Sonnaz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sonnaz
Sonnaz
Vue panoramique de la commune de Sonnaz, avec le lac du Bourget et le massif du Jura se distinguant au loin.
Blason de Sonnaz
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Chambéry
Intercommunalité Grand Chambéry
Maire
Mandat
Daniel Rochaix
2020-2026
Code postal 73000
Code commune 73288
Démographie
Gentilé Sonnaziens
Population
municipale
1 932 hab. (2018 en augmentation de 12,52 % par rapport à 2013)
Densité 285 hab./km2
Population
agglomération
220 118 hab. (2013)
Géographie
Coordonnées 45° 36′ 56″ nord, 5° 55′ 22″ est
Altitude Min. 271 m
Max. 680 m
Superficie 6,79 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Chambéry
(banlieue)
Aire d'attraction Chambéry
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Chambéry-1
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Sonnaz
Géolocalisation sur la carte : Savoie
Voir sur la carte topographique de la Savoie
City locator 14.svg
Sonnaz
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sonnaz
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sonnaz
Liens
Site web sonnaz.fr

Sonnaz est une commune française située dans le département de la Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Située au nord de la commune de Chambéry, Sonnaz est membre de la communauté d'agglomération de Chambéry métropole - Cœur des Bauges.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La commune de Sonnaz est située dans la cluse de Chambéry au pied du massif alpin des Bauges et non loin du mont du Chat dans le massif du Jura et du lac du Bourget. D'une superficie de 7,99 km2, la commune s'étend au nord de la commune de Chambéry, chef-lieu du département de la Savoie jusqu'au niveau de la rive sud du lac (qu'elle ne jouxte néanmoins pas car située trop à l'est). Elle couvre un territoire essentiellement composé de pâturages et de forêts, légèrement collineux. À cet égard, l'altitude de Sonnaz varie de 271 m à 680 m soit un dénivelé relativement limité en comparaison à la majorité des autres communes de Savoie, d'autant que l’altitude maximale est limitée au chaînon septentrional des Monts marquant l'extrémité sud des balcons de Pragondran et la limite est de la commune. L'altitude moyenne avoisine ainsi plutôt les 400 m.

En matière d'hydrographie, Sonnaz est principalement traversée du sud vers le nord par le Tillet. Il prend sa source au sud du roc Mandrin sous le nom d'Eau Blanche selon l'Institut national de l'information géographique et forestière (anciennement IGN), exactement à la limite sud-est de la commune, à 441 m d'altitude. Plus au centre, la commune est aussi en partie traversée par le Petit Canal du Tillet qui rejoint le Tillet au-delà de la limite nord de la commune.

Enfin, la commune de Sonnaz possède sa limite extrême sud-est à l'emplacement d'un col, le col de Saint-Saturnin situé au nord des Monts surplombant Chambéry.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune de Sonnaz est limitrophe de six communes que sont Chambéry, Méry, Saint-Alban-Leysse, Verel-Pragondran, Viviers-du-Lac et Voglans. Les plus longues limites sont partagées avec Méry au nord et à l'est et avec Chambéry au sud.

Limites administratives de Sonnaz.

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Hameaux de la commune.

Carte Sonnaz (OSM, 2014).png La commune de Sonnaz comprend plusieurs hameaux et lieux-dits au sein desquels toute nouvelle construction doit être effectuée. En effet, la commune n’autorise pas de constructions nouvelles qui ne soient pas à proximité de constructions existantes, le reste des terrains étant majoritairement des zones agricoles sans constructibilité prévue par le Plan local d'urbanisme[1].

Les 15 hameaux de Sonnaz, incluant son chef-lieu, sont[2] :

  • Autigny ;
  • le Chef-lieu ;
  • la Combette ;
  • le Crêt ;
  • l'Étigny ;
  • les Fourches ;
  • Montagny ;
  • les Moulins ;
  • les Pérouses ;
  • le Pessey ;
  • Pomaray ;
  • Ragès ;
  • Servennaz ;
  • Sonnaz le bas ;
  • la Touvière.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

La commune voit passer l'ancienne route nationale 491, aujourd'hui déclassée en route départementale 991. Débutant à Chambéry et se terminant dans l'Ain, cette route est principalement utilisée pour relier Chambéry et Aix-les-Bains, en passant par Sonnaz, Méry, Viviers-du-Lac et Drumettaz-Clarafond. Elle permet par ailleurs de doubler la route nationale 201 passant en contrebas, par Voglans et Tresserve.

La commune est par ailleurs traversée sur sa partie nord par l'autoroute A41 (nord). Les échangeurs les plus proches sont ceux de Chambéry à l’ouest et de Drumettaz-Clarafond (dit « Aix-les-Bains Sud ») au nord.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Un bus du STAC à Sonnaz en mars 2017.

La commune de Sonnaz est desservie par deux lignes du réseau de bus du Service de transport de l'agglomération chambérienne (STAC) de la communauté d'agglomération Chambéry Métropole - Cœur des Bauges, dont Sonnaz est membre. Il s'agit de la ligne no 10 qui dessert le chef-lieu et plusieurs hameaux, qui assure des départs réguliers en heures de pointe ou en Transport à la demande (TAD) en heures creuses, et de la ligne Chrono B, plus régulière mais dont le terminus est situé sur le Parc Relais de la Maison Brulée, à la limite sud de la commune. Cette seconde ligne descend vers le centre-ville de Chambéry, d’où elle poursuit sa route vers la commune de Barby. Les dimanches et jours fériés, la ligne 10 et le Transport à la demande (TAD) ne sont pas assurés.

Par ailleurs, la commune est également desservie en période scolaire par la ligne no 12 du réseau Ondéa de la communauté d'agglomération Grand Lac, qui relie Aix-les-Bains à Voglans via Sonnaz.

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

Sonnaz ne voit passer aucune ligne de chemin de fer sur son territoire. La ligne la plus proche est la ligne de Culoz à Modane (frontière) (aussi dite « ligne de la Maurienne »), suivant pour partie la RN 201 en contrebas, sur la commune de Voglans, à l'ouest.

La gare ferroviaire la plus proche sur cette ligne est la gare de Viviers-du-Lac située à une demi-douzaine de kilomètres au nord. Toutefois, cette-dernière n'est desservie quotidiennement que par un nombre limité de trains et permet le plus souvent de relier Chambéry ou Aix-les-Bains. Aussi, la gare la plus importante à proximité de la commune est la gare de Chambéry - Challes-les-Eaux, située à moins de dix kilomètres au sud de Sonnaz. Elle permet des liaisons par TGV vers Paris, Milan et Marseille durant les week-ends, et des liaisons régionales vers Lyon, Grenoble, Genève, Annecy et Bourg-Saint-Maurice et Modane pour les vallées de Savoie.

Transport aérien[modifier | modifier le code]

La commune est située à proximité de l'aéroport de Chambéry - Savoie situé à moins de cinq kilomètres à l’ouest, sur les communes de Voglans et du Bourget-du-Lac.

Il permet notamment des liaisons vers divers pays du nord de l’Europe, ainsi que vers Paris, durant la saison hivernale, en particulier les week-ends.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Sonnaz est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5]. Elle appartient à l'unité urbaine de Chambéry, une agglomération intra-départementale regroupant 35 communes[6] et 190 279 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[7],[8].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Chambéry dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 115 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[9],[10].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (70,8 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (79,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (67,3 %), zones urbanisées (20,7 %), forêts (7,7 %), terres arables (3,5 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (0,8 %)[11].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Sonâ, selon la graphie de Conflans[12].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Chef-lieu de la commune et mairie.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de Sonnaz se compose du maire, de quatre adjoints et de 10 conseillers municipaux.

Voici ci-dessous le partage des sièges au sein du conseil municipal :

Groupe Président Effectif Statut
Ensemble pour Sonnaz Daniel Rochaix 15 Majorité

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Résultats des derniers scrutins électoraux
1er score 2e score Participation
Élections européennes de 2014 26,00 % pour Renaud Muselier (UMP) 22,16 % pour Jean-Marie Le Pen (FN) 48,96 %
Élections municipales de 2014 100,00 % pour Daniel Rochaix (SE) - 55,53 %
Élections législatives de 2012 51,91 % pour Christiane Brunet (DVD) 48,09 % pour Bernadette Laclais (PS) 58,62 %
Élection présidentielle de 2012 54,65 % pour Nicolas Sarkozy (UMP) 45,35 % pour François Hollande (PS) 86,93 %
Élections cantonales de 2011 64,60 % pour Thierry Repentin (PS) 35,40 % pour Joëlle Regairaz (FN) 56,05 %
Élections régionales de 2010 46,52 % pour Jean-Jack Queyranne (PS) 37,52 % pour Françoise Grossetête (UMP) 60,54 %

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1925 1971 François Jarret ... ...
1971 1977 Hubert Parmentier ... ...
1977 1995 Roger Gandet DVG ...
1995 2008 Gérard Duval ... ...
Mars 2008 En cours
(au 30 juin 2020[13])
Daniel Rochaix SE ...
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[15].

En 2018, la commune comptait 1 932 habitants[Note 3], en augmentation de 12,52 % par rapport à 2013 (Savoie : +2,36 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
570580556884880994884892790
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
724668697707668648616575541
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
468462472465440453462459667
1982 1990 1999 2005 2010 2015 2018 - -
8499771 2221 2271 5101 7951 932--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune possède une école maternelle et élémentaire capable d'accueillir 178 élèves[18]. Elle comporte également une restauration scolaire. L'école est située dans l'académie de Grenoble, en zone A du calendrier scolaire[18].

Aucun autre établissement scolaire est implanté sur la commune. Il faut donc rejoindre Chambéry pour poursuivre ses études.

Santé[modifier | modifier le code]

Grâce à la proximité de la préfecture savoyarde, le village bénéficie de nombreux services de santé.

Cultes[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Donat.

Parmi les lieux de culte que compte la commune figurent notamment l’église Saint-Donat, dédiée à Donat d'Arezzo[19], et l'oratoire Saint-François-de-Sales.

Ces lieux de culte dépendent de la paroisse Saint-François de Sales des Hauts de Chambéry, du doyenné de La Motte-Servolex et de l'archidiocèse de Chambéry, Maurienne et Tarentaise[20].

Si l'église accueille plusieurs offices annuellement, une seule messe de plein air est célébrée chaque année depuis 2005 à proximité de l'oratoire, un dimanche de juillet[19].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château de Sonnaz, de style médiéval (construction XVe, XVIe et XVIIe siècles) situé au nord du chef-lieu. Propriété privée et fermée au public. Logo monument historique Inscrit MH (1979, partiellement)[21] ;
  • L'église Saint-Donat au chef-lieu, bâtie en 1846 en remplacement d'une église devenue trop petite et mal entretenue[19] ;
  • L'oratoire Saint-François-de-Sales, au niveau des Pérouses ;
  • La chapelle Notre-Dame-de-Grâce, à Ragès.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Sonnaz Blason
Écartelé en sautoir: au 1er d'azur au château d'or, au 2e d'or à la grue avec sa vigilance de sinople, brochant sur des joncs du même, au 3e d'or à la branche de châtaignier de sinople posée en pal et au sanglier passant de sable passant et brochant, au 4e d'azur à la gerbe de blé d'or et au pic de mineur de sable, posé en bande et brochant sur la gerbe; au sautoir de gueules brochant sur la partition chargé d'une épée d'or posée en bande et passée en sautoir avec sa gaine du même.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Observatoire des Territoires de la Savoie, Préfecture de la Savoie, « Carte du Plan local d'urbanisme de la commune de Sonnaz », sur observatoire.savoie.equipement-agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  2. Commune de Sonnaz, « Hameaux et lieux-dits », sur sonnaz.fr (consulté le ).
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Unité urbaine 2020 de Chambéry », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  7. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  8. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  9. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Chambéry », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  11. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  12. Lexique Français : Francoprovençal du nom des communes de Savoie : Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 22
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
    .
  13. « Qui sont les 38 maires des communes de Grand Chambéry ? », Le Dauphiné libéré, édition Savoie, (consulté le ).
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  18. a et b « École primaire et publique - Sonnaz (73) », sur Education nationale (consulté le ).
  19. a b et c Anne-Catherine Putz et Albert Varon, « Sonnaz : l'église et l'oratoire » [PDF], sur sonnaz.fr (consulté le ).
  20. Église Info, « Église de Sonnaz », sur egliseinfo.catholique.fr (consulté le ).
  21. « Château », notice no PA00118309, base Mérimée, ministère français de la Culture.