Surya Bonaly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Surya Bonaly
SuryaBonaly.jpg
Surya Bonaly lors du programme court des Championnats d'Europe de Copenhague en 1994.
Biographie
Nationalité française et américaine
Date de naissance 15 décembre 1973 (40 ans)
Lieu de naissance Nice, France
Parcours
Entraineur Nicole Erdos
Didier Gailhaguet
André Brunet
Alain Giletti
Suzanne Bonaly
Retraite 1998

Surya Varuna Claudine Bonaly (née le 15 décembre 1973 à Nice) est une patineuse artistique française et un entraîneur. D'origine réunionnaise (par sa mère biologique), elle a été adoptée à huit mois par Suzanne et Georges Bonaly et a acquis la nationalité américaine en 2004. Son prénom, Surya, signifie soleil en hindi.

Elle a été neuf fois championne de France en solo (de 1989 à 1997) et une fois championne de France en couple en 1989 en compagnie de Benoît Vandenberghe. Elle a remporté seize médailles en Grand Prix (dont dix médailles d'or), cinq titres de championne d'Europe (1991, 1992, 1993, 1994, 1995), trois médailles aux Championnats du Monde juniors (3e en 1989, 2e en 1990, 1re en 1991) et trois médailles d'argent aux Championnats du Monde seniors (1993, 1994, 1995). Elle a également participé à trois Jeux Olympiques (1992, 1994, 1998), son meilleur résultat étant une 4e place en 1994 à Lillehammer. En outre, dans la discipline du tumbling, elle a à son actif un titre de championne du monde espoir (1986) et un titre de vice-championne du monde senior par équipe (1986) en compagnie de Sandrine Vacher, Corinne Robert et Isabelle Jagueux.

Surya Bonaly est actuellement l'attachée culturelle du Consulat de la Principauté de Monaco à Las Vegas où elle réside. Elle est membre du conseil fédéral de la Fédération française des sports de glace et elle a été la marraine officielle des Championnats du Monde 2012 de patinage artistique qui ont eu lieu du 26 mars au 1er avril à Nice, sa ville natale. Elle est également l'ambassadrice d'une association qui se prénomme « La France des talents et des couleurs », qui a pour but de lutter contre le racisme, la violence et les discriminations dans le sport.

Entraîneur à Las Vegas, elle continue toujours, en 2014, de se produire en exhibition en France et à l'étranger.

Carrière amateur[modifier | modifier le code]

C'est sa mère adoptive, Suzanne Bonaly, professeur de gymnastique au collège Paul Langevin à Carros, qui l'initie au patinage dès sa troisième année. Surya Bonaly commence sa carrière sportive par la gymnastique artistique. Elle est repérée sur la glace par Didier Gailhaguet.

Elle fut remarquée pour la première fois par le grand public lors des Championnats d'Europe de Birmingham et des Mondiaux de Paris en 1989 où elle se classa respectivement 8 et 10e, ainsi que lors des Mondiaux juniors de Sarajevo où elle se classa 3e.

En 1990, elle confirme sa progression en terminant 2e des Mondiaux juniors de Colorado Springs, 4e des Championnats d'Europe de Léningrad et 9e des Mondiaux d'Halifax avec pour la première fois en compétition majeure des tentatives de quadruples sauts.

En 1991, après avoir gagné les Championnats du monde junior à Budapest, elle remporte son 1er titre européen à Sofia pour ensuite finir 5e des Championnats du Monde de Munich en réceptionnant pour la première fois un quadruple boucle piqué, mais avec une rotation incomplète.

De nouveau championne d'Europe en 1992 à Lausanne, elle se classe 5e des Jeux olympiques d'Albertville, avec là encore, un quadruple boucle piqué dans son programme libre. Lors de la cérémonie d'ouverture de ces J.O., il est à noter également qu'elle prononça le serment olympique au nom de tous les athlètes. À la suite de cette compétition, elle décide de changer d'entraîneur et quitte Annick Dumont et Didier Gailhaguet pour rejoindre André Brunet. Après une 11e place lors des Mondiaux d'Oakland, toujours en 1992, elle change de nouveau d'entraîneur et choisit Alain Giletti, champion du monde en 1960. Mais sa mère, Suzanne Bonaly, reste toujours son coentraîneur.

En 1992, lors de l'inter-saison, elle effectue un stage avec l'entraîneur américain Frank Carroll pour améliorer sa technique et sa qualité de patinage. Quelques mois plus tard, elle remporte un 3e titre européen à Helsinki début 1993. L'un de ses plus beaux programmes libres reste celui des Championnats du Monde de Prague en 1993, où elle décroche sa 1re médaille mondiale senior, une médaille d'argent. Elle réussit un programme libre sans faute avec sept triples sauts, dont un deuxième triple Lutz en fin de programme parfaitement réalisé.

De nouveau championne d'Europe en 1994 à Copenhague devant la championne du monde en titre Oksana Baiul, elle est victime de la pression aux Jeux olympiques d'hiver de 1994 de Lillehammer. Lors du programme libre, elle échoue à deux reprises sur ce qui est pourtant sa spécialité, le triple Lutz. Malgré une 3e place après le programme court, elle ne peut finir que 4e au classement général. Aux Championnats du Monde 1994 à Chiba au Japon, elle est classée 2e derrière la japonaise Yuka Sato. En pleurs lors de la remise des médailles, elle refuse de monter sur le podium, jugeant injuste la décision des juges. Elle accepte finalement de monter sur la 2e marche, mais ôte sa médaille dès qu'elle la reçoit. Une image qui marquera sa carrière.

En 1995, elle remporte avec une marge conséquente un 5e titre européen consécutif à Dortmund devant la patineuse russe Olga Markova et décroche une 3e médaille d'argent aux Championnats du Monde de Birmingham derrière la chinoise Lu Chen.

L'année 1996 met un terme à son ascension avec une 2e place aux Championnats d'Europe de Sofia et une 5e place aux Championnats du Monde d'Edmonton (où elle tenta une quadruple rotation pour la dernière fois).

Gravement blessée au tendon d'Achille lors de l'inter-saison en 1996, elle termine sa carrière diminuée. Cette blessure l'empêchant de réaliser deux sauts prépondérants, le flip et le Lutz. Malgré ce handicap, elle réussit à remporter un dixième titre de Championne de France à Amiens devant Vanessa Gusmeroli, mais elle ne pouvait plus espérer les premières places lors des compétitions internationales et se classe 9e des Championnats d'Europe de Paris en 1997. À la suite de cette performance, la Fédération française des sports de glace décide de ne pas l'envoyer aux Championnats du Monde de Lausanne et sélectionne Laëtitia Hubert à sa place.

Surya Bonaly est passée professionnelle en 1998 après une 6e place aux Championnats d'Europe de Milan et une 10e place lors des Jeux Olympiques de Nagano.

Combinaisons de sauts[modifier | modifier le code]

La raison principale de son succès tient à sa manière d'exécuter les sauts et de réaliser des combinaisons inédites très difficiles :

  • 1993 (Piruetten à Hamar) - 1re patineuse à tenter deux combinaisons triple-triple dans un programme libre (triple Lutz - triple boucle piqué & triple boucle piqué - triple boucle piqué). Une performance qu'elle répéta lors des Jeux Olympiques en 1994 et des Championnats du Monde en 1994 et 1995 en effectuant dans le même programme libre la combinaison triple Flip - triple boucle piqué et la suite de sauts triple boucle piqué - demi boucle - triple Salchow.

Quadruples rotations[modifier | modifier le code]

Surya Bonaly a été la première patineuse à tenter une quadruple rotation en compétition officielle. Elle tenta plus d'une douzaine de fois de réaliser le quadruple boucle piqué ou le quadruple Salchow en compétition. Elle réceptionna quatre fois le quadruple boucle piqué en compétition (Championnats du Monde 1991, Trophée NHK 1991, Jeux Olympiques 1992, Championnats du Monde 1992), mais toujours à rotation incomplète. C'est la raison pour laquelle il ne fut jamais homologué. Lors des Championnats d'Europe de Léningrad en 1990, elle tenta même deux quadruples différents dans le même programme libre (Salchow et boucle piqué), ce qui n'a jamais été refait depuis dans la catégorie féminine. Cette tentative est également une première mondiale (hommes et femmes confondus).

Saltos arrières[modifier | modifier le code]

Surya Bonaly est la première femme à avoir réalisé un salto arrière corps groupé sur la glace et demeure toujours la seule au monde (hommes et femmes confondus) à réaliser le salto arrière jambes tendues, pieds décalés, réception sur un pied. Elle a à plusieurs reprises effectué en exhibition des combinaisons avec ces saltos, comme le salto arrière corps groupé enchaîné avec un triple boucle piqué ou encore le salto arrière jambes tendues, pieds décalés, réception sur un pied enchaîné avec un triple Salchow. Il lui est également arrivé de présenter deux saltos arrières en combinaison. Le salto arrière est et demeure un saut interdit en compétition, mais Surya Bonaly le réalisa en compétition dans son programme libre lors des Jeux olympiques d'hiver de 1998 à Nagano.

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

Surya Bonaly s'est longtemps entraînée auprès de Didier Gailhaguet (de 1985 à fin février 1992)[1], mais aussi de Nicole Erdos, André Brunet, Alain Giletti et Suzanne Bonaly (sa mère).

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Surya Bonaly en représentation à Nuremberg en Allemagne en 2007.

Passée professionnelle en 1998 après les Jeux Olympiques de février 1998 à Nagano, elle part vivre aux États-Unis à Las Vegas, dans le Nevada. Désormais, elle patine dans des galas américains et dans le monde (Japon, Russie, France, Allemagne…) mais également dans de multiples compétitions professionnelles. En 1999 et 2000, elle participe aux championnats du monde professionnels et se classe respectivement 3e et 4e. En 2000, lors des Goodwill Games à Lake Placid, elle remporte certainement sa victoire la plus prestigieuse chez les pros en devançant Yuka Sato, Nancy Kerrigan, Oksana Baiul, Dorothy Hamill, Katarina Witt et Elizabeth Manley.

Elle fit partie de la troupe Champions on Ice jusqu'à son interruption (2007)[2]. Elle effectue des galas dans le monde entier (Roumanie, Russie, Allemagne, Japon, Chine). Résidant à Las Vegas, elle a acquis la nationalité américaine en 2004[3].

En tant que végétarienne [4] et marraine de la PETA, elle annonce début 2007 vouloir soutenir la cause des bébés phoques en patinant nue à Asnières-sur-Seine le 31 janvier. En réalité, elle ne patina pas nue le jour dit, arborant une simple tenue noire[5]. Elle s'engage également pour l'interdiction de la corrida avec mise à mort de l'animal, et demande à être reçue par le président de la République française Nicolas Sarkozy alors en vacances aux États-Unis en août 2007[6]. Il la reçoit à l'Élysée le 26 septembre 2007, afin d'aborder l'abolition de la corrida d'une part et l'interdiction de l'entrée dans les arènes pour les moins de 16 ans. La société protectrice des animaux était également présente lors de cette entrevue.

Continuant à participer à de nombreux événements internationaux de patinage, Surya Bonaly a notamment participé à la 17e édition du prix Paektusan, du 15 au 17 février 2008, à Pyongyang en Corée du Nord[7].

Le 29 janvier 2010 elle entre dans La Ferme Célébrités 3, émission française de télé réalité sur TF1, qui se déroule en Afrique du Sud ; elle y défend l'association mondiale des amis de l'enfance. Elle est éliminée le 6 avril 2010, trois jours avant la finale de l'émission.

Le 16 octobre 2011, elle participe pour la 2e fois au Marathon de Montpellier en roller en ligne (42,195 km).

Les 3 et 4 décembre 2011, elle participe lors de plusieurs représentations au spectacle de Blanche Neige sur glace au Palais omnisports de Paris-Bercy.

Durant le mois de décembre 2011, elle donne également plusieurs représentations sur les patinoires de Noël de Saint-Tropez, Cavalaire-sur-Mer, Tarbes, Châteauroux, Pontault-Combault, La Garenne-Colombes et Charenton-le-Pont, mais aussi sur la glace de la patinoire olympique de Pignerol en Italie.

Le 1er janvier 2012, elle participe à un gala pour fêter le nouvel an dans la patinoire Olympique de Turin en compagnie notamment de Shizuka Arakawa, Stéphane Lambiel et Evgeni Plushenko.

Fin janvier 2012, Surya Bonaly déclare dans le journal du sport azuréen (ActuSport06) qu'elle a l'ambition d'entraîner des athlètes de haut niveau et qu'elle aimerait prendre en main une sélection nationale, quel que soit le pays.

Le 2 avril, après avoir été la marraine officielle des Championnats du Monde 2012 de patinage artistique du 26 mars au 1er avril à Nice, elle participe à un gala à Boulogne-Billancourt en compagnie de Philippe Candeloro, Brian Joubert, Marie-Pierre Leray, Chafik Besseghier, Candice Didier et Nathalie Péchalat & Fabian Bourzat.

Quelques jours plus tard, le 7 avril, elle participe à deux shows de Kings On Ice à Bucarest en Roumanie en compagnie d'Evgeni Plushenko, Edvin Marton, Brian Joubert, Stéphane Lambiel, Fumie Suguri et Ekaterina Bobrova & Dmitri Soloviev.

Le 10 mai 2012, à Feucherolles (Yvelines), en compagnie notamment de Philippe Candeloro, Sophie Moniotte et Stanick Jeannette, elle participe au 19e Trophée Kimbo Sport Passion. Parmi les 200 invités de l'édition 2012, cette compétition de golf a vu la participation de 80 personnalités du monde du sport.

Le 16 juillet 2012, elle est l'invitée exceptionnelle d'un gala organisé par les Patins d'Argent de Cauterets dans les Hautes-Pyrénées.

Le 18 août 2012, après avoir assisté à plusieurs épreuves des Jeux olympiques de Londres, elle donne une représentation sur la patinoire découverte de Sun Valley (Idaho) aux États-Unis.

Les 24, 25 et 26 août 2012, elle est la marraine d'une grande manifestation sportive à Saint-Leu sur l'île de La Réunion. Lors de cet évènement se prénommant le Kartié 3 Lèt i défoul' regroupant de nombreuses disciplines, elle réalise plusieurs démonstrations de patinage sur une piste synthétique pour 300 enfants des écoles Saint-Leusiennes.

Le 13 novembre 2012, elle donne une représentation à l'occasion de l'inauguration d'un nouveau centre commercial à La Chapelle-Saint-Luc près de Troyes au côté de Philippe Candeloro.

Cinq jours plus tard, le 18 novembre, elle donne une représentation à Las Vegas (son lieu de résidence) sur une patinoire synthétique pour le Winter in Venice.

Le 30 novembre 2012, elle participe à l'inauguration des 11e Plaisirs d’Hiver de Bruxelles en patinant sur la patinoire de Noël de la capitale belge.

Les 5, 7 et 14 décembre 2012, elle participe à l'inauguration des patinoires de Noël de Thionville, Saint-Maur-des-Fossés et Chennevières-sur-Marne.

Les 15 et 16 décembre 2012 sur la patinoire Pôle Sud de Grenoble puis sur la patinoire Charlemagne de Lyon, elle participe aux spectacles de Sarah Abitbol & Stéphane Bernadis (Le Noël de Princesse Sarah et Music Hall).

Le 21 décembre 2012, elle participe à un grand gala de Noël sur la patinoire Alex Jany de Toulouse en compagnie notamment de Scarlett Rouzet & Yannick Bonheur et Samuel Contesti.

Le 23 décembre 2012, elle donne une représentation sur la patinoire de Noël de Mons en Belgique.

Le 27 décembre 2012, elle participe au gala des Étoiles de la Glisse de Courchevel en compagnie de l'Équipe de France, d'Alexei Yagudin et de plusieurs chanteurs.

Les 1er février 2013, elle participe au gala d'inauguration de la nouvelle patinoire de Vaujany en compagnie notamment de Brian Joubert.

Le lendemain, le 2 février, elle participe à un gala sur la patinoire Pôle Sud de Grenoble avec plusieurs membres de l'équipe France.

Le 23 février 2013, elle donne une représentation sur la patinoire provisoire de Cabourg à l'occasion de son inauguration.

Le 27 juillet 2013, elle donne une représentation sur la patinoire découverte de Sun Valley (Idaho) aux États-Unis.

Fin novembre 2013, elle a été l'une des stars de la nouvelle émission de M6 Ice Show. En compagnie de Sarah Abitbol, Philippe Candeloro et Gwendal Peizerat, elle a entraîné deux célébrités (Chloé Mortaud et Florent Torres) pour les mener jusqu'en finale.

Du 28 février au 11 mai 2014, elle a été l'une des têtes d'affiche de la tournée française d'Holiday on Ice avec Sarah Abitbol, Stéphane Bernadis et Philippe Candeloro. Pour le 70e anniversaire de la revue, cette tournée a accueilli près de 280 000 spectateurs[réf. nécessaire].

À la fin de cette tournée, le 6 mai 2014, elle annonce officiellement soutenir la candidature de Gwendal Peizerat pour les élections de la Fédération française des sports de glace sur le plateau du 12/13 de France 3 Champagne-Ardenne.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Compétition 1988 1989 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998
Jeux olympiques d'hiver 5e 4e 10e
Championnats du Monde 10e 9e 5e 11e 2e 2e 2e 5e
Championnats d’Europe 8e 4e 1re 1re 1re 1re 1re 2e 9e 6e
Championnats du Monde junior 14e 3e 2e 1re
Championnats de France 4e 1re 1re 1re 1re 1re 1re 1re 1re 1re 2e
Goodwill Games 3e 1re
Trophée Nebelhorn 2e 1re
Grand Prix International de St Gervais 2e 1re 1re
Grand Prix ISU[8] 1987/88 1988/89 1989/90 1990/91 1991/92 1992/93 1993/94 1994/95 1995/96 1996/97 1997/98
Finale du Grand Prix
Skate America 6e 5e 3e 2e 1re 4e
Skate Canada 7e 1re 3e
Coupe des Nations 1re
Trophée Lalique[9] 7e 1re 1re 5e 1re 1re 1re 3e
Coupe de Russie 4e
Trophée NHK 2e 1re 1re 2e 4e
Légende : F = Forfait

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :