Super Mario Kart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Super Mario Kart
image

Éditeur Nintendo
Développeur Nintendo EAD
Concepteur Shigeru Miyamoto (producteur)
Tadashi Sugiyama, Hideki Konno (réalisateurs)

Date de sortie Super Nintendo
Icons-flag-jp.png 27 août 1992
Icons-flag-us.png Icons-flag-ca.png 1er septembre 1992
Icons-flag-eu.png 21 janvier 1993[1]

Console virtuelle
Icons-flag-jp.png 9 juin 2009[2]
Icons-flag-us.png Icons-flag-ca.png 23 novembre 2009[3]
Icons-flag-eu.png 2 avril 2010[4]
Genre Course
Mode de jeu Un joueur, deux joueurs.
Plate-forme Super Nintendo
Média Cartouche
Langue Anglais
Contrôle Manette

Évaluation Super Nintendo

ESRB : E (Everyone)[5]
Console virtuelle
OFLC : G[6]
ESRB : E[7]
PEGI : 3+

Super Mario Kart (スーパーマリオカート, Sūpā Mario Kāto?) est un jeu vidéo développé par Nintendo EAD et édité par Nintendo, sorti en 1992 sur Super Nintendo. Il s’agit d’un jeu de course de karts opposant les personnages de l’univers de Super Mario. Il constitue le premier opus de la série de jeux vidéo Mario Kart. Le jeu est sorti au Japon en août 1992, en Amérique du Nord en septembre de cette année, et en Europe en janvier 1993. Vendu à plus de huit millions d’exemplaires dans le monde, il est devenu la troisième meilleure vente de jeux pour Super Nintendo de tous les temps. Il est ressorti sur la Console virtuelle de la Wii le 9 juin 2009 au Japon, le 23 novembre 2009 en Amérique du Nord et le 2 avril 2010 en Europe[2],[3],[4].

Dans Super Mario Kart, le joueur contrôle l’un des huit personnages issus de l’univers Super Mario, ayant chacun des capacités différentes. Dans le mode « solo », le joueur affronte les autres personnages contrôlés par l’ordinateur sur vingt circuits répartis en quatre coupes de cinq courses et trois niveaux de difficulté. Pendant la course, des armes et bonus peuvent être utilisés pour doubler et gêner ses adversaires. Les joueurs peuvent également faire la course contre-la-montre dans le mode de jeu Time Trial. En mode multijoueur, deux joueurs peuvent prendre part à la coupe, ou encore faire une course en tête-à-tête dans le mode Match Race. Ils peuvent également faire un duel dont le but est de détruire les ballons qui entourent le kart de l’autre joueur.

Super Mario Kart a reçu des critiques positives et a été apprécié pour sa présentation, le caractère novateur du gameplay et la bonne utilisation du Mode 7. Il a été classé parmi les meilleurs jeux de tous les temps par plusieurs organismes, dont Edge, IGN, The Age, GameSpot et le Livre Guinness des records. Il est le premier jeu vidéo de courses de karts, conduisant d’autres développeurs à essayer de reproduire son succès. Le jeu est également considéré comme ayant été un élément essentiel de l’expansion de la série Super Mario à d’autres domaines que les jeux de plate-forme, une diversité qui a conduit la série à devenir celle ayant fait le plus de ventes de tous les temps. Plusieurs suites de Super Mario Kart sont sorties sur consoles et arcades.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Super Mario Kart est un jeu de courses de karts réunissant plusieurs personnages issus de l'univers Super Mario et plusieurs modes de jeu. Pendant le jeu, les joueurs contrôlent un pilote de kart tiré de l'univers Super Mario et conduisent sur des circuits à thèmes. Le joueur voit son kart de derrière, comme c'est le cas dans la plupart des jeux de courses. En mode solo, la course est affichée sur la moitié supérieure de l'écran ; sur la moitié inférieure de l'écran est affiché, soit une carte du circuit[Note 1], soit le rétroviseur[Note 2],[8],[9].

Le but du jeu est de terminer le circuit avant les autres pilotes, contrôlés soit par l'ordinateur, soit par d'autres joueurs, ou d'achever la course le plus rapidement possible en mode contre-la-montre[Note 3],[10]. Il existe également un mode de jeu dont le but est d'attaquer l'autre joueur[Note 4],[11]. Au cours de la course, les joueurs peuvent obtenir des armes et bonus en roulant sur des boîtes jaunes marquées d'un point d'interrogation[Note 5]. Les objets peuvent être utilisés contre un adversaire ou pour prendre un avantage lors de la course. Comme objets, il y a par exemple la peau de banane ou la carapace de tortue qui font tourner les joueurs sur eux-mêmes quand ils sont touchés par les objets, ou l'étoile qui rend les joueurs invulnérables aux attaques[12] . Quand les pilotes sont contrôlés par l'ordinateur, ils ont chacun un pouvoir spécial qu’ils sont en mesure d'utiliser tout au long de la course[9]. Dans les différents modes de jeu, les joueurs peuvent ramasser des pièces au cours de l'épreuve[Note 6],[Note 7]. Plus le joueur a de pièces, plus sa vitesse augmente ; quand un autre pilote le percute, le joueur perd une pièce ; s'il n'a plus de pièces, un choc avec un autre pilote le fait tourner sur lui-même[9]. Les joueurs perdent également des pièces quand ils sont touchés par un objet ou quand Lakitu les remet sur le circuit après une chute dans un trou ou dans de l'eau profonde.

Dans les virages, les joueurs peuvent déraper pour maintenir leur vitesse[Note 8], mais en cas de dérapage trop long le joueur tourne sur lui-même. Les karts sont aussi capables de sauter pour prendre les virages plus facilement[13].

Modes de jeu[modifier | modifier le code]

Super Mario Kart a deux modes de jeu à joueur unique : Mario Kart GP et Time Trial. Dans Mario Kart GP, un joueur fait la course contre sept autres pilotes contrôlés par l'ordinateur sur une série de cinq courses qu'il faut disputer dans l'ordre. Au départ, il y a trois coupes disponibles : la Mushroom Cup (coupe du champignon), la Flower Cup (coupe de la fleur), et la Star Cup (coupe de l'étoile) et deux niveaux de difficultés, 50 cm³ et 100 cm3. En remportant les trois coupes au niveau 100 cm3, une quatrième coupe qui a pour nom Spécial Cup (coupe spéciale) est débloquée[14]. En remportant la quatrième coupe, il se débloque un nouveau niveau de difficulté, 150 cm3[15],[16]. Chaque coupe est composée de cinq courses, comptant chacune cinq tours[9]. Pour passer à la coupe suivante, il faut terminer dans les quatre premiers sur les huit pilotes. Sinon, le joueur a la possibilité de recommencer en perdant une vie ou abandonner[9]. En terminant dans les quatre premiers de la course, le joueur accumule des points. Le premier reçoit neuf points, le deuxième six points, le troisième trois, le quatrième un[10] et les autres zéro. Le pilote ayant le plus de points après les cinq courses remporte la coupe.

En mode Time Trial, le joueur fait une course contre-la-montre sur les mêmes circuits que ceux présents dans Mario Kart GP et doit tenter de faire un temps aussi faible que possible. Dans ce mode de jeu, les armes et bonus sont désactivés[10]. Lorsque le joueur réussit à terminer la course sans faire de pause et sans heurter le moindre obstacle, il obtient la possibilité de rejouer la course contre son fantôme.

Super Mario Kart possède aussi trois modes multijoueur : Mario Kart GP, Match Race et Battle Mode. Dans le mode multijoueur, le premier joueur utilise la moitié supérieure de l'écran et le second la moitié inférieure, utilisée par la carte du circuit dans le mode solo. Mario Kart GP repose sur le même principe que le mode joueur unique, à la seule différence qu'il y a alors deux pilotes contrôlés par les joueurs et six pilotes contrôlés par l'ordinateur[17].

Match Race est un mode de jeu dans lequel deux joueurs font la course en tête-à-tête sur le circuit de leur choix[17].

Battle Mode est un mode de jeu dans lequel deux joueurs s'affrontent en tête-à-tête sur l’une des quatre pistes dédiées à ce mode[17]. Chaque joueur commence avec trois ballons autour de son kart, qui peuvent être détruits par des objets ramassés sur la piste et lancés par l'autre joueur. Le premier joueur à avoir détruit les trois ballons de l'autre joueur gagne la bataille[11].

Armes et bonus[modifier | modifier le code]

Tout au long de la course, de nombreuses armes et bonus peuvent être ramassés sur la piste, en passant sur une des boîtes jaunes encastrées dans le sol, marquées par un point d'interrogation. Ce point d’interrogation symbolise le hasard car le joueur ne peut pas savoir ce que contient la boîte.

  • La carapace verte : elle est lancée sur le circuit et rebondira sur les bords de la piste jusqu'à ce qu'elle touche quelqu'un, un autre objet ou tombe à l'eau. Elle peut également être déposée[18].
  • La carapace rouge : elle suit automatiquement la direction de l'adversaire le plus proche, comme un missile à tête chercheuse, mais disparaît au premier obstacle rencontré[18]. La vitesse et l'angle de virage de la carapace dépendent de la vitesse du joueur qui la lance. Plus le joueur ira vite et plus la carapace sera rapide mais avec un angle de virage réduit et inversement.
  • La peau de banane : elle est déposée sur la piste pour gêner les adversaires, mais peut aussi se retourner contre le joueur s'il roule dessus. Elle peut également être lancée en avant. La banane peut également être utilisée pour bloquer une carapace verte ou rouge.
  • L'étoile : elle améliore temporairement la vitesse et la maniabilité du véhicule et rend le joueur invincible face aux armes des concurrents. Le fait de toucher un concurrent pendant l'action de l'étoile le fera tournoyer et il devra redémarrer. Ses effets sont temporaires[18].
  • Le champignon : procure une brève accélération[18].
  • La plume : permet de sauter afin d'éviter un obstacle ou pour prendre un raccourci[18].
  • L'éclair : rétrécit tous les adversaires, ce qui les ralentit considérablement et permet en outre de leur rouler dessus afin de les stopper net. La durée des effets de l'éclair est presque identique à celle de l'étoile.
  • Le fantôme (disponible seulement lors d'une partie à deux) : lorsqu'il est utilisé, il permet de voler l'arme qu'a ramassée l'adversaire. Le joueur qui a utilisé le fantôme devient invisible pendant un certain laps de temps[18].
  • La pièce : permet d'obtenir deux pièces de plus[18].

Personnages[modifier | modifier le code]

Super Mario Kart propose huit personnages jouables de la série Super Mario :

Chaque personnage a des capacités de conduite propres en ce qui concerne la vitesse, l'accélération et la conduite sur route[12],[14]. Chaque pilote contrôlé par l'ordinateur a un pouvoir spécial spécifique qu'il peut utiliser à tout moment contre le joueur[9]. Yoshi peut lancer des œufs, Donkey Kong Jr. lance des peaux de banane, Princesse Toadstool et Toad des champignons qui font rétrécir, Mario et Luigi deviennent invincibles, Koopa Troopa lance des carapaces vertes et Bowser des boules de feux[14].

Les quatre catégories de personnages sont les poids légers (Toad et Koopa Troopa), les poids mi-moyens (Yoshi et la princesse Peach), les poids moyens (Mario et Luigi) et les poids lourds (Donkey Kong Jr. et Bowser).

Super Mario Kart est le premier jeu de la série Super Mario à ne pas être un jeu de plate-forme. Tous les personnages présents dans Super Mario Kart seront présents dans les autres jeux de la série sauf Koopa Troopa qui n'apparaît que par intermittence après avoir été remplacé par Wario dans Mario Kart 64[19] et Donkey Kong Jr. qui fut remplacé par Donkey Kong. L'apparence des personnages est rendue par des sprites représentés sous seize angles différents[10].

Lors de la sélection de son personnage, il est possible de le mettre en mode minuscule pour augmenter la difficulté des courses (touches : Y + A)[20].

Circuits[modifier | modifier le code]

Les circuits de Super Mario Kart sont basés sur ceux de la série Super Mario[21]. Chacune des quatre coupes compte cinq circuits différents, soit un total de vingt circuits. Il y a en plus quatre circuits uniques pour le mode combat[12],[11]. Les limites de la piste sont balisées par des barrières infranchissables et disposent d'une variété de virages allant du fort lacet à la simple courbe[13]. De nombreux obstacles issus de la série Super Mario apparaissent, tels que Thwomps dans les circuits Bowser's Castle, le saut des poissons issus de Super Mario World dans les circuits Koopa Beach et les tuyaux dans les circuits Mario Circuits[12]. Il y a aussi d'autres obstacles comme la boue dans les circuits Choco Island[12]. Chaque circuit est jonché de pièces de monnaie et de tuiles pour récupérer des armes et bonus, ainsi que des carreaux de turbo qui procurent une augmentation de la vitesse des karts et des carreaux de saut qui envoient les karts en l'air[12].

Liste des circuits
Coupe Champignon Coupe Fleur Coupe Étoile Coupe Spéciale
  • Circuit Mario 1
  • Plaine Donut 1
  • Vallée Fantôme 1
  • Château de Bowser 1
  • Circuit Mario 2
  • Île Choco 1
  • Vallée Fantôme 2
  • Plaine Donut 2
  • Château de Bowser 2
  • Circuit Mario 3
  • Plage Koopa 1
  • Île Choco 2
  • Lac Vanille 1
  • Château de Bowser 3
  • Circuit Mario 4
  • Plaine Donut 3
  • Plage Koopa 2
  • Vallée Fantôme 3
  • Lac Vanille 2
  • Route Arc-en-ciel

Ils réapparaissent dans Mario Kart Super Circuit dans le mode GP Extra Tracks sous 5 coupes de 4 courses.

Ces circuits réapparaissent dans des épisodes postérieurs de la série, en tant que « circuits rétros» :

La version DS reprend les circuits Circuit Mario 1, Plaine Donut 1, Plage Koopa 2 et Ile Choco 2.

La version Wii reprend les circuits Vallée Fantôme 2 et Circuit Mario 3.

La version 3DS reprend les circuits Circuit Mario 2 et Route Arc-en-ciel.

La version Wii U reprend le circuit Plaine Donut 3.

Arènes du mode Bataille
Arène Bataille 1 Arène avec 8 obstacles.
Arène Bataille 2 Arène dans la plage composée de 4 L symétriques au fond.
Arène Bataille 3 Arène avec des blocs de glace.
Arène Bataille 4 Arène avec 20 obstacles.

La version Wii reprend Arène Bataille 4.

Développement[modifier | modifier le code]

Shigeru Miyamoto, producteur de Super Mario Kart.

Super Mario Kart a été produit par Shigeru Miyamoto et réalisé par Tadashi Sugiyama et Hideki Konno[5]. Dans une interview, Miyamoto a déclaré que l'équipe de développement voulait produire un jeu capable d'afficher deux joueurs simultanément sur le même écran de jeu[22]. Dans la même interview, Konno a déclaré que le développement avait commencé avec pour volonté de créer un jeu pour deux joueurs, contrairement au titre de lancement F-Zero qui ne proposait pas de multijoueur[9]. Computer and Video Games laisse entendre que cette volonté de créer un jeu pour deux joueurs est la raison pour laquelle, même dans le mode joueur unique, un demi-écran horizontal est utilisé[9]. Dès le début du projet, les développeurs voulaient que le jeu permette de faire des courses ; le mode combat a ensuite été créé afin d'avoir un mode dans lequel la victoire n'est pas déterminée par une simple course[9].

Le jeu n'a au début pas été créé pour être un jeu de la série Super Mario : le premier prototype représente un homme en combinaison habituelle[9]. La décision d'intégrer Mario et les autres personnages de la série Super Mario n'a été prise que deux ou trois mois après le début du développement du jeu[9]. Le choix a été fait après que l'équipe de développement eut décidé de voir comment aurait l'air Mario dans le kart[9]. Ils ont trouvé que Mario dans le kart était mieux que les modèles précédents ; l'idée d'un jeu de course avec pour thème Mario était née[9].

Le développement de Super Mario Kart a été marqué par l'utilisation du Mode 7[23]. D'abord vu dans F-Zero, le Mode 7 est un mode graphique d'application de texture qui permet à un arrière-plan d'être pivoté et redimensionné par des procédés de rotation et de zoom. En modifiant à chaque ligne horizontale (Scanline) l'échelle et l'angle de ce plan, un effet de perspective peut être créé, transformant ainsi le plan en un sol incliné et texturé[24],[23].

Équipe de développement :

Accueil[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes reçues

Presse papier
Média Note
EGM (US) 8.5/10[25]
GamePro (US) 19/20[26]
Nintendo Power (US) 4.3/5[27]
Official Nintendo Magazine (GB) 92 %[28]
Player One (FR) 96 %
Super Play (GB) 93 %[29]
Total! (GB) 82 %[29]
Agrégateurs de notes
Média Note
GameRankings 95 %[25]
(7 critiques)

Super Mario Kart fut un succès critique et commercial. Il a reçu le label Choix des Joueurs après s'être vendu à un million d'exemplaires et a fini à huit millions d'exemplaires vendus, pour devenir la troisième meilleure vente de jeux de la Super Nintendo[30],[31]. Il a obtenu une moyenne de plus de 90 % sur GameRankings et MobyGames et de plus de 80 % sur GameStats et TopTenReviews[32],[33],[34],[35]. Les critiques ont fait l'éloge des graphismes obtenus grâce au Mode 7. En 1992, l’Official Nintendo Magazine a décrit le jeu comme « superbe » et les graphismes comme étant les meilleurs jamais vus sur la Super Nintendo[31],[14]. Le magazine a eu une préférence pour le mode multijoueur du jeu et a affirmé que « si le mode solo devient vite ennuyeux, le mode deux joueurs ne manque pas de ressources ». L'utilisation du style et des personnages de la série Super Mario a également été saluée, ainsi que les caractéristiques individuelles de chaque pilote[17],[36],[37].

Postérité[modifier | modifier le code]

Influence[modifier | modifier le code]

Les critiques faites sur le jeu plusieurs années après sa sortie voient généralement en lui le précurseur de son genre, bien que certains aspects négatifs du titre aient été soulevés.

Les critiques ont fait l'éloge du gameplay de Super Mario Kart décrivant le mode de combat et le mode solo comme « incroyables »[14],[38]. Thunderbolt décrit le gameplay comme « le plus profond sur la Super Nintendo »[36]. Selon IGN, les mécanismes du jeu ont défini le genre[31]. Mean Machines décrit le jeu comme étant en « or », et fait valoir qu'aucun autre jeu, pas même ses suites, n'a égalé ; GameSpot le considère comme l'un des plus grands jeux de tous les temps pour son caractère novateur, son gameplay et son style visuel[21],[39]. De son côté, Jeuxvideo.com voit dans le titre « le premier jeu de courses de l'histoire du jeu vidéo qui défie toutes les conventions de la course automobile » et lui remet la note de 18/20[40].

Les graphismes du titre, appréciés à sa sortie, ont reçu plus tard des critiques nuancées. Selon 1UP.com, l'utilisation du Mode 7 a rendu les graphismes du jeu à « couper le souffle », du moins au moment de sa sortie[24]. Les sprites du jeu étaient décrits comme « détaillés » par Official Nintendo Magazine quand le jeu sortit pour la première fois et étaient censés contribuer au graphisme « spectaculaire » du jeu dans son ensemble[14]. Mais plus récemment, Nintendojo les a qualifiés de « pas très jolis » et IGN a fait des remarques sur l'aspect vieilli du jeu[10],[13].

Les différents attributs des personnages sont quant à eux considérés comme l'un des points forts du jeu[21],[41]. Les circuits ont reçu des commentaires positifs de GameSpy qui les décrit comme étant « merveilleusement conçus » et IGN pour qui ils sont « tout simplement parfaits »[38],[41]. En 2008, 1UP.com a classé, dans le top cinq des meilleurs circuits de Mario Kart, Battle Mode Course 4 à la troisième place et Rainbow Road (et ses différentes versions dans la série) à la première position[42]. Les thèmes des circuits de Super Mario Kart ont influencé les différentes suites de la série Mario Kart, comme les circuits hantés, le château de Bowser ou le circuit final Rainbow Road[19]. Certains circuits de Super Mario Kart ont été inclus dans des suites de la série. Les vingt circuits de Super Mario Kart sont déverrouillables dans Mario Kart: Super Circuit sur Game Boy Advance [43]. Des remakes de Mario Circuit 1, Donut Plains 1, Koopa Beach 2 et Choco Island 2 apparaissent dans le cadre du grand prix rétro du jeu Mario Kart DS, des remakes de Ghost Valley 2 et Mario Circuit 3 apparaissent dans la coupe rétro de Mario Kart Wii[44],[45].

Depuis qu'il est sorti, Super Mario Kart a été classé parmi les meilleurs jeux à plusieurs reprises. En 2005, IGN le classe 15e meilleur jeu de tous les temps, le décrivant comme « le chef-d'œuvre des jeux de karting », et le classe 23e en 2007[31],[46]. The Age l’a classé 19e sur sa liste des 50 meilleurs jeux en 2005 et en 2007. Edge classe Super Mario Kart 14e sur la liste des 100 meilleurs jeux, soulignant son influence sur l'histoire du jeu vidéo[47],[48]. Le jeu est également inclus dans la liste des cent plus grands jeux de tous les temps de Yahoo! Games, qui met en avant l'apport des armes et power-ups, et dans l’Essential 50 de 1UP.com, une liste des cinquante jeux les plus importants jamais produits[24],[49]. L’Official Nintendo Magazine le classe quant à lui 13e plus grand jeu Nintendo de tous les temps[50]. Enfin, le Livre Guinness des records le classe numéro 1 de la liste des 50 meilleurs jeux sur Super Nintendo de tous les temps[51].

Héritage[modifier | modifier le code]

Super Mario Kart est considéré comme le premier jeu vidéo de karting ; peu après sa sortie, plusieurs autres développeurs ont tenté de reproduire son succès[21],[38],[52],[53]. En 1994, moins de deux ans après la sortie de Super Mario Kart, Sega a sorti Sonic Drift, un jeu de course de karts mettant en scène les personnages de la série Sonic the Hedgehog[24]. En 1994, même chose pour Ubisoft qui sort Street Racer, un jeu de course de karts pour la Super Nintendo et la Mega Drive similaire à Super Mario Kart mais avec des pilotes différents[24]. D'autres jeux ont suivi la vague initiée par Super Mario Kart. On peut citer South Park Rally, Konami Krazy Racers, Diddy Kong Racing et plusieurs autres jeux de course de la série Crash Bandicoot[24],[54]. Les critiques faites aux jeux de karting depuis la sortie de Super Mario Kart ont été tièdes : GameSpot les décrit comme ayant tendance à être mauvais, 1UP.com note que de nombreux développeurs ont essayé d'améliorer la formule de Super Mario Kart, sans succès[24],[55].

Super Mario Kart est également considéré comme étant le premier jeu « non-plates-formes » comportant plusieurs personnages jouables de la série Super Mario[21]. Suivront des jeux de sports (basket-ball, baseball, golf, tennis et football) et même des jeux non sportifs comme Super Smash Bros., série de jeux de combat, et la série de party game Mario Party[55]. Des personnages de l'univers Super Mario ont également fait des apparitions dans des jeux édités par EA Sports comme SSX on Tour, jeu de snowboard, et NBA Street V3, jeu de basket de rue[55]. La diversité des jeux de la série Super Mario qui ont été créés après le succès de Super Mario Kart est considérée comme ayant été la clé de la réussite et de la pérennité de la série, permettant de maintenir l’intérêt des fans malgré la rareté des jeux de Super Mario traditionnels[24]. Par la suite, la saga Super Mario est devenue la série de jeux vidéo ayant donné lieu aux meilleures ventes de tous les temps avec 193 millions d'unités vendues en janvier 2007, la série classée seconde étant Pokémon (édité aussi par Nintendo) avec près de 150 millions d'unités vendues à travers le monde[56].

Super Mario Kart est ressorti sur la Console virtuelle le 9 juin 2009 au Japon, et plus tard en Amérique le 23 novembre 2009[2]. Il est aussi sorti en Europe le 2 avril 2010. En 2008, alors qu'il était l'un des jeux les plus recherchés sur la plate-forme, Eurogamer avait estimé que les graphismes du Mode 7 étaient difficiles à porter sur la console, ce qui aurait été la cause de son absence[57].

Suites[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Épisodes de Mario Kart.

Mario Kart 8 Mario Kart 7 Mario Kart Wii Mario Kart DS Mario Kart : Double Dash!! Mario Kart: Super Circuit Mario Kart 64

Super Mario Kart a fait l'objet de plusieurs suites sur les générations successives de consoles Nintendo, celles-ci recueillant chaque fois un succès critique et commercial[58]. La première d'entre elles, Mario Kart 64, est sortie en 1997 sur Nintendo 64 et a été le premier Mario Kart entièrement en 3D[59] (sauf les sprites). Les critiques, y compris IGN et GameSpot, ont estimé que le mode solo faisait un pas en arrière par rapport à la version Super Nintendo ; en revanche, la présence possible de quatre joueurs simultanés dans le mode multijoueur (une première pour la Nintendo 64) a été appréciée[13],[59]. La deuxième suite, Mario Kart: Super Circuit, est sortie sur Game Boy Advance en 2001. GameSpot la considère comme étant plus un « remake » de Super Mario Kart qu’une suite de Mario Kart 64, celle-ci opérant un retour au style graphique de l'original[43],[54] et contenant des pistes de Super Mario Kart que les joueurs peuvent déverrouiller après avoir gagné certaines courses[43]. Mario Kart : Double Dash!! est sorti sur GameCube en 2003. À la différence de tous les autres jeux Mario Kart, deux joueurs sont placés sur chaque kart, ce qui permet une nouvelle forme de coopération multijoueur, dans laquelle un joueur contrôle les mouvements du kart et l'autre le lancer des objets[60]. Mario Kart DS, sorti sur Nintendo DS en 2005, a été le premier jeu Mario Kart à permettre de jouer en ligne via la Nintendo Wi-Fi Connection[13]. Il est devenu la meilleure vente de jeux de course sur console de poche de tous les temps, avec 7,83 millions d'unités écoulées[61]. Mario Kart Wii est lui sorti sur Wii en 2008. À l'instar de Mario Kart DS, il comprend un mode de jeu en ligne. Il permet également de jouer avec les Mii (après le déblocage du personnage Mii) créés par l'utilisateur[62]. Il est livré avec le volant Wii, périphérique en forme de volant qui permet de contrôler le pilote à l'écran[52],[63]. Mario Kart Wii constitue le jeu vidéo le mieux vendu en 2008, devant Wii Fit et Grand Theft Auto IV[64],[65],[66]. Deux Mario Kart sous forme de jeux d'arcade sont également sortis : Mario Kart Arcade GP en 2005 et Mario Kart Arcade GP 2 en 2007. Tous deux ont été mis au point conjointement par Nintendo et Namco et font figurer des personnages de l'univers Mario mais pas seulement, avec aussi, par exemple, Pac-Man et Blinky[67].

Au cours de la progression de la série, de nombreux aspects de Super Mario Kart ont été élaborés et modifiés. Il fut le seul des Mario Kart à ne pas avoir comme arme la carapace bleue à pointes. Les tuiles pour récupérer des armes et bonus ont été transformés en boîtes dans les suites[9]. Le nombre de circuits qui était à cinq dans une coupe a été réduit à quatre dans les autres épisodes. Les "lap" dans chaque circuit sont désormais au nombre de trois plutôt que de cinq depuis l'épisode sur Nintendo 64. La liste des pilotes s'est progressivement agrandie, incluant même certains personnages qui n'étaient pas créés à l'époque de Super Mario Kart, comme Harmonie de Super Mario Galaxy qui est apparue dans Mario Kart Wii. Le mode multijoueur est resté un élément clé de la série. Il a été élargi à plus de deux joueurs, d'abord pour permettre un maximum de quatre joueurs simultanés dans Mario Kart 64, puis jusqu'à douze simultanément en ligne dans Mario Kart Wii[59],[63]. De nombreux circuits à thèmes ont été maintenus tout au long de la série, comme Rainbow Road, circuit final de la Coupe spéciale, apparu dans toutes les versions de Mario Kart[19],[42]. D'autres caractéristiques présentes dans Super Mario Kart ont disparu de la série, comme les « super-pouvoirs » des pilotes contrôlés par l'ordinateur qui désormais utilisent les armes classiques comme le joueur, la plume qui permet aux joueurs de sauter en l'air et le nombre limité de vies[9]. La collecte des pièces a disparu de la série après l'épisode sur Game Boy Advance, Mario Kart: Super Circuit[9]. Le fantôme qui sert à voler des objets à l'adversaire a disparu de la série après l'épisode sur Nintendo DS, "Mario Kart DS". Le style et le gameplay de Super Mario Kart ont tout de même subi peu de modifications tout au long de la série ; cela a conduit Nintendo à faire face à des critiques sur son manque d'originalité, même si la saga est toujours considérée comme ayant un gameplay familial[31],[68],[52],[60]. Malgré les innovations techniques qui ont eu lieu depuis le début de la série, beaucoup considèrent encore Super Mario Kart comme étant le meilleur Mario Kart[46],[52],[57]. Un Championnat du Monde sponsorisé par Nintendo est d'ailleurs organisé en France chaque année depuis 2002.

Championnat du monde de Super Mario Kart[modifier | modifier le code]

Chaque année depuis 2009 un championnat du monde de Super Mario Kart (qui était un championnat de France puis d’Europe avant 2009) est organisé. Tous les modes de jeu y sont présents :

  • Le grand prix en 150cc
  • Le time trial
  • Le mode battle
  • Le match race

L’ambiance y est bon enfant, les inscriptions sont ouvertes à tous, en temps général tout le monde s'affronte pour permettre une meilleur homogénéité.

Depuis 2013, une partie des matchs est rediffusée sur Twitch.

Nintendo figure parmi les sponsors de l'événement[69].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Synthèse des versions de Super Mario Kart », sur GameSpot.
  2. a, b et c (ja) « Virtual Console (バーチャルコンソール[[Aide:Japonais|?]]) », Nintendo (consulté le 14 juillet 2008).
  3. a et b (en) « Download New BIT.TRIP Kicks, Speeding Karts, Magic Castles and More », Nintendo of America,‎ 2009 (consulté le 23 novembre 2009).
  4. a et b (en) Thomas East, « Super Mario Kart coming to Virtual Console this Friday », Official Nintendo Magazine,‎ 2010 (consulté le 29 mars 2010).
  5. a et b (en) « Super Mario Kart Tech Info », sur GameSpot (consulté le 28/12/2008)
  6. (en) « SUPER MARIO KART Computer Games (Nintendo Wii) », Australian government,‎ 2009 (consulté le 28 janvier 2009).
  7. (en) « Super Mario Kart », Nintendo of America (consulté le 14 mars 2010).
  8. (en) Brett Alan Weiss, « Super Mario Kart », sur Allgame (consulté le 07/01/2008)
  9. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o et p (en) Chris Hicks, « 10 forgotten features of Super Mario Kart », sur Computer and Video Games (consulté le 10/04/2008)
  10. a, b, c, d et e (en) Nathan Heckel, « Reviews - Super Mario Kart », sur Nintendojo (consulté le 28/12/2008)
  11. a, b et c (en) Andy Slaven, Video Game Bible, 1985 - 2002, Trafford Publishing, 169 p. (ISBN 1-55369-731-6)
  12. a, b, c, d, e et f (en) « Super Mario Kart », Nintendo Power, vol. 41,‎ octobre 1992, p. 83-91
  13. a, b, c, d et e (en) Michael Thomsen, « Generation Gap: Mario Kart », sur IGN (consulté le 28/12/2008)
  14. a, b, c, d, e, f et g (en) « Super NES Review - Super Mario Kart », Nintendo Magazine System, vol. 1,‎ 1997, p. 20-24 (lire en ligne)
  15. (en) Tom Bramwell, « Mario Kart Super Circuit », sur Eurogamer,‎ 2001 (consulté le 29/12/2008)
  16. (en) Peter Schneider, « Mario Kart 64 », sur IGN,‎ 1997 (consulté le 28/12/2008)
  17. a, b, c et d (en) Jason Venter, « Super Mario Kart > Staff Review », sur Honest Gamers (consulté le 28/12/2008)
  18. a, b, c, d, e, f et g « Le Battle Mode », sur Smkart (consulté le 29/03/2009)
  19. a, b et c (en) Lark Anderson, « Then & Now: Mario Kart Wii », sur GameSpot,‎ 2008 (consulté le 28/12/2008)
  20. Thomas V., « Super Mario Kart - La série », sur grospixels.com,‎ 2004 (consulté le 6/03/2013)
  21. a, b, c, d et e (en) Alex Navarro, « The Greatest Games of All Time: Super Mario Kart », sur GameSpot (consulté le 28/12/2008)
  22. (en) « It Started With A Guy In Overalls », sur Wii.com (consulté le 28/12/2008)
  23. a et b (en) Ray Barnholt, « Purple Reign: 15 Years of the Super NES », sur 1UP.com,‎ 2006 (consulté le 28/12/2008)
  24. a, b, c, d, e, f, g et h (en) Ravi Hirandand, « The Essential 50 #29 », sur 1UP.com (consulté le 28/12/2008)
  25. a et b (en) « Critiques de presse de Super Mario Kart », sur GameRankings
  26. (en) « Critique de Super Mario Kart », GamePro, vol. 4,‎ décembre 1992, p. 80-82 (ISSN 1042-8658)
  27. (en) « Critique de Super Mario Kart », Nintendo Power,‎ octobre 1992, p. 105 (ISSN 1041-9551)
  28. (en) « Critique de Super Mario Kart », Nintendo Magazine System,‎ 1993, p. 20-24 (lire en ligne)
  29. a et b (en) « Critiques de presse de Super Mario Kart », sur MobyGames
  30. (en) « Super Mario Kart Release Summary », sur GameSpot (consulté le 28/12/2008)
  31. a, b, c, d et e (en) « Ign's 100 top games Of All Time 2007 », sur IGN,‎ 2007 (consulté le 28/12/2008)
  32. (en) « Super Mario Kart reviews », sur GameRankings (consulté le 28/12/2008)
  33. (en) « Super Mario Kart », sur GameStats (consulté le 28/12/2008)
  34. (en) « Super Mario Kart », sur MobyGames (consulté le 28/12/2008)
  35. (en) « Super Mario Kart », sur TopTenReviews (consulté le 28/12/2008)
  36. a et b (en) Josh Kramer, « Super Mario Kart - SNES Review at Thunderbolt Games », sur Thunderbolt,‎ 2004 (consulté le 28/12/2008)
  37. (en) Chris Scullion, « What Do You Mean, You've Never Played... Super Mario Kart », Official Nintendo Magazine, vol. 15,‎ mai 1999, p. 15
  38. a, b et c (en) « Super Mario Kart (SNES) », sur GameSpy (consulté le 28/12/2008)
  39. (en) « Super Mario Kart review - Super Nintendo », sur Mean Machines (consulté le 28/12/2008)
  40. Mario86, « Test de Super Mario Kart », sur Jeuxvideo.com,‎ 2009 (consulté le 12 août 2010)
  41. a et b (en) Mark Bozon, « Retro Remix: Round 8 », sur IGN,‎ 2006 (consulté le 28/12/2008)
  42. a et b (en) 1UP Staff, « Top 5 Mario Kart Tracks », sur 1UP.com (consulté le 28/12/2008)
  43. a, b et c (en) Amer Ajami, « Mario Kart Super Circuit Review », sur GameSpot,‎ 2008 (consulté le 29/12/2008)
  44. Mario Kart DS, Nintendo EAD (2005)
  45. Mario Kart Wii, Nintendo EAD (2008)
  46. a et b (en) « IGN's Top 100 Games », sur IGN,‎ 2005 (consulté le 28/12/2008)
  47. (en) Edge Staff, « EDGE'S TOP 100 GAMES OF ALL TIME », sur Edge,‎ 2007 (consulté le 28/12/2008)
  48. (en) Jason Hill, « The 50 best games », sur The Age,‎ 2005 (consulté le 28/12/2008)
  49. (en) « The 100 greatest computer games of all time », sur Yahoo! Games (consulté le 28/12/2008)
  50. (en) « Official Nintendo Magazine », sur Official Nintendo Magazine (consulté le 25/02/2009)
  51. (en) Tom Ivan, « Guinness ranks top 50 games of all time », sur Computer and Video Games,‎ 2009 (consulté le 14/03/2009)
  52. a, b, c et d (en) Andy Robinson, « Mario Kart: From SNES to Wii », sur Computer and Video Games,‎ 2008 (consulté le 28/12/2008)
  53. (en) Andrew Alfonso, « Mario Kart Double Dash!! Guide », sur IGN (consulté le 28/12/2008)
  54. a et b (en) Andrew S. Bub, « Reviews: Mario Kart: Super Circuit (GBA) », sur GameSpy (consulté le 29/12/2008)
  55. a, b et c (en) Brian Ekberg et Randall Montanari, « History of Mario Sports », sur GameSpot (consulté le 28/12/2008)
  56. (en) David Jenkins, « Mario Tops Best Selling Game Franchise List », sur Gamasutra,‎ 2007 (consulté le 01/01/2009)
  57. a et b (en) Dan Whitehead, « Virtual Console: The Most Wanted », sur Eurogamer,‎ 2008 (consulté le 28/12/2008)
  58. (en) Danny Cowan, « Critical Reception: Nintendo's Mario Kart Wii », sur Gamasutra,‎ 2008 (consulté le 28/12/2008)
  59. a, b et c (en) Trent C. Ward, « Mario Kart 64 Review », sur GameSpot,‎ 1997 (consulté le 28/12/2008)
  60. a et b (en) Ryan Davis, « Mario Kart: Double Dash!! (GameCube) », sur CNET Networks,‎ 2003 (consulté le 28/12/2008)
  61. (en) « NINTENDO RECORDS », sur Guinness World Records Limited (consulté le 31/12/2008)
  62. (en) « Mario Kart Wii: Unlockables », sur Gamewinners.com (consulté le 03/01/2009)
  63. a et b (en) Bozon, « Mario Kart Wii Review », sur IGN,‎ 2008 (consulté le 01/01/2009)
  64. (en) Tom Magrino, « Mario Kart Wii sells 8.94M in 2008 », sur GameSpot,‎ 2009 (consulté le 28 août 2009)
  65. (en) Mike Snider, « Video games score with variety », USA Today,‎ 30 décembre 2008, p. 3D
  66. (en) Derrik J. Lang, « MADD attacks 'Grand Theft Auto IV' », sur MSNBC,‎ 2008 (consulté le 31/12/2008)
  67. (en) Matt Casamassina, « Mario Kart GP Comes Stateside », sur IGN,‎ 2005 (consulté le 01/01/2009)
  68. (en) Jeremy Parish et Bob Mackey, « Retronauts Crashes Into Mario Kart », sur 1UP.com,‎ 2008 (consulté le 28/12/2008)
  69. « « Super Mario Kart » : un quintuple champion du monde français », Le Monde, 25 août 2014.

Illustrations[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Médias externes[modifier | modifier le code]

  • [image] Face et dos de la boîte de la version française de Super Mario Kart.
  • [image] Face et dos de la boîte de la version nord-américaine de Super Mario Kart.
  • [image] Face et dos de la boîte de la version japonaise de Super Mario Kart.
  • [vidéo] Île Choco, vidéo du jeu sur GameSpot.
  • [vidéo] Exemple de Battle Mode, vidéo du jeu sur GameSpot.
Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 25 août 2010 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.