Liste des comtes de Barcelone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Comtes de Barcelone)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cet article dresse la liste des comtes de Barcelone.

Comtes bénéficiaires[modifier | modifier le code]

À partir de Guifred le Velu, les comtés de Gérone et d'Ausone sont considérés annexés au comté de Barcelone et ne sont plus rappelés dans les titulatures.

Comtes héréditaires[modifier | modifier le code]

À partir de Raimond-Bérenger III le comté de Besalú est considéré comme annexé au comté de Barcelone et n'est plus rappelé dans les titulatures.
À partir de 1159, les comtes de Barcelonne portent « d'or à quatre pals de gueules ».

Comtes de Barcelone et rois d'Aragon[modifier | modifier le code]

Maison de Trastamare[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Maison de Trastamare.

À partir d'ici, les comtes de Barcelone, en plus d'être rois d'Aragon (entre d'autres titres), sont aussi rois de Castille.

Maison de Habsbourg[modifier | modifier le code]

Les comtes de Barcelone qui ont occupé le trône durant la Guerre des faucheurs, n'ont pas régné sur le reste de la Couronne d'Aragon, où continuait de régner Philippe III.

Maison de Bourbon[modifier | modifier le code]

Maison de Habsbourg[modifier | modifier le code]

Guerre de Succession d'Espagne[modifier | modifier le code]

Maison de Bourbon[modifier | modifier le code]

Maison de Habsbourg[modifier | modifier le code]

Maison de Bourbon[modifier | modifier le code]

Titre de courtoisie[modifier | modifier le code]

  • 1941 - 1977 : Juan de Bourbon. Durant le régime franquiste (1939-1975), ce prétendant alphonsiste au trône d'Espagne se donne le titre de comte de Barcelone. Il semble que l'intention de ce dernier était d'utiliser une mesure intermédiaire pour réclamer un titre royal, sans réclamer celui de roi d'Espagne. À la mort de Franco, en 1975, Juan Carlos Ier, fils de Juan de Bourbon, est proclamé roi d'Espagne. Deux ans plus tard, le 14 mai 1977, Juan de Bourbon renonce à ses prétentions en faveur du roi Juan Carlos, son fils.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Einhard, Annales, cite « Bernhardus…Barcinonæ comes » en 827. Cawley (Medlands) indique aussi Monumenta Germaniæ Historica Scriptorum, vol. I, p. 216 comme source pour cette date[1]. Rien ne dit qu'il était déjà comte en 826, et ces sources sont suspectes.
  2. Guillaume père de Bernard est - sauf erreur - donné comme comte de Toulouse et marquis de Septimanie, et non comme duc d'Aquitaire[1].
  3. Medlands donne Hunfrid comme seulement marquis de Septimanie († après 876). Les seuls documents connus à son sujet sont :
    • une charte de Charles le Chauve du 21 mars 858, à laquelle Hunfridus souscrit avec onze autres témoins ;
    • un accord de juin 860 entre Charles le Chauve et son (demi-)frère Louis II de Germanie, dans laquelle Hunfridus est nommé parmi les « nobilis ac fidelibus laicis » (« nobles et fidèles laïcs ») ;
    • une charte de 20 juin 859 de Charles le Chauve donnant des biens dans le Narbonnais à la villa Ripa-alta (« in pago Narbonensi…in villa Ripa-alta ») à un certain Isembert, un fidèle (« fidelem…Isembertum »), ceci à la demande de Hunfrid qui agit alors en tant que marquis de Septimanie (« Humfridi…comitis et marchionis »)[4].
    Ceci ne suffit pas pour en faire un comte de Barcelone. Seule l'Histoire Générale de Languedoc[5] le donne comme tel et cette source est hautement sujette à caution[2]. Par contre,
    • les Annales Bertiniani (vol. III, p. 863) indiquent que Hunfrid marquis de Gothie (« Hunfridus Gothiæ marchio ») chasse de Toulouse le comte Raymond en 863 ;
    • selon Europäische Stammtafeln (J. A. Stargardt, vol. XII, p. 23), en 864 il s'enfuit en Italie puis en Souabie. Il est « Graf im Zürichgau » (comte du gau ou pagus de Zürich) de 872 à 876[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e (en) Charles Cawley, « Bernard », dans « Catalonia », ch. 2 : « Barcelona », section A : « Comtes de Barcelona », sur MedLands – Foundation for Medieval Genealogy (consulté le 1er juin 2019).
  2. a b et c Medlands, « Catalonia », Introduction.
  3. a et b (en) Charles Cawley, « Hunfrid [III] », dans « Swabia: German-speaking Switzerland » [Souabie : Suisse allemande], ch. 4 : « Chur-Rätien », section A : « Grafen in Chur-Rätien », sur MedLands – Foundation for Medieval Genealogy (consulté le 6 juin 2019).
  4. (en) Charles Cawley, « Hunfrid [III] », dans « Toulouse dukes », ch. 2 : « Dukes, marquis of Septimania (Gothie) », sur MedLands – Foundation for Medieval Genealogy (consulté le 6 juin 2019).
  5. Dom C. de Vic et Dom Vaissete, Histoire Générale de Languedoc, t. II, Paris, , 2e éd., p. 414. Cité dans Medlands, « Catalonia », Introduction.
  6. a et b (en) Charles Cawley, « Infante don Ramón de Aragón (Alphonse II d'Aragon, 1157-1195) », dans « Aragon, kings », ch. 3 : « Kings of Aragon (Condes de Barcelona) », section A : « Kings of Aragon 1137-1410 », sur medlands - Foundation for Medieval Genealogy (consulté le 4 décembre 2017).
  7. « Infante don Jaime de Aragón (Jacques Ier d'Aragon, 1208-1276) », sur medlands (consulté le 4 décembre 2017).
  8. « Infante don Pedro de Aragón (Pierre III d'Aragon, 1239-1285) », sur medlands (consulté le 4 décembre 2017).
  9. « Infante don Alfonso de Aragón (Alphonse III d'Aragon, 1265-1291) », sur medlands (consulté le 4 décembre 2017).
  10. « Infante don Jaime de Aragón (Jacques II d'Aragon, 1267-1327) », sur medlands (consulté le 4 décembre 2017).
  11. « Infante don Alfonso de Aragón (Alphonse IV d'Aragon, 1299-1336) », sur medlands (consulté le 4 décembre 2017).
  12. a b et c « Infante don Pedro de Aragón (Pierre IV d'Aragon, 1319-1387) », sur medlands (consulté le 4 décembre 2017).
  13. « Infante don Fernando de Castilla y León (Ferdinand Ier d'Aragon, 1380-1416) », dans « Aragon, kings », ch. 5 : « Kings of Aragon 1412-1516 (Trastámara) », sur medlands (consulté le 4 décembre 2017).
  14. (es) « La visita de los condes de Barcelona tras el atentado yihadista », El Confidencial Digital,‎ (lire en ligne, consulté le 27 décembre 2017).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]