Metal Gear Solid

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir MGS.
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le jeu vidéo Metal Gear Solid. Pour la série de jeux vidéo, voir Metal Gear Solid (série). Pour le film, voir Metal Gear Solid (film).
Metal Gear Solid
image

Éditeur Konami/Microsoft
Développeur Konami
Concepteur Hideo Kojima

Date de sortie PlayStation
Drapeau du Japon 3 septembre 1998
Drapeau des États-Unis 21 octobre 1998
Drapeau européen 26 février 1999

Réédition Metal Gear Solid IntegralDrapeau du Japon 25 juin 1999

+ voir § rééditions
Genre Action, infiltration
Mode de jeu Un joueur
Plate-forme
Ordinateur(s)
Console(s)
Média 2 CD-ROM
Téléchargement (PSN)
Langue Textes et voix en français
Contrôle Manette
Clavier et souris

Évaluation ESRB : 17+
PEGI : 18+
SELL : 16+

Metal Gear Solid (メタルギアソリッド, Metaru Gia Soriddo?), communément abrégé MGS, est un jeu vidéo d'infiltration créé par Hideo Kojima employé de Konami, sorti en 1998 sur PlayStation. Cette opus marque un tournant artistique dans la série : la simple vue de haut utilisée dans les anciens titres sur MSX est abandonnée au profit de la vue objective.

Tout en reprenant les grandes lignes du genre espionnage, le jeu emprunte de nombreux éléments aux films New York 1997, Los Angeles 2013, et Rambo ( ce dernier étant surtout visible dans Metal Gear Solid 3: Snake Eater ). L'intrigue tourne autour d'une arme de destruction massive, le Metal Gear

Metal Gear Solid fut porté sous Windows en 2000 et une nouvelle version du jeu, nommée Metal Gear Solid: The Twin Snakes, a été développée en 2004 par le studio Silicon Knights sur GameCube.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Metal Gear Solid est le premier jeu de la série en 3D, en vision cinéma au-dessus du personnage de Solid Snake dans les espaces dégagés, rappelant ainsi les jeux précédents. L'objectif du joueur est d'avancer dans les différentes zones d'une base militaire secrète en évitant de se faire repérer et déclencher l'alarme, qui s'active en entrant dans le champ de vision des gardes ou des caméras. Dans ce cas, le joueur entre en mode Alarme et doit rester hors d'atteinte des gardes pour passer en mode Évasion, durant lequel un chronomètre décompte jusqu'à zéro tant que Snake n'est pas repéré. Dès lors, le joueur est à nouveau en mode Infiltration.

Pour se cacher, Snake peut s'accroupir, ramper dans des passages au ras du sol, se plaquer au mur, taper sur le mur pour distraire les gardes, ou même se dissimuler dans des boîtes en carton. Pour repérer les ennemis, un écran radar affiche la topologie de l'environnement, l'emplacement des gardes et leur champ de vision (toutefois le radar n'est pas présent dans les modes les plus difficiles du jeu). Le joueur a alors le choix de se déplacer tout en restant invisible aux yeux des gardes, ou au contraire les affronter avec des armes à feu.

Régulièrement dans le jeu, Snake communique avec d'autres personnages via le Codec, un système radio permettant de dialoguer en visuel. Ses interlocuteurs sont spécialisés dans différents domaines et peuvent conseiller le joueur sur les armes, les techniques d'infiltration et les événements récents du jeu.

Le jeu[modifier | modifier le code]

Réalisation[modifier | modifier le code]

Les environnements sont variés et le résultat final est vraiment immersif. Le design des protagonistes est très poussé, les effets spéciaux d'extrêmement bonne facture, notamment le rendu de l'eau ainsi que les jeux d'ombres et de lumières qui sont particulièrement soignés.[réf. nécessaire]

L'histoire[modifier | modifier le code]

En février 2005, pendant un exercice sur l'île de Shadow Moses près des côtes de l'Alaska, un groupe de soldats génétiquement modifiés, les « soldats génomes », sous le commandement de l'unité Fox Hound se rebellent et prennent le contrôle des installations nucléaires. Le leader de la rébellion, Liquid Snake menace la Maison-Blanche d'un tir nucléaire si les restes de Big Boss, le plus grand soldat du XXe siècle, et un milliard de dollars ne leur sont pas remis.

À la demande du secrétaire à la défense, Roy Campbell, un ancien commandant de l'unité Fox Hound revient de sa retraite et demande l'aide de Solid Snake, un soldat d'élite, spécialiste de l'infiltration et ancien membre de Fox Hound, pour sauver les otages et éliminer la menace nucléaire. Solid Snake doit infiltrer le complexe aidé à distance par une équipe de spécialistes composé de Roy Campbell, Mei Ling, Naomi Hunter, Nastasha Romanenko et Master Miller.

Les otages
Un char M1 Abrams, à bord duquel Vulcan Raven affronte Solid Snake

Peu après avoir réussi à infiltrer le complexe, Snake localise les cellules où sont détenus Donald Anderson, le chef du DARPA (Defense Advanced Research Project Agency), et Meryl Silverburgh, une jeune recrue qui est la nièce du Colonel. Cependant Anderson meurt d'une crise cardiaque peu après lui avoir expliqué que seuls deux codes peuvent activer les armes nucléaires, qui seront tirés par un nouveau modèle de Metal Gear, REX ; l'un étant détenu par lui (mais qu'il aurait révélé après une intrusion mentale de Psycho Mantis dans son esprit), et l'autre par Kenneth Baker, le président d'ArmsTech. Meryl profitant d'un moment d'inattention du garde, Johnny Sasaki, s'enfuit avec l'aide de Snake.

Peu après, Snake trouve Kenneth Baker qui — après un duel entre Snake et Revolver Ocelot, auquel met fin un mystérieux ninja en coupant la main droite de Revolver Ocelot — lui explique que pour désactiver le Metal Gear, un tank mobile pouvant lancer des missiles nucléaires conçus sur l'ile, il doit se servir d'une carte qui a été confiée à Meryl. Baker meurt lui aussi d'une crise cardiaque, inquiétant Snake sur les raisons de ces morts subites.

Snake continue sa route, affronte Vulcan Raven, où il reçoit le support par Codec d'un dénommé Deepthroat, puis le mystérieux ninja (alias Gray Fox) et enfin, fait la rencontre d'Hal Emmerich appelé Otacon , un scientifique ayant participé au développement du Metal Gear. Meryl et Snake s'organisent alors pour rejoindre le hangar où se trouve le Metal Gear REX. De plus, Meryl donne à Snake la seule carte qu'on lui avait confiée. Sur la route, ils éliminent Psycho Mantis puis Meryl est sévèrement blessée par Sniper Wolf qui les a pris en embuscade. Snake se voit obligé de rebrousser chemin pour récupérer une arme de tir à distance (un PSG-1) mais à son retour, Meryl a disparu. Snake affronte Wolf et parvient à la mettre KO. Alors qu'il se dirige vers la position de Sniper Wolf, celle-ci fait irruption avec des soldats et le capture.

Le choix

Le leader présumé des terroristes, Liquid Snake révèle alors que lui-même et Solid sont deux frères, clones génétiques de Big Boss, issus du projet « Les Enfants Terribles » (en français dans le texte). Ce projet datant de 1972, avait pour but de créer le guerrier le plus puissant possible en utilisant comme modèle Big Boss, c'est-à-dire le plus grand soldat du XXe siècle. Les scientifiques ont ainsi pu obtenir après recherches les gènes caractérisants le soldat parfait. Un embryon de l'assistante japonaise Dr. Clark a été fécondé avec l'ADN de Big Boss et transférés dans l'utérus d'EVA, un autre membre des Patriotes, utilisée comme mère porteuse. Après plusieurs essais ratés ils réussissent enfin, huit clones ont été faits et seuls trois ont survécu officiellement : Solid Snake, Liquid Snake et Solidus Snake. Liquid avoue haïr Snake car celui-ci aurait reçu les gènes dominants de l'ADN de Big Boss alors que lui, n'aurait que les gènes récessifs et surtout aussi parce qu'il désirait se venger de son père Big Boss de lui avoir donné les gènes récessifs, désir qui lui a été ôté par Solid Snake. Snake est ensuite torturé par Revolver Ocelot qui cherche à obtenir des informations. Le joueur est alors soumis à un choix qui influencera la fin du jeu : il peut choisir de résister à la torture, ou d'abandonner. Il est ensuite emprisonné dans une cellule avec le cadavre de Donald Anderson, en état de décomposition.

En direction du Metal Gear

Snake s'échappe finalement grâce à Otacon et l'état de santé du garde, et parvient à rejoindre la porte du hangar où est entreposé le Metal Gear après avoir vaincu Liquid aux commandes d'un Hind-D et Sniper Wolf dans un second duel aux fusils à lunette. Master Miller le contacte alors pour lui annoncer qu'il soupçonne Naomi Hunter de travailler pour les terroristes, suite à des mensonges sur son passé. Solid rencontre alors Vulcan Raven. Celui-ci, blessé et sur le point de rendre son dernier souffle, lui révèle que le chef du DARPA qu'il avait vu mourir était en fait Decoy Octopus déguisé. Snake et Roy Campbell sont ensuite informés par Miller que Naomi a envoyé à plusieurs reprises des messages codés vers l'île de Shadow Moses ; Miller l'accuse donc d'être une traîtresse à la solde de Fox Hound. Il révèle aussi que Snake est le porteur du virus FoxDie, un virus génétiquement modifié permettant de tuer, en simulant une crise cardiaque, des personnes spécifiques qui rentrent en contact avec le virus ou le porteur.

Snake atteint le Metal Gear, et rejoint la salle de contrôle. Otacon, qui a réussi à pirater les fichiers concernant le Metal Gear, explique à Snake le secret de la carte. Conçu dans un matériau thermo-déformable, cette carte change de forme suivant sa température. Snake utilise donc sa carte trois fois après avoir pris soin de la faire changer de température.

La destruction du Metal Gear

Une alarme se déclenche aussitôt confirmant l'activation des armes nucléaires. Au grand désarroi de Solid Snake, Miller révèle sa véritable identité, Liquid Snake, et lui explique alors comment il l'a manipulé depuis le début ; le chef du Darpa était mort sous la torture avant d'avoir révélé son code de mise à feu, Baker leur avait avoué l'existence des trois clés avec lesquelles Solid Snake vient d'activer l'arsenal nucléaire au lieu de l'arrêter. Il lui fait également comprendre que le seul but de son intervention était de tuer toute l'unité Fox Hound avec le virus FoxDie, ce qui aurait permis au gouvernement de récupérer REX intact et sans incident.

Liquid prend alors place dans le cockpit du Metal Gear REX. Il ne reste plus qu'une seule solution à Solid pour enrayer la menace nucléaire : le détruire. Le combat commence, et alors que Liquid prend le dessus, le ninja fait son apparition. Il révèle à Snake qu'il est Deepthroat, et qu'il n'est autre que celui qui avait adopté Naomi après avoir tué ses parents. Puis, Gray Fox détruit le radar du Metal Gear au prix de sa propre vie. Liquid, privé de radar et obligé d'ouvrir le cockpit s'il ne veut pas rester aveugle, s'expose ainsi au danger. Enfin, Snake réussit à détruire le Metal Gear mais perd connaissance après l'explosion occasionnée par la destruction du Metal Gear.

À son réveil sur le haut de la carcasse du Metal Gear, Liquid lui parle du projet « Les enfants terribles » et lui montre le corps inanimé de Meryl (suivant le choix effectué pendant la séance de torture, Meryl est vivante ou non, vivante si le joueur était parvenu à résister, morte sinon). Campbell rentre alors en contact avec Snake pour lui expliquer qu'il avait été démis de ses fonctions par le Secrétaire à la Défense Jim Houseman qui a l'intention de lâcher une ogive nucléaire sur le site afin de supprimer toute trace de la rébellion. Liquid, avide de revanche, engage un combat au corps à corps avec Solid Snake qui parvient à pousser Liquid dans le vide. Snake retrouve ensuite soit Meryl, soit Otacon (suivant le choix effectué lors de la séance de torture). Ils prennent place dans une Jeep et s'engagent dans un tunnel rejoignant la sortie. Cependant, Liquid est lui aussi dans une Jeep à leurs trousses. Après un affrontement violent tout le long du tunnel, les deux jeeps se percutent et se renversent à la sortie du tunnel. Liquid, qui n'est toujours pas mort, est sur le point d'achever Snake, mais il meurt, brutalement frappé par le virus FoxDie.

Finalement, Campbell qui a retrouvé ses pouvoirs sur l'impulsion du président George Sears annule le tir nucléaire, et aide Snake à disparaître dans la nature et à le faire passer pour mort (noyé dans l'Arctique).

L'appel téléphonique

Peu après les crédits, le joueur peut entendre une discussion téléphonique entre Revolver Ocelot et un interlocuteur dont on n'entend pas la voix. Le joueur apprend alors que Liquid était dans l'erreur et que c'était lui qui possédait les gènes supérieurs à Snake. Ocelot déclare aussi qu'il est en possession des données des exercices du Metal Gear et qu'il est sur le point de les vendre sur le marché noir. La conversation continue dans le cas où le joueur a résisté à la torture, et l'on apprend alors que l'interlocuteur d'Ocelot est le troisième clone de Big Boss. De plus, Ocelot termine la conversation en disant : « Oui. Merci. Au revoir… M. le Président. »

Le jeu suivant dans la série explique cet étrange appel : Solidus Snake, troisième clone né du projet « Les Enfants Terribles », était à cette époque le 42e Président des Etats-Unis sous le nom de George Sears.

L'île de Shadow Moses[modifier | modifier le code]

L'intrigue du jeu se déroule intégralement sur l'île de Shadow Moses, une ile imaginaire, située dans un archipel réel : l'archipel Fox (en Alaska) qui abrite des installations militaires. De par son isolement, ce site a été choisi par le gouvernement des États-Unis d'Amérique comme centre de recyclage d'armes nucléaires et comme site de test de nouvelles technologies nucléaires.

En collaboration avec le Darpa, la société ArmsTech y élabore un Metal Gear ; et parmi les ingénieurs travaillant sur ce projet se trouve Hal Emmerich.

L'installation comprend un hangar à tanks, un entrepôt d'ogives nucléaires désarmorcées, deux tours jumelles de communication de trente étages chacune, avec une parabole de cinq mètres de diamètre au sommet, et plusieurs entrepôts souterrains dont un donnant vers un accès sous-marin à la base.

Doublage[modifier | modifier le code]

Français[modifier | modifier le code]

Anglais[modifier | modifier le code]

Japonais[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

Après la production du jeu Policenauts en 1994, Hideo Kojima envisage de revenir sur la licence Metal Gear. Il a alors vent du développement d'une console CD, celle qui sera la PlayStation, qui sera capable d'intégrer des cinématiques longues et des environnements 3D plus réalistes. Kojima voit alors une console capable de supporter un jeu à la hauteur de ses ambitions[1].

Yoji Shinkawa, que Kojima connait pour son travail de déboguage sur Policenauts, rejoint l'équipe de développement et est chargé de la modélisation des personnages et du Metal Gear Rex. Il prendra vite de l'ampleur en redéfinissant les apparences de Meryl, d'Otacon et du ninja, les éloignant des stéréotypes pensés par Kojima[1].

Toujours dans son approche cinématographique du jeu et afin de ne pas briser le rythme, Kojima fait le choix de créer des cinématiques vidéo utilisant le moteur 3D du jeu, là où la grande majorité des jeux de la même époque utilise des cinématiques pré-calculées[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Metal Gear Solid reprend de nombreuses idées scénaristiques déjà présentes dans Metal Gear 2 comme événements du jeu, comme l'affrontement à 4 contre 1 dans un ascenseur ou les appels radio anonymes[1].

Grâce à la possibilité d'intégrer des cinématiques longues, Kojima écrit l'intrigue du jeu en la rendant moins explicite. Il souhaite en effet depuis longtemps délivrer un message à travers ses jeux, et Metal Gear Solid lui donne les moyens techniques. Pour cet opus, il choisit de parler de l'héritage laissé par les générations passées et de ce qu'on en tire, notamment la figure paternelle[1]. Il parle également des dangers de la dérive scientifique, notamment du clonage[1].

Musique[modifier | modifier le code]

La bande originale du jeu a été principalement composée et interprétée par le Konami Computer Entertainment (KCE) Sound Team Japan (comprenant Takanari Ishiyama, Gigi Meroni, Kazuki Muraoka, Lee Jeon Myung et Hiroyuki Togo)[2]. Exception est faite du Metal Gear Solid Main Theme, composée par TAPPY, et la chanson The Best Is Yet to Come, composée par Rika Muranaka et interprétée par Aoife Ní Fhearraigh. Cette chanson a d'abord été écrite en japonais par Muranaka avant d'être traduite en Irlandais par Bláthnaid Ní Chufaigh[3].

Le disque est édité au Japon le 23 septembre 1998, trois semaines après la sortie japonaise du jeu[4],[5],[6]

Réception critique[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes reçues

Presse numérique
Média Note
GameSpot (US) 8,4/10 (PC)[7]
IGN (US) 9/10 (PC)[8]
Agrégateurs de notes
Média Note
GameRankings 93,75 %[9]
Metacritic 94 %[10]

Si le jeu a fait l'unanimité des joueurs et critiques sur PlayStation, sur compatible PC le jeu n'ayant été édité que plus tard, les réactions furent plus mitigées.


  • Des références à l'univers de Hideo Kojima et de la PlayStation sont disséminées tout au long du jeu.
    • Dans la salle des ordinateurs, on peut voir une PlayStation sur un des bureaux, et des posters du jeu vidéo Policenauts sur les murs.
    • Avant l'affrontement contre Psycho Mantis, le télépathe va lire les pensées du joueur (en fait la carte mémoire) et donner des informations sur les sauvegardes des autres jeux Konami (Suikoden, Castlevania, ...)
    • Durant le même affrontement, un écran noir apparaîtra, avec le mot HIDEO en vert, à la place de VIDEO.
    • Tout au long des couloirs, pour peu que le joueur a récupéré l'appareil photo, il pourra prendre des photos sur lesquelles peuvent apparaître les visages de l'équipe du jeu, nommés « Fantômes », que le joueur aura la possibilité d'exorciser (supprimer de l'image).
  • C'est également dans ce jeu qu'apparait pour la première fois Johnny Sasaki, un soldat très sensible au froid. Apparaissant nu, son arrière-train et son pénis sont savamment floutés.
  • Hideo Kojima est dans le Guinness World Records pour avoir utilisé l'infiltration comme élément principal de gameplay, et le jeu l'est aussi pour incarner la meilleure utilisation possible de la manette de PlayStation dans un jeu vidéo, en référence au combat contre Psycho Mantis ( édition 2008 )

Équipe de développement[modifier | modifier le code]

Rééditions[modifier | modifier le code]

Logo de Metal Gear Solid Integral

Metal Gear Solid Integral[modifier | modifier le code]

Metal Gear Solid Integral est un jeu vidéo d'action-infiltration développé et édité par Konami, sorti le au Japon sur PlayStation. Il s'agit de la version internationale de Metal Gear Solid avec des contenus additionnels et un disque supplémentaire contenant des missions additionnelles (les « VR missions »). Les contenus additionnels incluent de nouveaux costumes, le mode de difficulté « très facile » et trois modes de jeu, dont un utilisant la PocketStation.

Les missions supplémentaires sont également sorties en dehors du Japon dans une extension intitulée Metal Gear Solid : Missions spéciales (Metal Gear Solid: VR Missions aux États-Unis). Elles incluent des missions d'entraînement au combat et à la furtivité, dans l'esprit de la saga Metal Gear. Il y a également du contenu moins sérieux, comme des enquêtes sur des meurtres, des batailles contre des ovnis ou des soldats géants. Le joueur peut également contrôler le soldat Gray Fox. Une preview de Metal Gear Solid 2: Sons of Liberty et un mode photo de Mei Ling et Naomi Hunter sont aussi proposés.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Nicolas Courcier et Mehdi El Kanafi, Metal Gear Solid : Une œuvre de Hideo Kojima, Pix'n Love,‎ février 2012 (ISBN 978-2-919719-04-4)
  2. (en) « Metal Gear Solid (1998) (VG) - Full cast and crew », Internet Movie Database
  3. (en) « Metal Gear Solid Original Game Soundtrack: Booklet 2 », Game-OST (consulté en 2009-03-15)
  4. (en) « Metal Gear Solid Original Game Soundtrack », Game-OST (consulté en 2009-03-15)
  5. (en) « Metal Gear Solid Original Game Soundtrack », Soundtrack Central (consulté en 2009-03-15)
  6. (en) « Metal Gear Solid Original Game Soundtrack », Chudah's Corner (consulté en 2009-03-15)
  7. (en) « Metal Gear Solid », sur GameSpot
  8. (en) « Metal Gear Solid », sur uk.ign.com
  9. (en) « Metal Gear Solid », sur Gamerankings
  10. (en) « Metal Gear Solid », sur Metacritic

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]