Johan Christian Dahl

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dahl.
Johan Christian Dahl
Frogner Manor by I. C. Dahl for Benjamin Wegner.jpg

Frogner Manor, Oslo (1842)
tableau de Johan Christian Dahl

Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Artiste-peintre
Formation
Domicile
Lieu de travail
Enfant
Johann Siegwald Dahl (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions

Johan Christian Claussen Dahl (J. C. Dahl), né le à Bergen et mort le à Dresde, est un peintre paysagiste norvégien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Éruption du Vésuve (1824) Metropolitan Museum of Art, New York
Le Port de Copenhague au crépuscule (1846), Metropolitan Museum of Art, New York

Dahl vient d'un milieu simple : son père est un pêcheur modeste de Bergen en Norvège.

Enfant, Dahl étudie à la cathédrale de Bergen pour devenir prêtre, mais ses capacités artistique précoces l'amènent à tenter une carrière dans la peinture. De 1803 à 1809, il étudie avec le peintre J.G. Müller, dont l'atelier est, à l'époque, le plus important de Bergen. Il se met à travailler la peinture pour des décors de théâtre, s'essaie à l'art du portrait et des vues de Bergen et de ses environs.

Dahl poursuit ses études à l'Académie de Copenhague, ville dont il peint la campagne environnante. En 1812, il écrit à Sagen que Jacob van Ruisdael et Everdingen sont parmi les paysagistes qu'il a le plus imités.

Dahl participe à des expositions d'art annuelles à Copenhague à partir de 1812, mais sa vraie percée se produit en 1815, quand il expose pas moins de treize tableaux. Le prince Christian Frederik du Danemark veille à ce que ses œuvres soit achetées pour la collection royale ; il devient aussi un ami et un mécène de l'artiste.

En 1816, Dahl rencontre C.W. Eckersberg et devient son ami.

Après son succès à Copenhague, Dahl devient un artiste indépendant. Toutefois, ses préférences académiques demeurent attachées aux peintures historiques véhiculant des messages moraux, ainsi qu'aux paysages pourtant considérés comme un art bas et, dans certains milieux, même pas comme de l'art du tout, mais comme une imitation purement mécanique de la nature. Les seuls paysages pouvant être considérés comme de l'art, selon l'Académie, sont des idéaux, des paysages imaginaires dans les styles pastoral ou héroïque. Conformément à ce goût régnant, Dahl tente de donner à ses thèmes danois un certain caractère atmosphérique afin de les élever au-dessus de ce qui est alors considéré comme à un niveau artistique purement commercial. En même temps, il conserve intact son désir le plus profond de donner une image plus fidèle de la nature norvégienne. Cette volonté reste en partie motivée par la nostalgie et le patriotisme, mais il est également une marque de l'adaptation de la sensibilité de l'artiste au goût du public.

En septembre 1818, Dahl se rend à Dresde. Il y rencontre Caspar David Friedrich qui l'aide à s'y établir et devint un ami proche. Un critique écrit : « Friedrich produit alors des paysages minutieusement exécutés - exemples d'un art informé par son éducation protestante stricte et d'une recherche de la volonté divine dans la nature - qui ont été à juste titre célèbres au moment où il fait la connaissance de Dahl. De cette période, nous sommes en mesure de voir ses Deux hommes contemplant la lune (1819) ; tout comme le tableau Greifswald au clair de lune (1816-1817) qui dépeint la ville natale de l'artiste, en Poméranie, sur la côte de la Baltique: baignant dans un même clair de lune. »

De Dresde, Dahl voyage à la campagne pour rechercher des sujets qui pourraient lui être utiles dans les grands travaux qui seraient peints plus tard dans son atelier. Il a écrit au prince Christian Frederik en 1818 que « la plupart du temps, je représente la nature dans toute sa liberté et sa sauvagerie. » Dahl a assez de matière dans la région de Dresde pour fournir des motifs pour ses peintures, mais il continue à peindre des paysages imaginaires de forêts, de montagnes et de cascades. Une peinture par exemple, achevée en 1819, intitulée Norsk fjellandskap med elv (Montagnes du paysage norvégien avec un fleuve), suscite une grande attention parmi les jeunes artistes. Une autre peinture, une monumentale chute d'eau, est achevée en 1820. La même année, Dahl est accepté à l'Académie de Dresde.

Le prince Christian Frederik écrit à Dahl en 1820 depuis l'Italie et l'invite à le rejoindre sur le golfe de Naples. Dahl, qui sortait à l'époque avec une jeune femme nommée Emilie von Bloch, estima qu'il devait accepter l'offre du prince ; il épousa donc Emilie rapidement et se rendit en Italie le lendemain. Il y passe finalement dix mois. Ce séjour devient un facteur décisif de son développement artistique. C'est en Italie, avec sa forte lumière méridionale, que l'art de Dahl atteint véritablement son apogée.

Dahl est à Rome en février 1821. Il passe beaucoup de temps à visiter les musées, rencontre des artistes et peint. Parmi les sujets que lui inspire l'Italie, il peint le site de Rome et le golfe de Naples.

En tant que membre de l'académie, Dahl consacre toujours de son temps à la formation de jeunes artistes. En 1824, Caspar David Friedrich le nomme professeur extraordinaire, ce qui lui permet de recevoir un salaire régulier. Parmi ses élèves ont compte Knud Baade, Peder Balke et Thomas Fearnley.

Avec sa femme, il vit à Dresde à partir de 1823. Il multiplie toutefois les voyages en Norvège, car il s'y rend en 1826, 1834, 1839, 1844 et 1850, la plupart du temps pour peindre les montagnes.

En 1827, Emilie Dahl meurt quand elle accouche de leur quatrième enfant. En 1829, son second enfant meurt de la scarlatine. En janvier 1830, Dahl épouse son élève Amalie von Bassewitz, mais elle aussi meurt en couches en décembre de la même année. Quelques années plus tard, son plus jeune enfant meurt, laissant Dahl avec deux enfants survivants, Caroline et Siegwald.

Lors de son dernier voyage en Norvège, en 1850, il se découvre vieillissant et très affaibli, bien qu'il s'astreint à continuer de peindre des paysages dans les montagnes. Ce dernier voyage dans son pays natal donne lieu à plusieurs ses œuvres parmi les plus saisissantes.

Dahl est mort seul après une brève maladie. Il est enterré le , à Dresde.

En 1902, une statue de Dahl par Ambrosia Tønnesen, sculpteur norvégien (1859-1948), est érigée sur la façade du Kunstindustrimuseum Vestlandske à Bergen. En 1934, sa dépouille est ramenée en Norvège et enterrée dans le cimetière de l'église Saint-Jacob (Sankt Jakob kirke) à Bergen.

Œuvres notables[modifier | modifier le code]

Tableau Titre traduit Titre original Date Dimensions (cm) Technique Lieu Ville Pays Notes
Frederiksborg Slot 1814 by J.C. Dahl.jpg Château de Frederiksborg Frederiksborg Slot 1814 Huile sur toile Galerie nationale d'Oslo Oslo
Johan Christian Claussen Dahl - Frederiksborg slott (1817).jpg Château de Frederiksborg Frederiksborg Slot 1817 Huile sur toile Museum of Art Dallas
Dahl.I.C.1820.jpg Église d'Avaldsnes Avaldsnes kirke 1820 Huile sur toile
Trolltindene 1823.jpg Dents de Troll Trolltindene 1823 Huile sur toile
I.C.Dahl Vesuv.jpg Éruption du Vésuve Vesuvs utbrudd 1826 Huile sur toile Institut d’art Städel et galerie municipale
Johan Christian Clausen Dahl, Blick auf Dresden bei Vollmondschein.jpg Vue de Dresde au clair de lune Blick auf Dresden bei Vollmondschein 1839 Huile sur toile Musée national de l'art, de l'architecture et du design Oslo Norvège
Frogner Manor by I. C. Dahl for Benjamin Wegner.jpg Manoir Frogerne Frogner Hovedgaard 1842 Huile sur toile Collection privée États-Unis
Johan Christian Clausen Dahl, Blick auf Dresden bei Vollmondschein.jpg Vue de Stalheim Fra Stalheim 1839 Huile sur toile Galerie nationale Oslo Norvège
Dahl - Copenhagen Harbour by Moonlight.jpg Port de Copenhague au clair de lune Københavns Havn i måneskinn 1846 Huile sur toile Musée national de l'art, de l'architecture et du design Oslo Norvège
ICDahl, Bjerk i storm.jpg Bouleau dans la tempête Birk i storm 1849 92*72 Huile sur toile Bergen Billedgalleri Bergen Norvège

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :