416e division d'infanterie (Allemagne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
416. Infanterie-Division
Création 1941
Dissolution Mai 1945
Pays Flag of the German Reich (1935–1945).svg Allemagne
Branche Wehrmacht
Type Division d'infanterie
Rôle Infanterie
Surnom Schlagsahne-Division
Guerres Seconde Guerre mondiale
Batailles campagne de Lorraine
Commandant Generalleutnant Hans Brabänder (31/12/41)
Generalleutnant Werner Hühner (01/06/43)
Generalleutnant Kurt Pflieger (01/07/43)

La 416e Division d'Infanterie est une des divisions d'infanterie de la Wehrmacht durant la Seconde Guerre mondiale.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

La division fut créée le 20 décembre 1941 au Danemark. Elle dépendait du Wehrkreis XI, dont le siège se trouvait à Hanovre.

  • Janvier 1942 : Kommandeur der deutschen Truppen in Dänemark. Division stationnée à Aalborg
  • Octobre 1944 : Intégré au LXXXII. Armeekorps, 1. Armee, groupe d'armée G. Division stationnée en Sarre-palatinat.
  • Janvier 1945 : Intégré au LXXXII. Armeekorps, 1. Armee, groupe d'armée G. Division stationnée en Sarre-palatinat.
  • Avril 1945 : Intégré au LXXXII. Armeekorps, 7. Armee, groupe d'armée G. Division stationnée en Rhénanie (Hunsrück).

Composition[modifier | modifier le code]

La 416. Infanterie-Division du Generalleutnant Kurt Pflieger avait à l’automne 1944 été transférée du Danemark où elle avait été utilisée comme division de sécurité. Rattachée à la Première armée début octobre, elle devait sur le front lorrain soulager la 48. Infanterie-Division[1].

Théâtres d'opérations[modifier | modifier le code]

  • Octobre 1944 : Campagne de Lorraine. Composée de malades sans expérience du feu, ou de convalescents, la division est surnommée Schlagsahne-Division par l'OKH, la division "Crème fouettée", faisant référence au régime hyper-calorique de la plupart de ses hommes. Elle remplace la 559. Volksgrenadier-Division sur le front, et son rôle est purement statique. Friedrich von Mellenthin dit s'en servir uniquement dans un rôle défensif[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hugh M. Cole : The Lorraine Campaign, Center of Military History, Washington, 1950 (p. 386)
  2. Anthony Kemp: Lorraine - Album mémorial - Journal pictorial : 31 août 1944 - 15 mars 1945, Heimdal, 1994. (p.177)

Articles connexes[modifier | modifier le code]