Francesco Hayez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un peintre image illustrant italien
Cet article est une ébauche concernant un peintre italien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2011).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Francesco Hayez
Francesco Hayez 058.jpg

Autoportrait à 88 ans (1879) Galleria d'Arte Moderna, Venezia

Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Formation
Maîtres
Francesco Maggiotto, Teodoro Matteini (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mouvement
Œuvre réputée

Francesco Hayez (prononcé : [franˈtʃesko ˈaːjets] né à Venise le 10 février 1791, mort à Milan le 21 décembre 1882) est un peintre italien. Artiste majeur du romantisme historique italien du milieu du XIXe siècle à Milan, il est reconnu pour ses grands tableaux historiques (principalement du Moyen Âge et de la Renaissance[1]), ses allégories politiques, ses portraits et ses compositions de style troubadour.

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Nu féminin, musée Faure, Aix-les-Bains.
Marie-Madeleine pénitente (1825), Galleria Civica d'Arte Moderna, Milan.
Marie Stuart protestant de son innocence à la lecture de sa condamnation à mort (1832), huile sur toile, 195 × 240 cm, Paris, musée du Louvre[2].
Le Baiser (1859), Pinacothèque de Brera, Milan.
La Destruction du temple de Jérusalem (1867), Galleria d'Arte Moderna, Venise.
La Mort du Doge Marin Faliero (1867), Pinacoteca di Brera.
Vase de fleurs à la fenêtre d'un harem (1881), Pinacoteca di Brera.
Vêpres siciliennes, 1844-1846, huile sur toile, 225 × 300 cm, Galleria Nazionale d'Arte Moderna, Rome.
La Conjuration des Lampignani (it), 1826, huile sur toile, 149 × 117 cm, Pinacothèque de Brera, Milan.
"Le dernier baiser de Roméo et de Juliette" (1823), 219 × 202 cm, Villa Carlotta

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Guillaume Faroult, Marie Stuart mise en scène in Grande Galerie - Le Journal du Louvre, mars/avril/mai 2013, no 23, pages 11-12.
  2. Un tableau sur un thème proche, Marie Stuart conduite au supplice (1827, huile sur toile, 211 × 290 cm) est aujourd'hui en collection privée (source : Guillaume Faroult, Marie Stuart mise en scène in Grande Galerie - Le Journal du Louvre, mars/avril/mai 2013, no 23, pages 11-12).

Liens externes[modifier | modifier le code]