, suivie au siècle suivant de la forme latine Allemani, puis d'Alamans[10].

Le , des soldats allemands de la division Brehmer arrêtent à Ribérac un luthier, le conduisent à Allemans, au lieu-dit la Boucherie, chez un couple de métayers qui exploitent une ferme dont il est le propriétaire[12]. Celle-ci ayant abrité des réfractaires au STO, les Allemands la fouillent de fond en comble avant de fusiller dans la cave le propriétaire et son métayer, puis d'incendier la ferme, laissant en vie la femme du métayer[12].

Le , une météorite tombe en partie sur la commune. On en retrouvera huit fragments pour un total de 271 kg, répartis entre Villetoureix et Saint-Séverin, dont cinq à Allemans, près de Chaufour (57,6 kg), le Porboutou-la Gabarre (45 kg), les Plantes (27,2 kg), le Durbet (19,9 kg) et Leytérie (2,7 kg)[13].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La population de la commune étant comprise entre 500 et 1 499 habitants au recensement de 2017, quinze conseillers municipaux ont été élus en 2020[14],[15].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie d'Allemans
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    François Vergnaud   officier public
brumaire an X (1802) mai 1808 Jean Batailh    
juin 1808   Raymond Étourneau Ducluzeaud    
1837   Jean-Baptiste Desvergnes   Docteur en médecine
octobre 1850 1852 du Burguet    
1853   P. Rochon Duvigneaud    
         
janvier 1880   Jean François Albert Rochon Duvigneaud[16]    
avril 1890   Raymond Poumeyrol    
         
  1976 Georges Trijoulet[Note 3],[17]   Agriculteur
décembre 1976 mars 1977 Olivier Grandchamps[17]    
mars 1977 juin 1995 Roland Laprade PCF  
juin 1995 mars 2008 Alain Dieuaide PS  
mars 2008[18]
(réélu en mai 2020)
En cours Allain Tricoire SE[18] Retraité

Juridictions[modifier | modifier le code]

Dans le domaine judiciaire, Allemans relève[19] :

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune d'Allemans est jumelée avec la commune italienne de Fontanetto Po depuis 1988, de même que l'ensemble des communes de l'ancien canton de Verteillac[20].

Depuis 1998, l'équipe de football d'Allemans est jumelée avec celle du Victoria Tus de Rietberg en Allemagne[21].

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants d'Allemans se nomment les Allemansois[22].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[23]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[24].

En 2018, la commune comptait 507 habitants[Note 4], en diminution de 11,98 % par rapport à 2013 (Dordogne : −0,84 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 4581 3621 3411 4041 4231 3251 2621 2581 222
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2081 2051 2321 1561 1261 1121 0911 038966
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
910942860762746701693653631
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
553519511506489540558574523
2018 - - - - - - - -
507--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[25] puis Insee à partir de 2006[26].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2015[27], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 226 personnes, soit 41,8 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (vingt-six) a augmenté par rapport à 2010 (vingt-quatre) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 11,4 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au , la commune compte cinquante-huit établissements[28], dont vingt-trois au niveau des commerces, transports ou services, seize dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, huit dans la construction, six relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale, et cinq dans l'industrie[29].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château du Meynard, XIXe siècle
  • Château de la Rigaudie, XIXe siècle
  • Panorama de la croix de la Chapelle (calvaire indiquant l'emplacement de l'ancienne chapelle Saint-Roch)
  • L'église Saint-Pierre-aux-Liens, avec son clocher caractéristique style Paul Abadie, architecte des cathédrales de Périgueux et d'Angoulême, date des XIIe et XVe siècles. Elle est inscrite monument historique depuis 1926[30]
  • Le manoir du Lau, dit le Presbytère, est situé au bourg au pied de l'église. Il a été érigé au XVIe siècle par la famille du Lau d'Allemans et possède une tour octogonale[31]. Après avoir servi de presbytère, il devient propriété de la commune en 1905 et sert successivement de logement pour l'institutrice, de cantine scolaire, puis est transformé en logements sociaux jusqu'en 2002[32],[33]. Créée en 2015, une association pour sa sauvegarde en prévoit la restauration, aidée par la Fondation du patrimoine[32],[33]. Lors de la Seconde Guerre mondiale, il a été réquisitionné par les Allemands pour leur servir de cantonnement[32],[33].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Maxence Bibié (1891-1950), homme politique, né à Allemans.
  • Élie Dupeyrat (1840-1930), né le à Savignac d'Allemans. « Musicien, professeur, compositeur, vendeur et réparateur d'instruments de musique », « il ouvre en 1873 […] sa propre maison d'édition de musique » et devient, « autour des années 1900, l'un des plus importants éditeurs de musique populaire en France »[34],[35].
  • Joseph Morand (1757-1813), général de la Révolution et du Ier Empire, né à Allemans, mort au champ d'honneur à Boizenburg.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Allemans Blason
D'azur à deux chaînes d'argent passées en sautoir ; à la fasce d'or chargée d'un lion léopardé de gueules, brochante[36].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Décédé en fonctions.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 18 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 25 mars 2021).
  2. « Commune rurale-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 25 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 25 mars 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 25 mars 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 25 mars 2021).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 18 avril 2021)
  7. « Allemans » sur Géoportail (consulté le 30 janvier 2021)..
  8. Signalé par l'abbé Lespine
  9. Ernest Nègre - Toponymie générale de la France - Volume 2 - Page 735 - (ISBN 2600001336).
  10. a b et c Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2), p. 28.
  11. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 30 janvier 2014.
  12. a et b Guy Penaud, Les crimes de la Division « Brehmer », éditions la Lauze, mars 2004, (ISBN 2-912032-65-2), p. 116.
  13. [PDF] Jean Orcel, Benjamin David, François Kraut, Daniel Nordemann, Jacques Tobailem, Météorite de Saint-Séverin, t. 264, Comptes-rendus de l'Académie des sciences de Paris, (lire en ligne), p. 1556-1560.
  14. Article L2121-2 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance, consulté le 27 août 2020.
  15. Résultats des élections municipales et communautaires 2020 sur le site du ministère de l'Intérieur, consulté le 22 octobre 2020.
  16. né le 8 juin 1844 (archives départementales de la Dordogne, naissances à Allemans en 1844, p. 5, acte no 17),
    décédé le 2 octobre 1894 (archives départementales de la Dordogne, décès à Allemans en 1894, p. 6, acte no 21).
  17. a et b « L’ancien boulanger a fêté ses 100 ans », Sud Ouest, 10 juin 2013.
  18. a et b Voici vos 557 maires, supplément à Sud Ouest édition Dordogne du 3 avril 2008, p. 19.
  19. « Annuaire des juridictions d'une commune », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 16 janvier 2021).
  20. Jean-Louis Savignac, « Les 30 bougies du jumelage franco-italien », Sud Ouest édition Périgueux, 27 avril 2018, p. 21.
  21. Bernard Gillibert, « Le jumelage footballistique a 20 ans », Sud Ouest édition Périgueux, 16 mai 2018, p. 20.
  22. Nom des habitants des communes françaises sur le site habitants.fr, consulté le 4 décembre 2016.
  23. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  24. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  25. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  26. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  27. Dossier complet - Commune d’Allemans (24007) - Activités, emploi et chômage - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 4 août 2018.
  28. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 4 août 2018).
  29. Dossier complet - Commune d’Allemans (24007) - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 4 août 2018.
  30. « Église Saint-Pierre-aux-Liens », notice no PA00082318, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  31. « Manoir du Lau », notice no IA24000655, base Mérimée, ministère français de la Culture, Inventaire général du patrimoine culturel, consulté le 24 février 2016.
  32. a b et c manoir du Lau à Allemans sur le site de la Fondation du patrimoine, consulté le 24 février 2016.
  33. a b et c Bernard Gillibert, « Pour la sauvegarde du manoir », Sud Ouest édition Périgueux, 23 février 2016, p. 18.
  34. Bernard Gillibert, « Un musicien à l'honneur », Sud Ouest édition Périgueux, 3 février 2016, p. 20.
  35. Guy Penaud, Dictionnaire biographique du Périgord, Éditions Fanlac, 1999, (ISBN 2-86577-214-4), p. 340.
  36. Site officiel de la commune d'Allemans et Armorial de France