Geheime Feldpolizei

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Geheime Feldpolizei
Histoire
Fondation
Dissolution
Cadre
Pays

La Geheime Feldpolizei ou GFP était, pendant la Seconde Guerre mondiale, la police secrète militaire allemande (comparable à la sûreté française aux armées), dont les « crimes de guerre à grande échelle » et crimes contre l'humanité ont été condamnés par le Tribunal de Nuremberg.

La GFP (sûreté) et la Feldgendarmerie (prévôté) sont les instruments de l’Abwehr dans son rôle de contre-espionnage. Chargée d'assurer la sécurité des forces armées, la GFP est spécialisée dans la lutte contre la résistance intérieure et extérieure. Ses méthodes lui valent le surnom de « Gestapo de la Wehrmacht ». Jusqu’en 1942, la Geheime Feldpolizei, composée de plusieurs Gruppen d’une centaine d'hommes chacun, est sous l'autorité de la Wehrmacht qui assure sa propre sécurité.

Rôle[modifier | modifier le code]

La GFP est expérimentée durant la guerre d'Espagne sous l'appellation S/88/Ic[1] puis lors de l'annexion d'Autriche et de la crise des Sudètes sous l'appellation de H.Dv.g.150. La Geheime Feldpolizei avait pour rôle, en France et en Europe :

  1. D'arrêter toutes les personnes effectuant des opérations subversives, notamment d'espionnage, de trahison, de sabotage, de propagande ennemie et en zone d'opérations et de combat ;
  2. De recueillir des renseignements des enquêtes, évaluer les résultats et les interpréter ;
  3. De prendre toutes les mesures afin de sécuriser les zones d'opération, de conseiller, superviser et surveiller les mesures défensives prises par les différents départements de l'armée ;
  4. De combattre, dans les zones occupées toutes les idées véhiculées contre le peuple et l'État, l'espionnage, la propagande ennemie, les attaques contre la volonté de combattre des troupes (la démoralisation) ;
  5. De surveiller les contenus de la presse et le courrier de la population civile ;
  6. De détecter le trafic postal subversif de l'armée, sur le terrain ;
  7. De prendre toutes les mesures pour éliminer le service de renseignement de l'ennemi ;
  8. De surveiller, dans les régions occupées, la population civile, en particulier son humeur et son attitude ;
  9. D'exploiter les renseignements des enquêtes et d'autres sources appropriées et enrôler des indicateurs.

En résumé, il a été constaté que : « Le but et l'objet de la GFP est d'assurer et de soutenir les opérations de l'armée. Que les égards GFP au-delà de la portée de la défense réelle des choses et sur les événements qui pourraient endommager sérieusement leur propre guerre. Le terme «défense» est donc dans la zone d'opérations interprétées dans le sens le plus large. L'activité de la GFP ne peut être déterminée exhaustive en détail. Il sera également forcé la défense allemande par le comportement hostile de l'espionnage, le sabotage et de propagande que nous fournissons et dépend aussi des conditions dans la zone d'opérations »[2].

Composition[modifier | modifier le code]

La taille du groupe varie en fonction de la taille de la zone d'opérations. Les groupes sont entièrement motorisés, mais leur armement est limité aux armes d'infanterie légère.

Toutefois les groupes utilisés dans les armées de 1939/1940 sont de 50 hommes :

  • un haut fonctionnaire qui commande le groupe ;
  • 32 policiers de terrain ;
  • 17 personnes chargées de l'intendance et du soutien (chauffeurs, greffiers…).

Pour les groupes établis en Russie le nombre est de 95 hommes :

  • un haut fonctionnaire qui commande le groupe ;
  • 54 policiers de terrain ;
  • 40 personnes chargées de l'intendance et du soutien (chauffeurs, greffiers, personnel de sécurité…).

Les membres de la GFP sont reconnaissables grâce aux lettres « GFP » inscrites sur les pattes d'épaule.

La GFP se limite à la protection de la Wehrmacht.
En France et Belgique la GFP était le bras exécuteur de l'administration militaire dans la lutte contre la Résistance, l'espionnage allié et en effectuant une terreur sélective contre la population civile avec arrestations, déportations et exécutions des otages.
Dans l'Est et dans les Balkans la GFP établit la terreur contre les partisans, les juifs et les personnes déclarées ennemies d'État. La torture et le meurtre étant monnaie courante comme en France au stand de tir de Balard. Dans l'Est, la GFP a fusillé au moins 21 000 personnes.
La GFP effectuait également la recherche des déserteurs de la Wehrmacht. Au printemps 1944, elle retrouve 3 142 militaires.
La GFP fait également régner la terreur sur les soldats de la Wehrmacht, aussi bien dans les territoires occupés que dans le Reich, sur les membres de la Gestapo et sur les habitants allemands.
À l'automne 1942, toutes les unités de la GFP de l'Ouest sont transférées au SD de Reinhard Heydrich et sont dorénavant des membres de la SS.

La Geheime Feldpolizei en France et en Belgique[modifier | modifier le code]

Le chef de la GFP pour la France Philip Greiner, à Paris, porte le titre de Leitender Feldpolizeidirektor auprès du gouverneur militaire en France. Il est installé à l'hôtel Lutetia, PC de l'Abwehr (renseignement et contre-espionnage) en zone occupée, ce qui facilite les liaisons. Plusieurs Groupes sont installés dans la capitale. On peut citer ceux de l'hôtel Terrasse, avenue de la Grande-Armée, celui de l'hôtel Cayré, boulevard Raspail, etc. Entre 1940 et 1942, la GFP est organisée au sein des trois circonscriptions militaires (Militärverwaltungsbezirk) de la zone occupée. Circonscription A (Saint-Germain), Circonscription B à Dijon, siège d'un poste Abwehr dont la compétence s'étend jusqu'en Suisse et en Belgique, et Circonscription C de Bordeaux-Angers.

Pour le Nord de la France (départements du Nord et du Pas-de-Calais), la GFP siège à Bruxelles, rue Traversière dans la commune de Saint-Josse-ten-Noode, et relève du général Alexander von Falkenhausen, gouverneur militaire (militär befehlshaber) de la Belgique et des départements du Nord et du Pas-de-Calais qui y sont annexés, à la tête de l'administration militaire de la Belgique et du Nord de la France (en allemand : Militärverwaltung in Belgien und Nordfrankreich).

Rôle de la police française[modifier | modifier le code]

Dans un pays occupé, les conventions internationales stipulent que l'ordre doit être assuré par la police de ce pays et non par celle de la puissance occupante. Dans tous les pays envahis par la Wehrmacht, cette mesure censée atténuer les rigueurs d'une occupation militaire va, au contraire, aggraver la dureté et l'efficacité de la répression, d'autant que, pour des raisons politiques ou par intérêt personnel, de nombreux fonctionnaires collaborent activement. Or, ils ont une profonde connaissance de la population qui, sans eux, aurait fait défaut aux polices allemandes.

Les Brigades spéciales de la préfecture se trouvent soumises à la GFP (allemande). Les interventions routinières de police, tel que la recherche de renseignements, les perquisitions, les filatures, les premiers interrogatoires et les tortures étaient assurées par la BS2 (Brigade Spéciale N°2) de la préfecture.

En Belgique[modifier | modifier le code]

Au début de l'Occupation, il est convenu que la justice allemande prend à son compte tous les délits qui visent le pouvoir occupant, et que la justice belge s'occupe du reste. Lorsque les actes de violence perpétrés par la résistance contre des collaborateurs se multiplient, cette répartition des tâches s'avère trop imprécise. Le pouvoir occupant exige que la police belge recherche les résistants qui s'en prennent aux collaborateurs.  Les magistrats craignent, ce faisant, de devenir un instrument de répression d'une autorité militaire étrangère. Comme le pouvoir occupant n'entend pas céder, certains magistrats et policiers sabotent les enquêtes afin que les auteurs ne soient jamais retrouvés. C'est ainsi que le pouvoir judiciaire réussit à imposer sa volonté sans empirer le conflit[3].

Dès les premières heures de l'occupation, différents services allemands, tels les Kommandanturen ou la Feldgendarmerie, souhaitent s'appuyer sur l'administration belge pour procéder à des arrestations. Le commissaire en chef de la police de Bruxelles a toujours refusé d'obtempérer à de telles demandes et, demande ses instructions au procureur du Roi Van Beirs, face aux demandes pressantes des Allemands. En juillet 1941, Lucien Van Beirs lui répond courageusement que selon lui, il n'appartient pas à la police belge de procéder à des arrestations pour le compte de l'occupant qui, au sens de la loi belge, ne constitue pas une autorité légitime pouvant valablement ordonner de telles arrestations. Il précise enfin que tout fonctionnaire qui, sans contrainte physique ou morale, satisferait de telles demandes, se rendrait coupable d'arrestation arbitraire. (Cette notion de l'autorité non légitime a déjà été invoquée par le cardinal Mercier contre l'occupant allemand en 1914 - 1918). Il écrira même : « Il va de soi qu'un magistrat belge ne peut en aucun cas collaborer à l'application de lois étrangères, inspirées par les intérêts militaires de l'occupant, qui risque d'entraîner l'exécution d'un Belge ». Par la suite, il est déporté par les Nazis au camp de concentration de Buchenwald. Il est libéré par les Américains le 11 avril 1945.

Recrutement[modifier | modifier le code]

Les cadres sont des policiers de métier (Kripo, Gestapo) mobilisés dans la Wehrmacht. Également mobilisés, les agents allemands de base ont été choisis pour leur connaissance du pays et de la langue. Enfin, la GFP recrute sur place des enquêteurs fort bien payés qui pénètrent les mouvements de résistance.

Quelques membres[modifier | modifier le code]

Réorganisations[modifier | modifier le code]

En mai 1942, un Höherer SS- und Polizeiführer pour la zone occupée, Karl Oberg, est nommé à Paris. Les compétences de la GFP passent au SIPO SD. Le chef du SIPO SD Helmut Knochen procède à plusieurs réorganisations, afin de renforcer la répression contre la Résistance. Les chefs et les agents de la GFP de 23 groupes GFP passent sous le contrôle global du SIPO-SD où ils sont intégrés, avec des grades SS, dans le cadre des KdS (états-majors régionaux). Dans certains cas, exemple à Dijon, les officiers de la GFP, avec leur grade SS tout neuf, prennent le commandement du détachement local de SIPO-SD. Les autres groupes GFP sont dissous. Seuls subsistent les groupes GFP attachés auprès d'unités allemandes stationnées en France.
Le groupe 6/10 est composé des éléments les plus sadiques de la GFP, qui comptera le « Kommando für Kapitalverbrechen » (crime suprême) chargé du stand de tir de Balard.

Les groupes de GFP basés dans les départements français du Nord et du Pas-de-Calais, placé sous le commandement militaire allemand de Bruxelles dès , ne sont pas fusionnés avec les services locaux de la SIPO-SD. Ils continuent à agir dans les deux départements français jusqu'à la libération en . (Groupe 3 Lille et Valenciennes, Groupe 9 Calais, Groupe 737 Arras, etc.) ainsi que les Groupes de GFP Luftwaffe (La Madeleine, banlieue lilloise).

Groupes de Geheime Feldpolizei[modifier | modifier le code]

La Geheime Feldpolizei était divisée en plusieurs Gruppen qui n'officiaient pas seulement en France mais dans toute l'Europe dont voici la liste[4],[2]:

Gruppe Geheime Feldpolizei 1[modifier | modifier le code]

Le Gruppe Geheime Feldpolizei 1 est formé le dans le Wehrkreis II, à Rostock et affecté à la protection des frontières, section Kommando 1 à Neustettin. Affecté tour à tour aux groupes d'armées A B puis C, il est, le en poste à Lodz en Pologne.
Il est envoyé en France à Dijon et Saint-Germain-en-Laye de l'été 1940 au printemps 1941.
Le , il est envoyé avec la 207. Sicherungs-Division en Poméranie.
On retrouve la GFP.1 à Konotop, en Ukraine, le puis à Trieste, en Italie, en 1944/1945.

Gruppe Geheime Feldpolizei 2[modifier | modifier le code]

Le Gruppe Geheime Feldpolizei 2 est formé le dans le Wehrkreis II, à Stralsund et affecté à la protection des frontières, section Kommando 2 à Deutsch-Krone du au et affecté au groupe d'armées A.
Le , il est envoyé en France et mis à la disposition du délégué du Militärbefehlshaber in Frankreich pour Rennes. Ce groupe aurait sévi dans la région jusqu'en 1944, après avoir été versé dans le SD en 1942.

Gruppe Geheime Feldpolizei 3[modifier | modifier le code]

Le Gruppe Geheime Feldpolizei 3 est formé le dans le Wehrkreis VIII, à Leobschütz et affecté à la protection des frontières, section Kommando 3 à Opole et affecté au groupe d'armée B le .
Le , il est envoyé en France et mis à la disposition du délégué du Militärbefehlshaber in Belgien/Nordfrankreich pour Lille. Son siège est situé 20, rue de Tenremonde dans le centre-ville. Le groupe 3 aura, outre Lille, des antennes locales à Valenciennes et Malo-les-Bains (banlieue de Dunkerque dans le département du Nord).
On le retrouve en 1944 aux Pays-Bas puis en 1945 à Zwolle.

Gruppe Geheime Feldpolizei 7[modifier | modifier le code]

Le Gruppe Geheime Feldpolizei 7 est formé le dans le Wehrkreis V, à Donaueschingen et affecté à la protection des frontières, section Kommando du Haut-Rhin.
Affecté à la 7 armée, il est envoyé en France et mis à la disposition du délégué du Militärbefehlshaber in Frankreich pour Dijon.
Après avoir été versé dans le SD en 1942 et avoir sévit dans la région, on retrouve ce groupe dans la poche de Lorient en 1945.

Gruppe Geheime Feldpolizei 8[modifier | modifier le code]

Le Gruppe Geheime Feldpolizei 8 est formé le dans le Wehrkreis VI, à Soest et affecté à la protection des frontières, section Kommando de l'Eifel.
Le , il est envoyé en France et mis à la disposition du délégué du Militärbefehlshaber in Belgien/Nordfrankreich pour Bruges en Belgique.
On le retrouve à la fin de 1944, rattaché au groupe d'armées B dans le Bas-Rhin puis en 1945 à Copenhague au Danemark.

Gruppe Geheime Feldpolizei 9[modifier | modifier le code]

Le Gruppe Geheime Feldpolizei 9 est formé le dans le Wehrkreis VI, et affecté à la protection des frontières, section Kommando section Kommando 9 à Aix-la-Chapelle.
Utilisé sur le front Ouest, il est en 1941 à Schéveningue aux Pays-Bas. Mais sa présence est aussi signalé sur les côtes de Belgique et à Calais (Pas-de-Calais).
On le retrouve en 1944-1945 à Zagreb en Croatie.

Gruppe Geheime Feldpolizei 11[modifier | modifier le code]

Le Gruppe Geheime Feldpolizei 11 est formé probablement en 1939 et affecté à la protection des frontières du Sarre-Palatinat.
En 1940, il est France, à Paris et lors de la réorganisation de 1942, il est intégré au Sipo-SD.

Gruppe Geheime Feldpolizei 13[modifier | modifier le code]

Le Gruppe Geheime Feldpolizei 13 est formé le , dans le Wehrkreis VIII, à Glogau et affecté à la protection des frontières, section Kommando 13 à Glogau.
Il est utilisé en Pologne et sur le front de l'Ouest.
En 1944, rattaché à la 17e armée, on le trouve dans le Sud de la Pologne puis en 1945 en Haute Silésie

Gruppe Geheime Feldpolizei 20[modifier | modifier le code]

Le Gruppe Geheime Feldpolizei 20 est formé le , dans le Wehrkreis XVIII, et affecté à la protection des frontières, section Kommando 20 à Klagenfurt en Autriche.
On le trouve en 1945 à Vienne en Autriche

Gruppe Geheime Feldpolizei 30[modifier | modifier le code]

Le Gruppe Geheime Feldpolizei 30 est formé le , dans le Wehrkreis XVII, et affecté à la protection des frontières, section Kommando Vienne en Autriche.
Il est affecté en Pologne puis il est envoyé en France et mis à la disposition du délégué du Militärbefehlshaber in Frankreich pour Nancy et mis en poste à Châlons-sur-Marne. Lors de la réorganisation de 1942, il est intégré au Sipo-SD.

Gruppe Geheime Feldpolizei 131[modifier | modifier le code]

Le Gruppe Geheime Feldpolizei 131 est formé le en Prusse-Orientale et affecté à la protection de la forteresse Königsberg.
En 1941, il est affecté à la 15e armée, en poste à Dinard en France.
On le retrouve en 1945, en Hollande, affecté à l'AOK 15.

Gruppe Geheime Feldpolizei 161[modifier | modifier le code]

Le Gruppe Geheime Feldpolizei 161 est formé le en Prusse-Orientale. Positionné à Greifswald de 1939 à 1941 il est utilisé comme troupe de réserve (ersatztruppe) de la police secrète de terrain.
De 1941 à 1944, il est affecté à la 7e armée, en poste en France.

Gruppe Geheime Feldpolizei 171[modifier | modifier le code]

Le Gruppe Geheime Feldpolizei 171 est formé le en Prusse-Orientale et affecté à la protection des frontières, section Kommando section Kommando 171.
En 1941 il est envoyé à Copenhague au Danemark puis de 1941 à 1944, affecté au groupe d'armées F, il est en mission en Roumanie.

Gruppe Geheime Feldpolizei 312[modifier | modifier le code]

Le Gruppe Geheime Feldpolizei 312 est formé le à Küstrin et affecté à la protection des frontières, section Kommando section Kommando 12.
En 1941 il est envoyé en France à Caen et Le Havre.
De fin 1942 à 1943, il part sur le front de l'Est et est affecté au groupe d'armées A.
En 1944, il affecté à la 17e armée en Hongrie.

Gruppe Geheime Feldpolizei 501[modifier | modifier le code]

Le Gruppe Geheime Feldpolizei 501 est formé le , dans le Wehrkreis I, et affecté à la protection des frontières en Prusse-Orientale
En 1939 attaché à la 3e armée il est en Pologne, puis le 22 octobre suivant il est rattaché à 16e armée dans l'Ouest avec laquelle il reste affecté à Tourcoing (Nord) jusqu'au début 1941.
De mi-1941 à 1944, il part sur le front de l'Est, toujours affecté à la 16e armée, dans le Nord de la Russie puis en Courlande en 1945.

Gruppe Geheime Feldpolizei 510[modifier | modifier le code]

Le Gruppe Geheime Feldpolizei 510 est formé le , dans le Wehrkreis XVII.
En 1939 attaché à la 14e armée il est en Pologne, puis rattaché à 12e armée dans l'Ouest.
En 1941 il part dans les Balkans, toujours affecté à la 16e armée, puis en 1945 rattaché au groupe d'armées F il est en Hongrie.

Gruppe Geheime Feldpolizei 520[modifier | modifier le code]

Le Gruppe Geheime Feldpolizei 520 est formé le , dans le Wehrkreis VII.
En 1939 attaché au groupe d'armées Sud lors de la campagne de Pologne il est rattaché au 18e corps d'armée dans l'Ouest.
En 1941, toujours affecté au 18e corps d'armée, il est envoyé en Russie puis en Courlande en 1945.

Gruppe Geheime Feldpolizei 540[modifier | modifier le code]

Le Gruppe Geheime Feldpolizei 540 est formé le , à Dresde, dans le Wehrkreis IV.
En 1939 il est attaché à la 8e armée lors de la campagne de Pologne puis il est mis à la disposition du délégué du Militärbefehlshaber in Frankreich pour Laon puis à l'Oberbefehlshaber West.

Gruppe Geheime Feldpolizei 550[modifier | modifier le code]

Le Gruppe Geheime Feldpolizei 550 est formé le , à Stuttgart, dans le Wehrkreis V.
En 1939 il est rattaché à la 7e armée dans l'Ouest et mis à la disposition du délégué du Militärbefehlshaber in Frankreich pour Paris en 1941 et 1942.
Le il est transféré au SD et dissous.

Gruppe Geheime Feldpolizei 560[modifier | modifier le code]

Le Gruppe Geheime Feldpolizei 560 est formé le , à Münster, dans le Wehrkreis VI.
En 1939 il est rattaché à la 5e armée dans l'Ouest puis en 1940-1941 à la 6e armée en poste à Dinard.
Lors de l'opération Barbarossa, toujours affecté à la 5e armée, il sévit de 1941 à 1943 dans les alentours de Kharkov.
En 1944-1945, affecté à la 19e armée, on retrouve le groupe dans le Sud de la France puis dans le Haut-Rhin.

Gruppe Geheime Feldpolizei 570[modifier | modifier le code]

Le Gruppe Geheime Feldpolizei 570 est formé en mars 1938, pour participer à l'annexion d'Autriche.
En le groupe est dissous puis recréé le à Nuremberg, dans le Wehrkreis XI.
Il est rattaché à la 4e armée lors de la campagne de Pologne puis toujours dans la 4e armée dans l'Ouest de 1940 à 1941.
À partir de l'été 1941, toujours affecté à la 4e armée, il sévit avec l'Ost-Kompanie 612, en Russie centrale (Rußland-Mitte) de 1941 à 1943.
On le retrouve en 1945, en Prusse-Orientale.

Gruppe Geheime Feldpolizei 580[modifier | modifier le code]

Le Gruppe Geheime Feldpolizei 580 est formé le dans le Wehrkreis IV.
Lors de la campagne de Pologne il est rattaché au Groupe d'armées Nord puis lors de la campagne de France et mis à la disposition du Militärbefehlshaber in Belgien/Nordfrankreich. À la fin de l'année 1940, il a la 9e armée, en poste à Rouen
À partir de l'été 1941, toujours affecté à la 9e armée, il sévit en Russie centrale (Rußland-Mitte).
On le retrouve en 1945, sur la Vistule.

Gruppe Geheime Feldpolizei 590[modifier | modifier le code]

Le Gruppe Geheime Feldpolizei 590 est formé le à Cassel dans le Wehrkreis IX.
En il est rattaché à la 1re armée lors de la drôle de guerre et de la campagne de France et mis en poste à Nancy
On le retrouve en 1945, toujours sur le front Ouest.

Gruppe Geheime Feldpolizei 603[modifier | modifier le code]

Le Gruppe Geheime Feldpolizei 603 est formé le à Berlin-Wilmersdorf.
Lors de la campagne de Pologne, il est en poste à Cracovie puis rejoint en le Wehrkreis VI.
En , il est aux Pays-Bas puis à partir du il est mis à la disposition du délégué du Militärbefehlshaber in Frankreich pour Paris et lors de la réorganisation de 1942, il est intégré au Sipo-SD.

Gruppe Geheime Feldpolizei 610[modifier | modifier le code]

Le Gruppe Geheime Feldpolizei 610 est formé le dans le Wehrkreis X.
On ne connait pas son utilisation ni son affectation entre 1939 et 1941.
En , il est mis à la disposition du délégué du Militärbefehlshaber in Frankreich pour Paris jusque fin 1942 où il rejoint le Befehlshaber Heeresgebiet A dans le Sud de la Russie[5].
En 1944 ,affecté auprès de la 14e armée, il est en Italie.

Gruppe Geheime Feldpolizei 611[modifier | modifier le code]

Le Gruppe Geheime Feldpolizei 611 est formé le dans le Wehrkreis XI.
On ne connait pas sont utilisation ni son affectation entre sa date de création et le mois de .

Le service s'installe à partir de , à Lille dans le Nord de la France, sous l'autorité du MBB (Militärbefehlshaber in Belgien und Nordfrankreich) à Bruxelles. Le groupe 611 aura la charge de la région Nord-Pas-de-Calais dans les premiers mois de l'occupation et ce jusqu'au mois d'.
D', il est affecté auprès de la 12e armée dans les Balkans jusqu'en 1943.
Après avoir œuvré en Croatie, il est rattaché en 1945 au groupe d'armées E qui combat dans les Balkans.

  • Gruppe Geheime Feldpolizei 612
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 621
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 625
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 626
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 627
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 628
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 631
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 632
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 633
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 637
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 639
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 640
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 644
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 647
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 648
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 649
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 701
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 702
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 703
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 704
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 705
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 706
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 707
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 708
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 709
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 710
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 711
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 712
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 713
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 714
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 715
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 716
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 717
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 718
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 719
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 720
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 721
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 722
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 723
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 724
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 725
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 726
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 727
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 728
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 729
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 730
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 731
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 732
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 733
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 734
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 735
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 736
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 737
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 738
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 739
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 740
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 741
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 742
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 743
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 744
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 745
  • Gruppe Geheime Feldpolizei 751

Condamnation pour crimes de guerre[modifier | modifier le code]

Ses « crimes de guerre à grande échelle » et crimes contre l'humanité — notamment lors de la guerre d'extermination sur le front russe — ont été condamnés par le Tribunal de Nuremberg[6].

Après quatre ans d'instruction, et 42 audiences, le 14 août 1950, le Conseil de guerre de Bruxelles condamne treize agents de la GFP 530 à des peines allant de cinq ans d’emprisonnement aux travaux forcés à perpétuité. Neuf accusés écopent de peines comprises entre 10 ans d’emprisonnement à 20 ans de travaux forcés. Tous les accusés présents font appel devant la Cour militaire de Bruxelles. Lors de son jugement du 15 février 1951, la Cour acquitte deux agents et les peines des sept autres sont réduites de 1 à 10 ans d’emprisonnement. Etant déjà incarcérés depuis 1945, la plupart des condamnés sont libérés et rentrent alors en Allemagne. En 1952, seuls onze citoyens allemands se trouvent encore dans les prisons belges[7].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Services secrets, polices secrètes Aussi dans l’armée allemande….
  2. a et b « Lexikon der Wehrmacht - Ordungstruppen », sur www.lexikon-der-wehrmacht.de (consulté le ).
  3. « Conflits entre la magistrature et l'occupant​​ », sur www.belgiumwwii.be (consulté le ).
  4. Verbände und truppen der deutschen Wehrmacht und Waffen-SS im Zweiten Weltkrieg 1939-1945 par Georg Tessin page 283.
  5. Befehlshaber Heeresgebiet A.
  6. Paul B Brown, « The Senior Leadership Cadre of the Geheime Feldpolizei, 1939-1945 », Holocaust and Genocide Studies, vol. 17, no 2,‎ , p. 278–304 (ISSN 1476-7937, lire en ligne, consulté le ).
  7. « Procès de la GFP 530 (Le) », sur www.belgiumwwii.be (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

  • 1940-1942 Les Dossiers secrets de la police allemande en Belgique, tomes 1 et 2 de Charles Jean-Léon (La Geheime Feldpolizei en Belgique et dans le Nord de la France).
  • The Senior Leadership Cadre of the Geheime Feldpolizei, 1939-1945 Brown Holocaut Genocide studies, 2003.
  • Paul B Brown, « The Senior Leadership Cadre of the GFP 1939-1945 », Holocaust and Genocide Studies, vol. 17, no 2,‎ 2003, p. 278–304 (ISSN 1476-7937)
  • Geheime Feldpolzei, Klaus Gessner Militarverlag DDR, 1986.
  • Die geheim Feldpolizei, Robert Winter Melchior historischer Verlag, 2013