Heinrich Marschner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Heinrich Marschner
Description de cette image, également commentée ci-après
Heinrich Marschner
Nom de naissance Heinrich August Marschner
Naissance
Zittau, Drapeau de l'Électorat de Saxe Électorat de Saxe
Décès (à 66 ans)
Hanovre
Drapeau du royaume de Hanovre Royaume de Hanovre
Activité principale Compositeur, chef d'orchestre

Heinrich August Marschner, né à Zittau le et mort à Hanovre le , est un compositeur d'opéra et chef d'orchestre allemand de la période romantique.

Ami de Félix Mendelssohn et de Ludwig van Beethoven, rival de Carl Maria von Weber dans la composition d'opéras, Marschner fut à la fin de sa carrière éclipsé par la renommée croissante de Richard Wagner.

À part ses opéras, Marschner a également composé de la musique de chambre pour le piano.

Il fut chef d'orchestre au théâtre de Leipzig, puis à la Cour de Hanovre.

Lors de sa venue à Hanovre en 1843, Hector Berlioz le rencontre et dit de lui : « Je n'ai pas pu me lier très particulièrement avec le maître de chapelle Marschner ; la difficulté qu'il éprouve à s'exprimer en français rendait nos conversations assez pénibles ; il est d'ailleurs extrêmement occupé. C'est actuellement un des premiers compositeurs de l'Allemagne, et vous appréciez, comme nous tous, le mérite éminent de ses partitions du Vampire et du Templier. »[1]

Opéras[modifier | modifier le code]

  • Titus (1817)
  • Der Kiffhäuser Berg [Der Kyffhäuserberg] (vers 1817)
  • Saidar und Zulima (1818)
  • Heinrich IV und d'Aubigné (1819)
  • Der Holzdieb (1825)
  • Lucretia (1827) (Op. 67)
  • Der Vampyr (1828)
  • Der Templer und die Jüdin (1829) (Op. 60)
  • Des Falkners Braut (1830) (Op.65)
  • Hans Heiling (1832), son œuvre la plus connue
  • Das Schloß am Ätna (1836)
  • Der Bäbu (1838) (Op. 98)
  • Das stille Volk
  • Ali Baba
  • Der Wiener in Berlin
  • Fridthjof's Saga
  • Kaiser Adolf von Nassau (1844) (Op. 130)
  • Austin (1852)
  • Der Sängeskönig Hiarne, oder [und] das Tyrfingschwert (1861, posthume, représenté en 1863)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mémoires, Berlioz, p. 406, Éditions Harmoniques Flammarion, 1991.

Liens externes[modifier | modifier le code]