Carl Loewe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carl Loewe
Description de cette image, également commentée ci-après

Carl Loewe

Nom de naissance Johann Carl Gottfried Loewe
Naissance
Löbejün, Drapeau de l'Électorat de Saxe Électorat de Saxe
Décès (à 72 ans)
Kiel, Drapeau de la confédération de l'Allemagne du Nord Confédération de l'Allemagne du Nord
Activité principale Compositeur, scientifique
Activités annexes Organiste
Enseignement Daniel Gottlob Türk

Carl Loewe né à Löbejün le et mort à Kiel le , est un compositeur, pianiste, organiste, chef d'orchestre, chanteur, professeur et scientifique allemand. On compare fréquemment Loewe avec son contemporain Franz Schubert.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille catholique modeste, Loewe est initié à la musique grâce à son père, instituteur[1]. Puis à partir de 1810, il étudie avec Daniel Gottlob Türk, cantor et organiste à Halle. En 1820 il est nommé organiste puis cantor de la Jacobkirche de Stettin en Poméranie (aujourd'hui situé en Pologne) où il reste pendant 46 ans, cumulant d'autres fonctions, notamment d'enseignement.

Il est l'auteur de nombreux lieder et pièces instrumentales, principalement écrits au début de sa carrière. Son opus un, Erlkönig (1818) composé trois ans après Schubert, sur le poème de Goethe, fait sensation. Il se consacre par la suite à l'opéra et l'oratorio. Il fut chanteur (ténor), pianiste, s'accompagnant lui-même au piano ; et chef d'orchestre : le 20 février 1827, il dirige la première de l'ouverture du Songe d'une nuit d'été de Mendelssohn, jeune compositeur âgé de 18 ans.

À partir des années 1840, il se produit en concert : Berlin et Vienne d'abord en 1844, à Londres en 1847, en Scandinavie en 1851, en France en 1857.

Robert Schumann écrit (sans date)[2] :

« M. le Musikdirektor Dr. Karl Lœwe, de Stettin, dont les Ballades trouvent leur écho dans les milles voix allemandes qui les répètent avec enthousiasme et avec amour, donne demain soir un divertissement musical à l'hôtel de Pologne. S'il nous fallait nommer le compositeur vivant qui témoigne, depuis le début de sa carrière, d'un esprit allemand, qui ait su exprimer ce cœur et cette âme dans leurs nuances les plus délicates comme dans leurs violences, dans le langage du premier amour comme celui de la colère : nous nommerions Lœwe. Ajoutons à cela l'union, si rare, du compositeur, du chanteur et du virtuose en une seule personne. Qu'un acteur dramatique joue devant nous de façon si magistrale le Tasse : il ne nous touchera pas plus que le texte de gœthe. Avec Lœwe, nous entendons une musique chantée par celui dont le cœur même l'a conçue, l'a sentie le premier, celui sans qui cette musique n'existerait pas. Plus des occasions comme celle-ci se font rare, plus il nous fait les saisir […] Mais nous voyons avec joie s'approcher un soir qui nous donnera l'occasion d'honnorer un artste de notre patrie comme le mérite son haut talent. »

Marcel Beaufils après avoir cité le passage, s'interroge sur les goûts ou « engouements » de Schumann[3].

Il connut un grand succès à son époque et se produisit dans différentes cours princières. Il a connu une désaffection dans la seconde partie du XXe siècle, sauf dans son pays d'origine.

En 2012, lors de travaux de rénovation, une urne contenant le cœur de Loewe a été retrouvée à la Cathédrale de Stettin[4].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Loewe laisse tout au long de plus de cinquante ans, environ 500 lieder pour voix seule, avec accompagnement de piano (que l'on nomme chez ce compositeur généralement des ballades), convoquant plus de cent auteurs dont Goethe (27 lieder), Uhland, Vogl, Heine, Chamisso, Byron. Mais aussi six opéras dont un seul fut créé – sans grand succès –, 17 oratorios, des cantates et motets.

Dans le domaine instrumental il a composé trois sonates pour piano, trois quatuors à cordes (op. 24), deux symphonies et deux concertos pour piano.

Vocales[modifier | modifier le code]

Nombreuses ballades en cycle 
  • Der Heinesche Liederkreis, op. 9
  • Frauenlied, op. 60
  • Deux recueils de lieder, op. 62 et op. 84/4 : Rückerts Gedichte
  • Liederkreis für Babstimme (recueil pour voix de basse)
Oratorios 
  • Die Zerstörung von Jerusalem (1830)
  • Die Siebenschläfer (1833)
  • Palestrina (1843)
  • Das Sühnopfer des neuen Bundes (1847)
Opéras 
  • Die drei Wünsche (1834) Création à Berlin
  • Emmy d'après Walter Scott

Orchestre[modifier | modifier le code]

  • Symphonie no 1 en mineur
  • Symphonie no 2 en mi mineur (1832)
  • Concerto pour piano no 1 en mi mineur
  • Concerto pour piano no 2 en la majeur

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Intégrale des Lieder et Ballades - Cord Garben, piano (21CD CPO)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]