Aloysius Bertrand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bertrand et Louis Bertrand.
Aloysius Bertrand
Description de cette image, également commentée ci-après

Buste d'Aloysius Bertrand,
Jardin de l'Arquebuse, Dijon.

Nom de naissance Louis Jacques Napoléon Bertrand
Naissance
Ceva (Piémont)
Décès (à 34 ans)
Paris
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture français
Mouvement Romantisme
Genres

Œuvres principales

Louis Jacques Napoléon Bertrand, dit Aloysius Bertrand[1] est un poète, dramaturge et journaliste français, né le à Ceva (Piémont), mort le , à l'hôpital Necker de Paris. Considéré comme l'inventeur du poème en prose, il est notamment l'auteur d'une œuvre posthume passée à la postérité, Gaspard de la nuit (1842).

Biographie[modifier | modifier le code]

La famille[modifier | modifier le code]

Né à Ceva le 20 avril 1807, Louis Bertrand était le fils de Georges Bertrand et Laure (ou Laurine-Marie) Davico. Georges Bertrand vit le jour le 22 juillet 1768 à Sorcy[2] (ou Saulieu selon d'autres sources[3],[4]) dans une famille de soldats. Lieutenant de gendarmerie[5], il épousa en secondes noces à Ceva, dans le Piémont, alors dans le département de Montenotte (aujourd'hui dans la province de Coni), le 3 juin 1806, Laure Davico, fille de Giacomo Davico, maire de la ville, née le 2 août 1782. Après la naissance de Louis, leur aîné, en 1807, un second fils, Jean Balthazard, vit le jour le 17 juillet 1808[6],[7].

Le 15 mars 1812, Georges Bertrand fut nommé capitaine de gendarmerie à Spolète[8], dont le préfet était le baron Roederer, et où naquit le 23 décembre la sœur du poète, Isabelle-Caroline, dite Élisabeth[6]. Le 3 septembre 1814, il fut affecté à Mont-de-Marsan, où il fit la connaissance de Charles Jean Harel, alors préfet des Landes. Puis, mis à la retraite fin août 1815, il quitta les Landes et s'installa à Dijon, où naquit le 19 mars 1816 un quatrième enfant, Charles Frédéric (qui devint plus tard journaliste)[9],[7], et où se maria le 11 janvier 1818 sa fille Denise, née d'un premier lit[10].

Un jeune romantique dijonnais[modifier | modifier le code]

C'est à Dijon que Louis Bertrand passa la majeure partie de sa vie, étudiant au collège royal de la ville de 1818 à 1826[8],[11],[12], et c'est dans ses rues et ses monuments qu'il trouva une grande partie de son inspiration. En novembre 1826, il fut reçu à la Société d'Études de sa ville, où il lut 55 de ses poèmes de 1826 à 1828[9]; il devint rapporteur en décembre 1826 puis fut élu vice-président le 23 mai 1827[13],[7].

À la mort de son père, le 27 février 1828, il devint le chef de famille. Sa tante paternelle Françoise-Marguerite, dite « Lolotte », dont la modeste fortune lui avait déjà permis de financer ses études, apporta un soutien financier à la famille Bertrand au moins jusqu'en 1833[14]. Le 1er mai 1828, la Société d'Études de Dijon fit paraître le premier numéro d'un journal littéraire imité du Globe[15] à la vie très éphémère[16], Le Provincial, dont Bertrand fut le gérant responsable jusqu'au 8 juin. Dans cette feuille, qui publia les premiers vers d'Alfred de Musset, il promut ses idées esthétiques, à l'avant-garde du romantisme français, et publia une vingtaine de pièces en prose et en vers[9],[8]. Parmi ces « bambochades », comme il les appelait (d'après le surnom du peintre néerlandais Pierre de Laer, Bambochio), parut ainsi « Jacques-Lés-Andelys, Chronique de l'An 1364 » le 1er mai 1828[17]. Toujours en 1828, il aima une jeune fille anonyme, qui peut-être mourut et dont les exégètes retrouvent le souvenir dans l'ensemble de son œuvre[18],[7].

Premier séjour à Paris et retour à Dijon[modifier | modifier le code]

Encouragé par la lettre élogieuse qu'Hugo avait adressé au journal à la suite d'un poème qui lui était dédié et par les éloges dont la feuille avait bénéficié de la part de Chateaubriand, il partit pour Paris au début de novembre 1828 et s'installa à l'hôtel de Normandie, rue du Bouloi. Reçu dans le salon d'Émile Deschamps, des Hugo, de Charles Nodier, à l'Arsenal, il y rencontra Sainte-Beuve et lut quelques-uns de ses textes de prose. Mais le sentiment de honte que lui inspiraient sa pauvreté et sa fierté l'empêchèrent de trouver sa place dans le groupe des romantiques parisiens. Tombé malade et contraint de s'aliter en janvier 1829[19], il trouva au printemps un éditeur, Sautelet, pour imprimer ses poèmes, mais celui-ci fit faillite; en août, ses cahiers étaient sous séquestre[20],[7]. Après avoir récupéré le manuscrit, il le porta à Sainte-Beuve à la fin de l'année ou au début de 1830[9]. Songeant au théâtre à partir de 1829, il offrit une pièce au Vaudeville et en prépara une autre pour les Nouveautés, sans succès[21].

De retour à Dijon le 4 avril 1830, son ami Charles Brugnot lui offrit de collaborer au Spectateur, journal libéral qu'il venait de fonder. Puis, le 15 février 1831, il devint, sous le nom de « Ludovic Bertrand », rédacteur en chef du Patriote de la Côte-d'Or, journal politique, littéraire, industriel et commercial qui parut jusqu'en décembre 1832 et dans lequel il affichait ses convictions républicaines dans des polémiques virulentes[8],[22], ce qui lui valut de nombreuses inimitiés parmi les notables de la ville. Il collabora également à différents périodiques dijonnais et parisiens, parmi lesquels les Annales romantiques, le Cabinet de lecture ou le Mercure de France. Le 30 novembre 1832, il fit représenter à Dijon Monsieur Robillard ou Un sous-lieutenant de hussards, qui fut sifflé[23],[7]. La même année, la Société d'Études de Dijon disparaissait[24].

Installation définitive à Paris[modifier | modifier le code]

Au début de janvier 1833, il repartit pour Paris, où il s'installa à l'hôtel du Commerce, rue du Bouloi. Peu après, l'éditeur Eugène Renduel accepta de publier Gaspard, annonçant même en octobre sa publication[25]. Par ailleurs, après des essais infructueux, Bertrand obtint une place de secrétaire auprès du baron Roederer à la manufacture de Saint-Gobain. Enfin, en mai (selon Max Milner) ou fin août (selon Jacques Bony), sa mère et sa sœur vinrent le rejoindre[26].

Au printemps 1834, il rencontra une certaine Célestine F., avec laquelle il échangea des lettres et une promesse de mariage, mais sa mère s'opposa à cette union selon Jacques Bony, tandis que Max Milner considère que cet amour était médiocrement partagé[27]. Entre 1835 et 1837, les ressources de Bertrand étaient aussi minces qu'obscures, laissant supposer à ses biographes des collaborations anonymes à de petits journaux ou des travaux plus humbles[9]. En mars 1834, on lui proposa une place de 200 francs par mois en Suède ou au Danemark, mais il refusa, la jugeant insuffisante pour subvenir aux besoins de sa mère et de sa sœur, et peut-être pour ne pas s'éloigner de Célestine[28]. En 1836, alors qu'il était installé rue des Fossés-du-Temple, Renduel lui versa 150 francs pour le premier tirage de Gaspard, mais le manuscrit resta dans ses tiroirs[29].

À Paris, Bertrand écrivit aussi en 1833 Peter Waldeck ou la chute d'un homme, un drame mêlé de chant en 3 actes et 6 tableaux inspiré des Aventures de Martin Waldeck, conte de Walter Scott tiré du chapitre XVIII de L'Antiquaire[30]. Puis, le 22 août 1835, il offrit au théâtre des Jeunes-Élèves de M. Comte une nouvelle version de ce drame-ballade intitulée: Le Lingot d'or, mais en vain[31]. Enfin, le 18 mars 1837, une troisième mouture fut présentée sous le titre de Daniel à Harel, directeur du théâtre de la Porte-Saint-Martin, mais il la refusa à l'automne[32],[7].

Tombé dans une misère profonde, Bertrand dut emprunter, notamment à Antoine de Latour, précepteur du duc de Montpensier depuis 1832. Le 13 septembre 1837, il reçut un secours de la reine Marie-Amélie, en prix d'un sonnet[33]; le statuaire David d'Angers, avec lequel il était lié d'amitié depuis leur rencontre en mai 1836, l'aida également[34], de même que le gouvernement[35]. Mais, atteint de la tuberculose[8], on l'hospitalisa, le 18 septembre 1838, à Notre-Dame de la Pitié, où il demeura jusqu'au 13 mai 1839 dans la salle Saint-Athanase sous le no 70, avant d'entrer, le surlendemain, à l’hôpital Saint-Antoine, qui l'accueillit jusqu'au 24 novembre[9].

En octobre 1839, ayant accepté de publier Gaspard de la nuit[8], Victor Pavie, éditeur d'Angers, imprima un prospectus pour annoncer sa sortie prochaine, mais le projet ne connut pas d'aboutissement du vivant de l'auteur, le manuscrit étant toujours entre les mains de Renduel. En 1840, se croyant guéri, Bertrand recommença à écrire des vers et, le 5 octobre, tenta une dernière démarche auprès de Renduel pour faire éditer son manuscrit, mais l'éditeur s'était entretemps retiré des affaires[9].

Une mort à l'hôpital[modifier | modifier le code]

Tombe d'Aloysius Bertrand au cimetière du Montparnasse, division 10.

Contraint par une nouvelle poussée de phtisie (tuberculose pulmonaire) d'entrer à l'hôpital Necker le 11 mars 1841, Bertrand y rencontra par hasard, le 15 mars, David d'Angers, venu rendre visite à un élève, et qui veilla sur ses derniers jours jusqu'à sa mort, dans la salle Saint-Augustin (où il portait le no 6), le 29 avril 1841, vers neuf ou dix heures du matin[36]. Le sculpteur accompagna également le convoi funèbre, quand il fut inhumé le lendemain au cimetière Montparnasse, dans la fosse commune des indigents. David lui obtint cependant une fosse « à part ». Le sculpteur préféra sans doute taire le véritable lieu d'inhumation du poète du fait qu'il pouvait entacher l'image de la famille, et risquer de compromettre son espoir d'une future sépulture digne de ce nom, sur laquelle il comptait, mais qui dépendait des possibilités et du bon vouloir de la famille [37]. David d'Angers se plaignit à plusieurs reprises de l'abandon de la tombe de « Vaugirard », où il ne retrouvait, lors de ses visites, que la couronne qu'il y avait laissée lors de sa précédente venue.

Institué légataire universel, David d'Angers affirma avoir été choqué, à cette occasion, par l'insensibilité de la famille du poète[38], jugement rejeté par plusieurs biographes[39],[40],[41]. À l'opposé des biographes antérieurs, néanmoins, Jacques Bony considère que Bertrand fut victime d'une mère et d'une sœur castratrices dont il n'eut jamais la force, au contraire de Rimbaud, de se libérer. Reprenant les témoignages de David d'Angers, concernant le comportement de la sœur qui, le jour de l'enterrement, essayait un piano chez son amant Coiret, et les lettres de la mère à son fils qui, invariablement, répondent aux mots d'affection par la pression financière, il casse l'image de la « sainte famille » et décrit le manque de réciprocité dans les relations entre un fils aîné jugé toujours insuffisant, d'une part, et les deux femmes dont la mère se fait le porte-parole, d'autre part[42].

Laure Davico survécut treize ans à son fils[43], avant de mourir en 1854 chez sa fille. Les recherches récentes ont établi qu'elle avait acheté en 1847 une concession perpétuelle pour son fils, qui reposait depuis 1841 dans la fosse des indigents hospitaliers. C'est lors de l'inhumation de Laurent Coiret dans cette sépulture, en 1860, qu'Elizabeth, sa fille, y fit transférer les restes de sa mère, la sépulture devenant tombe de la famille.

Postérité[modifier | modifier le code]

Couverture de l'édition de 1842 de Gaspard de la nuit.

Avec Sainte-Beuve, auteur d'une notice, David d'Angers et Victor Pavie se chargèrent de la publication de Gaspard de la nuit, qui aboutit enfin en novembre 1842. Le 15 janvier 1843, la Revue des deux Mondes fit paraître une critique de Paul de Molènes qui signalait un certain charme et de la nouveauté, mais laissait transparaître le scepticisme de son auteur, au contraire d'Émile Deschamps, qui, dans La France littéraire, évoqua l'ouvrage avec enthousiasme[8],[44]. L'ouvrage se vendit à vingt exemplaires.

Cependant, cette édition originale, établie à partir d'une copie plus ou moins fautive du manuscrit original déposé par Bertrand chez Renduel et réalisée par l'épouse du sculpteur, comportait de nombreuses erreurs. En 1925, une nouvelle édition, de Bertrand Guégan, établie sur une copie réalisée par ses soins sur un manuscrit original - peut-être celui qu'Élisabeth Bertrand vendit à Jules Claretie -, corrigea les erreurs les plus flagrantes. En 1980, Max Milner reprit le texte de l'édition Guéguan, enrichi de « pièces détachées », d'« appendices » et d'un solide appareil critique. Ce n'est qu'à partir de 1992, avec l'acquisition par la Bibliothèque nationale d'un manuscrit calligraphié par l'auteur, qu'il fut permis de publier un volume conforme aux vœux du poète, tant du point de vue de la mise en page que de l’illustration de l’œuvre, et, par ses variantes, qu'il s'agisse de ratures ou d'ajouts, d'apprécier son travail de création. « D'un caractère formel novateur, d'une esthétique remarquable, et d'une valeur littéraire inestimable, ce manuscrit peut être à juste titre considéré comme une véritable œuvre d'art, influencée par les motifs religieux du Moyen Âge et sa mystique[45],[46] ».

En 1862, Charles Baudelaire expliqua, dans sa lettre-dédicace à Arsène Houssaye du Spleen de Paris :

« J'ai une petite confession à vous faire. C'est en feuilletant, pour la vingtième fois au moins, le fameux Gaspard de la Nuit d'Aloysius Bertrand (un livre connu de vous, de moi et de quelques-uns de nos amis, n'a-t-il pas tous les droits à être appelé fameux ?) que l'idée m'est venue de tenter quelque chose d'analogue, et d'appliquer à la description de la vie moderne, ou plutôt d'une vie moderne et plus abstraite, le procédé qu'il avait appliqué à la peinture de la vie ancienne, si étrangement pittoresque[47]. »

Par ces lignes, Baudelaire a contribué à attribuer la paternité du poème en prose à Bertrand, que d'autres auteurs donnent plutôt à Maurice de Guérin[48]. C'est lui, de même, qui décida Charles Asselineau à réimprimer, avec Poulet-Malassis, Gaspard de la Nuit en 1868[49],[46].

Les Symbolistes achevèrent de faire passer Bertrand du statut de « petit romantique » à celui d'auteur culte: Auguste de Villiers de L'Isle-Adam publia dès 1867 plusieurs pièces de Gaspard dans sa Revue des lettres et des arts[50]; Stéphane Mallarmé témoigna toute sa vie d'une grande révérence à l'égard de cet auteur, qu'il avait découvert à vingt ans; Jean Moréas poussa son admiration jusqu'à regretter que Verlaine ne l'ait pas inclus parmi ses « poètes maudits »[8]. Autre figure du monde poétique français de la seconde moitié du XIXe siècle, Théodore de Banville cita, dans sa préface de La Lanterne magique (1883), Bertrand et Baudelaire comme ses modèles[51].

Toutefois, la reconnaissance de son œuvre n'intervint qu'au XXe siècle. C'est Max Jacob qui, après Baudelaire, contribua le plus à attirer l'attention sur Bertrand, qu'il présenta comme l'inventeur du poème en prose[52],[50]. Par la suite, les surréalistes contribuèrent largement à la popularité de Bertrand, décrit comme un « poète cabalistique »[8]. André Breton le qualifia ainsi dans son Manifeste du surréalisme (1924) de « surréaliste dans le passé »[53].

Maurice Ravel mit en musique, pour le piano, les poèmes Ondine, Le Gibet et surtout Scarbo, pièce de virtuosité unique (Gaspard de la nuit, 1908).

René Magritte a intitulé l'une de ses toiles, inspirée du poème Le Maçon, Gaspard de la nuit.

Depuis 1922, il existe à Dijon une rue Aloysius-Bertrand[54].

La tombe[modifier | modifier le code]

Les biographes ont longtemps pensé, d'après le témoignage de David d'Angers, seule personne ayant accompagné le convoi, que le poète avait d'abord été inhumé au cimetière de Vaugirard, petit cimetière situé entre les barrières de Vaugirard et de Sèvres. Des recherches récentes de l'Association pour la mémoire d'Aloysius Bertrand ont révélé que Louis Bertrand avait en fait été inhumé initialement à Montparnasse, dans la fosse commune des indigents, puis déplacé 6 ans plus tard dans son tombeau actuel acheté par sa mère. Deux fois en péril, la tombe a été restaurée en 2007 grâce à l'intervention de l'Association pour la mémoire d'Aloysius Bertrand.Reprise en 2005 par la Mairie de Paris en raison de son état de délabrement, la sépulture d'Aloysius Bertrand fut restaurée en mai 2007[55] à l'initiative d'une association de passionnés créée à l'occasion, l'année même du bicentenaire de la naissance du poète, avec le soutien, notamment financier, de la Société des gens de lettres de France, qui a pris à sa charge l'entretien ultérieur de la tombe[56].

Un sonnet[modifier | modifier le code]

Sonnet à Eugène Renduel (1840)[57]
Quand le raisin est mûr, par un ciel clair et doux,
Dès l'aube, à mi-coteau, rit une foule étrange :
C'est qu'alors dans la vigne, et non plus dans la grange,
Maîtres et serviteurs, joyeux, s'assemblent tous.
À votre huis, clos encor, je heurte. Dormez-vous ?
Le matin vous éveille, élevant sa voix d'ange :
— Mon compère, chacun, en ce temps-ci, vendange.
Nous avons une vigne : eh bien ! vendangeons-nous ?
Mon livre est cette vigne, où, présent de l'automne,
La grappe d'or attend, pour couler dans la tonne,
Que le pressoir noueux crie enfin avec bruit.
J'invite mes voisins, convoqués sans trompettes,
À s'armer promptement de paniers, de serpettes.
Qu'ils tournent le feuillet : sous le pampre est le fruit.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Les Conversions, Paris, 1833, 6 p.
  • Perdue et retrouvée : Conte fantastique (extrait de Les Grâces, journal du beau sexe, no 7, mardi 26 novembre 1833, signé Ludovic Bertrand), Paris, 1833.
  • Gaspard de la nuit : Fantaisies à la manière de Rembrandt et de Callot, avec une notice de Sainte-Beuve (1842, posthume).
  • Gaspard de la nuit : Fantaisies à la manière de Rembrandt et de Callot (nouvelle édition augmentée de pièces en prose et en vers et précédée d'une introduction par Charles Asselineau), Paris, R. Pincebourde ; Bruxelles, C. Muquardt, 1868, XXVIII-276 p.
  • Le Keepsake fantastique. Poésies, chroniques et essais. Théâtre inédit, correspondance (publié par Bertrand Guégan), Éditions de la Sirène, collection romantique, Paris, 1923.
  • Gaspard de la nuit : Fantaisies à la manière de Rembrandt et de Callot (édité par Bertrand Guégan avec une recension de Sainte-Beuve), Payot, 1925
  • Œuvres poétiques. La Volupté et pièces diverses (publiées d'après les manuscrits avec une préface, une introduction et des notes de Cargill Sprietsma), Honoré Champion, 1926.
  • La Citadelle de Mollgast : Chroniques (Illustrations par Pierre Cabanne), Paris, Éditions Montbrun, 1947, 61 p.
  • Gaspard de la nuit : Fantaisies à la manière de Rembrandt et de Callot (introduction et présentation par Jean Richer), Paris, Flammarion, 1972, 254 p. (complétée par les « Scènes et chroniques et Variétés historiques », textes signés Louis Bertrand ou Ludovic Bertrand et extraits pour la plupart du Provincial, 1828-1833).
  • Gaspard de la nuit : Fantaisies à la manière de Rembrandt et de Callot (édition présentée, établie et annotée par Max Milner), Paris, Gallimard, coll. « Poésie », 1980.
  • Œuvres complètes (éditées par Helen Hart Poggenburg), Paris, Honoré Champion, 2000.
  • Gaspard de la nuit : Fantaisies à la manière de Rembrandt et de Callot, (édition établie sur le manuscrit original, publiée selon les vœux de l'auteur, présentée et annotée par Jacques Bony), Paris, Flammarion, 2005.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bertrand signe « Ludovic » en 1832, avant d'adopter « Aloysius » en 1835. Voir « Autour d'Aloysius Bertrand », Neophilologus, Springer Netherlands, vol. 14, no 1, décembre 1929, p. 1 et alii.
  2. Cargill Sprietsma, Louis Bertrand dit Aloysius Bertrand, 1807-1841 : Une vie romantique, 1926, p. 3.
  3. Henri Corbat, Hantise et imagination chez Aloysius Bertrand, José Corti, 1975, p. 22
  4. René Gibaudan, La Lyre mystérieuse : Gérard de Nerval, Aloysius Bertrand, Maurice de Guérin, Théophile Gautier, Marceline Desbordes-Valmore, éditions du Scorpion, 1965, p. 46.
  5. Destiné par ses parents à l'état ecclésiastique, il s'enfuit du séminaire et s'engagea au 16e régiment de dragons d'Orléans le 7 mai 1785, combattant dans les armées du Rhin, de Rhin-et-Moselle, du Nord et de Sambre-et-Meuse sous Houchard, Custine et Jourdan à Fleurus. Nommé adjudant le 21 juin 1796, il fut grièvement blessé devant l'ennemi et incorporé comme maréchal des logis dans la compagnie de gendarmerie de la Côte-d'Or le 3 mai 1798 avec résidence à Montbard. D'un premier mariage avec Marie-Jeanne Rémond (née à Montbard le 23 février 1779), il eut le 9 mars 1800 une fille, Denise, mais son épouse mourut trois mois après. Laissant sa fille auprès de sa mère et de ses quatre sœurs, il fut envoyé le 17 juin 1805 (28 prairial an XIII) à Ceva, où il rencontra sa seconde épouse.
    Voir Henri Corbat, op. cit., p. 22 ; Fernand Rude, Aloysius Bertrand, P. Seghers, 1971, p. 7 ; Gaspard de la nuit, présentation de Max Milner, Gallimard, 1980, p. 305 ; Annales romantiques : Revue d'histoire du romantisme, Léon Séché, 1905, vol. 2, p. 397 ; Mémoires de lʹAcadémie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon, 1889, 4e série, vol. 1, 1888-1889, p. 122-123 et Cargill Sprietsma, op. cit., p. 9.
  6. a et b Fernand Rude, op. cit., p. 182.
  7. a, b, c, d, e, f et g Voir la chronologie de Gaspard de la Nuit, présentation de Jacques Bony, Garnier-Flammarion, 2005, p. 428-430.
  8. a, b, c, d, e, f, g, h et i Felizitas Ringham, « Bertrand, Aloysius (Louis) - 1807-1841 » in Christopher John Murray (dir.), Encyclopedia of the Romantic Era, 1760-1850, p. 83-85.
  9. a, b, c, d, e, f et g Chronologie de Gaspard de la nuit, présentation de Max Milner, op. cit., p. 303-308.
  10. Son mari, Abel Bonnet, négociant à Dijon, né le 28 vendémiaire an V, vivait encore en 1886. Voir Mémoires de lʹAcadémie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon, op. cit., p. 126, et Cargill Sprietsma, op. cit., p. 15.
  11. Il obtint, en 1825, le deuxième prix de discours français parmi les élèves de première année de classe de rhétorique et, en 1826, le prix des vétérans, c'est-à-dire celui des élèves de seconde année. Voir Fernand Rude, op. cit., p. 8.
  12. Au collège, Bertrand eut pour condisciples Lacordaire et Antoine Tenant de Latour, qui lui vint en aide à plusieurs reprises. Voir Jacques Bony, op. cit., p. 428.
  13. Cargill Sprietsma, op. cit., p. 56.
  14. Cargill Sprietsma, op. cit., p. 15.
  15. Voir Fernand Rude, op. cit., p. 15: « Bertrand sollicita du ministre de l'Intérieur, le libéral Martignac, l'autorisation de convertir ce journal purement littéraire en journal politique. »
  16. Il disparut le 30 septembre 1828 au bout de 54 numéros. Voir les Annales de Bourgogne : Revue historique, Dijon, Centre d'études bourguignonnes, 1965, p. 379.
  17. Voir Max Milner, op. cit., p. 320.
  18. Henri Corbat, op. cit., p. 169.
  19. C'est un ami de la Société d'Études qui vint le soigner. Voir Cargill Sprietsma, op. cit., p. 48.
  20. Jean Bonnerot, Bibliographie de l'œuvre de Sainte-Beuve, L. Giraud-Badin, 1952, p. 303.
  21. Cargill Sprietsma, op. cit., p. 192.
  22. Voir Fernand Rude, op. cit., p. 27, et Cargill Sprietsma, op. cit., p. 234.
  23. Voir Cargill Sprietsma, op. cit., p. 171.
  24. Henri Corbat, op. cit., p. 30.
  25. En avril 1833, dans une lettre à sa mère, Bertrand annonça avoir vendu son Gaspard à Renduel. En réponse à cette lettre, Mme Bertrand lui écrivit le 14 avril pour le féliciter, considérant que ce n'était que justice. Voir Gaspard de la Nuit, présentation de John Wright, p. XV, et Fernand Rude, op. cit., p. 31.
  26. Avec l'amant d'Élisabeth, Laurent Coiret, qui aurait poussé la famille au déménagement et aurait été la cause de disputes familiales entre Bertrand et les deux femmes, selon Jacques Bony, op. cit., p. 18-19 et 429.
  27. Ayant rompu, il la revit en 1840 et apprit son mariage. Voir René Gibaudan, La Lyre mystérieuse, op. cit., p. 74.
  28. Voir Fernand Rude, op. cit., p. 35, et Cargill Sprietsma, op. cit., p. 223.
  29. Gaspard de la nuit, présentation de Bertrand Guégan, p. 227.
  30. Robert Chapuis, Bourgogne, Bonneton, 2001, 320 p., p. 206.
  31. Voir Henri Corbat, op. cit.,p. 143, et René Jasinski (dir.), Histoire de la littérature française, A. G. Nizet, 1965, 439 p., p. 310.
  32. Voir Cargill Sprietsma, op. cit., p. 192, et Henri Corbat, op. cit., p. 144.
  33. Voir Fernand Rude, op. cit., p. 186, et Pierre Flottes, Histoire de la poésie politique et sociale en France: de 1815 à 1939, la Pensée universelle, 1976, 500 p., p. 103.
  34. En septembre 1837, le sculpteur lui donna cent francs réclamés par un créancier. Voir Erwan Dalbine, Gérald Antoine, Sainte-Beuve, ami fidèle : D'après sa correspondance avec Victor et Théodore Pavie, Christian, 2006, 359 p., p. 232 (ISBN 2864961326).
  35. Cargill Sprietsma, op. cit., p. 180.
  36. Voir la chronologie des Œuvres complètes d'Aloysius Bertrand (édition établie par Helen Hart Poggenburg), Champion, 2000, 1176 p., p. 68.
  37. Marion Pécher, Les premières funérailles d'Aloysius Bertrand
  38. D'après David d'Angers dans sa lettre à Victor Pavie du 17 septembre 1842, que l'on trouve dans les Œuvres complètes, p. 966 : « Toute sa famille est vraiment indigne ». De même, dans ses Carnets, édités par André Bruel, Plon, 1958, tome II, p. 73-74, il rapporte, entre autres, que sa mère et sa sœur, occupées à choisir un nouveau piano, ne viennent pas à l'hôpital à la mort de Bertrand, et pas plus à son enterrement.
  39. Cargill Sprietsma, pour sa part, considère qu'il ne faut pas croire David d'Angers quand il dresse un portrait horrible des parents de Bertrand. Il cite notamment (p. 210 et 226) la lettre qu'Élisabeth écrivit, le 29 avril, à son frère Balthazard, alors à Versailles, pour lui annoncer la mort de leur aîné et lui demander d'assister au convoi qui devait conduire « à sa dernière demeure notre malheureux frère. Demain, nous t'attendons de bonne heure. Ta sœur affligée. »
  40. Henri Corbat explique que « Mme Bertrand assistera jusqu'au 11 mars 1841 un fils qui ne lui aura valu que des espoirs. » (p. 25)
  41. Dans la présentation de Gaspard de la nuit (Le Club français du Livre, 1957), on cite une lettre de 1829 de Bertrand à sa famille, restée à Dijon, dans laquelle il écrit: « Ô mon héroïque mère, ô ma petite Élisabeth » et l'on indique, p. XXIII, que, le 29 avril, « David d'Angers se présenta à l'hôpital Necker, avec la sœur du poète, Élisabeth ».
  42. Voir Jacques Bony, op. cit., p. 18-19.
  43. Cargill Sprietsma, op. cit., p. 9.
  44. Marvin Richards, Without Rhyme or Reason, p. 125.
  45. Voir la fin du Catalogue de la vente de la bibliothèque de Jacques Guérin, 20 mai 1992.
  46. a et b Voir N. Ravonneaux, « Gaspard de la Nuit ».
  47. Charles Baudelaire, Lettre à Arsène Houssaye, Noël 1861, Correspondance, tome II, éd Cl. Pichois, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1973, p. 208.
  48. Henri Lemaître, Thérèse van der Elst, Roger Pagosse, La Littérature française : Les Évolutions du XIXe siècle, Bordas, 1970, vol. 3, p. 539.
  49. Charles Baudelaire, Petits poèmes en prose, avec une présentation de Robert Kopp, Librairie J. Corti, 1969, 432 p., p. 178.
  50. a et b Marvin Richards, Without Rhyme Or Reason, p. 122.
  51. Vincent Laisney, Pierre Louis Rey, Le Miroir et le Chemin : L'Univers romanesque, Presses Sorbonne Nouvelle, 2006, 344 p., p. 160 (ISBN 2878543580).
  52. Fernand Rude, op. cit., p. 60.
  53. Jean-Pierre Bertrand, Pascal Durand, La Modernité romantique, Les Impressions Nouvelles, 2006, 236 p., p. 173.
  54. Gaspard de la nuit (1957), p. XXVIII.
  55. Les premières funérailles d’Aloysius Bertrand
  56. Voir le site de l'Association pour la mémoire d'Aloysius Bertrand.
  57. Ce sonnet, daté du 5 octobre 1840, a été recueilli par Adolphe Jullien, Le Romantisme et l'éditeur Renduel. Souvenirs et documents sur les écrivains de l'école romantique avec lettres inédites adressées par eux à Renduel, Paris, Charpentier et Fasquelle, 1897, p. 209.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata : Fichier d'autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Bibliothèque nationale de France (données) • Système universitaire de documentation • Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei • WorldCat
  • Roger Aïm, Aloysius Bertrand - Epopée de son grand œuvre : Gaspard de la Nuit, Du Lérot, , 96 p.
  • Réjane Blanc, La Quête alchimique dans l'œuvre d'Aloysius Bertrand, A.G. Nizet, , 217 p.
  • Luc Bonenfant, Les Avatars romantiques du genre : Transferts génériques dans l'œuvre d'Aloysius Bertrand, Nota Bene, , 343 p. (ISBN 9782895181019).
  • Henri Chabeuf, Louis Bertrand et le Romantisme à Dijon, Imprimerie de Darantière, , 263 p. (tiré à part).
  • Francis Claudon (dir.), Les Diableries de la nuit : Hommage à Aloysius Bertrand, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, , 189 p.
  • Francis Claudon, Maryvonne Perrot, Transfigurer le réel : Aloysius Bertrand et la Fantasmagorie, Centre Georges Chevrier, , 217 p.
  • Henri Corbat, Hantise et imagination chez Aloysius Bertrand, José Corti, , 189 p.
  • Julia Geigenberger, La Dimension du fantastique dans l’œuvre Gaspard de la Nuit : Fantaisies à la manière de Rembrandt et de Callot d’Aloysius Bertrand, GRIN Verlag, , 28 p. (ISBN 3638925889).
  • Max Milner, Le Diable dans la littérature française de Cazotte à Baudelaire, José Corti, , 2 volumes.
  • (en) Marvin Richards, Without Rhyme or Reason: Gaspard de la nuit and the Dialectic of the Prose Poem, Londres, Associated University Press, , 162 p.
  • Fernand Rude, Aloysius Bertrand : Une étude de Fernand Rude, avec un choix de textes, des illustrations une bibliographie, une chronologie : Aloysius Bertrand et son temps, P. Seghers, , 189 p.
  • Cargill Sprietsma, Louis Bertrand dit Aloysius Bertrand, 1807-1841 : Une vie romantique. Étude biographique d'après des documents inédits (1807-1841), Champion, , 262 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :