Hôpital Saint-Antoine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Hôpital Saint-Antoine
Image illustrative de l’article Hôpital Saint-Antoine
Entrée de l'hôpital par la place du Docteur-Antoine-Béclère.
Présentation
Coordonnées 48° 50′ 56″ nord, 2° 22′ 57″ est
Pays Drapeau de la France France
Ville Paris
Adresse 184, rue du Faubourg-Saint-Antoine
Site web saintantoine.aphp.frVoir et modifier les données sur Wikidata
Organisation
Type Centre hospitalier universitaire
Affiliation AP-HP
Services
Nombre de lits 780
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Géolocalisation sur la carte : 12e arrondissement de Paris/Paris

L'hôpital Saint-Antoine est un hôpital universitaire de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) situé dans le 12e arrondissement de Paris au 184, rue du Faubourg-Saint-Antoine. Il relève du groupe hospitalo-universitaire AP-HPSorbonne Université[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Par décret du , l’abbaye Saint-Antoine est déclarée bien national. Évacuée par les religieuses, elle devient sous la Convention l’hospice de l’Est, d’une part pour pallier le manque d’hôpitaux dans cette partie de la capitale, d’autre part pour remercier les habitants du quartier pour leur rôle actif dans les événements révolutionnaires. L’église Saint-Antoine est détruite en 1796. C’est l’architecte Nicolas-Marie Clavareau qui est chargé de l’aménagement de l’hospice. Il lance la création de deux ailes supplémentaires mais est vite arrêté par le manque d'argent. L’hôpital, comportant deux salles de 72 lits (une pour les femmes, une pour les hommes), n’a pour équipe médicale qu’un seul médecin, un pharmacien et une quinzaine d’infirmières. L’établissement change de nom en 1802 et devient l’hôpital Saint-Antoine.

C'est en 1811 que les Hospitalières de Sainte-Marthe de Beaune, auxquelles est confié l’hôpital jusqu’en 1881, organisent la distribution des soins et des médicaments. L’agrandissement des locaux se poursuit et les conditions d’hygiène s’améliorent. En 1842, l’hôpital comporte 320 lits. En 1872, le joaillier diamantaire Emmanuel Moïana (1799-1876) fait un legs testamentaire d'un million de francs à l'Assistance publique ; en 1879, il est décidé que cette somme sera employée à créer à l'hôpital Saint-Antoine une annexe de 500 lits[2].

De grands noms de la médecine en feront à la fin du XIXe siècle un des hôpitaux les plus renommés : Georges Hayem, Marcel Lermoyez (en), Édouard Brissaud et Gilbert Ballet, Antoine Béclère.

L'hôpital Saint-Antoine, pour ses façades et toitures, son passage central du rez-de-chaussée et l'escalier de son corps central, fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [3].

Activités[modifier | modifier le code]

L'hôpital Saint-Antoine compte 780 lits dont 22 en urgences, 96 places en hôpital de jour. Il a assuré 270 000 consultations, 53 000 admissions et 2 400 naissances (chiffres 2007)[4]. Il emploie 3 700 personnes dont 900 pour le personnel médical (en équivalent temps-plein). Il est centre de prélèvement d'organes et de tissus, des autogreffes et spécialisé dans les maladies rares notamment. Au sein de son Institut de soins infirmiers (IFSI), il assure la formation professionnelle des futurs infirmiers et infirmières.

Un médecin urgentiste de cet hôpital, Patrick Pelloux, a souvent alerté l'opinion publique sur le manque de moyens dont disposaient les hôpitaux publics, notamment au moment de la canicule de 2003 lorsqu'il fut l'un des premiers à alerter les pouvoirs publics face à la situation de crise qu'il constatait aux urgences de cet hôpital.

Il a fait l'objet d'une panne d'électricité rarissime dans la nuit du 25 au avec une coupure d'une des alimentations EDF suivie d'une défaillance d'un des trois groupes électrogènes, ayant conduit à l'évacuation de certains patients en pleine nuit vers d'autres hôpitaux[5],[6].

L'hôpital a accueilli le tournage de quelques scènes de la série Urgences dans l'épisode 21 de la saison 11[7] ainsi que du film Les Petits Mouchoirs (2010).

En 2020, l’hôpital devrait voir la construction d'un nouveau bâtiment afin d’accueillir début 2022 le siège de l'AP-HP qui est situé actuellement avenue Victoria et rue Saint-Martin[8].

Pendant la pandémie de Covid-19, l'hôpital Saint-Antoine participe à la recherche thérapeutique, notamment l'essai clinique Corimuno-plasm (plasmathérapie), avec l'équipe de Karine Lacombe, cheffe de service des maladies infectieuses et tropicales et chercheuse à l'Institut Pierre-Louis d'épidémiologie et de santé publique[9].

Directeurs[modifier | modifier le code]

Paul Bru a été directeur de cet hôpital de 1902 à 1904[10].

Jérôme Hubin est l'actuel directeur de l’hôpital Saint-Antoine depuis 2019[11].

Hommages[modifier | modifier le code]

Plaque commémorative aux Morts pour la France.

Une plaque apposée à l'intérieur du bâtiment central rend hommage aux personnels de l'hôpital morts pour la France durant la Première et la Seconde Guerre mondiale, notamment Corentin Celton.

Accès[modifier | modifier le code]

L'hôpital possède deux entrées, une entrée principale réservée aux piétons et aux cyclistes au 184, rue du Faubourg-Saint-Antoine qui est accessible par la ligne 8 à la station Faidherbe - Chaligny ainsi que par les lignes de bus RATP 46 et 86, une entrée véhicule au 34, rue Crozatier.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Groupes hospitalo-universitaires de l'AP-HP », sur www.aphp.fr (consulté le 29 décembre 2019)
  2. Assistance publique Hôpitaux de Paris, Inventaire d'archives de l'AP-HP, FRAPHP075-Saint-Antoine, 326W/17, dossier du legs Moïana 1876-1877.
  3. Notice no PA00086571, base Mérimée, ministère français de la Culture
  4. Données officielles de l'AP-HP pour Saint-Antoine Groupement hospitalier universitaire Est
  5. « Panne rarissime à l'hôpital Saint-Antoine », Le Figaro, 26 juin 2008.
  6. « Confusion à l'hôpital Saint-Antoine victime d'une panne de courant "rarissime" », Le Monde, 26 juin 2008.
  7. « Tournage à Paris - Urgences » (consulté le 6 mars 2011)
  8. « Nouveau siège de l'AP-HP », sur www.aphp.fr (consulté le 29 décembre 2019)
  9. « Regard de Karine Lacombe sur la crise sanitaire », sur CPU - Conférence des présidents d'université (consulté le 29 mai 2020)
  10. « Paul Bru », sur Bibliothèque nationale de France
  11. « Hôpital Saint-Antoine », sur www.aphp.fr (consulté le 29 décembre 2019)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]