Masque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Masque (homonymie).
Masques au Carnaval de Venise.
Masque de Dionysos (IIe et Ier siècles av. J.-C.).
Masque de pierre néolithique, vers 7000 avant notre ère (Musée Bible et Terre Sainte, Paris)

Le masque, destiné à dissimuler, représenter ou imiter un visage, assure de nombreuses fonctions, variables selon les lieux et l'époque. Simple divertissement ou associé à un rite, œuvre d'art ou produit normalisé, il se retrouve sur tous les continents. Il est tantôt associé à des festivités (Halloween, Mardi gras), tantôt à une fonction (chamanisme, relique funéraire). Il peut aussi représenter des animaux tels que le chat représentant dans certain pays l'indépendance.

Fonction esthétique / ludique[modifier | modifier le code]

Masque ou mascaron Art Nouveau, Riga

Le masque, même lorsqu'il n'y exerce pas son rôle principal, constitue lui-même une œuvre d'art en tant qu'il est fait de recherches formelles. Des artistes comme Auguste Rodin ou Jean Carriès en sculptent ainsi sans leur impartir une autre fonction. Des masques originellement dévolus à des pratiques magiques ou mystiques inspirent également des peintres comme Georges Braque et Pablo Picasso au début du XXe siècle[1]. Néanmoins, le masque apparaît souvent comme l'élément d'un costume, un accessoire destiné à changer l'allure de son porteur. Sa signification se précise alors à la lumière d'événements particuliers, comme le théâtre ou la fête.

  • Des masques de théâtre, comme pour le théâtre grec antique et son héritier le théâtre latin, le théâtre masqué balinais, la commedia dell'arte, le japonais…
  • Des masques purement ludiques comme la bauta vénitienne en est un des plus célèbres. En cachant son visage aux personnes qu'il rencontre, le masque autorise son porteur à jouer un rôle tout différent de sa propre personnalité, avantage notamment recherché à l'occasion des carnavals et bals masqués. Ils peuvent aller du simple loup aux constructions les plus élaborées, en cuir, en papier mâché, en bois, peints, ornés de plumes et de joyaux.
  • Le masque de catcheur, devenu symbole du catch, surtout utilisé par les catcheurs mexicains (luchadores) pour lesquels cacher son visage avec un masque est une tradition.

En architecture, masque se dit aussi des représentations de visages d'homme ou de femme, dont on se sert dans les ornements de sculpture et de peinture. Le mascaron, de même racine, désigne plutôt les visages grimaçants ou menaçants, à valeur supposée apotropaïque.

Masque de protection[modifier | modifier le code]

masque de combat[modifier | modifier le code]

masque de sport[modifier | modifier le code]

masque de beauté[modifier | modifier le code]

Masque rituel[modifier | modifier le code]

Le masque peut être utilisé lors de cérémonies rituelles.

Le masque sert non seulement à cacher le visage mais aussi à représenter un autre être, différent de celui qui le porte. Cet être peut représenter tour à tour une force naturelle d'origine divine, un guérisseur ou un esprit, un ancêtre qui revient pour bénir ou pour punir, un esprit de la mort ou de la forêt.

en Afrique[modifier | modifier le code]

Réputée[2], le continent des masques...

en Asie[modifier | modifier le code]

en Océanie[modifier | modifier le code]

en Amérique[modifier | modifier le code]

en Europe[modifier | modifier le code]

Masque funéraire[modifier | modifier le code]

Un masque funéraire est un masque déposé de manière définitive sur le visage d'une personne décédée.

Masque mortuaire[modifier | modifier le code]

Un masque mortuaire est un moulage du visage de la personne morte.

Masque chamanique[modifier | modifier le code]

En chamanisme, l'officiant revêt une tenue cérémonielle, souvent accompagnée d'un masque.

Masque de la honte[modifier | modifier le code]

Certaines sociétés font revêtir un masque d'infamie à ceux qu'elle veut discréditer, comme une sorte de peine afflictive et infamante, au même titre que le pilori.

Masque de carnaval[modifier | modifier le code]

Il est compliqué de distinguer les masques pour le théâtre, ceux pour la danse et ceux du carnaval ou de toute fête participative, ou cérémonie de type culte à mystères, rite de passage, initiation.

Les masques de carnaval sont très répandus :

Les articles Character mask (en) et Charaktermaske (de) proposent une analyse marxiste du masque en tant que médiateur des contradictions sociales, dont Augusto Boal et le Théâtre de l'opprimé est une réalisation, et que Dario Fo a pratiqué]].

Masque de théâtre[modifier | modifier le code]

Masque tragique - Mosaïque romaine de Pompéi
Masque de théâtre Nô.

Masque de cinéma[modifier | modifier le code]

The Mask (film) (1994) est une bonne approche du rôle du masque au cinéma.

Autres[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Guy Freixe, Les Utopies du masque sur les scènes européennes du XXe siècle, éditions L'Entretemps, 2010. (ISBN 978-2-912877-66-6)
  • Michel Revelard et Guergana Kostadinova, Masques du monde, La Renaissance du Livre, Tournai, 2000
  • Marie-France Willaumez, Michel Revelard (dit.), Planète des masques, Communauté française de Belgique, Binche, 1995
  • Roger Caillois, Les Jeux et les Hommes (1958)
  • Yvonne de Sike, Les masques, rites et symboles en Europe, La Martinière, 1998
  • Geneviève Allard, Les masques, PUF, 1967
  • Claude Lévi-Strauss, La voie des masques, 1975
  • Jesus Dias, La peau et le masque, Métaillié, 1977
  • Karl Meuli (en)Masques suisses, 1943                

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]