Augusta Holmès

Cette page est proposée comme bon article. Cliquez pour voter.
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Augusta Holmès
Image dans Infobox.
Augusta Holmès photographiée par L. Taponier au cours des années 1880.
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Cimetière Saint-Louis de Versailles, tombe d'Augusta Holmès (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
Hermann ZentaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activités
Conjoint
Autres informations
Domaine
Piano repertoire (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mouvement
Instruments
Maîtres
Genres artistiques
Distinction
Œuvres principales
signature d'Augusta Holmès
signature
2021-07-22 17-29-34 - Versailles - Tombe d'Augusta Holmès.jpg
Vue de la sépulture.

Augusta Mary Anne Holmès, née Holmes le à Paris et morte le dans la même ville, est une poétesse et compositrice française aux origines britannique et irlandaise. Elle grandit à Versailles, où elle côtoie les salons et sociétés artistiques de son époque, fréquentant des personnalités comme Charles Gounod ou Camille Saint-Saëns. En 1879, elle prend la nationalité française et ajoute un accent grave à son nom de famille.

Grande mélodiste, élève de César Franck, amie de Franz Liszt et émule de Richard Wagner, elle compose avec un grand succès plusieurs symphonies et poèmes symphoniques à l'image des Argonautes, pour lequel elle devient très renommée, ainsi que quatre opéras, dont son plus célèbre, La Montagne noire, représenté à l'Opéra de Paris en 1895. Dans un autre genre, elle est l'autrice du noël Trois anges sont venus ce soir, popularisé par Tino Rossi.

À l'image de son idole, Richard Wagner, dont elle possédait un portrait dans son salon de travail, elle écrit elle-même les textes de ses œuvres, qu'il s'agisse de ses très nombreuses mélodies, du texte de ses poèmes symphoniques avec voix ou même des livrets de ses opéras. Elle a été pendant un temps la compagne de l'écrivain Catulle Mendès, avec qui elle a eu plusieurs enfants.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Augusta Holmès à l'âge de dix-huit ans.

Augusta Holmès naît rue Neuve-de-Berry, dans l'ancien premier arrondissement de Paris, le [1],[2]. Ses parents sont Charles William Scott Dalkeith Holmes (né le à Youghal et mort le à Versailles)[3], officier irlandais en demi-solde à partir d', et Tryphina Anna Constance Augusta Shearer (1811-1858)[4]. Le couple s'est marié en 1827[5].

Elle a pour parrain Alfred de Vigny[6], qui, selon des rumeurs, serait son père biologique[7],[8]. En 1855, la famille Holmes s'installe à Versailles[9], au 15 rue de l'Orangerie[10],[11].

Formation[modifier | modifier le code]

Holmes peut commencer des études de musique en 1858, à la mort de sa mère[9], car celle-ci refusait même la présence d'un piano au domicile familial[12],[11]. Elle fréquente le salon du musicien Guillot de Sainbris, ce qui lui permet de faire de la musique d'ensemble autant que de chanter[13],[14]. Elle y fait la connaissance de Charles Gounod et d'Ambroise Thomas[14]. Elle y rencontre d'autres personnalités comme les peintres Henri Regnault et Georges Clairin, les écrivains Henri Cazalis, Armand Renaud, Louis de Lyvron, André Theuriet et le compositeur Camille Saint-Saëns[13] qui « éprouve une réelle attirance pour la belle et talentueuse musicienne[15] ». Elle participe aux soirées organisées par Regnault, Clairin et Blanchard à l'atelier du boulevard Saint-Michel[16], à Paris, ainsi que chez Saint-Saëns, au 168 faubourg Saint-Honoré[17],[18].

Bien qu'elle étudie aussi la peinture, elle s'intéresse principalement à la musique. Elle commence ses études musicales avec Mlle Peyronnet[19],[20], apprenant les grandes œuvres de Bach, Beethoven et Haendel, qu'elle connaissait par cœur[12]. Tout comme son ami Camille Saint-Saëns, elle est considérée comme une pianiste prodige[21]. Après l'étude du piano, Augusta devient élève d'Henri Lambert[N 1],[22] pour l'orgue, l'harmonie et le contrepoint, ainsi que du clarinettiste Hyacinthe Klosé[20]. Elle apprend également le chant auprès de Guillot de Sainbris[13]. Selon Henri Gauthier-Villars, sa tessiture « allait du contre-fa au si bémol aigu[23] ». Elle chante en s'accompagnant elle-même au piano sur des mélodies dont elle écrit autant le texte que la musique[13], et devient l'élève de César Franck[24]. Consciente de « l'indifférence qui accueille les œuvres d'une femme compositeur[25] », elle publie ses premières partitions sous le pseudonyme d'Hermann Zenta, avant d'abandonner cet usage pour publier sous son nom propre[26].

Carrière[modifier | modifier le code]

Photographie en noir et blanc d'Augusta Holmès dans un salon bourgeois
Mlle Augusta Holmès dans son salon, au 30 rue Juliette-Lamber, photographie d'Henri Mairet.

Holmes rencontre le compositeur italien Gioachino Rossini qui l'encourage dans la voie musicale après l'avoir entendue déchiffrer un morceau à vue et chanter[27].

En 1869, elle assiste à la création de L'Or du Rhin en compagnie de Franz Liszt, qui lui écrira plus tard avoir « la plus haute opinion de [ses] talents extraordinaires »[28].

En 1870, sous la guerre franco-prussienne, elle sert comme ambulancière[29],[30]. Éminemment patriote, elle compose Vengeance !, un chant guerrier[31], et une ode à la France sous le titre Dieu sauve la France à la fin de l'année 1870. Elle ajoute un accent grave à son nom[32].

C'est à partir de 1875 qu'elle étudie auprès de César Franck[33]. En 1876, elle fait le voyage à Bayreuth pour l'inauguration du palais des festivals[29]. À Tribschen, elle rencontre Richard Wagner, qui imprégnera ses compositions comme dans le poème symphonique Lutèce[34] ou dans son opéra Astarté puisqu'elle écrit les textes de ses mélodies, oratorios, symphonies vocales et de ses opéras dont le plus connu est La Montagne noire[35].

En 1876, elle compose sa première symphonie Roland Furieux, qui ne sera créée qu'en 2019 par l’Orchestre national de la BBC du Pays de Galles, à Cardiff[36]. Cependant, l'Andante pastoral, qui constitue le deuxième mouvement, a souvent été joué séparément et fut créé dès janvier 1877 à Paris, sous la direction d'Édouard Colonne[37]. Octave Mirbeau rapporte que lors de l'une de ces représentations à laquelle il assiste, l'œuvre a été sifflée, non pas à cause de sa qualité que l'auteur souligne, mais parce qu'Augusta Holmès était considérée comme wagnérienne[38],[37]. Sa seconde symphonie Lutèce est composée l'année suivante[39].

En 1879, elle est naturalisée Française[40],[N 2].

En 1880, Augusta Holmès compose son deuxième poème symphonique avec voix, Les Argonautes, qui remporte un vif succès malgré l'échec du concours de la ville de Paris[42],[43], et qui lui permet de faire jouer en 1882 son troisième poème symphonique, Irlande, d'allure très patriotique et vantant le pays de ses origines[44],[37]. Elle reverse d'ailleurs les droits d'auteur que lui rapportent les représentations de l’œuvre à des organisations nationalistes irlandaises[37]. En 1883, elle compose deux autres poèmes symphoniques, Andromède, qui s'inspire à nouveau de la mythologie grecque, et un second poème symphonique patriotique, Pologne[45],[37].

Photographie en noir et blanc d'Augusta Holmès dans son cabinet de travail
Mlle Augusta Holmès dans son cabinet de travail, au 30 rue Juliette-Lamber, photographie d'Henri Mairet.

En 1884, elle écrit son quatrième opéra, La Montagne noire : créé à l'Opéra Garnier, le , cet ouvrage remporte un succès mitigé avec treize représentations, et n'est pas repris à Paris[39]. Cependant, le talent de la compositrice n'est pas ignoré, salué par Debussy[46], et le public lui pardonne cet échec en se souvenant des succès de ses précédents poèmes symphoniques à la « musique charmante et robuste ».

En 1887, elle compose son célèbre cantique de Noël Trois anges sont venus ce soir, qui connait un succès équivalent à Minuit, chrétiens, le chant composé par Adolphe Adam[47]. Il sera chanté par Tino Rossi et d'autres chanteurs populaires[48].

En 1888, elle compose pour glorifier la France une ode symphonique, Ludus pro Patria, inspirée du tableau homonyme de Puvis de Chavannes[37]. Dans la même veine, 1889 est l'année d'une certaine reconnaissance officielle : elle compose une Ode triomphale pour célébrer le centenaire de la Révolution française, une œuvre monumentale pour un orchestre de trois cents musiciens et un chœur de neuf cents chanteurs et chanteuses costumés sur un plateau de 2 000 mètres carrés[49]. Ce qui fait dire à Saint-Saëns, dans Le Rappel : « Il fallait plus qu'un homme pour chanter le centenaire ; à défaut d'un dieu impossible à rencontrer, la République Française a trouvé ce qu'il lui fallait : une Muse ! »[49]. La première se déroule le au palais de l'Industrie, devant quinze mille spectateurs et spectatrices : la pièce, grandiose, au caractère à la fois solennel et populaire, est un véritable succès public[49].

Ses poèmes symphoniques Irlande et Pologne la font connaître comme compositrice de musique à programme à tendance nationaliste. Elle est louée pour sa musique aussi puissante et virile qu'ayant un beau génie mélodique[50].

En 1890, elle est nommée Officier de l'Instruction publique[51]. Sa renommée franchit les frontières[52] : la ville de Florence lui commande une partition pour les cérémonies du sixième centenaire de la mort de Béatrice Portinari, amour de Dante. Ce sera l'Hymne à la Paix, créé à Florence en mai 1890, en présence de la compositrice[53], qui recueille de vifs éloges[52]. En 1891, elle fait partie du jury du concours de la ville de Paris, auprès des compositeurs Ernest Guiraud, Vincent d'Indy, Emmanuel Chabrier, Théodore Dubois, Jules Massenet, Charles-Marie Widor et Gabriel Fauré[54].

Fin de vie[modifier | modifier le code]

Bâtiment du 30, anciennement 40, rue Juliette Lamber, lieu de résidence de la compositrice Augusta Holmès.
Bâtiment du 30, anciennement 40, rue Juliette-Lamber, lieu de résidence de la compositrice Augusta Holmès.

À la fin de sa vie, Augusta Holmès fréquente le salon de Nina de Villard[55]. Elle s'intéresse aussi au spiritisme[56], donne des cours de piano et de chant pour pouvoir survivre et continue de composer, sans que ses œuvres lui rapportent beaucoup d'argent[57]. La mélodie Trois anges sont venus ce soir n'a été vendue à son éditeur de musique qu'au prix de 250 francs[57].

Elle se convertit au catholicisme[57] et est baptisée le [58]. Elle meurt d'une attaque cardiaque le à Paris (17e arrondissement)[59],[60], dans son domicile au 40 rue Juliette-Lamber. La cérémonie funéraire a lieu à l'église Saint-Augustin, où Camille Saint-Saëns a officié comme organiste[61]. Aux termes de son acte de décès, Augusta Holmès est officier de l'Instruction publique. Elle lègue ses manuscrits musicaux à la bibliothèque du Conservatoire national de musique, sa bibliothèque à la bibliothèque municipale de Versailles et six portraits la représentant au musée de Versailles[62].

Augusta Holmès est enterrée avec son père au cimetière Saint-Louis de Versailles[63]. Son tombeau, inauguré le [64] avec un hommage de Maud Gonne[65], est sculpté par Auguste Maillard[66]. Sur le socle sont inscrits deux vers tirés de sa symphonie avec voix Lutèce : « La gloire est éternelle et la tombe éphémère ; Les âmes ne font point d'adieux ! »[66].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Julia Daudet dans Souvenirs d'un groupe littéraire évoque la beauté d'Augusta Holmès[67],[68]. Elle inspire notamment des peintres comme Henri Regnault, qui la prend pour modèle dans son tableau Thétis apportant à Achille, pour venger la mort de Patrocle, les armes divines forgées par Vulcain[69], avec lequel il concourt au prix de Rome[68], mais aussi des écrivains, à l'image d'Alfred de Vigny, qui lui dédie L'Esprit pur dans Les Destinées[70], ou Émile Deschamps[71],[N 3]. André Theuriet la prend aussi comme modèle pour dépeindre la musicienne hongroise Mira Strany dans Mademoiselle Guignon[72]. Léon Daudet la décrit dans Fantômes et Vivants : souvenirs des milieux littéraires, politiques artistiques et médicaux de 1880 à 1905[73],[74]. Plusieurs compositeurs lui dédient leurs œuvres, comme Camille Saint-Saëns, qui louera très souvent sa beauté, dans La Solitaire, troisième des Mélodies persanes[75] ou son poème symphonique Le Rouet d'Omphale[76],[77], et César Franck, son troisième Choral pour orgue[78].

Dès 1864, ses amours tapageuses avec un jeune Polonais font parler d'elle[79]. Elle se fiance en 1868, mais cela n'aboutit pas[71]. Aux environs de 1874, Saint-Saëns lui aurait demandé sa main, mais fut éconduit[80],[81].

Les Trois Filles de Catulle Mendès par Auguste Renoir (1888), Metropolitan Museum of Art (New York).
Les Trois Filles de Catulle Mendès par Auguste Renoir (1888), Metropolitan Museum of Art (New York).

Restée célibataire, elle entretient une liaison, remontant peut-être à 1866 et affichée dès 1869[82], avec Catulle Mendès. Le poète s'installe chez elle en 1878 mais la quitte en 1886, alors qu'elle est ruinée[83]. Ils ont cinq enfants[84][85] :

Succès musical[modifier | modifier le code]

Le succès d'Augusta Holmès est arrivé dès les premières œuvres symphoniques. Si son Ouverture pour une comédie la fait déjà remarquer, c'est avec Roland furieux qu'elle prend place parmi les compositeurs et compositrices les plus connus[38]. À partir de ce moment, son succès n'ira que grandissant, avec les poèmes symphoniques patriotique Irlande et Pologne, auxquels s'adjoint Lutèce, drame symphonique.

Elle s'inspire aussi de l'Antiquité grecque et de ses figures, composant ainsi les poèmes symphoniques Les Argonautes et Andromède. Les figures de l'antiquité sont encore plus présentes avec la prise en compte de ses œuvres vocales, parmi lesquelles on retrouve La Fille de Jephté, Prométhée et trois hymnes : à Apollon, à Vénus et à Éros. Ses pages symphoniques lui valent la sympathie du public comme des critiques qui saluent le génie mélodique autant que la vigueur de ces pages symphoniques. Le succès que lui valent ses œuvres précédentes lui permet de surmonter l'échec de son dernier opéra La Montagne noire[46].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Le répertoire d'Augusta Holmès est très varié, allant de la mélodie à l'opéra en passant par des poèmes symphoniques avec ou sans chœur[87]. L'une de ses œuvres les plus interprétées est son chant de Noël Trois anges sont venus ce soir, notamment chanté par Tino Rossi[48].

Mélodies[modifier | modifier le code]

Elle écrit une centaine de mélodies parmi lesquelles :

Musique pour piano[modifier | modifier le code]

  • Marche des zouaves, 1861
  • Rêverie tzigane, 1887[94].
  • Ce qu'on entendit dans la nuit de Noël, prélude pour piano, 1890
  • Oiseau d'hiver, 1892[95].
  • Polonaise pour piano

Musique de chambre[modifier | modifier le code]

  • Minuetto, quatuor à cordes, 1867
  • Trois petites pièces, pour flûte et piano, 1879
  • Fantaisie pour clarinette et piano, 1900

Musique vocale[modifier | modifier le code]

  • Memento mei Deus, pour chœur, 1872[90]
  • Veni Creator pour ténor, chœur et orgue, 1887
  • La Vision de la reine, scène lyrique pour voix féminine soliste, chœur féminin, piano, violoncelle et harpe, 1895
  • Danse d'Almées, pour chœur à 4 voix et orgue

Musique symphonique[modifier | modifier le code]

  • Air de ballet, pour orchestre symphonique, 1870
  • Allegro féroce pour orchestre, 1870
  • Ouverture pour une comédie, pour orchestre, 1870
  • Roland furieux, symphonie d'après L'Arioste, 1875-1876
  • Les Argonautes, poème symphonique, 1880
  • Irlande, poème symphonique, 1882
  • Andromède, poème symphonique, 1883
  • Pologne, poème symphonique, 1883
  • La Nuit et l'Amour, interlude symphonique pour orchestre tiré de l'ode Ludus pro Patria, 1888[96]
  • Au pays bleu, suite symphonique, 1892
  • Le Jugement de Naïs, pour orchestre, 1902

Musique symphonique avec voix[modifier | modifier le code]

  • Danses d'almées, pour alto, chœur et orchestre, 1868
  • La Fille de Jephté, pour chœur et orchestre, 1869
  • Carmen nuptiale, pour chœur et orchestre, 1870
  • Prométhée, pour soliste, chœur et orchestre, 1870
  • La Chanson de la caravane, pour voix solistes, chœur et orchestre, 1870
  • Hymne à Apollon, poème symphonique pour voix solistes, chœur et orchestre, 1872
  • Psaume 113 : In exitu Israël, pour chœur et orchestre, 1872
  • Lutèce, drame symphonique pour voix solistes, chœur et orchestre, 1877
  • Ludus pro patria, ode symphonique pour chœur et orchestre, 1888
  • Une vision de sainte Thérèse pour soprano et orchestre, 1888
  • Ode triomphale en l'honneur du centenaire de 1789 pour soprano, chœur et orchestre, 1889[97]
  • Hymne à la paix pour voix solistes, chœur et orchestre, 1890
  • Fleur de néflier pour ténor, chœur et orchestre, 1901

Opéra[modifier | modifier le code]

  • Astarté, opéra en 1 acte, 1870
  • Lancelot du lac, opéra en 3 actes, 1870
  • Héro et Léandre, opéra en 1 acte, 1875
  • La Montagne noire, opéra en 4 actes, 1884

Œuvres littéraires[modifier | modifier le code]

  • Norah Greena, livret d'opéra en 4 actes, 1880
  • La Belle Roncerose, livret d'opéra en 3 actes, 1890
  • La Merrow, livret d'opéra en 4 actes
  • Le Fils d'Olivier, livret d'opéra en 4 actes
  • Marie Stuart, livret d'opéra en 3 actes

Iconographie[modifier | modifier le code]

Le musée Lambinet de Versailles conserve son portrait peint en 1873 par Gustave Jacquet, légué par sa fille Hélyonne[98].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Postérité[modifier | modifier le code]

Compositrice reconnue en son temps[100], Augusta Holmès a longtemps été ignorée par la suite dans les dictionnaires, encyclopédies et histoires de la musique classique[101],[102],[103]. Elle figure notamment dans Le Dictionnaire universel des créatrices[104].

Elle est redécouverte au début du XXIe siècle[105] et ses œuvres sont rejouées, voire créées, comme Roland furieux en 2019[36].

Hommages[modifier | modifier le code]

Augusta Holmès est la dédicataire de plusieurs partitions de compositeurs contemporains :

Distinctions[modifier | modifier le code]

Odonymes[modifier | modifier le code]

En France, plusieurs odonymes honorent sa mémoire :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Titulaire des orgues de la cathédrale Saint-Louis de Versailles[13].
  2. Par décret du président de la République daté du [41].
  3. Auteur d'un acrostiche sur le nom d'« Augusta »[70].
  4. Jean-Luc Caron et Gérard Denizeau attribuent à Augusta Holmès la dédicace de Sabre en mains, no 4 des Mélodies persanes[109].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Pichard du Page 1919, p. 225.
  2. Acte de naissance (vues 34 et 35/51) sur le site des Archives de Paris.
  3. Archives départementales des Yvelines Acte de décès no 1149 dressé le 20/12/1869, vue 224 / 232.
  4. Myers 1967, p. 367.
  5. Friang 2003, p. 21.
  6. Myers 1967, p. 368.
  7. K. G. Watters, « Aux débuts du stendhalisme une romantique anglo-irlandaise », in Victor Del Litto, Kurt Ringger (dir.), Stendhal et le romantisme, Librairie Droz, 1984, 360 pages, p. 163-168 (ISBN 2881070019).
  8. Friang 2003, p. 22.
  9. a et b Friang 2003, p. 161.
  10. Marcel Batilliat, « Augusta Holmès », Versailles Illustré,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  11. a et b Myers 1967, p. 369.
  12. a et b Pichard du Page 1919, p. 227.
  13. a b c d et e Friang 2003, p. 26.
  14. a et b Pichard du Page 1919, p. 234.
  15. Caron & Denizeau 2013, p. 39.
  16. Pichard du Page 1919, p. 236.
  17. Pichard du Page 1919, p. 237.
  18. Caron & Denizeau 2013, p. 89.
  19. Pichard du Page 1919, p. 9.
  20. a et b Roster 1998, p. 192.
  21. Émile Vuillermoz, Histoire de la musique, Paris, A. Fayard, , 606 p. (ISBN 2-213-00859-0 et 978-2-213-00859-2, OCLC 77603635, lire en ligne), p. 398.
  22. « Augusta Holmès », sur www.musimem.com (consulté le )
  23. Pichard du Page 1919, p. 233.
  24. « Mlle Augusta Holmès », Gazette artistique de Nantes : journal artistique ["puis" journal musical] et littéraire, paraissant une fois par semaine,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  25. Ebel 1910, p. 82.
  26. Roster 1998, p. 193.
  27. Pichard du Page 1919, p. 290.
  28. Pichard du Page 1919, p. 297.
  29. a et b Roster 1998, p. 195.
  30. Pichard du Page 1919, p. 304.
  31. Friang 2003, p. 47.
  32. Holmès (lire en ligne)
  33. Myers 1967, p. 371.
  34. Édouard Dujardin, « Lutèce », Le Progrès artistique : journal des artistes musiciens instrumentistes et choristes : paraissant le jeudi,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  35. La Montagne noire : drame lyrique en quatre actes et cinq tableaux (lire en ligne).
  36. a et b « Œuvre de la semaine – Augusta Holmès : Roland Furieux », sur Schott Music (FR), (consulté le )
  37. a b c d e et f Roster 1998, p. 197.
  38. a et b Octave Mirbeau et Jean-François Nivet, Chroniques musicales, Anglet, Séguier, , 255 p. (ISBN 2-84049-270-9 et 978-2-84049-270-2, OCLC 469004470, lire en ligne), p. 75.
  39. a et b (en) Karen Henson, « Holmès [Holmes], Augusta », sur Grove Music Online, (consulté le )
  40. Fabian Kolb, « Review of Gattung, Geschlecht und Gesellschaft im Frankreich des ausgehenden 19. Jahrhunderts: Studien zur Dichterkomponistin Augusta Holmès mit Werk- und Quellenverzeichnis (Musikwissenschaftliche Publikationen. Band 36.) », Die Musikforschung, vol. 67, no 4,‎ , p. 428–430 (ISSN 0027-4801, lire en ligne, consulté le ).
  41. « Bulletin des lois de la République française », sur Gallica, (consulté le ), p. 1147
  42. Félix Clément, Pierre Larousse et Arthur Pougin, Dictionnaire des opéras (Dictionnaire lyrique) : contenant l'analyse et la nomenclature de tous les opéras, opéras-comiques, opérettes et drames lyriques représentés en France et à l'étranger depuis l'origine de ces genres d'ouvrages jusqu'à nos jours, Paris : Librairie Larousse, (lire en ligne)
  43. « Le Ménestrel : journal de musique », sur Gallica, (consulté le )
  44. « Gazette artistique de Nantes : journal artistique ["puis" journal musical] et littéraire, paraissant une fois par semaine », sur Gallica, (consulté le )
  45. Arthur Pougin, « Le Ménestrel : journal de musique », sur Gallica, (consulté le )
  46. a et b Claude Debussy, Monsieur Croche et autres écrits, Paris, Gallimard, , 361 p. (ISBN 2-07-071107-2 et 978-2-07-071107-9, OCLC 20091249, lire en ligne), p. 94.
  47. Émile Vuillermoz, Histoire de la musique, Paris, A. Fayard, , 606 p. (ISBN 2-213-00859-0 et 978-2-213-00859-2, OCLC 77603635, lire en ligne), p. 399.
  48. a et b Roselyne Bachelot, « La vie fabuleuse d’Augusta Holmès », sur France Musique, .
  49. a b et c Roster 1998, p. 198.
  50. Adolphe Julien, « Au jour le jour — Mlle Augusta Holmès », Journal des débats politiques et littéraires,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  51. « La Liberté », sur Gallica, (consulté le )
  52. a et b Roster 1998, p. 200.
  53. Augusta Holmès, [13 lettres d'Augusta Holmès à Camille Saint-Saëns], 1888-1903 (lire en ligne)
  54. « Ste Cécile : journal de musique paraissant le 1er et le 15 de chaque mois / Louis Boucher, directeur », sur Gallica, (consulté le )
  55. Pichard du Page 1919, p. 355.
  56. Jules Bois, « Le Progrès spirite : organe de la Fédération spirite universelle », sur Gallica, (consulté le )
  57. a b et c Pichard du Page 1919, p. 359.
  58. Friang 2003, p. 164.
  59. Acte de décès (17e arrondissement, no 213 de 1903. Vue 3/31) sur le site des Archives de Paris.
  60. « L'Écho de Paris », sur Gallica, (consulté le ).
  61. Pichard du Page 1919, p. 362-363.
  62. « Le Ménestrel : journal de musique », sur Gallica, (consulté le ).
  63. Obsèques provisoires au cimetière Montmartre avant transfert à Versailles, Le Figaro du .
  64. « Le Mois littéraire et pittoresque », sur Gallica, (consulté le ).
  65. « La Chronique des livres : revue bi-mensuelle de bibliographie et d'histoire littéraire », sur Gallica, (consulté le ).
  66. a et b « Le Ménestrel : journal de musique », sur Gallica, Le Ménestrel, (consulté le )
  67. Julia Rosalie Céleste (Allard), Souvenirs autour d'un groupe littéraire. Par Madame Alphonse Daudet, Paris E. Fasquelle, (lire en ligne)
  68. a et b Pichard du Page 1919, p. 230.
  69. Friang 2003, p. 29-30.
  70. a et b Pichard du Page 1919, p. 231.
  71. a et b Pichard du Page 1919, p. 302.
  72. Pichard du Page 1919, p. 232.
  73. Léon Daudet, Fantômes et vivants : souvenirs des milieux littéraires, politiques artistiques et médicaux de 1880 à 1905, Paris, Nouvelle librairie nationale, (lire en ligne)
  74. Friang 2003, p. 28.
  75. Camille Saint-Saëns, « La solitaire : extrait des Mélodies persanes : op. 26 / poésie de Armand Renaud ; musique de C. Saint-Saëns », sur Gallica, (consulté le )
  76. Camille Saint-Saëns (1835-1921), Le rouet d'Omphale. R 169, (lire en ligne)
  77. « Le rouet d'Omphale, Op.31 (Saint-Saëns, Camille) », sur IMSLP (consulté le )
  78. « 3 Chorals for Organ (Franck, César) », sur imslp.org (consulté le )
  79. Henri Mondor, Vie de Mallarmé, Gallimard, 1942, p. 151.
  80. Pichard du Page 1919, p. 303.
  81. Caron & Denizeau 2013, p. 43-44.
  82. Friang 2003, p. 162.
  83. Auguste de Villiers de L'Isle-Adam, Œuvres complètes, édition établie par Alan Raitt et Pierre-Georges Castex avec la collaboration de Jean-Marie Bellefroid, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, tome 2, 1986, p. 1349-1354.
  84. « Théophile Gautier », sur www.musimem.com (consulté le )
  85. Roster 1998, p. 194.
  86. Friang 2003, p. 163.
  87. Augusta Holmès sur data BNF avec des liens vers ses œuvres numérisées sur Gallica (plus de 300 documents).
  88. Édition L. Grus, Paris, 1892.
  89. Édition Flaxland, Paris, 1869.
  90. a et b Dédié à César Franck.
  91. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k316609r.image.
  92. Éditions Enoch.
  93. a et b Éditions Durand, Paris.
  94. https://www.youtube.com/watch?v=1csQbACJq8o
  95. Augusta Holmès, Oiseau d'hiver. Romance sans paroles [pour piano] Augusta Holmès, Impr. de A. Warmont, (présentation en ligne).
  96. « Beau, oui, comme Massenet | Forum Opéra », sur www.forumopera.com (consulté le )
  97. « Augusta Holmès: "Que c’est dur, l’ambition" », sur Point de Vue, (consulté le )
  98. « Oeuvre : Portrait d’Augusta Holmès », sur Musée Lambinet (Versailles) - WebMuseo
  99. « Augusta Holmès », dans Figures contemporaines tirées de l'album Mariani, lire en ligne sur Gallica.
  100. Ebel 1910, p. 81.
  101. René Dumesnil, La musique contemporaine en France, t. II, Paris, Armand Colin, , 222 p., p. 217. L'index des compositeurs cités passe de Hindemith à Holst.
  102. Paul Pittion, La Musique et son histoire : tome II — de Beethoven à nos jours, Paris, Éditions Ouvrières, , 574 p., p. 562. L'index des compositeurs cités passe de Hoérée à Holst.
  103. Antoine Goléa, La musique, de la nuit des temps aux aurores nouvelles, Paris, Alphonse Leduc, , 954 p. (ISBN 2-8568-9001-6), p. 948. L'index des compositeurs cités passe de Holliger à Honegger.
  104. Michèle Friang, « Augusta HOLMÈS », sur Dictionnaire universel des créatrices
  105. « Musique classique : le retour en grâce d’Augusta Holmès, injustement oubliée », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  106. Myers 1967, p. 373.
  107. Trois Chorals pour orgue de César Franck sur le site IMSLP.
  108. Le Rouet d'Omphale, op.31 de Camille Saint-Saëns sur le site IMSLP.
  109. Caron & Denizeau 2013, p. 125.
  110. Mélodies persanes op.26 de Camille Saint-Saëns sur le site IMSLP.
  111. Guitare de Camille Saint-Saëns sur le site IMSLP.
  112. Danse orientale op.110 d'Antoine-François Marmontel sur le site IMSLP.
  113. Amaranthe de Georges Auvray sur le site IMSLP.
  114. Trois préludes sur des airs populaires irlandais de Reynaldo Hahn sur le site IMSLP.
  115. « Le Ménestrel : journal de musique », sur Gallica, .
  116. « 4 Allée Augusta Holmès, Nantes (44109) - Base Adresse Nationale », sur adresse.data.gouv.fr (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Ouvrages généraux[modifier | modifier le code]

  • Otto Ebel, Les femmes compositeurs de musique. Dictionnaire biographique, Paris, P. Rosier, , 192 p. (lire en ligne), p. 81-82
  • (en) Étienne Jardin, Music and war in Europe : from French Revolution to WWI, Turnhout, Brepols, , 467 p. (ISBN 978-2-503-57032-7 et 2-503-57032-1, OCLC 961212481).
  • Florence Launay, Les Compositrices en France au XIXe siècle, Paris, Fayard, , 544 p. (OCLC 191078494, notice BnF no FRBNF40145281), p. 90–91, 422–428 et passim.
  • Danielle Roster (trad. de l'allemand par Denise Modigliani), Les femmes et la création musicale : les compositrices européennes du Moyen Âge au milieu du XXe siècle, Paris/Montréal, L'Harmattan, coll. « Bibliothèque du féminisme », , 350 p. (ISBN 2-7384-6565-X), p. 191-204. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (de) Nicole K. Strohmann, Gattung, Geschlecht und Gesellschaft im Frankreich des ausgehenden 19. Jahrhunderts : Studien zur Dichterkomponistin Augusta Holmes : mit Werk- und Quellenverzeichnis, Hildesheim, G. Olms, (ISBN 978-3-487-14701-7 et 3-487-14701-7, OCLC 810121611).

Monographies[modifier | modifier le code]

Articles et chapitres[modifier | modifier le code]

  • « Holmès, Augusta Mary Anne », dans Joël-Marie Fauquet (dir.), Dictionnaire de la musique en France au XIXe siècle, Fayard, , xviii-1406 p. (ISBN 2-213-59316-7, OCLC 936927646, notice BnF no FRBNF39052242), p. 596–597.
  • (en) Karen Henson, « In the House of Disillusion: Augusta Holmès and La Montagne noire », Cambridge Opera Journal, vol. 9,‎ , p. 232-262 (lire en ligne).
  • « Augusta Holmès », dans Hugues Imbert, Nouveaux profils de musiciens, Fischbacher, , 234 p. (OCLC 1194043549, lire en ligne), p. 137–159.
  • (en) Rollo Myers, « Augusta Holmès: A Meteoric Career », The Musical Quarterly, Oxford University Press, vol. 53, no 3,‎ , p. 365-376 (lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • René Pichard du Page, « Une musicienne versaillaise : Augusta Holmès », Revue de l'histoire de Versailles et de Seine-et-Oise,‎ , p. 222-239, 290-305, 355-372 (lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) « Augusta Holmes, pionnier », dans Ethel Smyth, A Final Burning of Boats, etc., Longmans, Green and Co, , 263 p. (OCLC 504817381, lire en ligne), p. 126–136.
  • (it) Mariateresa Storino, « “Chère Illustre” : Franz Liszt ad Augusta Holmès », Quaderni dell'Istituto Liszt, vol. 9,‎ , p. 1-44.
  • (en) « Augusta Mary Anne [Hermann Zenta] Holmes », dans Mary F. McVicker, Women Composers of Classical Music : 369 Biographies from 1550 into the 20th Century, McFarland & Company, , 253 p. (ISBN 978-0-7864-4397-0), p. 99–100.

Liens externes[modifier | modifier le code]