Les Matelles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Matelles
Place du Château.
Place du Château.
Blason de Les Matelles
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Hérault
Arrondissement Montpellier
Canton Les Matelles
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes du Grand Pic Saint Loup
Maire
Mandat
Alain Barbe
2014-2020
Code postal 34270
Code commune 34153
Démographie
Gentilé Matellois
Population
municipale
1 747 hab. (2011)
Densité 104 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 43′ 53″ N 3° 48′ 34″ E / 43.7314, 3.8094 ()43° 43′ 53″ Nord 3° 48′ 34″ Est / 43.7314, 3.8094 ()  
Altitude Min. 60 m – Max. 300 m
Superficie 16,81 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte administrative d'Hérault
City locator 14.svg
Les Matelles

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte topographique d'Hérault
City locator 14.svg
Les Matelles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Les Matelles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Les Matelles
Liens
Site web Site officiel

Les Matelles (en occitan : Las Matèlas) est une commune française, chef-lieu de canton, située dans le département de l'Hérault et la région Languedoc-Roussillon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte

Située au pied du Pic Saint-Loup à une quinzaine de kilomètres au nord de Montpellier, la commune est traversée par le Lirou. L'essentiel de la commune est constituée de garrigues à chêne vert et de pinède. Le vieux village datant du XIIIe siècle se trouve sur la rive gauche du Lirou au confluent de la Déridière (rivières intermittentes). Le bâti s'étend aujourd'hui dans la plaine en direction des communes de Saint-Gély du Fesc, du Triadou et le long de l'ancienne route de Prades-le-Lez.

D'un point de vue géologique, le Nord et l'Ouest de la commune sont des collines jurassiques supérieures. Le sol est très rocailleux et les pentes relativement escarpées. Au Sud-Est du village, deux crêtes séparent la plaine des Matelles de celles du Plagnol et du Triadou. La tour médiévale de Vias se situe sur la plus occidentale de ces "Serres", d'où elle permettait la défense du village. Les petites collines (Puech en occitan) et la plaine du Lirou constitue le reste de la commune, les calcaires durs (crétacé) qui dominent la source du Lez forme les collines du Sud-Est. La plaine très argileuse et fertile supporte les vignes, les oliveraies et les constructions récentes. On trouve sur la commune un certain nombre de hameaux isolés : Galabert sur la route de Ganges, Reganel sur la route de Saint-Gély-du-Fesc et Notre Dame des Champs (ancien couvent) sur la route du Triadou.

Bien que chef-lieu de canton, le village s'est moins développé que certains de ses voisins, à la fois pour des raisons politiques (Saint Mathieu de Tréviers connut un fort développement sous l'impulsion de son maire Gérard Saumade), et pour des raisons géographiques : les Matelles se trouvent à l'écart des axes principaux Montpellier-Ganges et Montpellier-Quissac.

Le climat est tempéré de type méditerranéen. Les précipitations, assez importantes, sont ramassées sur quelques jours (environ 800 mm sur une soixantaine de jours) entre septembre et décembre. Au contraire, l'été est souvent très sec et l'ensoleillement largement supérieur à la moyenne nationale. Les températures moyennes se situent autour de 10 °C pour les minimales et de 20 °C pour les maximales même si l'amplitude est importante (de -10 °C à +40 °C). La situation du village, légèrement abrité du vent du Nord, lui permet de connaitre des températures plus douces qu'alentour, l'influence de la mer joue également.

L'hydrographie est caractéristique des zones de contact entre plateaux calcaires et plaine du Bas-Languedoc. On trouve plusieurs grottes et résurgences sur la commune. L'eau qui s'infiltre sur les causses au Nord du village, resurgit notamment par la source du Lirou, qui peut avoir un débit très important. Ces phénomènes liés aux reliefs karstiques de la région, alimente de nombreux cours d'eau intermittent de type oued.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le site des Matelles est occupé depuis le paléolithique, comme en témoigne le musée où l'on peut voir les résultats de plusieurs fouilles archéologiques effectuées autour du village.

Lors de la Révolution française, les citoyens de la commune se réunissent au sein de la société révolutionnaire, baptisée « société populaire » en l’an II[1].

Ayant connu une prospérité et une expansion locale relative lors du Moyen Âge, l'économie est restée essentiellement pastorale et rurale jusqu'en 1980. Désormais, l'essentiel des Matellois travaillent dans l'agglomération montpelliéraine.

La commune connaît cependant aujourd'hui une croissance démographique rapide, avec l'installation de nouveaux habitants périurbains qui travaillent souvent dans Montpellier et son agglomération. Le nouveau quartier du tribe à l'entrée du village, mêlant l'habitat individuel et collectif va permettre aux Matelles d'atteindre le seuil des 2000 habitants à l'horizon 2010.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    Augustin Recouly    
         
1989 1995 Paulette Martin    
1995 2001 Anne Étourneau    
2001   Alain Barbe    

Démographie[modifier | modifier le code]

Au dernier recensement, la commune comptait 1747 habitants.

Article détaillé : Recensement en France.
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
296 331 395 382 372 349 328 354 501
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
516 493 670 489 470 469 462 456 471
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
485 443 473 391 421 422 412 329 357
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
317 328 434 780 1 150 1 429 1 548 1 747 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Plusieurs petits commerces font vivre le village toute l'année : un bar-brasserie (sans doute le seul en France qui se situe dans le bâtiment même de la mairie), une boucherie, une boulangerie, une épicerie, une pharmacie, deux restaurants, un salon de coiffure, un tabac-presse, plusieurs cabinets médicaux et paramédicaux. La société Présence Verte (service à domicile) y a installé ses bureaux. L'ancien couvent de N.-D. des Champs est désormais une maison de retraite. Il se trouve aussi un commerçant de fruits et légumes qui vient tous les mercredis.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Les Matelles exerce un attrait touristique local assez important, principalement grâce à son « vieux village » (médiéval), conservé en parfait état.
  • La commune accueille le Musée intercommunal de la Préhistoire, situé dans le vieux village.
  • D'un point de vue spéléologique et géologique, la résurgence du Lirou est un paysage remarquable par sa falaise de plus de 20 m au-dessus d'une cascade importante dès que l'eau coule.
  • On trouve sur la commune plusieurs gouffre (avens) et grottes.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Personnes associées aux Matelles :

Fêtes et traditions[modifier | modifier le code]

La commune compte de nombreuses associations qui font de la commune des Matelles un village en perpétuel mouvement, avec notamment son foyer rural et ses différentes fêtes comme la fête votive du 15 aout qui rassemble beaucoup de monde, la fête médiévale, le festival en occitan "Lo Son dau Bartàs", le marché de la création, des potiers ou encore du livre ancien et de nombreuses autres animations tout le long de l'année.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Jean-François Dubost, « Le réseau des Sociétés Politiques dans le département de l'Hérault pendant la Révolution Française (1789-1795) », Annales historiques de la Révolution française, no 278, 1989. p. 413.
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]