Barby (Savoie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barby.
Barby
Vue de l'agglomération.
Vue de l'agglomération.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Chambéry
Canton Saint-Alban-Leysse
Intercommunalité Chambéry métropole - Cœur des Bauges
Maire
Mandat
Catherine Chappuis
2014-2020
Code postal 73230
Code commune 73030
Démographie
Gentilé Barbysiens
Population
municipale
3 326 hab. (2014)
Densité 1 341 hab./km2
Population
aire urbaine
220 118 hab. (2013)
Géographie
Coordonnées 45° 34′ 20″ nord, 5° 58′ 42″ est
Altitude Min. 292 m – Max. 655 m
Superficie 2,48 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte administrative de Savoie
City locator 14.svg
Barby

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte topographique de Savoie
City locator 14.svg
Barby

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Barby

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Barby
Liens
Site web barby73.fr

Barby est une commune française située dans le département de la Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

La commune fait partie de l'agglomération chambérienne et de Chambéry métropole - Cœur des Bauges.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La commune de Barby est située au sud-est de l'agglomération chambérienne, à l'ouest et au pied du massif des Bauges en direction de Curienne et des stations de ski du domaine Savoie Grand Revard.

Son territoire est modeste, d'une superficie de 2,48 km2 (248 hectares), répartis sur un terrain plat à l'ouest et plus collineux à l'est en montant jusqu'à La Roche, premier sommet des Bauges. Son altitude répartie de 292 à 655 mètres induit ainsi un dénivelé de quelques 360 mètres.

Aucun cours d'eau ne traverse la commune, même si la Leysse passe à moins d'un kilomètre au nord-ouest, mais sur la commune de Saint-Alban-Leysse. Toutefois, cette dernière marque la séparation entre Barby et la commune de Saint-Jean-d'Arvey sur quelques centaines de mètres seulement, au niveau du lieu-dit du Bout du Monde.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Barby possède plusieurs communes limitrophes, parmi lesquelles Saint-Jean-d'Arvey au nord, Curienne du nord-est au sud-est, Challes-les-Eaux au sud, la Ravoire à l'ouest - sud-ouest et Saint-Alban-Leysse à l'ouest - nord-ouest.

Communes limitrophes de Barby
Saint-Alban-Leysse Saint-Jean-d'Arvey Curienne
Saint-Alban-Leysse, La Ravoire Barby Curienne
La Ravoire Challes-les-Eaux Curienne

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Barby n'accueille sur son territoire aucun axe routier majeur de type « itinéraire important ». La nationale 6 (devenue D 1006) passe toutefois à l'extrémité sud de la commune, mais joint la Ravoire à Challes-les-Eaux sans entrer dans la commune.

La départementale 11 joignant Chambéry à Cruet via Curienne et la Thuile dans le massif des Bauges, débute toutefois l’ascension de La Roche à Barby (où celle-ci marque par ailleurs cinq virages en lacets).

Niveau autoroutier, la nationale 201 (la voie rapide urbaine de Chambéry) permet de joindre Barby via ses sorties 18 vers les Bauges et 19 vers la Ravoire, situées à 2 ou 3 kilomètres. La V.R.U marque la continuité entre les autoroutes A41 et A43 permettant de rallier les villes de Lyon, Grenoble, Annecy et Turin en Italie, en plus des vallées alpines Tarentaise et Maurienne.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Bus[modifier | modifier le code]

Un bus du réseau STAC, dans le centre-ville de Barby, en février 2017.

Le territoire communal est desservi par trois lignes du réseau de bus STAC, géré conjointement par Chambéry Métropole - Cœur des Bauges et Transdev Chambéry. Les lignes concernées sont :

  • la ligne   B  , qui arrive sur le territoire depuis le sud-ouest et dispose de son terminus à proximité de la frontière est, relie la commune au parc-relais de la Maison Brûlée à Sonnaz via le centre-ville de Chambéry. Outre son terminus (“Roc Noir”), elle dessert six arrêts dans la commune (“Collège Jean Mermoz”, “Barby Centre”, “Monférine”, “Clos Dupuy”, “Rochettes” et “Chaffat”).
  • la ligne  6 , qui entre sur le territoire communal par le sud et en sort à l’ouest, relie Saint-Baldoph au centre commercial Gallion à Bassens. Elle dessert trois arrêts sur le territoire (“Barby Centre”, “Mairie Barby” et “Casselagnat”).
  • la ligne  13 , qui longe le territoire barbysien à l’ouest avant de le traverser pour rejoindre Curienne, relie le parc-relais de La Trousse, située à La Ravoire, à La Thuile. Cette ligne dessert trois arrêts dans la commune (“Panoramique”, “Côteau” et “Château de la Bâtie”). En heures creuses, cette ligne est assurée en transport à la demande, ce qui permet, en réservant son trajet jusqu’à deux heures avant l’heure souhaitée, d’être récupéré par un bus et déposé au parc-relais de La Trousse, d’où la ligne B assure des départs vers le centre-ville de Chambéry.

Le dimanche et les jours fériés, seule la ligne   B   circule. Le réseau de nuit ayant été supprimé dans le cadre du nouveau réseau, la commune ne voit plus de bus traverser son territoire après 22 ou 23 heures, selon les jours.

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

Barby ne possède aucune ligne ni gare ferroviaire. La ligne la plus proche est la ligne de la Maurienne de Culoz à Modane passant à environ deux kilomètres plus à l'ouest. La gare la plus proche est pour sa part la gare de Chambéry-Challes-les-Eaux, située à environ 5 km au nord-ouest. La gare permet un accès direct par TGV avec Paris, Turin et Milan, et par TER Rhône-Alpes avec Lyon, Grenoble, Annecy, Genève et les vallées alpines.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom est mentionné anciennement sous les formes Balbiacus dans un acte estimé vers 1010 (Villa que dicitur Balbiacus), puis Balbeio et Balbir au siècle suivant, Balbiaco et Barbie au XIVe siècle[1],[2].

Le toponyme remonterait à un type gallo-roman *Balbiacus, basé peut-être sur l'anthroponyme Balbius avec le suffixe -acum, reprenant l'analyse du chanoine Adolphe Gros[1],[2].

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Barbi, selon la graphie de Conflans[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Ancien village, la commune s'est très fortement développée au cours des années 1960 et 70, avec de nombreux immeubles de logements sociaux (Clos Gaillard, Les Épinettes). Cela lui permet d'ailleurs de faire partie des seuls villages du département à dépasser les 30 % de logements sociaux.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Les électeurs de la commune de Barby portent leur suffrage traditionnellement à gauche sur l'échiquier politique.

Résultats des derniers scrutins électoraux
1er score 2e score Participation
Élections européennes de 2014 19,16 % pour Jean-Marie Le Pen (FN) 18,94 % pour Renaud Muselier (UMP) 49,66 %
Élections municipales de 2014 61,49 % pour Catherine Chappuis (PS) 38,50 % pour Pascal Bouvier (SE) 63,56 %
Élection présidentielle de 2012 55,58 % pour François Hollande (PS) 44,42 % pour Nicolas Sarkozy (UMP) 83,61 %
Élections législatives de 2012 61,09 % pour Bernadette Laclais (PS) 38,91 % pour Christiane Brunet (DVD) 57,87 %
Élections européennes de 2009 23,83 % pour Françoise Grossetête (UMP) 21,62 % pour Michèle Rivasi (EELV) 44,00 %
Élections régionales de 2010 57,69 % pour Jean-Jack Queyranne (PS) 28,90 % pour Françoise Grossetête (UMP) 53,22 %
Élections cantonales de 2008 57,78 % pour Jean-Pierre Burdin (PRG) (élu au 1er tour) 19,81 % pour Christiane Nantois (DVD) 60,16 %
Référendum français sur le traité établissant une constitution pour l'Europe 50,30 % pour le Oui 49,70 % pour le Non 71,18 %

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de Barby se compose du maire, de six adjoints et de 16 conseillers municipaux.

Voici ci-dessous le partage des sièges au sein du conseil municipal :

Groupe Maire Effectif Statut
Barby Solidarité et Avenir Catherine Chappuis 19 Majorité
Ensemble pour Barby Pascal Bouvier 4 Opposition

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1883   Monsieur le Chevalier Valentin Claraz   Fils aîné du docteur Balthazard Claraz
1912 1965 Marquis Jean-Baptiste Oncieu de la Bâthie   (1885-1965).
1965 mars 1989 Louis Besson DVG-PS (1937). Député, ministre
mars 1989 mars 2008 Roland Tissot PS Instituteur retraité
mars 2008 en cours
(au avril 2014)
Catherine Chappuis PS Fille de l'ancien maire Louis Besson

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Barbysiens[4] bien que le terme de Barbysins soit parfois également utilisé[5].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 3 326 habitants, en augmentation de 0,67 % par rapport à 2009 (Savoie : 3,73 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
200 224 230 219 270 292 308 290 288
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
247 252 241 260 256 263 258 246 242
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
249 276 272 270 290 309 328 550 1 884
1982 1990 1999 2004 2009 2014 - - -
2 672 3 080 2 958 3 287 3 304 3 326 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château de la Bâtie sur les hauteurs.
  • Parc Malatray
Ancienne propriété privée, acquise par la commune, le parc Malatray est un petit havre de paix au pied de la colline des Chavonnes, avec son bassin et ses arbres centenaires. Il comporte un parcours botanique, des aires de pique-nique et des jeux pour enfants.
Situé au pied du mont Peney, à 1 km au nord, sur un éperon rocheux au-dessus de Barby, dominant un coude formée par la Leysse, le château de la Bâtie ou château de la Bâtie-Seyssel, est un ancien château fort du XIIIe siècle, restauré au XVIe siècle. Élevé sur les hauteurs de la ville, il reste toutefois le principal attrait de la commune. Le panorama qu'il offre sur la vallée de Chambéry y est pour quelque chose. Mais cette ancienne forteresse féodale est aussi l'une des mieux conservée de Savoie avec ses cinq tours et ses deux vestiges d'enceintes.
Le château de la Bâtie, sa grande terrasse ainsi que la salle basse devenue le grand salon, la cheminée de la salle des gardes et la mosaïque gallo-romaine, fait l’objet d’une inscription partielle au titre des monuments historiques depuis le [10].
  • Base militaire du Roc Noir
La commune accueille aussi le 13e bataillon de chasseurs alpins dans la base militaire du Roc Noir.

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune obtient le niveau « deux fleurs » au concours des villes et villages fleuris[11].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Louis Besson a été député-maire de cette commune avant d'être élu maire de Chambéry.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Henry Suter, « Barby », sur le site d'Henry Suter, « Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs » - henrysuter.ch, 2000-2009 (mis à jour le 18 décembre 2009) (consulté le 12 novembre 2016).
  2. a et b Adolphe Gros, Dictionnaire étymologique des noms de lieu de la Savoie, La Fontaine de Siloé (réimpr. 2004) (1re éd. 1935), 519 p. (ISBN 978-2-84206-268-2, lire en ligne), p. 48..
  3. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 19
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  4. « Barby », sur chambery-metropole.fr (consulté le 2 septembre 2013)
  5. « Circuit de la Miat, chemin des Amoureux », sur barby73.fr (consulté le 2 septembre 2013), p. 2
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. « Château de la Bâtie », notice no PA00118193, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  11. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 20 juillet 2014).