Cazevieille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cazevieille-Pic st Loup
De la garrigue au pic Saint-Loup, le territoire communal.
De la garrigue au pic Saint-Loup, le territoire communal.
Blason de Cazevieille-Pic st Loup
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Hérault
Arrondissement Montpellier
Canton Les Matelles
Intercommunalité Communauté de communes du Grand Pic Saint Loup
Maire
Mandat
Jean Vallon
2014-2020
Code postal 34270
Code commune 34066
Démographie
Population
municipale
188 hab. (2011)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 46′ 15″ N 3° 47′ 22″ E / 43.7708333333, 3.7894444444443° 46′ 15″ Nord 3° 47′ 22″ Est / 43.7708333333, 3.78944444444  
Altitude Min. 160[1] m – Max. 658[2] m
Superficie 16,21 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte administrative d'Hérault
City locator 14.svg
Cazevieille-Pic st Loup

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte topographique d'Hérault
City locator 14.svg
Cazevieille-Pic st Loup

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cazevieille-Pic st Loup

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cazevieille-Pic st Loup

Cazevieille-Pic st Loup (en occitan Casavièlha) est une commune française située dans le département de l'Hérault en région Languedoc-Roussillon.

Carte

Géographie[modifier | modifier le code]

Cazevieille Pic st Loup est située au nord ouest du Montpellier non loin des communes de St Mathieu de Treviers et St Jean de Cuculles Le Pic St Loup est située dans le territoire de la ville de Cazevieille

Histoire[modifier | modifier le code]

  • De nombreux tumulis ont été retrouvés à Cazevieille, ce qui atteste une présence humaine dès la préhistoire.
  • Aucune trace de la période gallo-romaine ou wisigothique mais il y avait probablement un habitat non construit.
  • En 1185 environ le château de Montferrand est construit et est occupé par une garnison de 5 ou 6 hommes. À la même époque, le mas de la Tourrière se construit et son exploitation commence. Le territoire appartient alors au Comte de Melgueil.
  • En 1250 le territoire passe sous l'autorité de l'évêque de Maguelonne. Les mas de La Figarède et Roubiac se construisent.
  • Rien ne change par la suite jusqu'à la Révolution.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001   Jean Vallon    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

La démographie a peu évolué jusqu'à la dernière guerre avec une moyenne de 70 habitants au cours des siècles (à peu près feux par masse)


En 2011, la commune comptait 188 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
74 77 100 73 72 69 55 60 63
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
70 77 67 58 66 70 69 54 54
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
51 51 44 36 55 61 64 30 38
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
31 26 24 58 105 118 166 166 184
2011 - - - - - - - -
188 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale.

Avec Saint-Mathieu-de-Tréviers, Cazevieille est le point de départ des randonnées pédestres menant au sommet du pic Saint-Loup (658 mètres d'altitude), situé à la limite des deux communes. La plus grande partie du sentier suit celui de grande randonnée no 60[5].

Les mas[modifier | modifier le code]

  • Tourrière : c'est le mas le plus ancien, au XVIIe siècle un bâtiment lui est accolé.
  • La Figarède.
  • Roubiac : il a été créé par Guillaume de Robiac.
  • Sueilles : ce mas a été construit en 1590 par Jehan de la Figarède pour y installer ses deux filles. Son nom vient probablement de siolhe qui signifie amas de pierres car le mas a été construit sur une ancienne verrerie détruite.
  • Le Causse : il a été construit en 1600 environ.
  • Courtès et Peyre-Brune : Ils ont été construits également en 1600 en appoint de la Figarède et de Sueilles.
  • Hubac : c'est le mas le plus récent, il a été construit au XVIIIe ou XIXe siècle dans la vallée de Fombétou.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Au sud de la commune, 160 mètres est l'altitude au bord du ruisseau de la Déridière quand il franchit la limite avec Les Matelles, point d'altitude indiqué sur la carte topographique n°2742ET, titrée Ganges, au 1/25 000e, Institut géographique national, 3e édition, 2008.
  2. Au nord-est de la commune, à la limite avec Saint-Mathieu-de-Tréviers, le point d'altitude 658 mètres est indiqué comme sommet du pic Saint-Loup sur la carte topographique n°2742ET, titrée Ganges, au 1/25 000e, Institut géographique national, 3e édition, 2008.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  5. Ganges, carte topographique n°2742ET au 1/25 000e, Institut géographique national, 3e édition, 2008.