78e division d'infanterie (Allemagne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 78e division.

78e division d'Infanterie
78. Infanterie-Division
78. Sturm-Division
78e division d'assaut
78. Grenadier und Volksgrenadierdivision
78. Volks-Sturmdivision
Image illustrative de l’article 78e division d'infanterie (Allemagne)
Emblèmes de la 78e division d'infanterie, la cathédrale d'Ulm et
de la 78. Stürm-Division, le poing de fer.

Création 26 août 1939
Dissolution 8 mai 1945
Pays Flag of Germany (1935–1945).svg Allemagne
Branche Wehrmacht
Type Division d'infanterie
Rôle Infanterie
Infanterie d'assaut
Guerres Seconde Guerre mondiale
Batailles Bataille de Koursk

La 78e division d'Infanterie (en allemand : 78. Infanterie-Division ou 78. ID) devenue 78e division d'assaut (en allemand : 78. Sturm-Division) est une des divisions d'infanterie de l'armée allemande (Wehrmacht) durant les Première et Seconde Guerre mondiale.

Historique[modifier | modifier le code]

La 78e division d'infanterie est formée le à Stuttgart dans le Wehrkreis V en tant qu'élément de la 2. Welle (2e vague de mobilisation) par incorporation de réservistes de Bade-Wurtemberg.

Du à , elle est cantonnée en Allemagne en réserve sur le Rhin à Bretten et doit attendre pour voir l'action.

Du au , elle participe au Plan jaune et à la bataille de France dans la 9e Armée et combat au Luxembourg, en Belgique et au nord de Reims dans la région d'Épernay.

De à , la division étant prévue pour participer à l'opération Seelöwe, elle reste stationnée dans le Nord de la France.

D'avril à , elle stationne en Pologne, puis jusqu'en , elle participe à l'opération Barbarossa dans le Groupe d'armées Centre (Heeresgruppe Mitte) avec la 4e armée et combat à Bialystok, Moguilev et Roslavl. En , elle combat à la bataille de Smolensk. En , elle participe aux combats de Ielnia et à la bataille de la poche de Viazma-Briansk. D'octobre à , la division progresse et arrive à Rouza situé à environ 100 kilomètres de Moscou. Elle subit de lourdes pertes lors de la contre-offensive d'hiver russe et combat à Rschew et Cholm. Elle reçoit le Infanterie-Regiment 14 de la 5e division d'infanterie en en remplacement du Infanterie-Regiment 238 détruit.

En 1942, elle combat au sein du Heeresgruppe Mitte avec le 9e corps d'armée de la 4. Panzerarmee, puis 3e Panzer Armee sur la rivière Gjat de janvier à mai, puis avec la 9. Armee dans le 46e corps d'armée, puis le 39e corps d'armée à Rshew. En , lors de l'offensive soviétique, elle défend Ioukhnov et Gshatsk. De septembre à , elle participe aux batailles de Rjev, autour de Moscou, et à l'opération Mars.

La 78e division d'infanterie est renommée et réorganisée en 78. Sturm-Division le après les lourdes pertes subies (il ne reste que 1 500 soldats). Son blason s'agrémente du poing de fer.

La désignation de Sturm (Assaut) lui permet d'être équipée avec les dernières technologies et armes militaires :

De février à , elle se bat à Orel.

Puis, jusqu'en , elle combat à Briansk, Ielnia et Orcha durant l'opération Zitadelle et la seconde bataille de Smolensk.

En , elle est détruite après les combats de Minsk et de Tscherwen durant l'opération Bagration. Les survivants sont versés à la 543e Volksgrenadier-Division

Elle est reconstituée à Münsingen le en tant 78. Grenadier-Division à partir de la 543e division de grenadiers alors en formation. Elle est renommée le en 78. Volksgrenadier-Division puis en en 78. Volks-Sturm Division[1].

Organisation[modifier | modifier le code]

Commandants[modifier | modifier le code]

Date Grade Commandant
- General der Artillerie Fritz Brand
- General der Artillerie Curt Gallenkamp
- Generalleutnant Emil Markgraf
- General der Infanterie Paul Völckers
- Generalleutnant Hans Traut
- Generalleutnant Heribert von Larisch
- Generalleutnant Hans Traut
- General der Infanterie Siegfried Rasp
- Generalmajor Alois Weber
- Generalleutnant Harald von Hirschfeld (mort au combat)
- Generalmajor Wilhelm Nagel
- Generalmajor Erich Geißler

Officiers d'opérations (Generalstabsoffiziere (Ia))[modifier | modifier le code]

Théâtres d'opérations[modifier | modifier le code]

Ordre de batailles[modifier | modifier le code]

1939
  • Infanterie-Regiment 195
  • Infanterie-Regiment 215
  • Infanterie-Regiment 238
  • Artillerie-Regiment 178
  • Pionier-Bataillon 178
  • Panzerabwehr-Abteilung 178
  • Aufklärungs-Abteilung 178
  • Infanterie-Divisions-Nachrichten-Abteilung 178
  • Divisions-Nachschubführer 178
En 1943
  • Sturm-Regiment 14
  • Sturm-Regiment 195
  • Sturm-Regiment 215
  • Granatwerfer-Bataillon 5
  • Sturmgeschütz-Abteilung 189
  • Flak-Abteilung 293
  • Artillerie-Regiment 178
  • Pionier-Bataillon 178
  • Panzerjäger-Abteilung 178
  • Sturm-Divisions-Nachrichten-Abteilung 178
  • Kommandeur der Divisions-Nachschubtruppen 178

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il s'agit bien de Volks-Sturm division (division d'assaut du peuple) et pas de Volkssturm.