Le Châtelard (Savoie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Châtelard.

Le Châtelard
Le Châtelard (Savoie)
Vue de la commune dans le massif des Bauges.
Blason de Le Châtelard
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Chambéry
Canton Saint-Alban-Leysse
Intercommunalité Grand Chambéry
Maire
Mandat
Pierre Hémar
2014-2020
Code postal 73630
Code commune 73081
Démographie
Gentilé Castellardinois
Population
municipale
671 hab. (2015 en augmentation de 1,98 % par rapport à 2010)
Densité 37 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 41′ 10″ nord, 6° 08′ 16″ est
Altitude Min. 608 m
Max. 1 920 m
Superficie 18 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte administrative de la Savoie
City locator 14.svg
Le Châtelard

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte topographique de la Savoie
City locator 14.svg
Le Châtelard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Châtelard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Châtelard

Le Châtelard, dit localement le Châtelard-en-Bauges, est une commune française située dans le département de la Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Lieux d'habitation : Chef-Lieu ; Pré de Foire ; Les Granges ; Le Champet ; Montlardier ; Les Sauges ; Attilly ; Le Villaret ; Chez Viviand ; Les Garins.

Le Châtelard est le chef-lieu de canton des Bauges. Son vieux bourg particulièrement pittoresque s'accroche aux derniers contreforts du mont Julioz et son clocher se dresse dans l'échancrure qui sépare les Bauges-Devant et les Bauges-Derrière.

Sur l'autre rive du Chéran se dresse superbement les montagnes de Rossanaz (1 891 m) et Poyez, dont le profil dessine la tête de l'homme et la tête de la femme (vue du hameau « Chez Viviand »).

Communes limitrophes de Le Châtelard
Lescheraines La Motte-en-Bauges Bellecombe-en-Bauges
Le Châtelard Doucy-en-Bauges
Aillon-le-Vieux La Compôte

Toponymie[modifier | modifier le code]

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Le Shotèlor, selon la graphie de Conflans[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, le château du Châtelard est le siège d'une châtellenie.

Amédée V, comte de Savoie, octroie des franchises au bourg du Châtelard en 1301[2]. Celles-ci seront renouvelées en 1324 par son fils Édouard de Savoie, confirmées en 1391-1392 par Bonne de Bourbon, et encore à plusieurs reprises au cours des siècles suivants[3].

Au XVe siècle, Jean du Châtelard possède une grange se composant de deux membres[4],[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1805 1806 Boisson[6]    
1860 1870 Pierre Antoine Burgos    
1870 1874 Louis Therme    
1874 1874 Jean François Aymonier    
1874 1878 Charles François Aymonier    
1878 1902 Denis Therme    
1902 1938 Charles Luc Therme    
1938 1945 Jean Joseph Blambert    
1945 1947 Jean Chainey    
1947 1949 Robert Jandet    
1949 1953 Louis Cochet    
1953 1965 Jean Bertoin    
1965 1995 Henri Bouvier    
1995 2014 Paul Casiez    
mars 2014 en cours
(au avril 2014)
Pierre Hemar    

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[8].

En 2015, la commune comptait 671 habitants[Note 1], en augmentation de 1,98 % par rapport à 2010 (Savoie : +3,19 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
9339741 0241 1201 1631 123933964958
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
916935912861857861817771758
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
663651609526493504483454444
1982 1990 1999 2004 2009 2014 2015 - -
463491546595645661671--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (23,4 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (21,6 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,5 % contre 48,4 % au niveau national et 49,2 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,1 %, 15 à 29 ans = 11,4 %, 30 à 44 ans = 22,7 %, 45 à 59 ans = 22,4 %, plus de 60 ans = 22,3 %) ;
  • 49,5 % de femmes (0 à 14 ans = 18,8 %, 15 à 29 ans = 13,4 %, 30 à 44 ans = 25 %, 45 à 59 ans = 18,2 %, plus de 60 ans = 24,6 %).
Pyramide des âges à Le Châtelard en 2007 en pourcentage[11]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90  ans ou +
0,9 
9,6 
75 à 89 ans
12,3 
12,5 
60 à 74 ans
11,4 
22,4 
45 à 59 ans
18,2 
22,7 
30 à 44 ans
25,0 
11,4 
15 à 29 ans
13,4 
21,1 
0 à 14 ans
18,8 
Pyramide des âges du département de la Savoie en 2007 en pourcentage[12]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90  ans ou +
1,1 
5,9 
75 à 89 ans
9,3 
12,7 
60 à 74 ans
13,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,3 
21,9 
30 à 44 ans
20,9 
18,9 
15 à 29 ans
17,0 
19,2 
0 à 14 ans
17,6 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château du Châtelard, situé sur un promontoire, ancien château fort du XIe siècle, au Moyen Âge centre de la seigneurie et de la châtellenie (1272-1511) du Châtelard, puis siège d'un marquisat en 1639, aujourd'hui en ruines.
  • Maison forte de l'Étoile, installée à l'extrémité sud du château, en rive droite du Chéran, siège d'une châtellenie (1504-1514). Possession des familles de Leschaux, de Montmayeur, de Miolans, de Saluces, de Faussone de la Bottega, puis à la famille de Lescheraine (1689)[13]. Edifice disparu.
  • Centre de vacances appartenant à la commune d'Auby (Nord).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 21
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  2. Léon Ménabréa, Article « De la marche des études historiques en Savoie et en Piémont, depuis le XIVe siècle jusqu'à nos jours, et des développements dont ces études seraient encore susceptibles », Mémoires (n°1, IX), Académie de Savoie, , p. 354. Voir aussi Article de Ruth Mariotte-Löber « Ville et seigneurie : Les chartes de franchises des comtes de Savoie: fin XIIe siècle-1343 », Mémoires et Documents (Vol. 4), Académie florimontane - Librairie Droz, .
  3. Henri Bouvier, Histoire du Châtelard-en-Bauges, La Fontaine de Siloé, Collection « Les Savoisiennes », (ISBN 2-84206-050-4 et 9782842060503), p. 12.
  4. Archives départementales de la Savoie, SA 265 f6,f, 44-45.
  5. Élisabeth Sirot, Noble et forte maison - L'habitat seigneurial dans les campagnes médiévales du milieu du XIIe au début du XVIe, Editions Picard, (ISBN 9782708407701), p. 93
  6. Annuaire statistique du département du Mont-Blanc pour l'an XIV (1805-1806), rédigé par Mr Palluel, secrétaire de la préfecture, Chambéry, page 19 (lire en ligne).
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  11. « Évolution et structure de la population à Le Châtelard en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 19 août 2011)
  12. « Résultats du recensement de la population de la Savoie en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 19 août 2011)
  13. Bouvier 1997, p. 33 (lire en ligne).
  14. Notes : Entre dans l'Infanterie de Marine le 3 juillet 1862, Sous-Lieutenant le 1er octobre 1868, Lieutenant le 10 juin 1871, Capitaine le 12 décembre 1878. Au 1er janvier 1881, Hors-cadre, en résidence en Cochincine, Administrateur de 1re classe (voir LE MYRE DE VILERS, Gouverneur) Sources : - personne : Annuaire de la Marine et des Colonies 1er janvier 1881 au 1er janvier 1869, Sous-Lieutenant, il était attaché au 2e RIMA de BREST- le commandant étant le Colonel d'Infanterie de Marine François VALIÈRE... Également que postérieurement au 1er janvier 1881, il a été décoré de la Légion d'Honneur - dossier cote L0083041 des Archives nationales. Cordialement Gilles JOGERSTE. Aymonier était en 1883 capitaine d'infanterie de marine, administrateur de première classe des affaires indigènes en Cochinchine, puis en 1887, chef de bataillon d'infanterie de marine chevalier de la légion d'honneur le 28/10/1882 officier de la légion d'honneur le 30/12/1886