Jan Václav Hugo Voříšek

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jan Václav Hugo VoříšekJan Hugo Woržischek
Description de cette image, également commentée ci-après

Jan Václav Voříšek, 1820

Naissance
Vamberk, Drapeau de l'Autriche Empire d'Autriche
Décès (à 34 ans)
Vienne, Drapeau de l'Autriche Empire d'Autriche
Activité principale compositeur, pianiste et organiste
Maîtres Václav Jan Tomášek

Jan Václav Hugo Voříšek (Jan Hugo Woržischek) est un compositeur, pianiste et organiste tchèque, né le à Vamberk et mort le à Vienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

De père musicien organiste, il reçoit très jeune une éducation musicale et apprend le piano. De 1810 à 1813, il étudie à l'université de Prague et à partir de 1812, devient élève de Václav Jan Tomášek.

À l'âge de 22 ans, il s'installe à Vienne; il étudie le droit et le piano auprès de Johann Nepomuk Hummel. Il côtoie alors le cercle musical de Beethoven et fait la connaissance de célèbres musiciens comme Louis Spohr, Ignaz Moscheles et surtout Franz Schubert. Il se lie d'amitié avec ce dernier et en 1818 devient membre de la Gesellschaft der Musikfreunde. En 1821, il termine ses études de droit et commence à travailler dans un tribunal militaire. En 1823, il est organiste de la Cour et commence à donner des cours de piano.

Il meurt de la tuberculose le 19 novembre 1825. Il est enterré au cimetière de Wäring, qui est devenu aujourd'hui le parc Franz Schubert. En effet, son ami Schubert et son idole Beethoven reposaient dans ce même cimetière, avant d'être transférés au cimetière central de Vienne.

Son œuvre[modifier | modifier le code]

Son œuvre, peu abondante mais de très haute qualité, montre une sorte de trait d'union entre Beethoven et Schubert. Car si son unique sonate pour piano s'inscrit avec bonheur dans le sillage beethovénien, ses Impromptus op.7, publiés en 1822, ouvrent la voie à ceux de Schubert dont ils constituent la source d'inspiration sans doute la plus importante[1].

Voříšek n'a écrit qu'une seule symphonie, en ré majeur en 1821. Elle ressemble, par son caractère préromantique, aux deux premières symphonies de Beethoven.

Il a écrit également, des rhapsodies, des impromptus, des variations, une sonate pour piano (en si bémol mineur), des pièces pour piano, violon, violoncelle et des Lieder. Il a écrit enfin de la musique sacrée, dont une remarquable Missa Solemnis.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Œuvres pour piano : Sonate quasi una fantasia en si bémol mineur op.20, 6 Variations en si bémol majeur op.19, Fantasia en ut majeur op.12, 6 Impromptus op.7 ; Olga Tverskaia, pianoforte ; 1 CD Opus 111 (2001).
  • Vorisek Piano Music : Fantaisie (op. 12), Impromptus (op. 7), Variations (op. 19), Sonate (op. 20), Radoslav Kvapil (pianiste), 1 CD, Regis Records, 2008.
  • Musique de chambre : Sonate pour violon en sol majeur op.5, Rondo pour violon et piano op.8, Variations pour violoncelle et piano op.9, Rondo pour quatuor à cordes op.11 ; Ivan Klánský, piano, Quatuor Kocian ; 1 SACD Praga Digitals (2004).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Harry Halbreich, Note introductive, CD Opus 111, Olga Tverskaia pianoforte (2001)

Liens externes[modifier | modifier le code]