Carl Blechen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Carl Blechen
Image dans Infobox.
autoportrait de Carl Blechen (1825)
Naissance
Décès
(à 41 ans)
Berlin
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
Karl BlechenVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Karl Eduard Ferdinand BlechenVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Artiste-peintre
Lieu de travail

Carl Blechen (Cottbus Berlin ) est un peintre paysagiste prussien professeur à l'académie des beaux-arts de Berlin[1]. Son style est caractéristique des idéaux de la peinture romantique en matière de beauté de la nature, mais il a aussi été un des premiers peintres européens à représenter les débuts de l'industrialisation dans ses paysages[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Cottbus en 1798, il est le fils d'un employé des impôts de Ratisbonne. Il a suivi des études secondaires à Cottbus de 1805 à 1815, mais n'a pu continuer, faute de moyens. Il a d'abord travaillé comme un simple employé de banque à Berlin.

En 1822, il entre à l'académie des beaux-arts de Berlin. Il fait la rencontre d'éminents peintres romantiques tels que Caspar David Friedrich qui aura une grande influence sur son travail[3].

Il est alors engagé comme décorateur au Théâtre Royal, sur Alexanderplatz. Il se marie en 1824 et devient membre de l'association des artistes de Berlin en 1827.

En 1828, il fait un voyage au bord de la mer Baltique, avant de se rendre en Italie. Ce voyage en Italie, de 1828 à 1829, aura une influence déterminante sur son évolution[1]. Il attire l'attention de l'architecte Karl Friedrich Schinkel, qui le recommande en 1831 comme professeur de paysage à l'Académie des Arts de Berlin, dont il devient membre à part entière en 1835.

La même année, il fait un voyage à Paris et commence à donner des signes de fragilité mentale. En 1836, tombé dans une profonde dépression, il est obligé de quitter son poste à l'académie, avant de sombrer dans la folie en 1839. Il meurt le à Berlin.

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • 1823, Arbres au lever du soleil en automne , Berlin, Altenationalgalerie
  • 1826, La Cathédrale gothique en ruine (sur toile 129 x 96 cm), Dresde, Galerie Neue Meister[4]
  • 1829, L’Après-midi à Capri, huile sur toile, 91 × 130 cm, Palais du Belvédère (Vienne)[5]
  • 1830 , Pêcheurs à Capri, Berlin, Altenationalgalerie
  • 1831, Gorges près d'Amalfi, Berlin, Altenationalgalerie
  • 1834, Pêcheurs à Capri, Berlin, Altenationalgalerie
  • 1835, Fileuses à Cervara, Berlin, Altenationalgalerie


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (de) Paul Ortwin Rave, « Blechen, Karl », dans Neue Deutsche Biographie (NDB), vol. 2, Berlin 1955, Duncker & Humblot, p. 295 (original numérisé).
  2. (de) Berger, Karl. Karl Blechen, Leipzig: E.A. Seemann Verlag, 1965. (de) Hilger, Hans-Peter. "Anfänge der Industriemalerei in Deutschland" Der Anschnitt. Vol 12 S. 10-14, 1960. (de) Vignau-Wilberg, Peter. "Das ‚Walzwerk in Eberswalde’ von Carl Blechen und die frühe Industriedarstellung,"in Carl Blechen (1798 - 1840): Grenzerfahrungen - Grenzüberschreitungen, Vogel, Gerd-Helge and Barbara Baumüller, eds.. Greifswald: Steinbecker Verlag, 2000.
  3. Margot Rauch, Belvedere : Galerie d’Art Autrichienne, Gerbert Frodi, , p. 42
  4. Exposition au Louvre, « De l’Allemagne 1800-1939, de Friedrich à Beckmann », Dossier de l’art, vol. Hors série, no 205,‎ , p.26
  5. (de) « Après-midi à Capri, Belvedere », sur Palais du Belvedere (consulté le 22 décembre 2020)
  6. (de) Galgenberg bei Gewitterstimmung, Galerie Neue Meister, Collections nationales de Dresde.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Robert Dohme (1875), "Blechen, Karl Eduard Ferdinand", Allgemeine Deutsche Biographie (ADB), 2, Leipzig: Duncker & Humblot, pp. 700–701
  • (de) Irma Emmrich, Carl Blechen, Verlag der Kunst, Dresden (1989)
  • (de) Carl Blechen. Zwischen Romantik und Realismus, Exhibition Catalog from the Berliner Nationalgalerie, Prestel Verlag, Munich (1989)
  • (de) Carl Blechen. Bilder aus Italien, Bezirksmuseum Cottbus, Schloss Branitz, Cottbus (1990)
  • (de) Beate Schneider, Carl Blechen, Niederlausitzer Landesmuseum Cottbus, E. A. Seemann, Leipzig (1993)
  • (de) Heino R. Möller, Carl Blechen, from Romantische Malerei und Ironie, Alfter (1995)
  • (de) Barbara Baumüller, Gerd-Helge Vogel (eds.), Carl Blechen (1798-1840). Grenzerfahrungen - Grenzüberschreitungen, Greifswalder Romantikkonferenz, Steinbecker Verlag Rose, Greifswald (2000) (ISBN 978-3-931483-24-1)
  • (de) Beate Schneider, Reinhard Wegner (eds.), Die neue Wirklichkeit der Bilder. Carl Blechen im Spannungsfeld der Forschung, Lukas, Berlin (2008) (ISBN 978-3-86732-044-3)
  • (en) German masters of the nineteenth century : paintings and drawings from the Federal Republic of Germany, New York, The Metropolitan Museum of Art (lire en ligne) (1981)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :