Teyran

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Teyran
Blason de Teyran
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Hérault
Arrondissement Montpellier
Canton Castries
Intercommunalité Communauté de communes du Grand Pic Saint Loup
Maire
Mandat
Eric Bascou
2014-2020
Code postal 34820
Code commune 34309
Démographie
Population
municipale
4 496 hab. (2011)
Densité 448 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 41′ 07″ N 3° 55′ 44″ E / 43.6852777778, 3.92888888889 ()43° 41′ 07″ Nord 3° 55′ 44″ Est / 43.6852777778, 3.92888888889 ()  
Altitude Min. 45 m – Max. 122 m
Superficie 10,04 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Teyran

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Teyran

Teyran est une commune française, située dans le département de l'Hérault en région Languedoc-Roussillon.

Ses habitants sont appelés les Teyrannais et les Teyrannaises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte
Article connexe : Géographie de l'Hérault.

Situation[modifier | modifier le code]

La ville de Teyran se situe à 10 km au nord-est de Montpellier, sur la route départementale 21 reliant le littoral à Carnas dans le Gard.

Elle se trouve à mi-chemin entre la mer Méditerranée et les premiers contreforts des Cévennes. Entourée de garrigue, elle présente une vue sur le Pic Saint-Loup.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune est limitrophe de Guzargues au nord, Castries à l'est, Vendargues au sud-est, Le Crès et Jacou au sud, Clapiers au sud-ouest et Assas à l'ouest.

Rose des vents Assas Guzargues Castries Rose des vents
Assas N Castries
O    Teyran    E
S
Clapiers, Jacou Jacou, Le Crès Vendargues

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal présente une pente générale descendant vers le sud jusqu'à la vallée du Salaison et de ses ruisseaux affluents.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La rivière du Salaison et la rivière la Cadoule sont les principaux cours d'eau qui traversent la commune.

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat Méditerranéen.

Description générale[modifier | modifier le code]

Le climat de Teyran est un climat méditerranéen aux étés chauds et secs et aux hivers doux.

Données[modifier | modifier le code]

Ville Ensoleillement
(h/an)
Pluie
(mm/an)
Neige
(j/an)
Orage
(j/an)
Brouillard
(j/an)
Moyenne nationale 1 973 770 14 22 40
Teyran 2687 699,1 2,5 23,3 18,8
Paris 1 630 642 15 19 13
Nice 2 668 767 1 31 1
Strasbourg 1 633 610 30 29 65
Brest 1 492 1 109 9 11 74
Données climatiques à Teyran
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2,2 3,3 4,9 7,8 11,2 14,6 17,1 16,7 14,2 10,6 5,9 2,8 9,3
Température moyenne (°C) 6,6 7,8 9,8 12,6 16,1 19,9 22,8 22,2 19,4 15,4 10,3 7,2 14,2
Température maximale moyenne (°C) 11,1 12,4 14,7 17,5 21,1 25,3 28,4 27,7 24,7 20,2 14,7 11,7 19,1
Ensoleillement (h) 147 153 208 230 271 310 350 310 237 187 146 137 2 687
Précipitations (mm) 72,3 72,3 55 54,9 52,1 33 20 41,7 62,3 109,5 62,8 63,3 699,1
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale de Montpellier de 1961 à 1990[1].


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]


Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Teyran vient d'un domaine gallo-romain : Terius+ suff. -anum.

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Teyran (Hérault).svg Teyran D'azur au sautoir d'or chargé d'un croissant de gueules[2]

Des vestiges romains[modifier | modifier le code]

Le village initial : Saint André d'Aubeterre[modifier | modifier le code]

Le cartulaire de Maguelone cite plusieurs fois Teyran : de Albaterra, id est de Tairano[3] ; de Teyrano[4]; ecclesia de Terano[5].

Le Mont de Teyran en 1200[modifier | modifier le code]

Au XIIIe siècle on trouve toujours dans le cartulaire de Maguelone : montem de Teyrano, 1200[6]; castrum de Tayrano, 1202[7]; villa et forcia de Teirano, 1228[8].

Révolution française[modifier | modifier le code]

Lors de la Révolution française, les citoyens de la commune se réunissent au sein de la société révolutionnaire en floréal an II[9].

De la Révolution à nos jours[modifier | modifier le code]

De 1793 (120 habitants) à 1900 (450 habitants), le chiffre de la population va suivre une progression constante pour connaître au début du XXe siècle une période stationnaire.

Les principales activités sont liées à l’agriculture avec des cultures de céréales en abondance, de vignes mais aussi d’oliviers. L’élevage des moutons est important avec 2035 bêtes à laine recensées en 1836. On assiste à plusieurs tentatives d’industries liées essentiellement à l’extraction minière (houille, manganèse, sable) à partir de la deuxième moitié du XIXe siècle.

Le château de Teyran voit son prestige s’atténuer en raison de l’agrandissement de la chapelle en église en 1817 et de la fondation du presbytère en 1846.

Le , le Marquis Thomas de Masclavy décède, obligeant, quelques années après, ses héritiers à mettre le château en vente. La municipalité voit là l’occasion propice de procurer aux Teyrannais, par l’achat de cet immeuble, un presbytère, des maisons d’école et une salle de mairie. L’acquisition se fera le .

En 1866, une nouvelle église sera construite sur une partie du château.

L’accroissement de la population et l’augmentation de la production agricole vont rendre nécessaire la création de nouvelles routes et l’amélioration des anciennes. Ainsi, le , le conseil va demander au préfet d’établir sur le chemin de grande communication n021, partant de St-Mathieu-de-Tréviers et allant jusqu’à Sommières et Lunel, un embranchement entre Montaud et St-Drézéry, passant à Teyran, Jacou, Castelnau et Montpellier. Les travaux débutèrent en 1856 pour s’achever en 1868.

En 1887, la décision est prise d’amener l’eau par un système de canalisations dans toutes les parties du village, mais n’aboutit pas.

Le télégraphe est installé en 1902 et l’éclairage électrique en 1909.

Administration[modifier | modifier le code]

Municipalité[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
1965 mars 2001 Marcel Gibily RPR Conseiller général (1985-1998)
mars 2001 réélu en 2008 Jean-Pierre Mollet UMP  

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Cette commune a appartenu à la communauté d'agglomération de Montpellier du 1er août 2001 au 31 décembre 2003.

Cette sortie correspondait au souhait du conseil municipal qui n'avait pas accepté l'intégration initiale. Elle a alors intégré la Communauté de communes du Grand Pic Saint Loup.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

En 2013, le groupe Ultimate Energy a subventionné l’équipement de certaines habitations de panneaux photovoltaïques sans aucun investissement de la part de leurs propriétaires, ces maisons seront alors des maisons témoins dans un but publicitaire.

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises[modifier | modifier le code]

Commerces[modifier | modifier le code]


Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la population[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 4 496 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
190 125 216 233 237 240 256 279 330
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
355 382 419 428 344 292 403 406 408
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
422 447 434 428 436 465 425 393 431
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
477 555 918 2 016 3 469 4 239 4 290 4 496 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2004[11])
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Teyran en 2007[12] en pourcentage.
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
Avant 1917
1,5 
5,0 
1918-1932
6,1 
14,6 
1933–1947
14,2 
27,5 
1948-1962
27,9 
17,0 
1963-1977
18,9 
17,8 
1978-1992
13,9 
17,8 
1993-2007
17,6 

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une crèche - halte garderie les diablotins ainsi que d'une école dénommée groupe Jules Ferry comprenant 5 classes de maternelle et 10 classes de primaire.

Les enfants allant au collège sont accueillis à Jacou.

Santé[modifier | modifier le code]

On trouve de nombreux professionnels de la santé sur la commune : médecins généralistes, dentistes, infirmiers, kinésithérapeutes, un neurologue, un nutritionniste, un orthophoniste, un ostéopathe et un psychothérapeute[13]. Deux pharmacies sont également présentes.

La commune dispose par ailleurs d'une maison de retraite la Résidence d'Aubeterre.

Sports[modifier | modifier le code]

Équipements sportifs[modifier | modifier le code]

  • un terrain de football
  • un terrain de balle au tambourin
  • plusieurs terrains de tennis
  • un gymnase
  • un boulodrome
  • un Skate Park
  • une Arène

Associations[modifier | modifier le code]

La commune a une vie associative importante, qu'il s'agisse d'associations culturelles, de loisirs ou sportives[14].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

  • Une Médiathèque municipale : Ouverte en 1994, la médiathèque municipale de Teyran propose des collections multisupports (livres, périodiques, cédéroms, CD audio, DVD) sur deux niveaux. Service de proximité pour les Teyrannais, la médiathèque accueille également les publics provenant des communes alentour. Outre ses collections, elle propose un espace multimédia dynamique et une riche politique d'animations tout au long de l'année (exemple : forums sur les gratuiciels).

Le site de la Médiathèque Municipale

Le Blog de la Médiathèque Municipale

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Fête votive le dernier week-end du mois d'août
  • Semi-marathon des vendanges au mois de septembre
  • Teyrannaise des arts au mois de novembre

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Climatologie mensuelle à Montpellier Fréjorgues », sur infoclimat.fr (consulté le 20 juillet 2010)
  2. Banque du Blason
  3. Cartulaire de Maguelone tome I p. 54.
  4. Cartulaire de Maguelone tome I p. 59.
  5. Cartulaire de Maguelone tome I p. 63.
  6. Cartulaire de Maguelone tome I p. 449.
  7. Cartulaire de Maguelone tome I p. 485.
  8. Cartulaire de Maguelone tome II p. 311.
  9. Jean-François Dubost, « Le réseau des Sociétés Politiques dans le département de l'Hérault pendant la Révolution Française (1789-1795) », Annales historiques de la Révolution française, no 278, 1989. p. 413.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  12. Pyramide des âges de Teyran, Recensement 2007 sur le site de l'INSEE
  13. les professionnels de santé sur le site de la commune
  14. les associations sur le site de la commune

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :