Opposition à la corrida

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fairytale bookmark silver light.png Vous lisez un « bon article ».
Photo montrant des personnes nues couchées sur le ventre simulant la mort, avec du sang et des banderilles sur le dos
Manifestation contre la corrida à Bilbao, en août 2009.

L’opposition à la corrida regroupe l'ensemble des critiques formulées à l'encontre de celle-ci. Il peut s'agir de l'opposition militante conduite par les différents mouvements ou associations qui réclament aujourd'hui l'abolition de la corrida, ou n'être qu'un simple désaveu de celle-ci. Cette opposition est d'ordre éthique et porte sur les souffrances et l'agonie du taureau, mis à mort au terme d'un spectacle jugé barbare par beaucoup[1],[2], voire sadique par certains[3],[4],[5], avec l'utilisation particulièrement destructrice des piques puis, à un moindre degré, des banderilles.

Le sort des chevaux est moins critiqué aujourd'hui, depuis l'introduction d'un caparaçon protecteur en 1928, qui a considérablement réduit la fréquence des éventrations. D'autres mises en cause ont d'autre part été émises par des autorités religieuses. Le fait que l'argent public collecté au travers des impôts serve à subventionner une activité considérée par beaucoup comme moralement répréhensible a également fait l'objet de critiques (critiques résumées par l'expression « no con mi dinero », « pas avec mon argent »).

L'opposition à la tauromachie en général, puis à la corrida, est ancienne et fut autrefois justifiée par le risque pris par le torero plutôt que par les souffrances de l'animal. Au cours des dernières décennies, le débat oppose plutôt les sévices infligés à l'animal à la forme d'art traditionnel dont se réclame la corrida, débat résumé par le slogan de certains opposants : « la tortura no es cultura » (« la torture n'est pas de la culture »)[6]. Des tentatives ont récemment vu le jour pour essayer de mieux mesurer objectivement les dommages physiques infligés aux taureaux, ainsi que la souffrance qu'ils peuvent ressentir.

En écho à la baisse d'intérêt pour la tauromachie, un certain nombre de décisions touchant à la corrida ont été prises récemment : vote, le 28 juillet 2010, de l'interdiction de la corrida en Catalogne, avec entrée en vigueur à compter de janvier 2012[7]. La décision prise par la télévision nationale espagnole, depuis octobre 2008, d'arrêter les retransmissions en direct de corridas[8], a été annulée depuis février 2012.

Sommaire

Arguments éthiques, religieux et culturels[modifier | modifier le code]

Dommages physiques constatés sur le taureau[modifier | modifier le code]

Article connexe : Déroulement de la corrida.

La corrida est considérée par beaucoup de ses détracteurs comme un spectacle barbare et cruel à l'origine d'une grande souffrance chez l'animal, au cours des différentes phases de la corrida : le tercio de pique, tout d'abord, puis le tercio de banderilles, et enfin le tercio de mise à mort.

Les piques[modifier | modifier le code]

Article connexe : Pique (corrida).
Un picador à cheval à droite de la photo plantant une pique sur un taureau à gauche vu de profil
Picador à Mexico. On distingue les étriers de métal, donnés comme responsables des fissures ou fractures du crâne constatées chez 60 % des taureaux après une corrida[9].

Les buts du premier tercio, le tercio de pique, sont multiples : il s'agit « d'évaluer la bravoure du taureau », et de lui faire baisser la tête (le faire « humiliar ») pour faciliter le troisième tercio et l'estocade en blessant les muscles qui soutiennent son cou, situés dans le morillo (également orthographié morrillo dans la graphie espagnole)[10]. Mais il s'agit aussi d'affaiblir le taureau, par un « châtiment » suffisant, de manière qu'il soit toréable. Selon Elisabeth Hardouin-Fugier en effet, « tout l'art du picador consiste à affaiblir le taureau sans le tuer »[11].

Selon les canons de la tauromachie, l'endroit idéal pour planter la pique du picador est le morrillo, zone située entre la 4e et la 6e vertèbre cervicale qui comporte une grande masse musculaire responsable des mouvements d’extension de la tête. La pénétration de l'arme dans le corps de l'animal est limitée en principe à 8,7 cm – c'est la longueur totale de la pointe de la pique[N 1] – par la présence sur celle-ci d'un croisillon d'arrêt, la cruceta[12].

Selon la présentation effectuée par le vétérinaire José Enrique Zaldívar[N 2], opposant à la corrida, devant le parlement catalan, le 4 mars 2010, dans le cadre des auditions ayant abouti à la suppression de la corrida en Catalogne, la théorie n'est « presque jamais » respectée, comme l'ont montré de nombreuses études anatomo-pathologiques réalisées sur des taureaux toréés[13] :

  • dans 70 % des cas étudiés, les piques sont plantées beaucoup plus bas qu'elles ne devraient l'être (c'est-à-dire en arrière du morrillo), affectant plus de 20 muscles qui contrôlent directement tout le tiers antérieur du corps de l'animal[12] ;
  • des veines, artères, nerfs et ligaments importants sont sectionnés au passage, faisant de la blessure beaucoup plus qu'une simple atteinte musculaire[12] ;
  • la profondeur moyenne des blessures est de 20 cm, bien loin des 8,7 cm théoriques, et certaines peuvent atteindre 30 cm de profondeur[12] ;
  • pendant le tercio de pique, le taureau perd son sang en abondance, de façon variable selon les blessures infligées. La perte de sang due à cette partie de la corrida est comprise entre 8 % et 18 % du sang total contenu dans le corps de l'animal[12].

Plusieurs caractéristiques techniques, conformes au règlement, permettent d'infliger ces dommages au taureau. Ainsi, la pointe de la pique, la puya, n'est pas conique, mais en forme de pyramide à trois arêtes acérées[14],[15], qui coupent le muscle là où un cône écarterait les fibres musculaires. Le règlement prévoit également que la hampe de la pique présente un alabeo[16], une torsion vers le bas, qui permet d'attaquer le taureau sous un meilleur angle, plus plongeant[17],[15]. D'autre part, même s'il s'agit de pratiques interdites pour la plupart, les picadors ont recours à plusieurs techniques permettant d'obtenir des blessures plus profondes et plus larges que ne le laisseraient supposer la largeur de la puya et l'existence de la cruceta (« allers et retours », ou encore barrenado, « vrille » : voir plus loin)[18].

Les banderilles[modifier | modifier le code]

Article connexe : Banderilles.
Taureau étendu sur le ventre de profil (vue partielle), bardé de six banderilles sur le dos
Taureau mort, portant six banderilles.

Six banderilles sont plantées dans le morillo (masse musculaire située à la base du cou). Le harpon d'acier coupant et acéré qui les termine est d'une longueur de 4 cm. Selon les opposants à la corrida, planter les banderilles permettrait d'aggraver les blessures déjà causées par les piques et d'accélérer la perte de sang dans le but de fatiguer progressivement l'animal, car les blessures des banderilles sont regroupées autour du point d'insertion[19].

L'estocade[modifier | modifier le code]

Article connexe : Estocade.
Matador à droite et de profil sur la photo, plantant une épée dans l'échine du taureau de profil et à gauche
Matador portant l'estocade (Jaime Manuel Ruiz Torres aux arènes de Mexico).

L'épée qui sert à l'estocade est une arme recourbée de 80 cm de long ; en principe, elle doit atteindre la veine cave caudale et l’aorte postérieure, situées dans la cage thoracique de l'animal. Dans la réalité, l'arme touche le plus souvent les cordons nerveux proches de la moelle épinière, entraînant une intense difficulté respiratoire chez l'animal. L'épée peut aussi traverser le diaphragme, provoquant la paralysie du nerf phrénique. Dans certains cas même, il a été constaté que c'est le foie et le ventre de l'animal qui étaient touchés[20].

Selon l'étude de José Enrique Zaldívar, citée plus haut, ce n'est finalement que dans 20 % des cas étudiés (342 animaux tués au cours de 57 corridas) que les estocades ont touché la veine cave caudale[20].

Lorsqu'elle est correctement réalisée, la mise à mort du taureau par le matador se fait en une seule estocade. Mais il arrive que le matador manque son coup et que la mise à mort nécessite plusieurs estocades, entraînant donc une souffrance répétée. De trop nombreuses tentatives peuvent entraîner une bronca, ou une amende pour le torero s'il n'a pas réussi à tuer le taureau dans le temps imparti.

Le taureau peut, dans de rares cas, être gracié pour sa bravoure exceptionnelle, dans l'espoir qu'il fasse un bon reproducteur[21], sous réserve qu'il survive aux blessures infligées durant le combat[22],[23].

Coup de grâce et mort[modifier | modifier le code]

Taureau étendu sur le côté. À gauche un peón plante une puntilla dans son échine. À droite un matador vu de profil
Coup de grâce porté au taureau par un peón, avec la puntilla.

Lors de son intervention devant le parlement de Catalogne, José Enrique Zaldívar a également affirmé que[9] la puntilla utilisée pour achever le taureau ne provoquerait pas une mort instantanée, mais une mort par asphyxie, par la paralysie des mouvements respiratoires entraînant une hypoxie encéphalique. Selon le taxidermiste des arènes de Las Ventas de Madrid, 60 % des taureaux sur lesquels il a travaillé présentent des fissures ou fractures du crâne. Le document présenté précise « qu'un célèbre critique taurin s’est référé à cette blessure comme au « crime de l’étrier du picador »[9] ».

Études sur le degré de souffrance effectif[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Endorphine et Bêta-endorphine.

José Enrique Zaldívar conteste formellement, comme il l'a déclaré devant le parlement de Catalogne, que, sur des bases médicales, on puisse affirmer (comme l'a déclaré son confrère Juan Carlos Illera) que « grâce à la libération importante d’opiacés endogènes – bêta-endorphine et métenképhaline –, la douleur et le plaisir s’équilibrent », et que donc le taureau ne souffre pas. Il souligne même que, selon certaines études, les endorphines libérées en état de stress n’ont pas de pouvoir analgésique (Harbach et al, 2007)[24].

Étude de Juan Carlos Illera sur le stress et les bêta-endorphines[modifier | modifier le code]

En tout état de cause, le degré de souffrance exact du taureau est un point aujourd'hui controversé, depuis les travaux vétérinaires de Juan Carlos Illera de Portal[N 3], qui s'est dit persuadé que le taureau, grâce à son « bouclier hormonal », n'éprouverait que très peu de douleur[25], puisque son organisme est capable de produire dix fois plus de bêta-endorphines que l'homme. Divers médias se sont d'ailleurs fait l'écho de ces travaux au début de 2007.

Juan Carlos Illera note aussi que c'est pendant son transport et à la sortie du toril que le taureau est le plus stressé. « Cinq minutes après », le stress et la douleur sont ramenés à leur plus bas niveau. Une vache qu'on sort simplement de son étable serait davantage agressée qu'un toro bravo pendant son combat[26]. Selon son opinion, l'organisme du taureau libère pendant le combat un flot de bêta-endorphines, qui annihile le stress et bloque les mécanismes de la douleur en quelques millièmes de secondes[26]. Juan Carlos Illera a d'ailleurs lui-même fait une présentation devant le parlement de Catalogne le 17 mars 2010[27].

Étude de José Enrique Zaldívar[modifier | modifier le code]

Sur les secrétions hormonales et le niveau de stress[modifier | modifier le code]

De son côté, José Enrique Zaldívar a publié un « rapport technique vétérinaire » sur la question, aboutissant à une conviction inverse à la théorie soutenue par Juan Carlos Illera[28]. Outre le fait qu'il est difficile de comparer la réponse hormonale du taureau à celle de l'homme faute de disposer d'une population humaine ayant subi les mêmes agressions physiques que les taureaux[29], José Enrique Zaldívar, s'appuyant sur des mesures hormonales faites sur diverses populations de taureaux de combat, souligne que les taureaux ayant été amenés jusqu'à l'arène sans avoir à combattre présentent des taux d’ACTH et de cortisol très supérieurs à ceux des taureaux ayant combattu[30] (ACTH et cortisol étant les hormones impliquées dans la réponse de tout organisme au stress[30]). Il voit dans cette constatation contraire à la logique le résultat des lésions nerveuses extrêmement importantes causées par les piques et les banderilles, qui privent le taureau d'une réponse hormonale normale, exactement de la même façon que le taux de cortisol de personnes accidentées ayant subi d'importantes lésions de la moelle épinière est extrêmement faible, voire nul, malgré leur stress effectif considérable, simplement parce que leur capacité de réponse hormonale a été détruite par les lésions[29].

Sur les effets des bêta-endorphines[modifier | modifier le code]

José Enrique Zaldívar nie d'autre part catégoriquement que l'élévation de la quantité de bêta-endorphines dans le sang diminue nécessairement la douleur : en effet, lors d'études séquentielles[N 4] sur les accouchements, les femmes ayant déclaré avoir le plus souffert sont celles qui présentaient le taux de bêta-endorphines le plus élevé[31]. Le taux de bêta-endorphines très élevé du taureau prouve donc simplement le niveau également très élevé des agressions physiques et psychologiques qu'il a subies, et non le fait qu'il ne souffre pas[32].

Des vétérinaires américains regroupés au sein de l'association Humane Society Veterinary Medical Association (HSVMA) se sont aussi adressés au parlement de Catalogne, pour contester également les travaux de Juan Carlos Illera[33].

Enfin, Georges Chapouthier, directeur de recherche au CNRS, a qualifié d'« absurde » l'idée selon laquelle la libération d'endorphines signifierait que le taureau ne souffre pas, alors que les études montrent au contraire que la production d'endorphines est l'indicateur de la souffrance endurée. Il souligne également que l'étude de Juan Carlos Illera de Portal qu'il met ainsi en cause ne fournit aucune indication de la méthodologie utilisée, et que les références à des publications scientifiques en sont absentes[34].

Le risque pour les chevaux[modifier | modifier le code]

Acculés contre une barrière, un picador sur un cheval encorné par un taureau. Un matador et un peón observent la scène.
Le Picador con toro y Monosabio (Picador avec toro et monosabio). Taureau encornant le ventre d'un cheval aux yeux bandés. Arturo Michelena, XIXe siècle.

Avant la mise en place de protections pour les chevaux en 1928 lors du tercio de pique, la grande victime des corridas n'était pas le taureau, mais le cheval (voir plus bas). Les blessures ou la mort des chevaux par éventration avaient alors régulièrement lieu au cours de chaque corrida[35] comme le montrent les gravures Le Cheval éventré de La Tauromaquia de Goya, thème repris dans sa Tauromachie par Gustave Doré, puis par Pablo Picasso dans sa Tauromaquia.

Depuis 1928, les chevaux sont obligatoirement protégés par un caparaçon, au départ tablier de cuir, légèrement blindé, couvrant le poitrail, le ventre et le côté droit du cheval pendant la suerte de pique[36]. La protection du cheval passe ainsi progressivement d'un simple tablier de cuir inefficace, tel qu'on en utilisait parfois avant 1928[37], à une véritable protection en coton matelassé, efficace mais lourde.

Cependant, le règlement national espagnol prévoit aujourd'hui que le caparaçon, le peto, doit avoir un poids maximum total de 30 kilos[38]. La dernière évolution a vu la naissance d'une protection très légère (une vingtaine de kilos) en matériaux synthétiques, kevlar en particulier, et autres fibres utilisées dans la confection de gilets pare-balles. Ce système, mis au point par Alain Bonijol, permet en outre une grande mobilité du cheval et rend au tercio de pique son véritable sens. En outre, le cheval est également protégé au niveau des jambes par des « manchons » (manguitos)[39]. Les chevaux, du reste, sont soigneusement choisis, entraînés et ne sont plus depuis longtemps de vieilles bêtes vouées à l'abattoir. Le risque est plus grand pour le cheval du rejoneador qui ne dispose d'aucune protection et ne peut compter que sur l'habileté de son cavalier et la rapidité d'intervention des péons.

Les opposants signalent d'ailleurs des incidents dans les corridas de rejón, telle la mort à Bayonne, à l'été 2001, d'un cheval de Leonardo Hernandez à la suite d'une péritonite provoquée par un coup de corne[40], ou la grave blessure du cheval Temporal à Tolède, le 14 septembre 2001[41]. Ils dénoncent également la mort des chevaux de picador, malgré leur caparaçon, car certaines parties du corps du cheval restent exposées, telles que le cou et le ventre. Ainsi, selon le site Alliance anticorrida, un grave accident a eu lieu le 24 septembre 2000, à Floirac, provoquant une sortie des intestins, et deux chevaux de picador sont morts ces dernières années à Aire-sur-l'Adour et Mont-de-Marsan, des suites de blessures similaires[42].

Les opposants à la corrida dénoncent aussi le fait que l'on bande les yeux du cheval, procédé habituel en tauromachie.

Le risque pour les toreros[modifier | modifier le code]

Lagartijo, tête de trois-quart à gauche, corps de face, main gauche sur la hanche, bras droit accoudé contre un meuble
Lagartijo n'est blessé qu'une seule fois, tout en ayant affronté et tué 5 000 taureaux[43] (photo noir et blanc de 1893).

Le risque couru par les toreros en général, et par les matadors en particulier est un autre aspect à prendre en compte : à la date de 2010, en plus de 200 ans, de José Candido Esposito en 1771 à Pepe Cáceres en 1987, 57 matadors ont été tués par le taureau qu'ils affrontaient. À ce chiffre, il convient d'ajouter soixante-treize picadors, cent quarante-neuf banderilleros, trois puntilleros, huit rejoneadors, ainsi que cent quatre-vingt-quatre novilleros[44]. Le risque pris par les toreros a d'ailleurs constitué la raison première de l'interdiction des courses de taureaux prononcée par l'Église catholique en 1567 (voir plus loin).

Même si Luis Miguel Dominguín affirmait que la corrida n'offrait pas plus de danger que beaucoup d'autres métiers[45], ce danger est cependant bien réel : le matador en particulier court surtout le risque d'une cornada, un coup de corne, qui peut l'atteindre aux jambes, aux cuisses, au ventre, voire, dans un cas récent, au visage. Les blessures les plus graves sont fréquemment localisées dans le triangle de Scarpa, avec atteinte à la veine saphène (aine), au cœur ou au rectum ; dans certains cas, le matador peut souffrir de lésions à la moelle épinière, entraînant de graves paralysies (Nimeño II, ou Julio Robles)[43].

Une étude réalisée au Mexique de 1994 à 2004, a montré que les traumatismes aux extrémités supérieures et inférieures étaient les blessures les plus communes (66 % des cas), suivis par les blessures dans les régions inguinale (l'aine et la partie basse de l'abdomen) (8 %) et péritonéale (7 %). Les blessures aux extrémités comprennent des blessures pénétrantes nécessitant d'être débridées en chirurgie dans 64 % des cas, des dislocations articulaires dans 4 % des cas, des fractures fermées dans 4 % des cas, et des fractures ouvertes dans 1 % des cas[46]. Les problèmes circulatoires majeurs représentent 5 % des cas étudiés. Les atteintes pénétrantes aux régions inguinale et péritonéale sont associées à des atteintes graves aux veines et artères fémorales, nécessitant dans 33 % des cas une opération chirurgicale réparatrice[46].

« L'égalité des chances entre l'homme et la bête […] constitue la justification, la seule, du drame taurin » a dit Jean-Pierre Darracq, un auteur taurin connu[43]. De fait, la dramatisation de la mort des toreros[47] pousse à ce rapprochement entre les chances du taureau et celles du matador qui l'affronte. En réalité, l'homme court énormément moins de risques que le taureau, puisqu'en Europe, entre 1950 et 2003, il est mort un matador pour 41 500 taureaux tués dans le même temps[48]. À titre d'exemple, pour l'Espagne uniquement, le Quid 2005 donnait le chiffre de 5 532 taureaux tués dans l'année[48].

Prises de position religieuses[modifier | modifier le code]

Certains responsables (comme le Dalai Lama[N 5]), certains mouvements religieux (comme les rabbins du parti Shass[N 6]) se sont exprimés pour condamner la corrida, voire l'interdire à leurs fidèles. L'Église catholique, quant à elle, entretient avec la corrida une relation complexe, et ce depuis plusieurs siècles, comme en témoigne la bulle De salute Gregis dominici publiée en 1567 par le pape Pie V interdisant – pour une brève période – les courses de taureaux.

L'Église catholique romaine a souvent adopté vis-à-vis de la corrida le point de vue du respect de la Création. Ainsi, dans le Catéchisme de l'Église catholique promulguée en 1992, l'Église invoque la version catéchétique du septième commandement du Décalogue« Le bien d’autrui tu ne prendras, ni retiendras injustement. »[49] – pour estimer, dans une sous-section « Le respect de l'intégrité de la création » au sein de l'interprétation du septième commandement, que « la domination accordée par le Créateur à l'homme sur les êtres inanimés et les autres vivants n'est pas absolue ; elle est mesurée par le souci de la qualité de la vie du prochain, y compris des générations à venir ; elle exige un respect religieux de l'intégrité de la création ». Et ajouter : « Il est contraire à la dignité humaine de faire souffrir inutilement les animaux et de gaspiller leurs vies. »[50] Mais le Catéchisme ne mentionne pas explicitement les courses de taureaux suivies de mise à mort dans sa condamnation.

Corrida et machisme[modifier | modifier le code]

Article connexe : Machisme.

Il existe une critique du caractère machiste qu’aurait la corrida, en particulier par l'exclusion des femmes de cette pratique autrefois réservée aux hommes[51]. À l'époque de la dictature franquiste en particulier, l'accès au callejón était strictement interdit à toute représentante du sexe féminin[51]. On a parlé ainsi du « machisme cruel de la corrida » qui avait marqué l'éducation du jeune Picasso, initié par son père à la corrida « dès qu'il sut marcher », et par admiration de laquelle son père prêtait un halo d'héroïsme à ceux qui infligent la douleur, non sans un certain penchant sadique parfois évoqué[52].

Il faut toutefois rappeler que les interdictions de l’époque franquiste étaient faites dans un contexte politique traditionnel et conservateur qui adoptait des positions analogues, par exemple, sur la contraception et le divorce ; il faut également rappeler que l’exclusion des femmes de cette pratique n’existe plus en Espagne où plusieurs femmes ont pris l’alternative (la dernière en date, Sandra Moscoso le 19 septembre 2010).

La mort proposée en spectacle[modifier | modifier le code]

Une critique essentielle de la corrida faite par ses opposants porte sur la présence d'un public[53]. Une chose serait de tuer un bovidé, rapidement et sans souffrance, dans le lieu clos d'un abattoir ; autre chose serait de mettre en scène la mort et les souffrances de l'animal, présentées comme une manifestation « artistique », terme derrière lequel se cache la réalité de la mort proposée en spectacle[54].

En Espagne, lors des présentations de 2010 au Parlement de Catalogne, Kenneth Shapiro (psychologue américain impliqué dans ce domaine) a écrit aux membres du parlement une lettre où il met en avant « le solide faisceau de résultats reliant maltraitance animale et violence envers les humains », et en particulier « un ensemble significatif de recherches [qui] démontre que la maltraitance animale est étroitement reliée à la violence conjugale, aux mauvais traitements envers les enfants, et à d'autres formes de violences interpersonnelles »[55]. Il faut toutefois rappeler que ces études concernent des violences faites à des animaux par des particuliers, dans le cadre de leur vie de tous les jours. Il n’est pas démontré que des « violences » faites dans le cadre ritualisé d’une corrida aient les mêmes conséquences : il n’est pas démontré que les amateurs de corrida ou ses pratiquants seraient plus souvent coupables que les autres de violences conjugales ou de mauvais traitements envers les enfants.

Problématique liée aux enfants[modifier | modifier le code]

C'est notamment la protection des enfants, à qui la corrida proposerait une image banalisée et légitimée de la violence, qui est au cœur de ce débat.

En France, cette question a été reprise dans la proposition de loi n° 2735 présentée le 13 juillet 2010 par la députée Muriel Marland-Militello (voir plus bas), dans le chapitre « Le brouillage des repères », arguant en particulier que :

« […] en encourageant des cruautés exercées en public, on pervertit l’éthique à transmettre à nos jeunes et c’est notre société tout entière que l’on ébranle […] Sur le plan pédagogique, la corrida fait perdre tout repère à l’enfant[56]. »

Un aspect complémentaire également soulevé, tant par la proposition de loi que par les opposants à la corrida, est l'existence d'écoles de tauromachie où les enfants sont initiés dès l'âge de sept ans, pour apprendre à combattre et à tuer de jeunes taureaux[56]. Faire toréer des enfants de moins de 16 ans constitue d'ailleurs en France une infraction à la législation du travail (Art. L211.11 du code du travail), comme le montrent les décisions judiciaires qui ont suivi les plaintes déposées par l'Alliance Anticorrida[57] concernant El Juli en 1997 (alors âgé de 12 ans)[N 7] et de Michelito Lagravère en 2008 (alors âgé de 11 ans)[58].

Pour les aficionados cependant, il s'agit d'un faux problème : ainsi le Dr Jean Maler, psychiatre et ancien novillero, écrit que « les plus grands artistes et les plus grands littérateurs qui ont rencontré la corrida s'en sont abreuvés. Il serait dommage, pour ne pas dire cruel, d'en priver les enfants jusqu'à l'âge de 16 ans »[59]. D'ailleurs, soucieux de ne pas voir le débat sur la protection de l'enfance risquer de tarir à la source le renouvellement du public des corridas, les partisans de la corrida ont obtenu la « participation très active » de l'UNICEF France, associé par exemple à la Feria des enfants de Nîmes, qui a lieu en même temps que la Feria de Pentecôte[60]. Selon André Viard, le président de l'Observatoire national des cultures taurines, en effet, « il s’agit d’éveiller les plus jeunes à nos traditions pour les aimer, les défendre et plus tard les transmettre »[60]. Cependant, par un communiqué du 19 novembre 2010, l'UNICEF France a démenti tout soutien de sa part à la corrida[61].

Les retransmissions télévisées[modifier | modifier le code]

La retransmission des corridas à la télévision est un autre enjeu lié au caractère de spectacle de la corrida. Elle permet en effet de démultiplier l'audience des corridas, tout en contribuant de façon importante à leur équilibre financier grâce aux droits de retransmission.

Cependant, en France, et dans une certaine mesure en Espagne, les retransmissions télévisées des corridas n'atteignent pas en Europe la densité qu'elles peuvent avoir en Amérique latine[62]. Dans ces deux pays en effet, la question de la violence aux heures d'écoute enfantines a contribué à freiner les retransmissions. Ainsi, à la suite de la demande du CSA en 2005, France 3 Aquitaine a-t-il dû mettre en place une signalétique d'avertissement pour mettre en garde enfants et parents lors de la diffusion du magazine Tercios[63].

Indépendamment de sa violence, quelques éléments sont d'autre part susceptibles d'expliquer que la corrida n'ait pu prendre place à la télévision en tant que grand spectacle sportif, à l'égal du rugby à XV, du football ou de la Formule 1. C'est tout d'abord le spectacle un peu ridicule, pour certains spectateurs, des toreros engoncés dans leurs costumes désuets[63]. Mais c'est aussi le manque d'intérêt intrinsèque du spectacle qui nuit à son audience, si l'on fait abstraction de sa violence. En effet, à la différence d'autres sports télévisés, il lui manque certains ingrédients nécessaires à captiver l'attention du grand public : ici, pas de « glorieuse incertitude du sport » (en dehors d'un accident tel qu'une cornada reçue par le matador), car l'issue du combat est connue d'avance ; pas non plus d'équipe adverse à laquelle il faudrait disputer la victoire[64]. Enfin le spectacle comporte de nombreux temps morts difficiles à meubler pour le commentateur, avec l'inévitable répétitivité liée aux six taureaux successivement tués chacun au cours de trois tercios[65].

Contre-arguments liés à la culture et aux traditions[modifier | modifier le code]

Aux critiques essentiellement d'ordre éthique soulevées par les opposants de la corrida, ses partisans en opposent d'autres touchant à des aspects bien différents, mêlant tradition, culture, et esthétique. Quelques arguments d'ordre moral ou symbolique sont également évoqués.

Traditions hispaniques[modifier | modifier le code]

Culture et art[modifier | modifier le code]
Peinture d'un Matador faisant une passe de capote face à un taureau qui bondit
Corrida, par Montyne (en) (1974).

Selon ses partisans, la corrida est profondément inscrite dans les traditions hispaniques depuis plusieurs siècles. Elle a inspiré de nombreux écrivains et peintres, tant en Espagne qu'en France : des peintres comme Francisco de Goya, Pablo Picasso, Édouard Manet, des écrivains comme Federico García Lorca, Vicente Blasco Ibáñez, Prosper Mérimée, Théophile Gautier, ou encore, aux États-Unis, Ernest Hemingway, ont tous été inspirés par la corrida, qui donnerait à leurs œuvres une saveur et une couleur particulières, liées à l'esthétique du spectacle.

Le caractère culturel de la corrida a d'autre part été indirectement reconnu en France par la décision de janvier 2011 du ministère de la Culture, critiquée entre autres par les opposants de l'Alliance anti-corrida, d'admettre la tauromachie au patrimoine culturel immatériel de la France[66].

Noblesse du combat et de la mort offerts au taureau[modifier | modifier le code]

Les aficionados s'accordent pour dire que cette esthétique particulière de la « mise en beauté » de la mort de l'animal, du puissant symbole de la lutte de l'homme face à la bête indomptée sont des caractéristiques dignes d'être prises en compte dans la longue tradition à laquelle se réfère la corrida[67].

Francis Wolff a formulé cet argument en disant : « ce que nous venons admirer dans la corrida, c'est un animal libre qui défend sa liberté jusqu'à la mort et un homme qui crée de la beauté avec sa propre peur de mourir »[68]. La noblesse de la mort du taureau dans l'arène est ainsi comparée avec la mort sans éclat proposée par les abattoirs.

Préservation des races de toros et de leur environnement[modifier | modifier le code]
Deux taureaux sur un pré, à l'arrière plan cinq arbres et plus loin deux autres taureaux (un au centre et un à droite)
Dehesa, près de Salamanque, offrant aux taureaux de combat des conditions de vie jugées exceptionnelles[69].

Les partisans de la corrida soulignent également qu'interdire la corrida, c'est condamner les taureaux de combat à disparaître, et donc prendre le risque d'appauvrir une partie du capital génétique de l'espèce. Selon les porte-parole de l'ATPE, « les conditions de vie des toros sont exceptionnelles. Ils vivent pendant 4 ou 5 ans dans un biotope de qualité unique. Si ces propriétés consacrées à l’élevage du toro de combat n’existaient pas, la plupart seraient à l’abandon. Ce sont plus d’un demi-million d’hectares transformés en véritables parcs naturels où la faune et la flore et des milliers d’espèces sont protégées en cohabitant avec le toro[69]. »

Cependant, Élisabeth Hardouin-Fugier remet en cause cette vision idyllique de la vie du taureau de combat : elle cite une statistique réalisée sur les taureaux de dix-sept corridas, du 24 septembre 1987 au 18 septembre 1988, selon laquelle 48 % des taureaux étaient malades[70]. De même, un rapport d'autopsie de Nîmes, datant de février 1995, montre que, sur douze taureaux, quatre seulement étaient exempts de maladie, six ayant une infection parasitaire du foie (dont cinq avec une infection rénale), et un étant atteint d'une tuberculose généralisée[71].

Droits et devoirs[modifier | modifier le code]
Article connexe : Droits des animaux.

Selon les aficionados, le toro n'a de toutes façons aucun droit. « Ces prétendus droits, affirment les aficionados espagnols, sont en contradiction avec la tradition juridique [de l'Espagne], qui stipule dans ses lois que les droits sont le patrimoine exclusif des hommes »[69]. Ils se réclament également de Kant lorsqu'il dit : « Nos devoirs envers les animaux constituent des devoirs indirects pour l’humanité ». Ainsi, le toro de combat est applaudi pour sa bravoure et parfois quand il est extraordinaire, on le gracie : mais c'est un devoir de l’afición, pas un droit du toro[69].

Contestation du vote de la Catalogne au nom de la culture[modifier | modifier le code]

C'est au nom de la gestion au niveau de la nation espagnole des questions touchant à la culture et à la tradition que les aficionados contestent juridiquement la décision du parlement de Catalogne d'interdire la corrida en pays catalan.

En effet, l'adoption par le Parlement catalan, le 28 juillet 2010, d'une disposition interdisant la corrida à compter du 1er janvier 2012[7], a entraîné le dépôt le jour même d'une proposition de loi par le Parti populaire visant à faire annuler par les Cortes Generales la décision du Parlement catalan[72] : le Parti populaire veut faire déclarer les taureaux « biens d'intérêt culturel » (Bien de Interés Cultural), en s'appuyant sur une analyse juridique déniant aux Communautés autonomes espagnoles en général, et à la Catalogne en particulier, le droit de statuer en matière de « défense du patrimoine culturel », de la compétence exclusive de l'État espagnol[72].

Histoire de l'opposition à la corrida[modifier | modifier le code]

Article connexe : Histoire de la corrida.

L'opposition à la corrida est très ancienne, et a été précédée, avant que la forme qui est la sienne aujourd'hui n'apparaisse au cours du XVIIIe siècle, par une opposition aux courses de taureaux en général.

Opposition aux courses de taureaux avant le XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Pie V assis tourné vers la gauche, tient un livre dans la main gauche, et lève sa main droite.
Portrait de Pie V en buste par El Greco.

Avant l'apparition de la corrida sous sa forme actuelle, avec picadors et mise à mort par l'estocade du matador, des jeux taurins de toutes sortes existaient en Europe. En Angleterre, de tels jeux ont lieu dès le XIIIe siècle, et perdurent jusqu'au XIXe siècle. À Rome même, dans les États de la papauté, on introduit au XVIe siècle des jeux taurins inspirés de ceux de l'Espagne ; c'est de cette époque que date la bulle papale De salute Gregis dominici (« Pour le salut du troupeau de Dieu »)[73].

Le 1er novembre 1567, le pape Pie V publie en effet la bulle De salute Gregis dominici, première et plus formelle condamnation de l'Église envers les courses de taureaux espagnoles, qu'elles se déroulent à pied ou à cheval[74]. La bulle interdit aux autorités d’organiser ou de participer à des combats d'animaux cruels ou dégradants, les contrevenants risquant l'excommunication. Le texte demande également aux autorités ecclésiastiques de refuser toute sépulture chrétienne aux contrevenants qui auraient trouvé la mort dans l’arène[75].

Cependant, si la bulle papale condamne bien « ces sanglants et honteux spectacles dignes des démons » comme « contraires à la piété et à la charité chrétienne », elle y voit une forme de pratique proche du duel, « coutume détestable […] introduite par le démon » et condamnée en vertu d'un décret du Concile de Trente[75]. La cause première du texte est donc d'interdire une activité qui, comme le duel, peut entraîner à la fois « la mort sanglante des corps et la perte des âmes »[75], plutôt que d'éviter aux animaux d'inutiles souffrances.

Quoi qu'il en soit, dès 1575, le pontife suivant, Grégoire XIII, supprime les excommunications et se limite à l'interdiction aux ecclésiastiques d'assister à ces spectacles.

En France, une importante activité taurine se développe dans le Sud du pays au XVIIe siècle, vue d'un assez mauvais œil par l'Église et le roi, qui réprouvent les troubles à l'ordre public qui peuvent en résulter localement. C'est ce qui amène le roi Louis XIII à abolir le 13 décembre 1620 « la coutume de la course de taureau qui se fait en la ville de Bazas[76] » le jour de la Saint-Jean-Baptiste. De même, en 1648, Louis XIV interdit les courses de taureaux à tout le diocèse d'Aire, et cette fois-ci pour toute l'année, et non pour le seul jour de la fête locale. Ces quelques interdictions locales montrent cependant le peu d'ampleur du problème en France à cette époque[76].

Opposition à la corrida au XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Au XVIIIe siècle, avec les démonstrations publiques de l'estocade moderne mises en scène par Francisco Romero, la corrida trouve peu à peu sa forme actuelle.

À travers l'Europe[modifier | modifier le code]

Grande place avec des gradins. Au fond, un grand bâtiment. Au centre une enceinte carrée, entourée de ballustrades.
Autodafé sur la Plaza Mayor de Madrid, par Francisco Rizi (1683). En 1789, Jean-François de Bourgoing fait le parallèle entre le spectacle des autodafés et celui des corridas.

Elle rencontre dès ce moment une forte opposition en Europe, au travers des récits et commentaires laissés par les voyageurs de l'époque. L'Allemand Jacob Volkman, dans son Neueste Reisen durch Spanien (Récents voyages à travers l'Espagne) de 1785, parle ainsi d'un « spectacle grossier qui déshonore l'humanité ». William Thomas Beckford écrit, dans son Journal intime au Portugal et en Espagne de 1787, qu'il y voit un « spectacle répugnant », rejoignant l'avis de l'Italien Giuseppe Baretti qui évoque ces « spectacles barbares » dans son Voyage de Londres à Gênes, publié dix ans auparavant, en 1777[77]. En France, le marquis de Langle avait condamné la corrida dès 1784 en disant de cette forme de spectacle : « tout y révolte » (Voyage de Figaro en Espagne)[77]. De son côté, Jean-François de Bourgoing, après un séjour de neuf ans à Madrid, publie en 1789 la première édition de son Tableau de l'Espagne moderne, plusieurs fois réédité par la suite, et dresse un parallèle entre les spectacles offerts par les autodafés de l'Inquisition et la corrida, en soulignant que ces deux institutions « tiennent toutes deux à la barbarie » ; « l'une et l'autre ne devraient avoir que des bourreaux pour apologistes, et cependant, une vertu chrétienne sert à l'une et à l'autre de motif et d'excuse[N 8] »[78].

Si répandue qu'elle soit, cette réprobation n'est cependant pas universelle : ainsi, dans son État présent de l'Espagne et de la nation espagnole, après avoir noté la barbarie du spectacle en disant « Sans doute on ne peut nier que cette fête ne soit un reste des Maures, ou peut-être de la barbarie romaine », l'Anglais Edward Clarke[N 9] ajoute-t-il : « Il est un certain degré de férocité nécessaire, en quelque sorte, à la nature humaine. […] il ne faut pas aussi proscrire tout ce qui paraît un peu féroce, pour que les hommes ne deviennent pas sensibles ou faibles comme des femmes[79]. »

En effet, l'Angleterre d'alors était elle-même violente, au moins au niveau des distractions du bas peuple, qui s'adonnait au spectacle des combats de chiens et des combats de coqs : leur violence est alors considérée par beaucoup d'hommes politiques comme nécessaire pour accoutumer les Britanniques à la vue du sang et forger « le vrai caractère anglais », assimilé à celui du bulldog (the true British bull-dog character)[80].

En Espagne même[modifier | modifier le code]

Charles III de trois-quart, un manteau posé sur une table. La main droite tient un bâton, la gauche pointe du doigt.
Portrait du roi Charles III, à l'origine de l'interdiction de fin 1785.

Dans le même temps, la corrida connaît en Espagne une grande ferveur populaire, relayée par les grandes séries gravées qui rencontrent un très vif succès commercial, avec certains graveurs comme Juan et Manuel de la Cruz. Vendues comme souvenirs de voyage pittoresques, ces gravures popularisent les toreros les plus célèbres de l'époque, dont elles diffusent le portrait[81].

L'engouement pour le spectacle offert n'est pas propre aux hommes : certains voyageurs d'alors s'étonnent de voir la « férocité » qui anime également les femmes. Le marquis de Langle note par exemple que « des femmes […] qui jettent des cris à la vue d'un éclair, d'une chenille, d'une souris, d'une sauterelle, assistent à ces combats ; fixent les yeux sur une bête qui souffre, […] et paraissent […] regretter, quand elle expire, qu'elle ne se débatte et ne souffre plus »[82].

En dépit de cette popularité, trois interdictions partielles – d'ailleurs sans grande conséquence durable – frappent la corrida au cours du XVIIIe siècle : c'est tout d'abord Philippe V qui fait interdire la corrida sur la Plaza Mayor ; c'est ensuite Ferdinand VI qui fait interdire les corridas non destinées à la bienfaisance, c'est-à-dire très peu[83]. Enfin, le 14 novembre 1785, Charles III interdit les corridas dont les profits ne seraient pas versés à des œuvres utiles et pieuses ; cette dernière mesure se traduit, plus encore que les précédentes, par une mainmise accrue du pouvoir central sur les corridas et leurs profits, entraînant une interruption de sept ans à Séville (jusqu'en 1792) et en province, au bénéfice des arènes de Madrid[84].

Opposition au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Visions d'une Espagne romantique[modifier | modifier le code]

Prosper Mérimé âgé, vu de trois quart en buste tourné vers la gauche en veste, gilet et cravate
Prosper Mérimée. Auteur de Carmen et ami de l'impératrice Eugénie, il est l'ambassadeur de la corrida en France[85].
Eugènie de trois quart, la main droite tient un éventail sur une table, le bras gauche ballant.
L'impératrice Eugénie, à l'époque où elle introduit la corrida en France (par Winterhalter).

Le début du XIXe siècle marque la fin d'un premier âge d'or de la corrida, avec la mort de Pepe Hillo en 1801 tout d'abord, l'interdiction maladroite de la corrida par Charles IV en 1805 ensuite[86], et plus encore la guerre d'indépendance espagnole, de 1808 à 1814. La corrida devient alors l'étendard du sentiment d'une identité espagnole[87]. Goya, mêlé à la fois aux évènements de la guerre et à la corrida, renforce ce sentiment[88] par sa série de 33 gravures à l'eau-forte, La Tauromaquia, publiée en 1816.

De son côté, Byron, lorsqu'il effectue son Grand Tour en 1809, décrit les corridas auxquelles il assiste, à Séville ou à Cadix, en s'attardant sur leur caractère grandiose[89], et son Childe Harold fait entrer la corrida dans la littérature, sur fond de l'esthétique développée par Edmund Burke au XVIIIe siècle, dans une approche pré-romantique de la corrida.

La vision romantique de celle-ci se développe peu à peu chez de nombreux commentateurs à travers toute l'Europe. En France, Prosper Mérimée, aficionado français de la première heure, écrit notamment « […] cruel ou non, ce spectacle est si intéressant, si attachant, produit des émotions si puissantes qu'on ne peut y renoncer lorsqu'on a résisté à l'effet de la première séance[90] ». S'il reconnaît qu'il existe « une espèce de honte à avouer ce goût »[91], il justifie la corrida par l'esthétique de ce « spectacle admirable »[92]. Sa Carmen de 1845, reprise par l'opéra de Bizet en 1875, contribue à populariser cette idée d'une Espagne romantique, amoureuse des corridas.

Buste dans un ovale, Théophile Gautier de trois quart vers la gauche, tête se retournant, main gauche dans la poche
Théophile Gautier, un autre admirateur des corridas (par Nadar).
Séverine, buste de face, bras droit accoudé sur sa chaise, un nœud sur ses cheveux, un ruban décoré de fleurs
La journaliste Séverine tente en vain de s'opposer à l'implantation de la corrida en France (par Renoir).

À sa suite, Théophile Gautier développe des idées analogues, parlant d'« atrocités fascinantes » et soutenant que « le meurtre, le sang, dramatisés, transcendés en cérémonie, dépassent le cadre de la violence pour entrer dans celui de la beauté »[93]. D'autres encore, comme Alexandre Dumas, avouent leur fascination, pour un spectacle qui inspire, après Goya, des artistes tels que Gustave Doré ou Manet.

De façon générale, par conséquent, le XIXe siècle voit naître et se développer en France un courant d'idées toujours présentes aujourd'hui selon lesquelles priment sur la cruauté le sens du sublime tout d'abord, puis l'intérêt esthétique, et enfin la fascination exercée par l'atrocité transcendée du spectacle.

À la fin du XIXe siècle et au début du XXe pourtant, les intellectuels espagnols « fin de siècle » du regeneracionismo protestent contre la corrida[94], pendant que Miguel de Unamuno parle d'une politique du pan y toros (« pain et taureaux »), en écho au panem et circenses romain[95], mise en avant par le pouvoir afin d'endormir le peuple opprimé.

Introduction de la corrida en France[modifier | modifier le code]

Enfin, en 1852, la corrida acquiert droit de cité en France lorsque Eugénie de Montijo assiste à Saint-Esprit près de Bayonne à une course de taureaux « corsée à l'espagnole » par la mise à mort de l'animal. Les 21, 22 et 24 août 1853[96], des corridas s'y déroulent à nouveau, cette fois-ci en présence du couple impérial. Au-delà de sa portée mondaine, l'événement est politique, et soulève de fortes réactions de la presse, malgré la censure policière[97].

Pendant toute la fin du XIXe siècle, la résistance est forte dans le midi de la France face à la corrida, concurrente venue de l'étranger des courses camarguaises et landaises, et l'évêque de Nîmes, ou, aux dires de certains, Victor Hugo, condamnent le spectacle qu'elle offre[98]. Cependant, la position de Victor Hugo est difficile à définir avec certitude, certaines phrases apocryphes lui ayant été prêtées à ce sujet[99].

En 1899, Édouard Lamourère (oc), félibre du Lauragais décrit dans son poème « Paure Brau »[100] la mise à mort d’un jeune taureau, qualifiant les toréros de « bourreaux », et s’indigne que les femmes de Toulouse puissent applaudir à ce spectacle.

Il demeure qu'avant l'introduction de la corrida par Napoléon III et l'impératrice Eugénie, la seule activité taurine se limitait en France aux courses landaises et camarguaises, toutes deux sans mise à mort, et donc hors du champ de la loi Grammont de 1850[101].

Après la défaite de 1870, la corrida s'implante lentement en France, avec en particulier la création des gigantesques arènes de la rue Pergolèse à l'occasion du centenaire de la Révolution française, marqué par l'Exposition universelle de 1889[102]. La lutte contre la corrida de la journaliste Séverine (Caroline Rémy, selon l'état-civil), soutenue par Émile Zola, mais en butte aux critiques anti-féministes, ne peut empêcher la première mise à mort dans les arènes d'Arles ni la corrida de Nîmes du 16 septembre 1894. En 1898, lors de « l'affaire des courses de taureaux », l'avocat Roux affirme que le taureau de combat, qu'il classe comme « animal sauvage », ne saurait par conséquent être protégé par la loi Grammont[103].

Évolutions législatives[modifier | modifier le code]

Tribunal où siègent ses membres. Au centre un âne, entouré de quatre personnages, dont un fait un pied de nez à l'âne.
Procès de Bill Burns, premier à être jugé – pour avoir battu son âne – en application du Martin's Act de 1822.

Malgré ces visions populaires d'une corrida romantique, de nombreux textes législatifs font alors leur apparition pour protéger les animaux.

En Angleterre, le Martin's Act de 1822 ouvre la voie à l'amendement de 1835 (protégeant les taureaux), et aux lois de 1849 et de 1876 sanctionnant la cruauté envers les animaux. Le 1er août 1840 y est voté une loi interdisant tout spectacle taurin[104].

Au Portugal, une loi de 1894 interdit la mise à mort en public. Sur le continent américain, si le Mexique abolit en 1887[105] l'interdiction de la corrida de 1867[106], treize États hispaniques d'Amérique du Sud interdisent la corrida[105], au moins pour un temps.

En Espagne, dès 1857, des femmes envoient à la reine d'Espagne une pétition lui demandant de protéger les enfants d'« un spectacle sanglant ». Les sociétés protectrices des animaux s'y implantent plus tardivement qu'en Angleterre, en Allemagne, voire en France ; en 1874, cependant, la société protectrice des animaux implantée à Cadix diffuse un tract poussant les catholiques à déserter les arènes pour en condamner la cruauté. Mais une proposition d'interdiction de la corrida échoue en 1877, et, en 1894, c'est sans résultat que les républicains soumettent aux Cortès (parlement espagnol) un texte condamnant la corrida, « qui situe l'Espagne à la traîne des nations civilisées »[105].

En France, enfin, la loi Grammont est votée le 2 juillet 1850. Si elle légifère sur la protection de l'animal contre les mauvais traitements, elle vise cependant la protection des animaux domestiques, non des animaux sauvages[107]. De plus, le cas de la corrida espagnole n'est pas traité lors des débats, puisque celle-ci ne fait son apparition en France que trois ans après le vote de la loi[108].

Opposition au XXe siècle[modifier | modifier le code]

Au XXe siècle, la reconsidération de l'animal entraîne l'apparition de mouvements anti-corridas qui prennent alors peu à peu le relais de l'Église[109].

En 1904, une initiative de l'Église espagnole, demandant l'interdiction des corridas le dimanche pour augmenter la fréquentation de la messe dominicale, débouche sur une forte mobilisation des partisans de la corrida, qui font valoir qu'il faudrait fermer 360 lits d'hôpitaux financés par les œuvres de bienfaisance des corridas si celles-ci venaient à être interdites. Avec les prises de position du journal El Socialista ou celles de Eugenio Noel (es), le débat rentre en Espagne dans une phase résolument politique[110].

L'éventration des chevaux[modifier | modifier le code]

Hemingway à 18 ans, de face,  vêtu d'une veste sombre et d'une cravate rayée, portée sur une chemise blanche.
Ernest Hemingway (ici, vers 1917) voit dans le cheval le « personnage comique » de la tragédie dont le taureau est le héros.

Depuis le XIXe siècle, c'est le sort fait aux chevaux, plus encore que le sort du taureau lui-même, qui continue d'être le plus critiqué, avec ce spectacle fréquent d'un cheval éventré, « les entrailles ballotantes entravant ses pas chancelants »[111], qui provoque l'horreur fascinée de ceux qui assistent pour la première fois à une corrida. L'éventration des chevaux est omniprésente dans les critiques : Urbain Gohier parle de ceux « qui se pâment à l'agonie des vieux chevaux étripés »[112], Léon Bloy s'indigne de « l'unanime espoir […] de voir jaillir des entrailles »[113], Jules Lemaître évoque « ce meurtre lent d'une pauvre brute affolée et [de] ces éventrements de vieux chevaux »[113].

Pour certains aficionados, cependant, l'éventration des chevaux fait partie intégrante du spectacle : Hemingway voit ainsi dans la corrida une tragédie dont le taureau est le héros, et le cheval le personnage comique (comic character)[114], trouvant la façon dont il galope autour de l'arène avec l'air roide d'une vieille demoiselle, en traînant ses viscères derrière lui, aussi drôle que lorsque les Fratellini en font une parodie burlesque en traînant à la place des rouleaux de pansements et des saucisses[N 10] (Hemingway, Mort dans l'après-midi, chapitre I[115]).

L'évolution majeure de 1928[modifier | modifier le code]

Léon Tailhade  avec bouc et moustache, vêtu d'une veste, avec un nœud papillon sur une chemise à col droit.
Laurent Tailhade, polémiste, poète et aficionado de la « vraie corrida ».

L'indignation très générale des étrangers suscite tout d'abord en Espagne quelques évolutions inadaptées, telles que la protection du cheval par un tablier de cuir ou une plaque de métal sur le poitrail. Une mesure plus radicale est finalement adoptée par un décret de Primo de Rivera du 7 février 1928, rendant obligatoire le port du caparaçon protecteur (peto)[116].

Si cette mesure diminue aussitôt de façon nette l'opposition à la corrida, en mettant fin à son aspect le plus critiqué, elle n'est en revanche guère appréciée de l’afición de verdad, les aficionados purs et durs[117], tel Laurent Tailhade, qui déplore, à la suite de Juan Leal, la disparition de la « vraie corrida » en disant : « Ce m'est toujours une satisfaction de voir étripailler cinq ou six couples de chevaux »[118].

De même, l'historien de la corrida Auguste Lafront note qu'avec l'arrivée du peto qui protège le cheval, « l'émotion sacrée [avait] disparue », pendant que Picasso se proclame inconsolable. D'autres parlent de l'hypocrite lâcheté qui, en couvrant les chevaux d'un caparaçon, « a dénaturé le plus beau tiers du combat ». En France, certaines arènes, celles de Dax par exemple, se refusent à protéger le cheval, pensant ainsi mieux drainer la clientèle[118].

De la guerre civile espagnole au début du XXIe[modifier | modifier le code]

Après la guerre civile espagnole et pendant la dictature de Franco, les corridas sont encouragées par l'État en tant que fiesta nacional représentant l'authenticité espagnole, si bien que la corrida s'est vue assimilée au régime fasciste. De leur côté, rares sont les toreros ayant d'authentiques convictions républicaines ; devenus de gros propriétaires fonciers, des matadors célèbres comme Domingo Ortega ou Marcial Lalanda sont assez proches d'éleveurs considérés comme « fascistes », comme le sont également Vicente Barrera et la grande figure de Juan Belmonte[119].

À cette même époque, et jusqu'au début des années 1950, survient une période de tricheries qui touchent la plupart des corridas espagnoles. Sous l'impulsion de José Flores Camara (lui-même ancien torero conduisant alors la carrière de Manolete), on impose aux éleveurs de fournir pour les corridas des taureaux presque systématiquement afeitados[N 11],[120]. Les plus grands matadors de l'époque, Manolete, Pepe Luis Vázquez, Carlos Arruza, Luis Miguel Dominguin ne combattent guère alors que des taureaux ainsi diminués[120].

Dans le même temps, compte tenu des vicissitudes subies par les élevages de taureaux de lidia au cours des années précédentes, les élevages, entre 1941 et 1944, fournissent aux arènes des taureaux trop jeunes, des becerros de deux ans et demi (au lieu de quatre ans), pesant tout juste entre 350 et 380 kilos[120]. Les passes serrées de Manolete, qui contribuent tant à sa réputation, doivent en réalité beaucoup au fait qu'il affronte des taureaux diminués, peu agressifs[121].

En janvier 1953, le scandale éclate : l'éleveur Antonio Pérez de San Fernando révèle au journal ABC qu'il était obligé d'« afeiter » tous les taureaux qu'il fournissait[122]. Il affirme à cette occasion que, selon lui, un taureau afeitado perdait la moitié de son agressivité naturelle[123]. L'affaire fait grand bruit, conduisant au règlement du 10 février 1953, interdisant d'« afeiter » les taureaux et instituant un examen post-mortem de l'animal[123]. En France, en 1956, le vétérinaire P. Maubon évalue à 50 % le pourcentage de taureaux subissant l’afeitado[124].

Après cette date, on assiste tout d'abord à une chute très nette du nombre annuel de corridas, la lutte contre la pratique de l’afeitado posant un nouveau défi aux matadors : entre 1953 et 1955, ce nombre oscille en Espagne entre 208 et 218 par an, au lieu de 278 en 1952[125]. Puis, avec la reconstitution du cheptel, l'enrichissement de l'Europe et le développement du tourisme[126], l'activité taurine augmente fortement : en Espagne, le nombre annuel de corridas passe de 260 en 1956 à 372 en 1962, puis à 599 en 1966, pour se stabiliser autour de 600 corridas annuelles entre 1968 et 1975[125]. En France, on passe de 29 corridas par an en 1951 à 40 en 1978, pour atteindre une moyenne de l'ordre de 60 corridas annuelles dans les années 1970[124].

Cette augmentation considérable du nombre de corridas s'accompagne d'une évolution des mentalités, avec un désaveu de plus en plus marqué de la corrida par l'opinion publique, en Espagne[127] comme en France[67], et l'apparition de mouvements[128] et d'associations opposés à la corrida[129],[70].

Évolutions des mentalités à l'époque actuelle[modifier | modifier le code]

Évolution en Espagne[modifier | modifier le code]

photographie en couleur montrant l'image peinte d'un taureau issu d'une affiche de corrida, recouverte de graffitis
Affiche de corrida portant des graffitis tels qu'asesinos (« assassins »), cerdos (« porcs »), Toreros no ou encore mierda de tradición (« tradition de merde »).

Selon l'institut de sondages Gallup, les sondages réalisés depuis les années 1970 font apparaître que la désaffection des Espagnols à l'égard du spectacle de la corrida se poursuit[127] : la proportion des personnes interrogées déclarant avoir de l'intérêt pour la corrida était de 55 % au début des années 1970, pour tomber autour de 50 % dans les années 1980, avec une proportion d'aficionados tombant même autour de 30 % dans les années 1990[130].

De façon plus détaillée, le sondage Gallup de 2002 a constaté que 68,8 % des Espagnols ne montraient « aucun intérêt » pour la corrida, alors que 20,6 % affichaient « un certain intérêt », et 10,4 % « beaucoup d'intérêt ». Le sondage a également constaté des disparités significatives entre générations : alors que 51 % des 65 ans et plus indiquaient leur intérêt, 23 % des personnes entre 25 et 34 ans en faisaient autant. La popularité de la corrida varie également significativement selon les régions d'Espagne : c'est en Galice et en Catalogne qu'elle est le moins populaire, avec 79 % et 81 % respectivement qui y indiquent ne pas être intéressés. L'intérêt montré est à son maximum dans les régions du nord, du centre, de l'est et du sud, avec 37 % des personnes interrogées qui se déclarent aficionados et 63 % qui disent ne pas s'y intéresser[130].

Cependant, à la suite du vote catalan, un sondage Metroscopia pour El País, en août 2010, montre qu'une majorité d'Espagnols sont opposés à la décision du parlement de Catalogne interdisant la corrida (57 % sont hostiles à cette décision, 30 % favorables, 12 % sans opinion). Ce même sondage mentionne que 60 % des Espagnols n'aiment pas la corrida, contre 37 % qui s'y intéressent et 3 % sans opinion. D'autre part, 58 % des personnes interrogées considèrent que le rejet de la corrida par la Catalogne tient au fait que la corrida est considérée comme une manifestation festive exclusivement espagnole[131].

Évolution en France[modifier | modifier le code]

Un article de L'Express de juin 2010 souligne que « les corridas [sont] de plus en plus contestées par une majorité de Français », et remarque l'émergence de nouvelles oppositions à la corrida, par exemple de la part des vétérinaires, absents du débat jusque-là[67].

D'après un sondage Ifop du 28 septembre 2007 pour le Midi libre effectué auprès de 1 005 personnes, 50 % des français étaient en effet alors favorables à une interdiction de la corrida et 48 % y étaient opposés[132]. Dans le détail, les départements sondés ayant une tradition taurine sont opposés à une interdiction, tandis que les départements d'Auvergne et Rhône-Alpes sont les plus favorables à l'interdiction[133].

Cependant, une évolution marquée de l'opinion est apparue plus récemment, sur laquelle s'appuient les associations opposées à la corrida : selon un sondage IPSOS/Alliance anticorrida de juillet 2010[134], 66 % des Gardois ont répondu « défavorable » à la question posée « Êtes vous favorable ou défavorable aux corridas avec piques, banderilles et mise à mort du taureau ? ». Dans ce même sondage, 67 % des personnes interrogées ont déclaré être « pour le remplacement des corridas par des courses camarguaises », et 72 % ont déclaré « être favorables à une limitation de l'accès aux arènes pour les enfants de moins de 15 ans, pour les corridas avec piques, banderilles et mise à mort »[134].

Le sondage d'IPSOS de juillet 2010 auprès des habitants du Gard rejoint la tendance nationale, majoritairement opposée à la corrida, selon le sondage réalisé par l'IFOP pour la Lettre de l'opinion, à l'été 2010 : selon ce dernier sondage publié par le journal La Provence, deux Français sur trois « se disent « plutôt favorables » à l'interdiction des corridas en France »[135]. La Provence note à cette occasion la sensible évolution de l'opinion publique depuis 2007 : un Français sur deux seulement était alors opposé à la corrida, contre les deux-tiers en 2010.

Malgré tout – à la différence de l'Espagne pour laquelle existe une longue série de sondages Gallup depuis les années 1970, commentés par l'organisation Gallup – il semble que le rejet de la corrida ne se soit accru en France qu'assez peu au cours des vingt ou trente dernières années : en effet, selon Élisabeth Hardouin-Fugier, existait déjà en 1993 chez 83 % des Français un « fort dégoût » de la corrida, montré par un sondage Louis Harris cité par elle[136]. Cependant, selon un entretien avec Robert Clavijo, un opposant à la corrida de Béziers, 56 % seulement des personnes interrogées lors de ce même sondage Louis Harris de 1993 étaient en faveur de l'interdiction pure et simple de la corrida pour toute la France[137], chiffre inférieur par conséquent aux 66 % du sondage Ifop de 2010 (réalisé après la décision du parlement de Catalogne)[138].

L'Ifop, de son côté, commente le sondage de 2010 en constatant que « les habitants des régions à tradition taurine forte (PACA, Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées…) ne se démarquent plus de l'opinion majoritaire (63 % contre 67 % dans les autres régions) »[135], et souligne que « toutes les catégories de la population se prononcent majoritairement en faveur de l’interdiction »[138].

Enfin, le collectif Vétérinaires pour l'abolition de la corrida se fait également l'écho de la notable évolution de l'opinion en France depuis 2007[139]. Ce collectif, dont la création a été annoncée le 9 juin 2010[140], reflète lui-même l'évolution des mentalités, par la participation au débat sur la légitimité de la corrida de vétérinaires s'exprimant en tant que vétérinaires[140].

En 1994, le chanteur Francis Cabrel crée une chanson ayant pour titre La Corrida, dans laquelle il s’engage contre cette pratique.

Le 8 octobre 2011, 95 militants du Comité Radicalement Anti-Corrida (CRAC) investissent les arènes de Rodilhan afin d'empêcher le déroulement d'une corrida. Une trentaine d'entre eux déploient des banderoles dans les gradins tandis que les autres s'enchaînent entre eux au milieu de la piste. Certains aficionados réagissent de manière virulente à cette provocation et s'en prennent aux manifestants qui avaient reçu comme mot d’ordre de ne pas répondre aux violences. Plusieurs dizaines de plaintes pour « violences » dont une pour « attouchements sexuels » sont transmises au parquet de Nîmes[141],[142]. Le maire Serge Reder a, quant à lui, porté plainte contre les militants anti-corrida pour entrave, usage de fumigènes, et insultes[143].

Le Comité Radicalement Anti-Corrida et l'association Droit des animaux ont saisi en septembre 2011 le tribunal administratif de Paris d'un recours en annulation contre la décision d'inscription de la corrida au patrimoine immatériel de la France. Dans le cadre de cette procédure, une question prioritaire de constitutionnalité visant à faire reconnaître l'anticonstitutionnalité de la première phrase du septième alinéa de l'article 521-1 du code pénal (« Les dispositions du présent article ne sont pas applicables aux courses de taureaux lorsqu'une tradition locale ininterrompue peut être invoquée »[144]) a été soulevée. Selon ces associations, cette phrase serait anticonstitutionnelle car le fait d’autoriser les courses de taureaux sur une partie seulement du territoire porterait atteinte au principe d’égalité devant la loi ; de plus la loi ne définit pas précisément le lieu où la corrida est licite, ni la notion de « tradition ». Selon les associations demanderesses, reconnaître l'anticonstitutionnalité de cette phrase aurait entraîné l'interdiction des courses de taureaux en France[145]. Saisi par le Conseil d’État le 20 juin 2012, le Conseil constitutionnel a, le 21 septembre 2012, rendu une décision selon laquelle « La première phrase du septième alinéa de l'article 521-1 du code pénal est conforme à la Constitution »[146]. Selon le Conseil constitutionnel, « le grief tiré de la méconnaissance du principe d'égalité doit être rejeté ; (…) la première phrase du septième alinéa de l'article 521-1 du code pénal (…) ne méconnaît aucun autre droit ou liberté que la Constitution garantit » ; d’autre part, « s'il appartient aux juridictions compétentes d'apprécier les situations de fait répondant à la tradition locale ininterrompue, cette notion, qui ne revêt pas un caractère équivoque, est suffisamment précise pour garantir contre le risque d'arbitraire[147]. »

Dénonciation de l'utilisation de l'argent public[modifier | modifier le code]

L'évolution de l'opinion publique au sujet de la corrida est également liée à l'utilisation de l'argent public (et donc des impôts payés par chacun) pour subventionner une activité[148],[149] désapprouvée par une partie très importante de la population[127],[130]. En 2007, l'industrie de l'élevage des taureaux de combat en Espagne a reçu 500 millions d'euros de subventions ; un article d'El Progresso est par exemple intitulé « Une part de nos impôts sert à financer ces pratiques. Chaque Galicien verse en moyenne 42 euros par an pour la tauromachie »[150]. Ces subventions s'élèvent à près de 600 millions d'euros en 2008[151]. Selon le site anti-corrida For a Bullfighting-Free Europe, relayant lui-même The Guardian du 12 mai 2008, une partie de cet argent provient de fonds européens destinés au financement des troupeaux[152]. Selon le député européen britannique Paul Nuttall, l'Europe, y compris le Royaume-Uni, dépense chaque année environ 37 millions de livres sterling pour financer directement les corridas espagnoles[153].

Les partisans de la corrida soutiennent que presque chaque activité culturelle en Europe est en partie financée par de l'argent public, et que peu génèrent en contrepartie les recettes fiscales dont la corrida peut se targuer, au travers d'activités économiques telles que l'hôtellerie, la restauration, les assurances, et d'autres industries liées directement ou indirectement au spectacle offert.

Développement des associations hostiles à la corrida[modifier | modifier le code]

La lente chute de l’aficion espagnole depuis trois décennies (de 55 % en 1970, à 37 % pour le Nord, le Centre et le Sud, et moins en Catalogne[127],[130]) fait apparaître le désintérêt croissant des jeunes. Mais – à la différence de la France – les opposants à la corrida s'attaquent en Espagne à une institution administrative, reconnue par le gouvernement, et d'ailleurs subventionnée.

Un parti politique anti-corrida luttant contre la maltraitance animale, le PACMA (es:Partido Antitaurino Contra el Maltrato Animal) a d'ailleurs été créé à Bilbao le 24 février 2003. Les résultats électoraux sont très faibles (moins de 1 %), mais permettent une certaine visibilité politique[128]. Enfin, le développement d'Internet a permis aux opposants à la corrida de créer des sites anti-corridas accessibles en plusieurs langues, au moment où certaines villes européennes jumelées avec des villes taurines françaises ou espagnoles manifestent à cette occasion leur hostilité à la corrida[128].

En France, l'opposition anti-corrida est confrontée à partir de 1983 à l'essor de la corrida à Nîmes, à la suite de l'arrivée de Simon Casas, appelé par Jean Bousquet après son élection en 1983 pour développer la renommée des arènes de la ville[154], et, selon Élisabeth Hardouin-Fugier, à « la banalisation des corridas illégales »[154].

En 1985, la SPA de Paris demande à Jacques Dary (son représentant du Gard) de s'occuper des dossiers concernant la corrida. Après un certain nombre d'initiatives, dont certaines dirigées contre le développement de la corrida à Nîmes, il décide en 1989 de créer avec Aimé Tardieu le Comité Réformiste Anti-Corrida, plus couramment connu sous l'abréviation de CRAC. L'une des premières actions du CRAC sera de demander en mars 1991 au ministère dirigé alors par Pierre Bérégovoy que la TVA applicable aux spectacles le soit également à la corrida[129].

En avril 1993, Robert Clavijo constitue un Comité de liaison biterrois anticorrida (Colbac), malgré l'opposition de la municipalité de Béziers. De là naît, avec l'appui de Théodore Monod, la Fédération de liaison anti-corrida, plus connue sous le nom de FLAC[70], aujourd'hui devenue Fédération des Luttes pour l'Abolition de la Corrida[155].

En mai 1994, Claire Starozinski fonde l'Alliance anti-corrida, qui œuvre pour la protection des moins de 16 ans, la suppression des blessures et mutilations infligées aux animaux utilisés au cours de spectacles taurins, et l'abolition des corridas.

Débats et interdictions à l'époque actuelle[modifier | modifier le code]

En Espagne[modifier | modifier le code]

Arrêt temporaire des retransmissions en direct par Televisión Española entre 2007 et 2012[modifier | modifier le code]

La télévision publique espagnole avait abandonné la retransmission en direct de corridas en août 2007 (poursuivant un retrait déjà entamé à partir d'août 2004 pour manque de budget[156]) expliquant que le réseau se devait de respecter un code d’éthique, demandant de limiter la diffusion de scènes violentes ou de « séquences particulièrement crues et brutales » entre 17 et 20 heures afin de protéger les enfants[8]. ». La chaîne avait également déclaré : « qu'elle ne pouvait plus se permettre d'acheter les droits de diffusions des corridas[8] ». Cette décision avait mis fin à une tradition de plusieurs décennies, puisque la première émission de Televisión Española était la retransmission d'une corrida à Madrid[157]. En octobre 2008, devant le congrès espagnol, Luis Fernández, le président de la chaîne publique TVE, avait confirmé que la chaîne ne retransmettrait plus de corridas en direct, du fait du coût élevé de la production, du rejet de ces émissions par les annonceurs, ainsi que du problème posé par la retransmission des corridas à une heure où les enfants pouvaient y assister[158] et donc, de la nécessité de prendre en compte les contraintes de protection de l'enfance au niveau des horaires[159]. Cependant, la chaîne continuait à diffuser Tendido Cero, un magazine télévisé consacré aux corridas[158]. Cependant, d'autres chaînes régionales et privées continuent les retransmissions, avec une audience satisfaisante[159].

Depuis février 2012, la chaîne publique a ouvert la porte au retour de la retransmission des corridas, en retirant de sa charte l'interdiction qui y figurait de diffuser des corridas, mais en posant des conditions sur les horaires de retransmissions, aux heures où les enfants sont susceptibles de regarder, et ce, dans le cadre de la protection de l'enfance. La notion d'horaires de protection de l'enfance restant floue, elle sera de nouveau débattue[160]. Ce retrait a été déploré notamment par le PACMA, qui y voit une préférence donnée aux intérêts de l'industrie taurine face à la protection des mineurs contre la violence à la télévision[161].

Le 5 septembre 2012, la corrida a fait un retour qualifié de triomphal par le journal Le Monde du 6 septembre qui précise que la retransmission de corridas a été très suivie en Catalogne avec une part d'audience de 9 %, et au Pays basque avec une part d'audience de 13 %[162]. Selon El Pais il s'agirait d'un régression, puisque ces retransmissions coûtent cher et qu’il a fallu que les toreros renoncent à leur salaire, ce qui est anormal car « la retransmission d'un produit culturel ne doit pas dépendre du bénévolat des protagonistes, ni de sa part d'audience et l'art doit être promu naturellement, sans plus »[163]. Le journal souligne également la « régression et le caractère vain de la décision de la chaîne, alors que la culture anti-corrida est de plus en plus prégnante en Espagne ».

Le Monde souligne encore le caractère politique du débat : « Vue comme un retour triomphal ou un moment grotesque selon les journaux, cette diffusion controversée révèle avant tout le caractère politique du débat sur la tauromachie[162]. » Un aspect souligné par d'autres journaux espagnols comme El Mundo pour lequel « La conclusion est claire, l'antitaurinisme de certains gouvernements de régions autonomes est politique, et non social[164]. »

Arrêt de la corrida aux îles Canaries[modifier | modifier le code]

Aux îles Canaries, la corrida n’a jamais attiré un nombreux public ; ce manque d’intérêt fait que la dernière corrida organisée dans l’archipel l’a été en janvier 1984[165].

Le 30 avril 1991, le Parlement des Canaries a voté une « loi de protection animale »[166]. Selon les uns, cette loi interdit les corridas, car elle ne prévoit aucune exception en faveur des corridas, alors qu'elle en prévoit une en faveur des combats de coqs. Cependant, un élément de controverse est lié aux « dispositions générales » qui figurent au chapitre I de la loi et qui précisent que la loi porte sur la protection des « animaux domestiques », ce qui pourrait suggérer que le caractère « sauvage » des taureaux de combat les exclut de la protection animale (article 1). Mais il est précisé aussitôt (article 2) que, par « animaux domestiques », la loi entend « ceux qui dépendent de la main de l'homme pour leur subsistance ». Les tenants de cette opinion ajoutent d’ailleurs qu’aucune corrida n’a eu lieu aux Canaries après 1991[167] ; la loi aurait donc « entériné » le désintérêt de la population.

D'autres contestent cette interdiction, notamment Lorenzo Olarte, président du gouvernement autonome à l’époque du vote de la loi[168]. Selon eux, la loi ne concerne que les « animaux domestiques » ; les taureaux de combats étant des « animaux sauvages » - c'est-à-dire ne dépendant pas de l'homme pour leur subsistance - elle ne les protège aucunement[165]. Ils rappellent d’ailleurs que la dernière corrida aux Canaries a eu lieu en janvier 1984[165], plus de sept ans avant le vote de la loi.

Interdiction de la corrida en Catalogne[modifier | modifier le code]

En Catalogne, la loi interdit l'entrée des arènes aux moins de quatorze ans depuis 2003[169].

Cependant les interdictions catalanes peuvent être interprétées moins comme une défense du taureau que comme une démarche politique « anti-espagnole »[170]. Les nationalistes catalans ont d'ailleurs également pris pour cible le taureau Osborne, dont certains exemplaires ont été détruits à plusieurs reprises, alors qu'il ne s'agit pas d'un symbole de la corrida mais, originellement, d'une publicité pour une marque de spiritueux, devenue depuis un symbole de la nation espagnole[171].

Vote du parlement de Catalogne, le 28 juillet 2010[modifier | modifier le code]
 Au premier plan une petite fille, et en arrière-plan des manifestants tenant diverses banderolles.
Manifestation anti-corrida à Saragosse en 2008. Les manifestants tiennent diverses banderolles anticorrida. La plus grande porte en blanc sur fond noir l'inscription Stop corridas de toros (« Stoppez les corridas »)

En 2010, le Parlement de Catalogne adopte, le 28 juillet, par 68 voix pour, 55 contre et 9 abstentions, une disposition interdisant la corrida qui devrait prendre effet en janvier 2012[172],[7], à la suite d'une initiative populaire[173].

Cette interdiction provoque dans la région de Madrid une réaction à l'opposé : Esperanza Aguirre, présidente de la Communauté de Madrid, demande que la corrida soit protégée comme « patrimoine culturel immatériel de l'humanité », décision immédiatement suivie par celle de la région de Valence. Certains observateurs estiment que cette interdiction catalane, comme les précédentes, relève davantage d'une démarche anti-espagnole de la part de la communauté autonome de Catalogne que d'une démarche anti-corrida[174],[175].

Réactions du Parti populaire espagnol[modifier | modifier le code]

Le Parti populaire espagnol réplique dès la première semaine de mars 2010 et le Conseil gouvernemental de la Communauté Autonome de Madrid, présidé par Esperanza Aguirre (Parti Populaire) finit par déclarer le 8 avril la corrida « Bien d'intérêt culturel »[176]. Les communautés autonomes de Murcie et de Valence lui emboîtent le pas[177]. Puis le 28 juillet 2010, le PP dépose au Congrès des députés une proposition de loi visant à faire annuler par les Cortes Generales la décision du Parlement catalan[72], tandis qu'au niveau local, Alicia Sánchez-Camacho, présidente de la branche catalane du Parti populaire, indique que son parti envisage un recours devant le Tribunal constitutionnel espagnol[178].

Réagissant à ces événements, le président du gouvernement espagnol, José Luis Rodríguez Zapatero, indique, le 30 juillet, que le gouvernement aurait préféré que cette interdiction ne fût pas prononcée par le parlement de Catalogne, mais qu'il respecte « les compétences des communautés autonomes » et que l'on peut « être en désaccord avec cette décision », mais que cette question « ne devrait pas être politisée ». Évitant de se prononcer sur un éventuel soutien de son parti, le PSOE, à la proposition de loi du PP visant à faire reconnaître, à l'échelle de l'État, « les corridas comme un bien d'intérêt culturel », il affirme que son gouvernement se montrera « prudent et responsable »[179],[180],[181].

Décision du Sénat[modifier | modifier le code]

Le 6 octobre 2010, le Sénat espagnol rejette la motion déposée par le PP, le Parti populaire, principal groupe d'opposition, demandant d'une part que les spectacles tauromachiques soient déclarés à échelle nationale « biens d'intérêt culturel à caractère ethnographique » (ce qui aurait permis de les protéger plus facilement contre une interdiction comme celle qu'a votée la Catalogne le 28 juillet 2010), et d'autre part que l'Espagne engage des démarches pour que la corrida soit inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco[182]. À la suite du rejet de sa demande par le Sénat, le porte-parole du Parti populaire, Pío García-Escudero, également vice-président de l'Association taurine parlementaire (Asociación Taurina Parlamentaria), annonce son intention de présenter un recours pour inconstitutionnalité contre le vote de la Catalogne devant le Tribunal constitutionnel[183].

Tribunal Constitutionnel[modifier | modifier le code]

Le 29 novembre 2010, le Tribunal Constitutionnel espagnol a déclaré recevable le recours déposé un mois avant par le PP, visant à déclarer anticonstitutionnelle la loi d'interdiction de la corrida dans la communauté autonome catalane. Selon le PP, cette loi s'inscrit contre cinq articles de la Constitution espagnole. Plus particulièrement contre l'article 149, qui souligne que l'État possède la compétence exclusive sur les conditions assurant l'égalité de tous les Espagnols[184].

Possible retour des corridas[modifier | modifier le code]

Une ILP (initiative de législation populaire) émanant de la Fédération des Entités Taurines, assistée de plusieurs matadores, a été déposée au Parlement en mars 2012 pour être examinée en septembre. Elle a recueilli un peu plus des 500 000 signatures nécessaires, ce qui ouvre la voie à la possible promulgation à l'automne 2012 d'une loi déclarant la corrida « Bien d'Intérêt Culturel »[185].

Réactions en France à la suite de la décision de la Catalogne[modifier | modifier le code]

L'Union des villes taurines françaises avait réagi dès 2009 aux interdictions catalanes en déposant une demande de protection de la corrida comme Patrimoine culturel immatériel de l'humanité[186]. Plus récemment, dans un communiqué de l'Observatoire national des cultures taurines du 29 juillet 2010, l’Union des villes taurines françaises[187] fait remarquer que « la constitution espagnole, dans son article 149-28, stipule que l'État détient la compétence exclusive en matière de défense du patrimoine culturel, artistique et monumental espagnol. » La décision catalane ne respecterait donc pas « la Loi Organique de 1992 (art 8-2) qui réglemente le transfert des compétences de l'État aux communautés autonomes », car « la faculté de réguler les spectacles taurins » serait « du domaine réservé de l'État[187]. »

Autres régions d'Espagne[modifier | modifier le code]

Dans d'autres communautés autonomes espagnoles existe une forte opposition à la corrida. C'est le cas de la Galice, où l'activité taurine est très faible et en diminution, sur fond de désaveu de l'opinion publique (86 % de la population déclarent la « rejeter » ou la « détester »), accompagné de la baisse des aides publiques liée à la perte d'audience[188]. L'association anti-corrida Galicia, Mellor sen Touradas (« Galice, meilleure sans corridas ») y réclame d'ailleurs l'abolition des corridas dans la communauté, en réclamant par exemple d'être entendue par la municipalité de La Corogne pour remettre en cause la feria de la ville[189]. En 2010, Galicia, Mellor Sen Touradas a lancé une campagne pour convaincre un maximum de villes de se déclarer « abolitionnistes » (campagne ¿Quieres que tu ciudad se declare abolicionista?, « Veux-tu que ta ville se déclare abolitionniste ? »). Entre janvier et juillet 2010, cinq localités se sont ainsi déclarées opposées aux festivités taurines (Cangas, Vedra, Dodro, A Pobra do Brollón et Teo)[190].

Dans les Asturies, l'opposition à la corrida est ancienne et profonde, puisqu'elle remonte au siècle des Lumières, et au pamphlet Pan y toros de 1786 (Pain et Taureaux, longtemps attribué à Gaspar Melchor de Jovellanos[191]), parvenant à mobiliser en 1914 des milliers de personnes autour de la Sociedad Antiflamenquista Cultural y Protectora de Animales y Plantas[N 12], à Gijón[192]. En juillet 2008, la municipalité de Castrillón s'est déclarée première localité anti-corrida de la principauté[190].

Enfin, le Bloque por Asturias, parti politique des Asturies de tendance nationaliste, a présenté le 25 octobre 2010 une proposition de loi visant à interdire les spectacles taurins dans la principauté des Asturies, en déclarant que, « dans les Asturies du XXIe siècle, il n'y avait pas place pour les spectacles taurins »[193]. Un débat s'ouvre ainsi dans les Asturies, qui prolonge celui qui a eu lieu en Catalogne[194]. Pour le porte-parole du parti, Rafael Palacios, une société civilisée « est jugée non seulement selon la manière dont elle traite les personnes, mais également selon celle dont elle traite les animaux »[194]. De leur côté, les partisans de la corrida aux Asturies font valoir les retombées économiques positives des spectacles taurins dont bénéficient les localités qui les organisent[194].

En France[modifier | modifier le code]

Cadre juridique[modifier | modifier le code]

Dans la plupart des États existent des lois de protection des animaux. Les traités et les règlements de l’Union européenne contiennent eux aussi ce genre de dispositions. Toutefois, l’Espagne (à l'exception de la Catalogne à partir de janvier 2012), le Portugal et la France continuent d’autoriser la corrida.

En France, c'est l'article 521-1 du code pénal qui définit le statut juridique des corridas, et en particulier son alinéa 7 qui rend l'alinéa 1 inapplicable dans certains territoires :

  • alinéa 1 : « Le fait, publiquement ou non, d'exercer des sévices graves, ou de nature sexuelle, ou de commettre un acte de cruauté envers un animal domestique, ou apprivoisé, ou tenu en captivité, est puni de deux ans d'emprisonnement et de 30 000 euros d'amende. » ;
  • alinéa 3 : « Les personnes physiques coupables des infractions prévues au présent article encourent également les peines complémentaires d'interdiction, à titre définitif ou non, de détenir un animal et d'exercer, pour une durée de cinq ans au plus, une activité professionnelle ou sociale dès lors que les facilités que procure cette activité ont été sciemment utilisées pour préparer ou commettre l'infraction. Cette interdiction n'est toutefois pas applicable à l'exercice d'un mandat électif ou de responsabilités syndicales. » ;
  • alinéa 7 : « Les dispositions du présent article ne sont pas applicables aux courses de taureaux lorsqu'une tradition locale ininterrompue peut être invoquée. Elles ne sont pas non plus applicables aux combats de coqs dans les localités où une tradition ininterrompue peut être établie[195] ».

Débats[modifier | modifier le code]

Le 8 juin 2004, la députée Muriel Marland-Militello (UMP) a déposé une proposition de loi à l'Assemblée nationale (2002-2007, 12e législature)[196] « visant à interdire tous les sévices graves envers les animaux domestiques ou apprivoisés, ou tenus en captivité, susceptibles d’être exercés lorsqu’une tradition locale ininterrompue peut être invoquée ». Si cette proposition de loi était adoptée, la corrida deviendrait illégale sur la totalité du territoire français. 63 députés sur 577 ont donné leur soutien à cette proposition. Le même texte, signé cette fois par 47 députés, a fait l'objet d'une nouvelle proposition, identique, le 25 septembre 2007, quelques mois après le début de la 13e législature[197]. Cette proposition n'a pas abouti[198].

Toujours au cours de la 13e législature (2007-2012), le « Groupe d'études sur la protection des animaux »[199], dirigé par Geneviève Gaillard (PS) et Muriel Marland-Militello (UMP), a élaboré une proposition de loi, enregistrée le 13 juillet 2010, « visant à punir les sévices graves envers les animaux domestiques, apprivoisés, ou tenus en captivité, sans exception ». Rédigé d'une manière différente de celle utilisée par les rédacteurs de la proposition de loi de 2004, le nouveau texte, qui cite dans l'exposé de ses motifs les exceptions à l'article 521-1 du code pénal, dont bénéficient, grâce à son alinéa 7, les courses de taureaux en raison d'une « tradition locale ininterrompue », ainsi que les combats de coqs, propose toujours l'abrogation pure et simple de cet alinéa et des exceptions qui y sont accordées. Le texte, transpartisan, a recueilli la signature de 57 députés sur 577 : 44 UMP et apparentés, 6 PS et apparentés, 3 GDR, 2 Nouveau Centre et 2 non inscrits[200]. Au sein de la même assemblée, le Groupe d'études sur la tauromachie[201] ne s'est pas associé à cette proposition de loi, même si 11 de ses 43 membres figurent parmi les signataires.

Une étude sur la corrida en France a permis de contester son caractère traditionnel, en soulignant que ce caractère traditionnel, qui légitime aux yeux de beaucoup l'autorisation de la corrida en France, est largement une « légende dorée », « un mythe », installé depuis les décennies 1950-1960, avec la légalisation de 1951, la croissance numérique des courses et la couverture médiatique[202].

Dans l'Union européenne[modifier | modifier le code]

Le désintérêt pour la corrida - qui n'implique pas nécessairement le souhait de l'interdire - actuellement majoritaire en Europe, en Espagne, en France, au Portugal, mais bien plus encore en Allemagne ou encore en Belgique[203], a été présent dès les tout premiers débats sur l'entrée de l'Espagne et du Portugal dans la Communauté économique européenne, vers le milieu des années 1980[204].

Les arguments soulevés alors à l'encontre de la corrida échouent les uns après les autres, par exemple lorsque l'Anglais Richard Cottrel soulève la question de la non-conformité de la corrida aux règles de l'abattage alimentaire ou celle des subventions accordées aux élevages de taureaux[204].

Les opposants à la corrida espèrent de l'Union européenne qu'au travers des directives mises en place dans le domaine du bien-être animal, la corrida soit un jour interdite, en particulier sous la pression des pays du Nord de l'Europe[205]. Pour l'heure, l'Union européenne ne s'est pas engagée dans cette voie, puisque le traité d'Amsterdam du 2 octobre 1997 (protocole d'accord additionnel n° 10) a écarté l'application des règles portant sur le « respect du bien-être des animaux en tant que créatures douées de sensibilité » en cas de « tradition culturelle »[206].

Situation en Amérique[modifier | modifier le code]

Particularités historiques de l'Amérique hispanique[modifier | modifier le code]

Article connexe : Corrida en Amérique latine.

L'attitude des différents pays de l'Amérique latine est historiquement assez hétérogène.

Le Mexique a toujours témoigné de son intérêt pour la corrida, depuis la tenue de la première course de taureaux devant Hernán Cortés dès le mois d'août 1529[207], avec seulement une interruption à la suite de l'interdiction de la corrida en 1867[208], qui entraîne cependant la perte quasi totale des traditions du toreo « à l'espagnole » jusque vers la fin du XIXe siècle[209]. La Colombie, de son côté, a une très forte tradition taurine, à Bogota, mais plus encore à Cali[210]. La corrida est également bien implantée et populaire en Équateur, au Pérou, et même en Bolivie. Au Venezuela, l’afición pour la corrida se concentre essentiellement dans l'Ouest du pays[210].

Dans plusieurs petits pays d'Amérique centrale, tels que le Guatemala, le Nicaragua, le Costa Rica et le Panama, la corrida s'est également implantée, même si elle y est rare, et souvent sous des formes remaniées[211].

En revanche, l'implantation de la corrida ne s'est pas révélée durable dans les pays du « cône sud », c'est-à-dire en Uruguay, en Argentine, au Paraguay et au Chili[210].

Situation présente sur le continent américain[modifier | modifier le code]

 Photo montrant une crucifixion de Jésus qui porte des banderilles, au-dessus de sa tête se trouve un panneau.
Christ « anti-corrida » au Pérou, porteur de banderilles. L'inscription traditionnelle INRI est remplacée ici par Olé. Un grand panneau jaune ovale sur la droite porte le mot Suicidate (« Suicide-toi »)

Les corridas, apparues en Uruguay en 1776, apportées par l'Espagne, ont été abolies par la loi uruguayenne en février 1912. Les corridas ont également été introduites en Argentine par l'Espagne, mais après l'indépendance de l'Argentine, cette industrie a énormément perdu de sa popularité, pour être abolie en 1899 par la loi 2786[212].

À Cuba, pendant la période coloniale, la corrida a également fait son apparition, mais elle a été abolie par les autorités militaires américaines[N 13], le 10 octobre 1899, avant la proclamation de l'indépendance du pays le 20 mai 1902. Cette abolition n'a pas été remise en cause après l'indépendance, malgré de nombreuses tentatives ultérieures pour réimplanter la corrida à Cuba, comme celles des 30 et 31 août 1947 à La Havane, qui ont d'ailleurs eu lieu sans banderilles ni piques ni mises à mort. Ces tentatives de réimplantation à Cuba de la corrida ont toutes échoué[213].

Au Mexique, des députés ont lancé en 2010 une consultation législative populaire pour abolir la corrida. Le résultat n'en sera connu qu'en 2011[214]. Cette initiative est lancée alors que, selon un sondage de 2009, les Mexicains seraient très majoritairement favorables à l'abolition définitive de la corrida[215].

Au Nicaragua, la tauromachie a été purement et simplement interdite, par une loi de 2010 portant sur le bien-être animal, qu'il s'agisse d'animaux domestiques ou domestiqués. Cette loi a été votée à une large majorité par les députés. Des dérogations, dans certaines conditions, sont prévues pour les rodéos et les combats de coqs[214].

En Colombie, la loi de 1989 (qui protège les animaux contre la maltraitance) comporte une dérogation en faveur de certains spectacles comme les combats de coqs et la corrida. Cette dérogation, prévue par l'article 7 de la loi, a été attaquée pour inconstitutionnalité auprès de la Cour constitutionnelle. Le 30 août 2010, par six voix contre trois, la Cour a repoussé cette demande en se fondant sur la conservation des traditions culturelles du pays[216]. Cependant, cette décision s'accompagne de cinq restrictions, parmi lesquelles la suppression de tout financement public pour la construction de nouvelles arènes consacrées à la corrida, ou encore son interdiction là où elle ne peut se prévaloir d'une tradition culturelle établie[217],[218],[219]. Le vice-président de la Cour constitutionnelle, Juan Carlos Henao, a admis que l'objectif était d'envoyer un message à la société pour qu'elle s'efforce d'éliminer la célébration de ce genre d'évènements[218].

En Équateur, il est désormais (novembre 2010) interdit aux enfants de moins de 12 ans d'assister aux corridas[220]. Une loi récente, la loi n°.-99 -40467-CNDHIG-2009-MGAO, a en effet été votée sous la pression des associations anti-corrida, qui interdit sur tout le territoire équatorien l'accès aux arènes aux enfants de moins de 12 ans[221].

Au Pérou, il existe plusieurs mouvements opposés à la corrida, tels que Perú Antitaurino (« Le Pérou contre la corrida »)[222]. Il existe aussi une association formée de catholiques Perú Amigo, qui compte parmi ses objectifs d'obtenir le retrait du nom de « Fête de Notre-Seigneur des miracles » (Feria del Señor de los Milagros) actuellement utilisé par la saison de corrida, la temporada d'octobre et de novembre qui se conclut à Acho[223].

D'autre part, la corrida « à l'espagnole » n'existe pas, ou alors de façon très exceptionnelle, au Canada, aux États-Unis, au Chili et au Brésil, malgré l'existence de jeux taurins très importants, en particulier des rodéos[211]. Le Chili se distingue d'ailleurs des autres pays pratiquant le rodéo par l'adoption d'une forme très particulière de ce sport, le rodeo chileno[224], pratiqué là-bas depuis 400 ans, et déclaré « sport national » en 1962[225]. Au Paraguay également, la corrida à l'espagnole n'existe pas ; en revanche, comme à Cuba, en Argentine ou en Uruguay, il s'y pratique un peu une forme de rodéo taurin[211].

Fraudes et tricheries[modifier | modifier le code]

Les adversaires de la corrida affirment que les taureaux font l’objet de manipulations frauduleuses. Les amateurs de tauromachie reconnaissent et déplorent également l’existence de telles manipulations.

Pour les anti-corridas, ces fraudes servent essentiellement à diminuer les risques pour le matador. Pour les aficionados, elles existent surtout afin d'assurer plus facilement un toreo spectaculaire.

Toutefois, il n'est pas certain que ces fraudes diminuent le risque du matador. Il existe effectivement des exemples de matadors tués par des taureaux « afeitados » (Manolete en 1947[226]).

L’afeitado[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Crâne de taureau sur un support qui est fixé sur un mur. L'extrémité des cornes n'apparaît pas sur la photo
Crâne d’Islero, le taureau afeitado qui a tué Manolete en août 1947, à Linares.

L’afeitado est une pratique interdite, par le règlement taurin français[227] comme par le règlement taurin espagnol[228]. Elle consiste à scier l'extrémité des cornes[229], puis à les reformer[230]. La pointe obtenue est ainsi moins acérée que l'ancienne. Cette pratique condamnée par tous, mais toujours présente (comme l'attestent les contrôles de l'UVTF), peut perturber le sens spatial du taureau tout en réduisant son agressivité[230].

Selon les anti-corridas, l’afeitado sert à réduire les risques pour le matador. Toutefois, les aficionados rapportent que les blessures des toreros sont tout aussi graves, que le taureau soit afeitado ou pas. Ainsi Domingo Ortega dans les années 1930, a reçu sa plus grave blessure d'un taureau « afeité »[226]. Selon l'ancien matador André Viard, l’afeitado sert surtout à rassurer psychologiquement les toreros : « plus que les deux ou trois millimètres tout à fait symboliques que l’on a fait disparaître, ce sont les angoisses du torero que l’on a gommées, voire son imagination que l’on a afeitée ! »[231].

Dans certains cas, un afeitado peut être pratiqué chez le tout jeune taureau à titre préventif, pour éviter que ses cornes ne puissent prendre une forme jugée comme dangereuse[232].

Une intervention qui ne toucherait que la partie cornée, appelée « diamant », serait indolore à ce niveau, car la substance est morte (à la manière des ongles humains), et les aficionados affirment que l'opération se limite bien à la partie insensible des cornes. En pratique cependant, l’afeitado peut dissuader le taureau d'utiliser pleinement des cornes endolories, tout en faussant son sens spatial, comme un escrimeur dont le « fleuret serait subitement raccourci »[124]. En effet, l’afeitado est effectué juste avant la corrida, de façon à ne pas permettre au taureau de s'habituer à la nouvelle longueur de ses cornes et de retrouver ses repères[230]. D'autre part, l'opération de sciage est brutale, et entraîne de violentes réactions de la part du taureau, qui peuvent occasionner des déchirures musculaires[230]. Enfin, la proximité du nerf peut en tout état de cause rendre les cornes douloureuses et diminuer considérablement l'agressivité de l'animal[123].

Les contrôles antiafeitado[modifier | modifier le code]

En Espagne, les contrôles post-mortem sur l’afeitado ont été mis en place dès février 1953, à la suite du scandale provoqué par les révélations au journal ABC, concernant le caractère systématique de cette fraude dans les corridas d'alors.

En France, l'UVTF (Union des villes taurines françaises) sanctionne de deux ans d'interdiction l'éleveur en cas d’afeitado avéré. Mais toutes les villes ne sont pas adhérentes de l'UVTF – ainsi Nîmes, la principale place taurine en France, ne fait pas partie de l'UVTF.

Des analyses sont réalisées sur les cornes dont l'apparence permet de soupçonner l’afeitado. Le Règlement taurin municipal de l’UVTF, article 52, prescrit que, « si l'état des armures de certains animaux permet de supposer qu'une manipulation frauduleuse est intervenue, la Commission taurine extra-municipale (CTEM, obligatoirement constituée par chaque ville adhérant à l'UVTF[233]) en avisera le Maire afin que celui-ci puisse décider d'une éventuelle saisie des cornes suspectes, en vue de leur examen ».

Aucune analyse n'est faite sur les cornes que rien ne permet de suspecter.

En 2007, l'expertise de l’Union des villes taurines françaises a porté sur 62 paires de cornes ; le rapport correspondant fait apparaître que 24 d'entre elles, soit 38,7 %, se sont avérées « non conformes », faisant apparaître une perte de matière sur au moins une corne des taureaux expertisés[234]. En 2008, l'examen a porté sur 60 paires de cornes ; la conclusion du rapport correspondant indique que 23 % des résultats se sont avérés « non conformes »[235]. En 2009, l'expertise a porté sur 58 paires de cornes, et la conclusion du rapport indique que 27,6 % des résultats se sont avérés « non conformes »[236].

Cependant, outre le fait que le contrôle n'est pas systématique, le point faible du système tient à l'indépendance de ces contrôles et des sanctions décidées en cas de fraude : c'est en effet l'UVTF qui décide des sanctions à appliquer, étant alors en quelque sorte juge et partie, puisque ce sont les villes taurines qui organisent les corridas, avec d'importants enjeux financiers. D'autre part, le prélèvement des cornes est effectué par les vétérinaires de l'AFVT, l’Association française des vétérinaires taurins, qui peuvent également être vétérinaires-conseils de l'organisateur, créant dans ce cas un conflit d'intérêts. Une vérification de l'absence de tels conflits d'intérêts est donc indispensable pour l'indépendance des contrôles[237].

Tricheries dans l'arène[modifier | modifier le code]

Si l’afeitado est la forme de fraude la plus répandue en dehors de l'arène, il en existe, ou en a existé, bien d'autres, qui peuvent avoir lieu dans l'arène. On peut citer par exemple l'usage de drogues (autrefois appelées « chocolat » dans le monde taurin), visant à calmer le taureau ou les chevaux des picadors[238]. Ce peuvent être aussi des coups répétés assénés sur l'échine du taureau avant son entrée dans l'arène, de façon à l'affaiblir[238]. De façon analogue, le président de l'ordre des vétérinaires espagnols dénonce en 1989 l'utilisation de sacs de sable, lancés « pour [écraser] la colonne vertébrale quelques heures à peine avant la corrida »[239].

Mais surtout, un certain nombre de pratiques de la part des picadors expliquent l'importance des blessures constatées sur le taureau post mortem, importance incompréhensible autrement. En effet, la pique, de 2,55 à 2,70 mètres au total[240], se termine par la puya, sorte de pyramide affûtée à la pierre à eau, comme un rasoir, mais ne mesurant que 1,9 cm de base sur 2,9 cm d'arête (selon le Reglamento Taurino Nacional[14]), et dont la hauteur est par conséquent de 2,7 cm.

Derrière cette pointe se trouve un « butoir », le tope, pièce de bois recouverte de corde encollée, de 3 cm de diamètre à sa base et de 6 cm de long[14], mais qui n'arrête rien et prolonge en fait la pointe (dont la longueur totale est par suite de 8,7 cm) jusqu'au « croisillon » d'acier (la cruceta). Les bras de cette cruceta sont cylindriques et mesurent chacun 5 cm de long, avec un diamètre de 8 mm[14] ; ils sont perpendiculaires à la pique et bloquent en principe la pénétration de celle-ci à leur niveau[241],[242]. Les plaies causées par la pique devraient donc en théorie ne jamais excéder ces 8,7 cm. Or elles sont profondes de 20 cm en moyenne et peuvent atteindre jusqu'à 30 cm[12].

Cela est lié aux tricheries employées par les picadors, contraires à la tradition taurine, et d'ailleurs interdites par le Règlement taurin de l'UVTF pour plusieurs d'entre elles[243], désavouées par les vrais aficionados, mais jamais sanctionnées en pratique. Ces tricheries sont en particulier :

  • la technique du « marteau-piqueur » ou du « pompage » (en espagnol, mete y saca), mouvement d'aller-et-retour de la pique (jusqu'à plus de vingt fois pour une même insertion de pique) selon le principe du marteau-piqueur[242],[10]. Cette technique permet, par ces rapides attaques successives, de faire pénétrer la pique bien au-delà des 8,7 cm théoriques, en utilisant alors la cruceta pour comprimer la chair du taureau sous le poids du picador et pénétrer plus profondément. Outre la profondeur accrue de la blessure, ce mouvement de marteau-piqueur permet également de multiplier les trajectoires de l'arme : lors de l'application d'une seule pique, on a pu relever ainsi jusqu'à cinq trajectoires différentes[10]. La technique du « marteau-piqueur » n'est nommément interdite ni dans le règlement de l'UVTF, ni dans le règlement national espagnol ;
  • le barrenado, appelé « vrille » en français, technique consistant à utiliser la pique comme une sorte de tire-bouchon pour en accroître l'efficacité et les dégâts provoqués[10].
  • la carioca, qui consiste à bloquer le taureau pour lui interdire toute possibilité de se dégager[242], de façon à prolonger le « châtiment », et donc à aggraver ses blessures[244]. Comme le barrenado, la carioca est expressément interdite par le règlement de l'UVTF et le règlement national espagnol[245] ;
  • le planter de la pique très en arrière du morillo : il est rare aujourd'hui que le picador applique sa pique à l'endroit prévu. La plupart du temps, la pique pénètre non pas la partie musclée et peu innervé prévue par les canons taurins, mais des parties du corps situées bien en arrière, risquant alors de causer une blessure irrémédiablement invalidante[244]. Cet « oubli » du fait que la pique doit être appliquée dans le morillo donne lieu à la désapprobation d'autant plus nette des aficionados que l'un des buts du tercio de pique est alors manqué, qui est de faire baisser la tête du taureau. Or cela ne peut être obtenu qu'en endommageant les muscles qui contrôlent les mouvements du cou, situés justement dans le morillo[10], comme le demande d'ailleurs le règlement taurin français[246] ; cependant, l'article correspondant du règlement national espagnol, lui, ne précise plus que le taureau doive obligatoirement être piqué dans le morillo[245].

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ces 8,7 cm se composent de 6 cm de tige (tope, en théorie un « butoir »), prolongée par une pointe pyramidale, la puya, aussi affûtée qu'un bistouri, de 2,7 cm de hauteur, puisque son arête est de 2,9 cm et sa base de 1,9 cm, selon le Reglamento Taurino Nacional espagnol. Voir l'intervention de José Enrique Zaldívar.
  2. José Enrique Zaldívar Laguía est vétérinaire, membre de l'Illustre Collège de Vétérinaires de Madrid. Il est d'autre part vice-président de l'AVAT (Asociación de Veterinarios Abolicionistas de la Tauromaquia, l'« Association des vétérinaires abolitionnistes de la tauromachie »).
  3. Juan Carlos Illera de Portal est directeur du département de physiologie animale de l'université Complutense de Madrid, et chercheur à l'université de Californie.
  4. Ces études donnent lieu à des mesures en continu, sur les mêmes femmes, à la différence des mesures sur les taureaux ; elles permettent par conséquent une meilleure compréhension de l'évolution de la perception de la souffrance en relation avec le taux de bêta-endorphines constaté.
  5. L'ADDA (Asociación Defensa Derechos Animal, qui n'est pas une association anti-corrida, mais une ONG espagnole pour la défense des droits des animaux) a reçu du Dalai Lama une lettre datée du 2 février 2010 apportant son soutien à l'initiative populaire catalane pour l'abolition de la corrida en Catalogne, qualifiée de « pratique cruelle infligeant d'atroces souffrances en public » ((en) « His Holiness the Dalai Lama supports the ILP », sur addaong.org (consulté le 15 octobre 2010)).
  6. Le 8 août 2004, un décret des rabbins du parti Shass a interdit aux Israélites d'assister aux corridas. Le rabbin Ovadia Youssef, ex-Grand Rabbin d'Israël a ainsi déclaré : « Sans aucun doute la lutte avec les taureaux est en contradiction avec l'esprit des Saintes Écritures (Un décret des rabbins interdit aux israéliens d'aller aux corridas - 8 août 2004, sur protection-animale-catholique.org (consulté le 15 octobre 2010)) », ajoutant également : « Dieu ne veut pas que vous alliez dans des endroits où les gens se divertissent avec de la cruauté envers les animaux. ».
  7. L'affaire a abouti à la condamnation de Robert Pilés, directeur des arènes de Nîmes, pour infraction à la législation du travail .
  8. Jean-François de Bourgoing fait référence ici au versement, qui venait d'être rendu obligatoire, des profits des corridas à des œuvres utiles et pieuses. Voir Élisabeth Hardouin-Fugier 2005, p. 72.
  9. Il convient cependant de préciser que le spectacle auquel assiste Clarke en 1760 n'est pas une corrida populaire, mais une somptueuse tauromachie royale, organisée au mois de juillet pour l'entrée de Charles III à Madrid. Voir Élisabeth Hardouin-Fugier 2005, p. 72.
  10. Texte original : There is certainly nothing comic by our standards to see an animal emptied of its visceral content, but if this animal instead of doing something tragic, that is, dignified, gallops in a stiff old-maidish fashion around a ring trailing the opposite of clouds of glory it is as comic when what it is trailing is real as when the Fratellinis give a burlesque of it in which the viscera are represented by rolls of bandages, sausages and other things (mot à mot : « Il n'y a certainement rien de comique selon nos normes de voir un animal vidé de ses viscères, mais si cet animal, au lieu de faire quelque chose de tragique, c'est-à-dire, de digne, galope, de la façon raide d'une vieille demoiselle, autour d'une arène en traînant le contraire de nuages de gloire, c'est aussi comique quand ce qu'il traîne est réel que lorsque les Fratellini en donnent une imitation comique dans laquelle les viscères sont représentées par des rouleaux de pansements, des saucisses et d'autres choses. »).
  11. C'est-à-dire des taureaux dont les cornes ont été épointées et arrondies, traitement qui peut diminuer l'agressivité et les facultés de l'animal.
  12. « Société « antiflamenquiste » culturelle et protectrice des animaux et des plantes ».
  13. John R. Brooke était alors gouverneur militaire de Cuba, avec Adna R. Chaffee comme chef d'état-major.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Catalogne : corridas interdites en 2012 », Le Figaro,‎ 28 juillet 2010 (lire en ligne).
  2. Michel Onfray, « LE CERVEAU REPTILIEN DE L’AFICIONADO », michelonfray.fr,‎ oct 2012 (consulté le 02 octobre 2012).
  3. Corrida interdite en Catalogne: un "exemple" pour ses opposants en France, sur lepoint.fr (consulté le 23 octobre 2010).
  4. Les Catalans donnent l'estocade à la corrida, sur leprogres.fr (consulté le 23 octobre 2010).
  5. Nouvelle proposition de loi anti-corrida, sur parismatch.com (consulté le 23 octobre 2010).
  6. (es) Fernando Savater, Tauroética, Ediciones Turpial, S.A,‎ 2011 [sic], p. 17.
  7. a, b et c (es) article (non signé) « El Parlament de Catalunya aprueba prohibir las corridas de toros a partir de 2012 (Le Parlement Catalan ratifie l'interdiction des corridas à partir de 2012) », 28 juillet 2010, La Vanguardia.
  8. a, b et c (en) Associated Press, « State-run Spanish Television Pulls Bullfights », foxnews.com,‎ 2007 (consulté le 02 11 2010).
  9. a, b et c Autres dommages : descabello, puntilla, paramètres sanguins.
  10. a, b, c, d et e José Enrique Zaldívar, « Rapport technique vétérinaire sur les corridas : pourquoi il est indéniable que le taureau souffre », sur flac-anticorrida.org (consulté le 15 octobre 2010), p. 1.
  11. Élisabeth Hardouin-Fugier 2005, p. 38.
  12. a, b, c, d, e et f La puya : dommages occasionnés au taureau.
  13. Intervention de José Enrique Zaldívar, vétérinaire, le 4 mars 2010, devant le Parlement catalan.
  14. a, b, c et d Reglamento taurino nacional, article 64.1.
  15. a et b Règlement taurin de l'UVTF, article 62, second paragraphe, qui renvoie au Règlement des spectacles taurins espagnol.
  16. Reglamento taurino nacional, article 64.2.
  17. Instrumentos de tortura taurina : Précision sur l'intérêt de la pyramide à trois arêtes et de l’alabeo.
  18. Instrumentos de tortura taurina : Précision sur les techniques des marteau-piqueur et barrenado.
  19. Les banderilles.
  20. a et b L’estoque (épée) : dommages occasionnés au taureau.
  21. « Corrida : un taureau gracié dans les arènes de Dax », Le Parisien,‎ 7 septembre 2008 (lire en ligne).
  22. Jean-Michel Dussol, « Toros. J. Lescarret gracie un toro — Eauze au rendez-vous de l'histoire », La Dépêche du Midi,‎ 5 juillet 2005 (lire en ligne).
  23. Julien Aubert, « Interview de Julien Lescarret — As de Coeur », sur Actualités taurines,‎ 19 janvier 2006.
  24. Voir Remarques de José Enrique Zaldívar sur l'absence de pouvoir analgésique des endorphines en état de stress. Citation de la phrase : « Il a même été affirmé que les endorphines libérées en état de stress n’ont pas de pouvoir analgésique (Harbach et al, 2007) ».
  25. Marc Roumengou, Résumé des conclusions de Juan Carlos Illera, sur torofstf.com (consulté le 20 janvier 2011).
  26. a et b « Quand la science se penche sur la souffrance des toros », sur Libération.fr,‎ 22 février 2007 (consulté le 9 octobre 2010).
  27. (es) Los toreros irrumpen en el debate antitaurino del Parlamento catalán (Les toreros font irruption dans le débat anti-corrida du Parlement catalan), sur abc.es (consulté le 9 octobre 2010).
  28. Rapport technique vétérinaire sur les corridas.
  29. a et b Rapport technique vétérinaire sur les corridas, p. 4 (consulté le 15 octobre 2010).
  30. a et b Rapport technique vétérinaire sur les corridas, p. 3 (consulté le 15 octobre 2010).
  31. Rapport technique vétérinaire sur les corridas, p. 4 et 5 (consulté le 15 octobre 2010).
  32. Rapport technique vétérinaire sur les corridas, p. 5 (consulté le 15 octobre 2010).
  33. (es) « Veterinarios americanos confirman el sufrimiento del toro en la lidia (Des vétérinaires américains confirment la souffrance du taureau pendant la lidia) », sur Kaosenlared.net (consulté le 9 octobre 2010).
  34. Thierry Auffret Van der Kemp, Jean-Claude Nouët 2008, p. 40-42. Citation : « Une décharge massive par le cerveau d'endorphines est le signe même qu'un animal est soumis à une intense douleur. ».
  35. Emmanuel Négrier, Patrimoine culturel et décentralisation: une étude en Languedoc-Roussillon, Editions L'Harmattan,‎ 2002 (lire en ligne), p. 272.
  36. Auguste Lafront, Encyclopédie de la corrida, éditions Prisma, 1950, p. 57.
  37. Élisabeth Hardouin-Fugier 2005, p. 143.
  38. Reglamento Taurino Nacional, article 62, paragraphe 1.
  39. Reglamento Taurino Nacional, article 62, paragraphe 2.
  40. ¡Se murrió el caballo!, sur toros 2000.com (consulté le 15 octobre 2010).
  41. Claire Starozinski, « Pas de retraite pour ces chevaux-là ! », sur Alliance anticorrida (consulté le 8 octobre 2010).
  42. Claire Starozinski, « Les chevaux de picador », sur allianceanticorrida.fr (consulté le 8 octobre 2010).
  43. a, b et c Éric Baratay, Élisabeth Hardouin-Fugier 1995, p. 106.
  44. Selon la « Nomenclature en hommage aux victimes du toreo », établie par André Lopez Lorente, publiée en septembre 2007 par la société taurine « La Muleta ».
  45. Éric Baratay, Élisabeth Hardouin-Fugier 1995, p. 105.
  46. a et b (en) « Chirugica taurina: a 10-year experience of bullfight injuries », sur ncbi.nlm.nih.gov (consulté le 10 novembre 2010).
  47. Éric Baratay, Élisabeth Hardouin-Fugier 1995, p. 106-107.
  48. a et b Élisabeth Hardouin-Fugier 2005, p. 233.
  49. Catéchisme de l'Église catholique, « Les Dix commandements », sur le site du Saint-Siège.
  50. Catéchisme de l'Église catholique (publié sous la direction du cardinal Joseph Ratzinger), coédition Éditions Mame et éditions Plon, Paris, 1992, 676 p. (ISBN 2-7289-0549-5), (notice BnF no FRBNF35537396x) — Traduction française de l'original en latin Catechismus Ecclesiae catholicae. Voir en pages 490-491 de l'édition imprimée et en ligne sur le site du Saint-Siège.
  51. a et b Dominique Auzias, Collectif, Jean-Paul Labourdette, Le Petit Futé Séville lire en ligne, p. 49.
  52. Ernst Eduard Boesch, L'Action symbolique : fondements de psychologie culturelle, Éditions L'Harmattan, 1995, p. 390.
  53. « Corrida : chronique d'une mort annoncée », sur membres.multimania.fr (consulté le 18 novembre 2010) : « Le salut viendra de l'Europe ».
  54. Nicole Muchnik, « L'art, la corrida et mon accordéon », sur lemonde.fr (consulté le 19 novembre 2010).
  55. Kenneth Shapiro, « Lettre aux membres du parlement catalan », sur veterinaires-anticorrida.fr (consulté le 19 novembre 2010).
  56. a et b « Proposition de loi visant à punir les sévices graves envers les animaux domestiques, apprivoisés, ou tenus en captivité, sans exception », sur assemblee-nationale.fr (consulté le 19 novembre 2010), chapitre « Le brouillage des repères ».
  57. « Ecoles de tauromachie et enfants toréros », sur allianceanticorrida.fr (consulté le 3 décembre 2010).
  58. « Un jeune torero de 11 ans propulsé dans l’arène », sur univers-nature.com (consulté le 20 novembre 2010).
  59. Jean Maler, « Les enfants et la corrida », sur torofstf.com.
  60. a et b Jean-Paul Richier, « L’Unicef-France et la promotion de la corrida auprès des enfants », sur charliehebdo.fr (consulté le 19 novembre 2010) (texte de Jean-Paul Richier du 16 novembre 2010).
  61. Unicef France en réponse aux questions sur la corrida, sur unicef.fr. Consulté le 22 septembre 2012.
  62. Robert Boure, Collectif, Valérie Bonnet 2007, p. 41.
  63. a et b Robert Boure, Collectif, Valérie Bonnet 2007, p. 42.
  64. Robert Boure, Collectif, Valérie Bonnet 2007, p. 48.
  65. Robert Boure, Collectif, Valérie Bonnet 2007, p. 50.
  66. « La corrida entre au patrimoine culturel immatériel français », sur Le Point (consulté le 23 avril 2011).
  67. a, b et c L'Express : À mort la corrida ! (18/06/2010), sur lexpress.fr (consulté le 8 octobre 2010).
  68. Corridas : le combat fait rage en France et en Catalogne, sur laprovence.com (consulté le 9 octobre 2010).
  69. a, b, c et d Miguel Cid, Pio Garcia Escudero, Carmen Calvo, « Tribune du quotidien El Pais : « Notre oui à la Fiesta » », sur signesdutoro.france3.fr (consulté le 9 octobre 2010).
  70. a, b et c Élisabeth Hardouin-Fugier 2005, p. 275.
  71. Élisabeth Hardouin-Fugier 2005, p. 276.
  72. a, b et c (es) « El PP propondrá una ley al Congreso para anular la prohibición de Cataluña (Le Parti Populaire espagnol proposera au congrès une loi pour annuler l'interdiction catalane) », El Mundo,‎ 28 juillet 2010 (lire en ligne).
  73. Dimitri Mieussens 2005, p. 52.
  74. Philippe Ariès, Jean Claude Margolin, Les Jeux à la Renaissance, Vrin, 1982, p. 24, 736 p. (ISBN 2711608085).
  75. a, b et c « Texte complet de De salute Gregis, bulle de saint Pie V du 1er novembre 1567 », sur catholicapedia.net (consulté le 21 novembre 2010).
  76. a et b Dimitri Mieussens 2005, p. 53.
  77. a et b Élisabeth Hardouin-Fugier 2005, p. 66.
  78. Jean-François de Bourgoing, Tableau de l'Espagne moderne, Levrault frères,‎ 1803 (lire en ligne).
  79. Edward Clarke, État présent de L'Espagne et de la nation espagnole: lettres écrites à Madrid pendant les années 1760 et 1761, vol. 1, Veuve Duchesne,‎ 1770 (lire en ligne), p. 287-288.
  80. John Cassell's Illustrated history of England, W. Kent and Co.,‎ 1862 (lire en ligne), p. 574.
  81. Élisabeth Hardouin-Fugier 2005, p. 67.
  82. Élisabeth Hardouin-Fugier 2005, p. 69.
  83. Élisabeth Hardouin-Fugier 2005, p. 71.
  84. Élisabeth Hardouin-Fugier 2005, p. 72.
  85. Élisabeth Hardouin-Fugier 2005, p. 311.
  86. Jean-Claude Lorblanchès, Les Soldats de Napoléon en Espagne et au Portugal, 1807-1814, Editions L'Harmattan,‎ 2007, p. 41.
  87. Élisabeth Hardouin-Fugier 2005, p. 98.
  88. Élisabeth Hardouin-Fugier 2005, p. 99.
  89. Élisabeth Hardouin-Fugier 2005, p. 104.
  90. Prosper Mérimé, Théâtre, Romans et Nouvelles, Paris, Gallimard,‎ 1978, p. 567.
  91. Élisabeth Hardouin-Fugier 2005, p. 112.
  92. Élisabeth Hardouin-Fugier 2005, p. 113.
  93. Élisabeth Hardouin-Fugier 2005, p. 116.
  94. Jean-Paul Duviols, Araceli Guillaume-Alonso, Annie Molinié-Bertrand 1999, p. 55.
  95. Jean-René Aymes, Serge Salaün 2000, p. 269.
  96. Dimitri Mieussens 2005, p. 63.
  97. Élisabeth Hardouin-Fugier 2005, p. 132-133.
  98. Élisabeth Hardouin-Fugier 2005, p. 135-141.
  99. Jean-Claude Fizaine, « Victor Hugo et la tauromachie. Les implications de la maltraitance animale », sur groupugo.div.jussieu.fr (consulté le 11 décembre 2010).
  100. (oc) (fr) Édouard Lamourère, Pé’l’ campestré : Cansous è légrémos, Lagarde et Sébille,‎ 1899, réédité en 1900, p. 213
  101. Dimitri Mieussens 2005, p. 54.
  102. Élisabeth Hardouin-Fugier 2010, p. 27.
  103. Élisabeth Hardouin-Fugier 2010, p. 29.
  104. Élisabeth Hardouin-Fugier 2005, p. 127.
  105. a, b et c Élisabeth Hardouin-Fugier 2005, p. 128.
  106. Jean-Baptiste Maudet 2010, p. 202.
  107. Dimitri Mieussens 2005, p. 47.
  108. Dimitri Mieussens 2005, p. 49.
  109. La Tauromachie au XXIe siècle : Pourquoi ?, colloque présidé par Bartolomé Bennassar, Arts-Cultures-Foi Nimes, Nimes, 9 et 10 décembre 2005.
  110. Élisabeth Hardouin-Fugier 2005, p. 129.
  111. Compte-rendu de Pierre Paris, vers 1895, cité dans Élisabeth Hardouin-Fugier 2010, p. 25.
  112. Élisabeth Hardouin-Fugier 2005, p. 144.
  113. a et b Élisabeth Hardouin-Fugier 2005, p. 145.
  114. Douglas Edward LaPrade, Hemingway and Franco, Universitat de València,‎ 2007 (lire en ligne), p. 23.
  115. Ernest Hemingway, « Death in the Afternoon », sur powells.com (consulté le 25 octobre 2010).
  116. Élisabeth Hardouin-Fugier 2005, p. 154.
  117. Élisabeth Hardouin-Fugier 2005, p. 154-155.
  118. a et b Élisabeth Hardouin-Fugier 2005, p. 155.
  119. Sous la direction de Robert Bérard 2003, p. 60.
  120. a, b et c Sous la direction de Robert Bérard 2003, p. 62.
  121. Sous la direction de Robert Bérard 2003, p. 64.
  122. Sous la direction de Robert Bérard 2003, p. 66.
  123. a, b et c Sous la direction de Robert Bérard 2003, p. 67.
  124. a, b et c Éric Baratay, Élisabeth Hardouin-Fugier 1995, p. 91.
  125. a et b Sous la direction de Robert Bérard 2003, p. 68.
  126. Éric Baratay, Élisabeth Hardouin-Fugier 1995, p. 80.
  127. a, b, c et d Élisabeth Hardouin-Fugier 2005, p. 271.
  128. a, b et c Élisabeth Hardouin-Fugier 2005, p. 272.
  129. a et b Élisabeth Hardouin-Fugier 2005, p. 274.
  130. a, b, c et d (es) « Interés por las corridas de toros (Intérêt pour les corridas), chapitre « Evolución histórica del interés por las corridas de toros (Évolution de l'intérêt pour les corridas) » », sur columbia.edu (consulté le 8 octobre 2010).
  131. « Españoles rechazan corridas de toros; no quieren prohibirlas (Les Espagnols rejettent la corrida ; ils ne souhaitent pas l'interdire) », sur El País (consulté le 11 décembre 2010).
  132. Les français et l'interdiction de la corrida [lire en ligne], Ifop pour Midi libre, septembre 2007.
  133. Interdire la corrida : pour les Français c'est 50-50, Libération, 25 octobre 2007 (page consultée le 31 mars 2010).
  134. a et b Sondage IPSOS de juillet 2010, sur objectifgard.com (consulté le 4 octobre 2010).
  135. a et b Sondage : deux Français sur trois favorables à l'interdiction de la corrida, sur laprovence.com (consulté le 5 octobre 2010).
  136. Élisabeth Hardouin-Fugier, Histoire de la corrida en Europe du XVIIIe au XXIe siècle, Connaissances et Savoirs, 2005, « Le choc des éthiques », p. 274. La phrase exacte est : « Parmi les premiers sondages rigoureux, celui de Louis Harris pour Globe Hebdo (1er juin 1993) montre le fort dégoût de 83 % des Français pour la corrida ».
  137. La corrida : un spectacle d’or et de lumière ?, sur vegetarisme.info (consulté le 9 octobre 2010).
  138. a et b Corrida : deux Français sur trois hostiles, sur lefigaro.fr (consulté le 9 octobre 2010).
  139. Vétérinaires pour l'abolition de la corrida  : « deux Français sur trois opposés à la corrida ».
  140. a et b Vétérinaires pour l'abolition de la corrida  : « Un collectif de vétérinaires opposés à la corrida s'est constitué en France ».
  141. [PDF]Le Point, « Pro et anti-corridas: La guerre est déclarée », Le Point,‎ 26 jan 2012 (consulté le 7 février 2012).
  142. « Gard: La manifestation des anticorridas tourne à l'affrontement », 20 minutes,‎ 14 octobre 2011 (lire en ligne).
  143. [1].
  144. Article 521-1 du Code pénal, sur legifrance.gouv.fr. Consulté le 21 septembre 2012.
  145. la corrida bientôt interdite ?.
  146. Décision n° 2012-271 QPC du 21 septembre 2012.
  147. attendu n°6, lire le texte intégral.
  148. (es) No permitas que tus impuestos financien la tortura a los toros: ¡Actúa ya! (« Ne permets pas que tes impôts financent la torture des taureaux. Agis, maintenant ! »), sur AnimaNaturalis.
  149. (es) « Un primer paso: retirar las ayudas públicas a los toros (« Un premier pas : retirer les aides publiques aux taureaux ») », sur publico.es (consulté le 8 novembre 2010).
  150. (es) Parte de nuestros impuestos se dedican a financiar estas prácticas. Cada gallego aporta 42 euros al año a la tauromaquia (« Une part de nos impôts sert à financer ces pratiques. Chaque Galicien verse en moyenne 42 euros par an pour la tauromachie »), 21 juillet 2008, El Progreso.
  151. (es) Los alcaldes antitaurinos cierran el grifo a las corridas (« Les maires opposés à la corrida ferment le robinet »), Público.
  152. (en) « For a Bullfighting-free europe (« Pour une Europe libérée de la corrida ») », sur Bullfightingfreeeurope.org (consulté le 28 mars 2010).
  153. (en) Euro MP in call to end £37m bullfight subsidy (« Un député européen demande l'arrêt des subventions aux corridas de 37 millions de livres sterling »), sur theboltonnews.co.uk (consulté le 15 octobre 2010).
  154. a et b Élisabeth Hardouin-Fugier 2005, p. 273.
  155. « Fédération des Luttes pour l'Abolition de la Corrida », sur FLAC (consulté le 12 août 2011).
  156. empresas nombrilistes « Temporada : TVE retire toutes les retransmissions de corridas en direct de la grille de programmes nationale et internationale jusqu'à la fin de l'année 2004 », sur Corrida TV (consulté le 3 décembre 2010).
  157. (en) No more 'ole'? Matadors miffed as Spain removes bullfighting from state TV (« Plus de « Olé » ? Les matadors de mauvais poil après l'interdiction par l'Espagne des corridas sur la télévision publique »), sur bostonherald.com (consulté le 6 octobre 2010).
  158. a et b (es) TVE no emite corridas de toros por los altos costes y el rechazo de los anunciantes (« TVE ne retransmet pas de corridas du fait des coûts élevés et du rejet par les annonceurs »), sur 20minutos.es (consulté le 6 octobre 2010).
  159. a et b (es) AFP, « Las corridas de toros corren peligro en TVE – Nacional (Les corridas sont en danger sur TVE) », sur Abc.es,‎ 22 août 2007 (consulté le 28 mars 2010).
  160. corridas et protection de l'enfance.
  161. TVE abre la puerta a emitir de nuevo corridas de toros (« TVE ouvre la porte à la rediffusion des corridas »).
  162. a et b Corrida : un retour « triomphal » sur les télévisions espagnoles.
  163. Antonio Lorca, « Toros, en TVE: una reválida sumarísima », El País, 4 septembre 2012.
  164. aspect politique.
  165. a, b et c Dionisio Fernández de Gatta Sánchez, « Están verdaderamente prohibidas las corridas de toros en Canarías ? ».
  166. « Loi du 30 avril 1991, sur la protection animale aux îles Canaries », sur gobiernodecanarias.org (consulté le 13 novembre 2010).
  167. Canarías al dia, « Aux Canaries 18 ans sans toros ».
  168. (es) Lorenzo Ollarte Cullen, « La prohibición de la tauromaquia: un capítulo del antiespañolismo catalán (L'interdiction de la tauromachie : un chapitre de l'opposition anti espagnole catalane) », sur El Mundo,‎ 29 juillet 2010 (consulté le 9 février 2011), dans laquelle il indique notamment : « En los medios taurinos del país, desde hace varios años, ha ido cobrando fuerza la inexacta idea de que las corridas de toros están prohibidas en la Comunidad Autónoma de Canarias. Tal supuesta prohibición es absolutamente inexistente. » (« Depuis plusieurs années, dans les milieux taurins du pays, s'est répandue avec toujours plus de vigueur l'idée erronée que les corridas sont interdites dans la communauté autonome des Canaries. Cette interdiction supposée est absolument inexistante. »).
  169. (en) « In 2003 Catalunia passed a sweeping animal protection law that restricted towns without bullrings from building them and prohibited all children under 14 from attending bullfights (« Les enfants de moins de 14 ans ont interdiction d'assister à des corridas ») », sur news.discovery.com (consulté le 20 janvier 2011).
  170. Élodie Cuzin, article « La Catalogne débat de la corrida, jugée trop « espagnole » », 19 décembre 2009, Rue89, consulté le 15 mars 2010.
  171. (es) Agence EFE, dépêche, « Derribado el único toro de Osborne que queda en Cataluña (L'unique taureau Osborne restant en Catalogne a été démoli) », El Mundo,‎ 13 octobre 2002 (lire en ligne).
  172. « Corridas: les anti crient victoire, le monde taurin veut se rassurer », L'Express,‎ 28 juillet 2010 (lire en ligne).
  173. (es) article (non signé) « El Parlament admite a trámite la iniciativa popular que persigue prohibir los toros (Le Parlement accepte la démarche d'initiative populaire visant à l'interdiction des corridas) », 18 décembre 2009, La Vanguardia.
  174. Un mois après la censure partielle, par le Tribunal constitutionnel espagnol, du statut d'autonomie de la Catalogne, voté en 2006, cf. Trinidad Barleycorn, article « La mise à mort de la corrida », 27 juillet 2010, Le Matin.
  175. Agence France-Presse, dépêche « Interdiction des corridas en Catalogne : rejet de la "cruauté" ou de l'Espagne ? », 29 juillet 2010, lepoint.fr.
  176. (es) Los toros ya son bien de interés cultural en Madrid (la corrida est maintenant bien d'intérêt culturel à Madrid), 8 avril 2010, ABC.
  177. (es) Valencia y Murcia se unen a Madrid y declararán los toros bien de interés cultural (Valence et Murcie se joignent à Madrid et déclareront les taureaux bien d'intérêt culturel), 5 mars 2010, tve.es.
  178. (es) Agence EFE, article « El PP estudia responder en el Congreso a la posible prohibición de las corridas (Le Parti Populaire espagnol étudie la possibilité de répondre au Congrès à la possible interdiction des corridas) », 28 juillet 2010, elmundo.es.
  179. (es) Agence Europa Press, dépêche « Zapatero respeta las competencias de Catalunya para prohibir los toros y pide no politizar esta decisión » (Zapatero respecte les compétences de la Catalogne quant à l'interdiction des corridas et demande de ne pas politiser cette décision), 30 juillet 2010, lavanguardia.es.
  180. (es) AFP, dépêche « Zapatero "hubiera preferido" que Cataluña no prohibiera los toros » (Zapatero « aurait préféré » que la Catalogne n'interdise pas les corridas), 30 juillet 2010.
  181. (es) Agence EFE, dépêche « Zapatero pide que no se politice la decisión de prohibir los toros » (Zapatero demande que la décision d'interdire les corridas ne soit pas politisée), 30 juillet 2010.
  182. Espagne: les sénateurs rejettent une motion pour protéger les corridas, sur levif.rnews.be (consulté le 15 octobre 2010).
  183. (es) El PP quiere llevar los toros al TC., sur europapress.es (consulté le 15 octobre 2010).
  184. (es) « El TC admite a trámite el recurso contra la prohibición de los toros en Cataluña. (Le TC admet le recours contre l'interdiction des corridas en Catalogne») », sur El Mundo (consulté le 5 décembre 2010).
  185. « CATALUÑA | Debate La ILP taurina entra oficialmente en el Congreso », El Mundo, 19 mai 2012.
  186. Bastien Hugues, article « Une demande pour que la corrida soit inscrite à l'Unesco », 15 décembre 2009, Le Figaro.
  187. a et b Communiqué en fichier attaché.
  188. (gl) « Diminúe a afección ás corridas en Galicia malia as axudas públicas », Xornal de Galicia,‎ 9 août 2010 (lire en ligne).
  189. (es) « Galicia, Mellor sen Touradas reclama al Ayuntamiento de A Coruña una auditoría sobre la Feria Taurina (« Galice, meilleure sans corrida réclame à la mairie de La Corogne une audition sur la Feria taurine ») », sur 20minutos.es (consulté en 20 novembre).
  190. a et b « Liste des municipalités déclarées anticorrida - 2 août 2010 », sur anticorrida.com (consulté le 20 novembre 2010).
  191. (es) Pachín de Melás, Minucias trascendentales en torno a Jovellanos, Fundación Foro Jovellanos A,‎ 2006 (lire en ligne), p. 99-100.
  192. (es) « Recuperar la memoria del movimiento antitaurino en Gijón - Xixón », sur asturiasverde.com (consulté le 25 novembre 2010).
  193. « El Bloque pide abolir las corridas de toros », sur lavozdeasturias.es (consulté le 24 janvier 2011).
  194. a, b et c « La Junta debatirá una propuesta de ley para prohibir las corridas de toros en Asturias  », sur Noticias Asturias (consulté le 24 janvier 2011).
  195. Legifrance, article 521-1, modifié par l'ordonnance n° 2005 du 5 octobre 2006.
  196. Page « Proposition de loi no 1652 rectifiée (12e législature) », sur le site de l'Assemblée nationale française, consultée le 30 juillet 2010.
  197. Page « Proposition de loi no 228 (13e législature) », sur le site de l'Assemblée nationale française, consultée le 30 juillet 2010.
  198. Nouvelle proposition de loi anti-corrida, sur parismatch.com (consulté le 8 octobre 2010).
  199. Page « Groupe d'études sur la protection des animaux », sur le site de l'Assemblée nationale française, consultée le 29 juillet 2010.
  200. Page « Proposition de loi no 2735 (13e législature) », sur le site de l'Assemblée nationale française, consultée le 29 juillet 2010.
  201. Page « Groupe d'études sur la tauromachie », sur le site de l'Assemblée nationale française, consultée le 29 juillet 2010.
  202. Comment se construit un mythe : la corrida en France au XXe siècle, sur hal-univ-lyon3.archives-ouvertes.fr (consulté le 8 octobre 2010).
  203. Élisabeth Hardouin-Fugier 2005, p. 265.
  204. a et b Élisabeth Hardouin-Fugier 2005, p. 267.
  205. « Corrida : chronique d'une mort annoncée », sur membres.multimania.fr (consulté le 18 novembre 2010) : Europe : le salut ?.
  206. Dimitri Mieussens 2005, p. 132.
  207. Sous la direction de Robert Bérard 2003, p. 93.
  208. José María de Cossío 1971, p. 149.
  209. José María de Cossío 1971, p. 154.
  210. a, b et c Sous la direction de Robert Bérard 2003, p. 94.
  211. a, b et c Jean-Baptiste Maudet 2010, p. 8.
  212. (es) Veronica Cerrato, « Desde 1899, Argentina sin Corridas de Toros (« Depuis 1899, l'Argentine sans corridas ») », sur Animanaturalis.org (consulté le 28 mars 2010).
  213. Jean-Baptiste Maudet 2010, p. 161.
  214. a et b « La lutte anticorrida s’étend à l’Amérique du sud », sur animaux-nature.info (consulté le 16 décembre 2010).
  215. « Au Mexique une Initiative est proposée pour abolir les corridas », sur flac.over-blog.com (consulté le 16 décembre 2010).
  216. « Colombia: la Corte Constitucional no prohibió las corridas de toros! », sur animanaturalis.org (consulté le 9 novembre 2010).
  217. « Corte Constitucional 2010 : communiqué du 30 août 2010 », sur corteconstitucional.gov.co (consulté le 24 novembre 2010).
  218. a et b (es) « Tribunal colombiano respalda corridas de toros y peleas de gallos  », sur la tercera Mundo (consulté le 9 novembre 2010).
  219. « La Cour constitutionnelle n'interdit pas les courses de taureaux en Colombie », sur noticias.telemedellin.tv (consulté le 24 novembre 2010).
  220. « L'Équateur interdit l'entrée des moins de 12 ans aux corridas », sur flac.over-blog.com (consulté le 16 décembre 2010).
  221. « À propos de l'Équateur », sur Corrida Si (consulté le 16 décembre 2010).
  222. « Perú Antitaurino annonce la présentation d'un projet de loi pour interdire les corridas », sur peru.com (consulté le 16 décembre 2010).
  223. « Perú : En el Perú, se encuentra el llamado Grupo Antitaurino " Perú Amigo " », sur colchonero.com (consulté le 16 décembre 2010).
  224. Jean-Baptiste Maudet 2010, p. 13.
  225. (es) Radio Vanguardia, « Un 10 de enero de 1962 el rodeo fue declarado deporte nacional »,‎ 2009 (consulté le 10 janvier 2009).
  226. a et b Paul Casanova et Pierre Dupuy, Dictionnaire tauromachique, Jeanne Laffitte, 1981, p. 13 (ISBN 2862760439).
  227. Règlement de l'UVTF, article 45 : « Les cornes des animaux combattus […] devront être intactes […] ».
  228. Reglamento Taurino Nacional, article 47 : « les cornes des taureaux de combat dans les corridas et les novilladas piquées seront intactes ».
  229. « Faut-il haïr ou adorer la corrida ? », sur torofstf.com (consulté le 18 novembre 2010), p. 2.
  230. a, b, c et d « La corrida, « duel loyal » : l'afeitado », sur colbac.fr (consulté le 18 novembre 2010).
  231. On peut lire le texte complet concernant l’afeitado dans l’Encyclopédie disponible sur le site internet de la revue Terre Taurine.
  232. L'exception corrida : de l'importance majeure d'une entorse mineure : la tauromachie et l'animal en France, Éditions L'Harmattan, 2005, p. 98, lire en ligne
  233. « Règlement taurin municipal - Titre II : la Commission taurine extra-municipale », sur uvtf.com (consulté le 15 octobre 2010).
  234. Expertise des cornes 2007, sur uvtf.com (consulté le 8 octobre 2010).
  235. Expertise des cornes 2008, sur uvtf.com (consulté le 8 octobre 2010).
  236. Rapport de la mission d'expertise confiée par l’U.V.T.F. à l'A.F.V.T., portant sur les armures prélevées durant la saison 2009 dans les corridas en arènes de 1re catégorie, sur uvtf.com (consulté le 8 octobre 2010).
  237. Christophe Brard, « Intervention des vétérinaire auprès des taureaux de combat », sur animaletsociete.fr (consulté le 16 octobre 2010).
  238. a et b Dimitri Mieussens 2005, p. 100.
  239. Éric Baratay, Élisabeth Hardouin-Fugier 1995, p. 90-91.
  240. Reglamento Taurino Nacional, article 64.3.
  241. Aspect de différents modèles de piques (à rondelle, réglementaire, andalouse, mexicaine, etc.), sur le site de l'ANDA.
  242. a, b et c Marc Roumengou, « À propos de pique et de butoirs », sur torofstf.com (consulté le 15 octobre 2010).
  243. Règlement de l'UVTF, article 73, paragraphe 4 : « Il est interdit de vriller, de fermer la sortie à l'animal ».
  244. a et b Dr Renaud Mayard, « Causes d'épuisement physique du toro lors du premier tiers », sur terredetoros.com (consulté le 15 octobre 2010).
  245. a et b Reglamento Taurino Nacional, article 72, paragraphe 4.
  246. Règlement taurin de l'UVTF, article 73, paragraphe 4 : « Le picador devra piquer dans le haut du morillo ».

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-René Aymes, Serge Salaün, Être espagnol, Presses Sorbonne Nouvelle,‎ 2000 (ISBN 9782878541823, lire en ligne).
  • Éric Baratay, Et l'homme créa l'animal: histoire d'une condition, Odile Jacob,‎ 2003 (ISBN 9782738112477, lire en ligne), p. 269-284.
  • Éric Baratay, Élisabeth Hardouin-Fugier, La Corrida, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Que sais-je ? n° 568 »,‎ 1995 (ISBN 2130468829).
  • Bartolomé Bennassar, Histoire de la tauromachie - une société du spectacle, Éditions Desjoncquères,‎ 1993.
  • Sous la direction de Robert Bérard, La Tauromachie - histoire et dictionnaire, Robert Laffont, coll. « Bouquins »,‎ 2003.
  • Robert Boure, Collectif, Valérie Bonnet, [ Sport et médias], Presses Universitaire du Mirail,‎ 2007 (ISBN 9782858169375).
  • (es) José María de Cossío, Los Toros - Tratado técnico e histórico, tomo IV, Madrid, Espasa Calpe, S. A.,‎ 1971.
  • Jean-Paul Duviols, Araceli Guillaume-Alonso, Annie Molinié-Bertrand, Des taureaux et des hommes, Presses Paris Sorbonne,‎ 1999 (ISBN 9782840501480, lire en ligne).
  • Élisabeth Hardouin-Fugier, La Corrida de A à Z, Saint-Cyr-sur-Loire, Éditions Alan Sutton,‎ 2010 (ISBN 9782813801876).
  • Élisabeth Hardouin-Fugier, Histoire de la corrida en Europe du XVIIIe au XXIe siècle, Connaissances et Savoirs,‎ 2005, 382 p. (ISBN 9782753900493), préface de Maurice Agulhon. On trouvera dans cet ouvrage une bibliographie, pages 329 à 356.
  • D. M. Broom, Le Bien-être animal], Council of Europe,‎ 2006 (ISBN 9789287160157, lire en ligne).
  • Jean Claude Margolin, Les Jeux à la Renaissance, Vrin,‎ 1982 (ISBN 9782711608089, lire en ligne).
  • Jean-Baptiste Maudet, Terres de taureaux, Casa de Velázquez,‎ 2010 (ISBN 9788496820371, lire en ligne).
  • Dimitri Mieussens, L'Exception corrida : de l'importance majeure d'une entorse mineure : la tauromachie et l'animal en France, Editions L'Harmattan,‎ 2005 (ISBN 9782747597562, lire en ligne), p. 55-70.
  • (es) Frédéric Saumade, Las tauromaquias europeas: la forma y la historia, un enfoque antropológico, Universidad de Sevilla,‎ 2006 (ISBN 9788447210817, lire en ligne).
  • Thierry Auffret Van der Kemp, Jean-Claude Nouët, Homme et Animal : de la douleur à la cruauté, Editions L'Harmattan,‎ 2008 (ISBN 9782296052444, lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 30 novembre 2010 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.