Pégairolles-de-Buèges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pégairolles-de-Buèges
Pégairolles-de-Buèges vue depuis les sources de la Buèges au Méjanel
Pégairolles-de-Buèges vue depuis les sources de la Buèges au Méjanel
Noms
Nom Pegairòlas de Buòja(oc)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Hérault
Arrondissement Lodève
Canton Saint-Martin-de-Londres
Intercommunalité Communauté de communes du Grand Pic Saint Loup
Maire
Mandat
Georges Capus
2014-2020
Code postal 34380
Code commune 34195
Démographie
Gentilé Pégach/ e
Population
municipale
46 hab. (2011)
Densité 3,4 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 48′ 23″ N 3° 35′ 15″ E / 43.8064, 3.587543° 48′ 23″ Nord 3° 35′ 15″ Est / 43.8064, 3.5875  
Altitude Min. 160 m – Max. 780 m
Superficie 13,35 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte administrative d'Hérault
City locator 14.svg
Pégairolles-de-Buèges

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte topographique d'Hérault
City locator 14.svg
Pégairolles-de-Buèges

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pégairolles-de-Buèges

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pégairolles-de-Buèges

Pégairolles-de-Buèges (en occitan Pegairòlas de Buòja) est une commune française située dans le département de l'Hérault en région Languedoc-Roussillon. Ses habitants sont appelés les Pégachs

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte

Spéléologie[modifier | modifier le code]

Le village de Pégairolles-de-Buège appartient à une région karstique, englobant le massif de la Seranne et des Monts de Saint-Guilhem, présentant de nombreuses cavités dont un inventaire a été réalisé par de GERSAM (Groupe d'études et de recherches spéléologiques et archéologiques de Montpellier).

Réseau de la Buèges souterraine[modifier | modifier le code]

Parmi les phénomènes karstiques remarquable, le territoire de la commune abrite l'exsurgence de la Buèges, qui représente la convergence d'un des systèmes souterrains hydrokarstiques les plus importants du sud-Larzac. Une étroiture immergée fut forcée dans les années 1970 par les équipes de plongeurs du GERSAM renforcées par un groupe de Marseille. Dans les années 1980 la profondeur de -126 m fut atteinte avec des perspectives de continuation.

En amont de la source, en 1983, Gilles Barrau du GERSAM découvre le trou souffleur de la Leicasse, possédant notamment un grand puits de 100 m de profondeur. Les premières explorations de cette cavité difficile contribuèrent à faire entrer le GERSAM dans la spéléologie moderne, utilisant des techniques alpines avec notamment des cordes semi-statiques de diamètre 8 mm.

À l'heure actuelle (2013), la progression dans l'aven de la Leicasse continu. Elle a déjà livré 25 km de développement pour une profondeur de -347 m, avec deux rivière souterraines dont les colorations sont ressorties à la source de la Buèges[1],[Note 1].

Une partie de ce réseau souterrain se développe sous le territoire de la commune voisine de Saint-Maurice-Navacelles.

Histoire[modifier | modifier le code]

ancienne Baronnie de Pegairolles de Bueges

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Alain Plantier    
mars 2001 mars 2008 Michel Flye Sainte-Marie    
mars 1977 mars 2001 Jean-Louis Marines Divers Gauche (4 mandats successifs)  Président du SIVOM de Saint-Martin-de-Londres au dernier mandat, maire honoraire en 2013
mars 1947 mars 1977 Moise Rouviere (5 mandats successifs)  

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 46 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
145 146 174 201 233 226 240 247 266
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
238 223 208 184 194 215 204 214 207
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
172 160 134 109 90 92 97 72 55
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
33 33 32 50 42 54 50 49 46
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église de Pégairolles-de-Buèges

Personnalités et événements liés à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les spéléologues suivants ont contribué aux explorations du réseau de la Buèges souterraine : MM. Barreau, Colomina, les frères Sferlazza, Chéry, Brun, les frères Borg, Meyer, Roux, les frères Puech, Paloc, Bourdel, Baldy, Michavila, Maistre, Sallot, Ferrier, Garcia, Martinez, Coupevent, Gea, Camus, Blum, Cateland, Laurès.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. www.plongeesout.com Aven de la Leicasse.
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :