La Compôte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Compôte
La Compôte
Vue surplombante du village depuis la falaise de Sur Roche.
Blason de La Compôte
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Chambéry
Intercommunalité Grand Chambéry
Maire
Mandat
Jean-Pierre Fressoz
2020-2026
Code postal 73630
Code commune 73090
Démographie
Gentilé Compôtains
Population
municipale
260 hab. (2018 en augmentation de 7 % par rapport à 2013)
Densité 34 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 40′ 17″ nord, 6° 09′ 42″ est
Altitude Min. 662 m
Max. 1 954 m
Superficie 7,57 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Saint-Alban-Leysse
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
La Compôte
Géolocalisation sur la carte : Savoie
Voir sur la carte topographique de la Savoie
City locator 14.svg
La Compôte
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Compôte
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Compôte
Liens
Site web lacompote.info

La Compôte, nommée parfois localement La Compôte-en-Bauges, est une commune française située dans le département de la Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Commune de montagne du massif des Bauges et à ce titre membre du parc naturel régional du massif des Bauges.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La commune de La Compôte est située dans le massif alpin des Bauges, à l'est de Chambéry dans le département de la Savoie.

Commune de moyenne montagne dont l’altitude varie de 662 à 1 964 mètres en contrebas du mont Colombier (2 045 m) au sud, son territoire s'étend sur 7,57 km2 et est la seule commune du massif des Bauges à n’être constitué que d'un seul tenant constituant son chef-lieu[1].

Ce chef-lieu est situé au nord du territoire communal, le long du torrent Le Grand Nant et à proximité du Chéran dans lequel se jette le premier en contrebas du chef-lieu.

Enfin, la commune fait partie du parc naturel régional du massif des Bauges[2],[3].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La Compôte compte six communes limitrophes, toutes situées dans le massif des Bauges. L'une d'entre elles, Aillon-le-Jeune n'est limitrophe que par un quadripoint au mont Colombier.

Carte montrant La Compôte et les communes voisines.
La Compôte et les communes voisines.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune de La Compôte est traversée à proximité de son chef-lieu par l’ancienne Route nationale 511, aujourd'hui Route départementale 911, traversant les Bauges de Grésy-sur-Aix au nord d'Aix-les-Bains, à Saint-Pierre-d'Albigny au sud-ouest d'Albertville. Arrivant du Châtelard par le pont d'Escorchevel sur le Chéran, elle rejoint ensuite École et Sainte-Reine avant de quitter le massif par le col du Frêne.

Le chef-lieu est pour sa part traversée par la route départementale 60 qui se sépare de la RD 911 et rejoint la commune de Doucy-en-Bauges située plus au nord.

En matière de transport ferroviaire, les gares ferroviaires les plus proches sont celles de Chambéry, d'Aix-les-Bains (desservies par TGV depuis et vers Paris) et de Saint-Pierre-d'Albigny.

Pour le transport aérien, l'aéroport le plus proche est l'aéroport de Chambéry - Savoie, mais les aéroports internationaux de Lyon et Genève sont situés à une centaine de kilomètres chacun.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

La Compôte est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[4],[5],[6]. La commune est en outre hors attraction des villes[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (72,8 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (72,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (55,3 %), prairies (21,7 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (13,2 %), zones urbanisées (5,5 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (4,3 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune porte le nom de La Compôte ou Compôte-en-Bauges[10],[11]. Le toponyme proviendrait d'un patronyme, qui en latin compositus, compostus désignerait quelque chose de « bien rangé, bien orné, sage, prudent »[11],[12]. Il pourrait sinon provenir de l'ancien français compost, que l'on retrouve également dans le hameau de Compois sur le territoire de la commune suisse de Meinier, et qui désigne un « arrangement ; cadastre des biens immeubles d'une juridiction ou d'une communauté, registre qui contient un état des fonds sujets à la taille, redevance payée par plusieurs personnes pour l'utilisation en commun d'un bien (exemple pour faire paître du bétail) »[11].

La première mention du nom remonte vers 1090 avec Composta, selon Samuel Guichenon (p. 26)[11],[12]. Au XIVe siècle, le village est désigné sous le vocable Parrochia de Composte[11],[12].

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit La Konpouta, selon la graphie de Conflans[13].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 En cours
(au 30 juin 2020)
Jean-Pierre Fressoz    

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Compôtains[10].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[15].

En 2018, la commune comptait 260 habitants[Note 2], en augmentation de 7 % par rapport à 2013 (Savoie : +2,36 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
403410455522574583504511511
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
510512529548520535536561557
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
487485451447411455387327259
1982 1990 1999 2004 2009 2014 2018 - -
241249217217230251260--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le tavalan est une particularité du village, il s'agit d'un tronc de sapin courbé qui soutient un balcon en façade pour stocker les fagots de bois.

Les grangettes à foin sont également une curiosité de ce village. Elles sont construites dans la vallée à distance du village pour y stocker le foin et éviter le risque d'incendie.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michèle Brocard, Lucien Lagier-Bruno, André Palluel-Guillard, Histoire des communes savoyardes : Aix-les-Bains et ses environs - Les Bauges - La Chartreuse - La Combe de Savoie - Montmélian (vol. 2), Roanne, Éditions Horvath, , 463 p. (ISBN 978-2-7171-0310-6), p. 132. ([PDF] lire en ligne)
  • Laurent Morand, Les Bauges : histoire et documents : Peuple et Clergé (IIIe volume), Chambéry, Imprimerie savoisienne, , 684 p. (lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Office de tourisme du Cœur des Bauges, « La Compôte », sur lesbauges.com (consulté le ).
  2. Parc Naturel Régional du Massif des Bauges, « Les 65 Communes du Parc », sur parcdesbauges.com (consulté le ).
  3. Antoine Reille, Guide des parcs naturels régionaux : le patrimoine naturel, la vie traditionnelle, Delachaux et Niestlé, , 319 p. (ISBN 978-2-603-01151-5), p. 199.
  4. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. a et b « Compôte-en-Bauges », Accueil > Ressources > Communes, sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté en ), Ressources - Les communes.
  11. a b c d et e Henry Suter, « Compôte », sur le site d'Henry Suter, « Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs » - henrysuter.ch, 2000-2009 (mis à jour le 18 décembre 2009) (consulté en ).
  12. a b et c Chanoine Adolphe Gros, Dictionnaire étymologique des noms de lieu de la Savoie, La Fontaine de Siloé, (réimpr. 2004) (1re éd. 1935), 516 p. (ISBN 978-2-84206-268-2, lire en ligne), p. 138, Article « Compote (La) ».
  13. Lexique Français : Francoprovençal du nom des communes de Savoie : Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 21
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
    .
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.