José Zorrilla

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
José Zorrilla
Jzorrilla.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 75 ans)
MadridVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Cimetière Saint-Just (d), cementerio del Carmen (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Université royale de Tolède (d)
Université de ValladolidVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Membre de
Genres artistiques
Œuvres réputées
Don Juan Tenorio (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
signature de José Zorrilla

signature

José Zorrilla représenté dans La Réunion des poètes d'Antonio María Esquivel (1846).

José Zorrilla y Moral, né à Valladolid le et mort à Madrid, (à 75 ans) est un écrivain, et poète ainsi que l'un des principaux dramaturges espagnols du XIXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Zorrillo publie des poèmes dans de nombreuses revues, dont El Artista (1835), El Espanol (1840), La Risa, El Pasatiempo (1845), El Museo Universal (1866), La Ilustración Española y Americana (1877-1878), La Revista contemporanea (1878), El Imparcial (1880, 1893), La Illustracion Iberica (1883), El Ateneo (1889), El Liberal (1889, 1892, 1893)[1].

Il écrit pour la revue culturelle Museo de las Familias (1843-1870), et réalise même quelques illustrations en se faisant passer pour un artiste italien[2].

Il a été reconnu[pas clair] en 1837 pour la lecture d'un poème pendant les funérailles de Larra[réf. nécessaire].

Thématique et esthétique[modifier | modifier le code]

Dans sa compilation sur Zorrilla de 1925, Narciso Alonso Cortés réunit un très grand nombre de poèmes de l'auteur classique qui ne font pas partie des anthologies mais plutôt éparses dans plusieurs publications éphémères. Cortés, tout en notant certaines longueurs et maladresses, fait ressortir la très grande qualité de l'écriture du poète espagnol, sa tension rythmique et imaginative, une œuvre représentant son pays et son siècle[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b G. Cirot, « Narciso Alonso Cortés : Zorrilla, Poesias », Bulletin hispanique, vol. 29, no 1,‎ , p. 138-140 (ISSN 0007-4640, lire en ligne).
  2. (es) Bibliothèque nationale d'Espagne, « Fiche et hémérothèque du Museo de las Familias », sur hemerotecadigital.bne.es (consulté le 19 septembre 2014).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]